Bilan économique 2016 - Occitanie

Après s'être redressée en 2015, l'économie française continue sa croissance sur le même rythme en 2016. L'emploi salarié marchand progresse solidement en France métropolitaine. L'Occitanie est la deuxième région de métropole où la hausse de l'emploi privé est la plus forte en 2016, derrière les Pays de la Loire. La hausse de l'emploi régional est portée essentiellement par le secteur tertiaire, mais l'industrie y contribue également. Le taux de chômage diminue, même s'il touche encore 11,6 % des actifs en Occitanie fin 2016.

Insee Conjoncture Occitanie
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Tourisme - La fréquentation touristique augmente pour la deuxième année consécutiveBilan économique 2016

Stéphane Meloux, Insee Occitanie

En 2016, la fréquentation touristique augmente de 1,2 % en Occitanie, comme en 2015. Elle baisse de 1,3 % pour la France métropolitaine. Ce regain est probant dans l’hôtellerie de plein air (de mai à septembre) et l’hôtellerie traditionnelle. En revanche, la fréquentation baisse dans les autres hébergements collectifs touristiques de la région. La fréquentation touristique augmente dans l’espace urbain, le Massif central et dans une moindre mesure à Lourdes. Elle diminue dans certains pôles touristiques majeurs de la région : le littoral et le Massif pyrénéen.

Insee Conjoncture Occitanie
No 8
Paru le : 23/05/2017

En 2016, L’Occitanie accueille 15,3 millions de touristes dans les hébergements collectifs marchands, pour un total de 51,8 millions de nuitées. La région se place ainsi au quatrième rang des régions les plus touristiques de France métropolitaine. Elle est surtout, après la Corse, la région où les touristes séjournent le plus longtemps. Dans la région, le nombre de nuitées augmente en 2016 au même rythme qu’en 2015 (+ 1,2 %), tandis qu’en métropole elle recule de 1,3 %. La progression des nuitées régionales concerne à la fois l’hôtellerie de plein air 1 et l’hôtellerie traditionnelle (figure 1). En revanche la fréquentation diminue en 2016 dans les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) (résidences hôtelières et de tourisme, villages de vacances, auberges de jeunesse etc.).

Figure 1 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Occitanie Nombre d'arrivées - Occitanie Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 102,17 100,89 103,07 103,2
2012 103,07 102,07 102,96 103,62
2013 102,67 99,14 103,6 104,39
2014 100,61 98,14 102,73 103,66
2015 101,57 100,27 104,97 106,33
2016 104,15 101,97 104,07 106,21
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 1 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Plus forte hausse de fréquentation dans les campings depuis 2011

Avec 24,4 millions de nuitées dans les campings (figure 2), l’Occitanie se place au premier rang des régions métropolitaines pour l’hôtellerie de plein air. La fréquentation dans les campings augmente de 2,6 % en 2016 (figure 3), soit la plus forte augmentation dans la région depuis 2011. À l’inverse, sur l’ensemble de la France métropolitaine, les nuitées diminuent de 0,6 %. L’évolution régionale est plus favorable que celle des autres régions du littoral méditerranéen : la fréquentation est quasiment stable en Corse (+ 0,4 %) et chute de 2,9 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

La hausse de fréquentation dans les campings de la région s’explique principalement par les touristes en provenance de l’étranger : leurs nuitées progressent de 7,4 % alors que le nombre de nuitées françaises augmente beaucoup moins (+ 0,4 %). Les campeurs étrangers arrivent bien plus nombreux qu’en 2015, notamment au mois d’août, et séjournent aussi un peu plus longtemps (7 jours en 2016, contre 6,7 en 2015).

Figure 2 – Fréquentation des hôtels et des campings

en milliers
Fréquentation des hôtels et des campings
Occitanie France métropolitaine
Hôtels Campings Hôtels Campings
Arrivées 9 039 3 773 112 626 21 606
- Français 7 000 2 764 79 132 14 339
- Étrangers 2 039 1 008 33 493 7 267
Nuitées 16 073 24 361 200 089 112 166
- Français 11 963 17 337 130 546 76 229
- Étrangers 4 110 7 024 69 543 35 938
Durée moyenne du séjour (en jours) 1,8 6,5 1,8 5,2
- Français 1,7 6,3 1,6 5,3
- Étrangers 2,0 7,0 2,1 4,9
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2016
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Ariège 429 -3,9 -1,2 21,1 40,8
Aude 1 400 -1,7 1,5 24,7 45,4
Aveyron 1 147 1,9 -0,8 32,8 38,5
Gard 3 422 5,2 1,4 39,1 54,6
Haute-Garonne 258 -3,4 -1,1 21,1 41,3
Gers 412 4,5 -1,9 33,1 49,3
Hérault 8 301 1,4 2,3 31,2 60,6
Lot 973 6,9 1,2 24,8 46,6
Lozère 602 12,3 0,4 23,2 28,7
Hautes-Pyrénées 827 2,0 -2,4 20,8 34,3
Pyrénées-Orientales 6 121 3,1 0,6 23,1 61,8
Tarn 287 3,3 1,3 26,9 53,0
Tarn-et-Garonne 181 8,1 -0,6 28,8 35,1
Occitanie 24 361 2,6 1,1 28,8 54,9
France métropolitaine 112 166 -0,6 1,6 32,0 49,4
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

La saison camping commence mal avec une baisse de 12,3 % des nuitées en mai, imputable notamment à une mauvaise météo et à un effet de calendrier (un seul week-end prolongé contre trois en 2015). Elle se termine de fort belle manière avec une hausse de 8,0 % des nuitées en septembre, grâce à des arrivées plus nombreuses de résidents français et à l’augmentation de la durée moyenne de séjour des étrangers. Entre temps, la fréquentation touristique dans les campings augmente en juin et en juillet (respectivement de 4,8 et 4,5 %), et un peu moins en août (+ 2,2 %) malgré les nombreuses arrivées étrangères.

Les campings classés en 3, 4 ou 5 étoiles connaissent la plus forte hausse de fréquentation (+ 3,2 %). Ces établissements plus confortables concentrent 84 % du total des nuitées dans les campings de la région (figure 4).

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Occitanie France métropolitaine Occitanie France métropolitaine
1-2 étoiles 2 778 15 744 -0,7 -2,3
3-4-5 étoiles 20 553 90 362 3,2 0,2
Non classés 1 029 6 061 1,5 -7,6
Total 24 361 112 166 2,6 -0,6
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Nouvelle augmentation de la fréquentation dans l’hôtellerie traditionnelle

Avec 16 millions de nuitées, l’hôtellerie représente 31 % des nuitées totales de la région. Avec une hausse du nombre de nuitées de 2,4 %, la fréquentation dans les hôtels d’Occitanie augmente pour la deuxième année consécutive (figure 5), alors qu’elle baisse de 1,0 % pour l’ensemble des régions métropolitaines. La progression est sensiblement équivalente pour la clientèle française et étrangère (respectivement + 2,3 et + 2,6 %).

Figure 5 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2016 par une clientèle étrangère
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Ariège 234 -0,0 -2,3 14,0
Aude 1 075 1,7 -0,4 29,9
Aveyron 739 -2,7 -2,8 11,7
Gard 1 423 0,8 0,6 23,8
Haute-Garonne 2 990 6,8 1,7 24,5
Gers 247 6,0 -2,0 11,2
Hérault 3 155 -0,2 0,6 19,9
Lot 522 -5,2 -0,3 19,8
Lozère 405 -0,2 -0,4 11,6
Hautes-Pyrénées 2 841 0,5 -4,1 49,6
Pyrénées-Orientales 1 589 8,1 -1,3 17,0
Tarn 528 10,3 -0,4 14,1
Tarn-et-Garonne 324 3,8 0,6 12,0
Occitanie 16 073 2,4 -0,8 25,6
France métropolitaine 200 089 -1,0 0,6 34,8
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Entre 2015 et 2016, les séjours professionnels augmentent de 13,3 % dans la région (+ 20,1 % en France métropolitaine). Ils représentent désormais 42 % des nuitées de l’hôtellerie traditionnelle : cette proportion varie fortement au gré des saisons passant de 20 % en août à 68 % en novembre. La clientèle d’affaires concentre 76 % des nuitées sur le territoire de Toulouse Métropole, sa part est moindre sur celui de Montpellier Méditerranée Métropole 2 (59 %).

La fréquentation touristique est en hausse dans l’ensemble des hôtels classés de la région, quelle que soit leur catégorie. En revanche les nuitées sont quasiment stables dans les établissements non classés (figure 6).

Figure 6 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Occitanie France métropolitaine Occitanie France métropolitaine
1-2 étoiles 5 489 57 870 1,9 -0,2
3 étoiles 6 415 74 941 2,0 -1,1
4-5 étoiles 2 694 48 559 5,9 0,7
Non classés 1 474 18 719 -0,4 -6,8
Total 16 073 200 089 2,4 -1,0
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Les 11,3 millions de nuitées dans les AHCT représentent 22 % des nuitées se déroulant dans la région. Elles baissent de 3,4 % par rapport à 2015, un peu plus fortement qu’au niveau France métropolitaine (- 2,9 %). Français comme étrangers viennent moins nombreux (respectivement - 1,0 et - 7,6 %) et raccourcissent leurs séjours dans les AHCT occitans. En parallèle, le nombre d’hébergements baisse de 4,7 % 3 dans la région, mais le taux d’occupation augmente de 0,7 point.

1 de mai à septembre

2 trois communes de Montpellier Méditerranée Métropole sont ici classées dans le littoral : Villeneuve-lès-Maguelone, Lattes et Pérols

3 une opération qualité sur le parc des autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) explique cette baisse de l’offre

Baisse de fréquentation sur le littoral

En 2016, la fréquentation baisse de 0,7 % sur le littoral d’Occitanie (figure 7) : le dynamisme observé dans les hôtels et les campings n’est pas suffisant pour compenser la baisse observée dans les AHCT. Cet espace capte 40 % des nuitées totales de la région. Les nuitées sur le littoral se déroulent à 93 % durant la saison d’été (entre mai et septembre).

Figure 7 – Évolution des nuitées entre 2015 et 2016 en Occitanie

Évolution des nuitées entre 2015 et 2016 en Occitanie
Nuitées en 2016 (en millions) Évolution 2016/2015 (en %)
Total Hôtels Campings AHCT(1)
Urbain (hors Lourdes) (2) 11,2 + 3,5 + 4,6 + 3,5 + 0,6
Lourdes 2,4 + 1,5 - 0,4 + 4,5 + 20,4
Littoral 20,9 - 0,7 + 1,9 + 1,8 - 11,7
Massif 13,0 + 0,7 -0,6 + 3,0 - 1,4
Rural 4,2 + 6,1 + 2,5 + 7,3 + 6,6
Total 51,7 + 1,2 + 2,4 + 2,6 - 3,4
  • Note : données 2015 définitives. La fréquentation des campings n’est observée que de mai à septembre.
  • (1) : Autres hébergements collectifs touristiques
  • (2) : Hors zones du litoral ou des massifs montagneux (une zone urbaine sur le littoral est classée en « littoral » et non en « urbain »
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE, les comités régionaux du tourisme et les partenaires du tourisme en région.

Si la fréquentation de la clientèle étrangère augmente, celle de la clientèle française baisse. En effet, les touristes étrangers viennent moins nombreux mais allongent la durée de leur séjour. À l’inverse, les résidents français arrivent plus nombreux mais raccourcissent leur durée de séjour.

Dans l’hôtellerie de plein air, qui représente 72 % des nuitées du littoral, les nuitées étrangères augmentent de 7,9 % alors que celles de la clientèle française baissent de 0,3 %. À l’inverse dans l’hôtellerie traditionnelle, la fréquentation étrangère baisse de 5,8 % alors que la fréquentation française augmente de 3,4 %. Dans les AHCT, la baisse de fréquentation concerne la clientèle française comme étrangère.

Plus d’une nuitée sur quatre se déroule dans un espace urbain ou à Lourdes

En Occitanie, plus d’une nuitée sur quatre se déroule dans un espace urbain ou à Lourdes. En 2016, la fréquentation touristique augmente de 3,5 % dans l’espace urbain de la région : Français comme étrangers viennent plus nombreux et séjournent plus longtemps. Elle varie de + 0,6 % dans les AHCT à + 4,6 % dans les hôtels, qui concentrent 68 % des nuitées de l’espace urbain.

Parmi les touristes qui se rendent à l’hôtel, plus d’un sur deux séjourne dans l’espace urbain, où les durées de séjour sont plus courtes (1,6 jour en moyenne). Dans la métropole toulousaine, la fréquentation dans l’hôtellerie traditionnelle augmente de 8,0 % sur l’année avec notamment un pic à + 13,6 % en juin pour l’euro de foot. Elle augmente de 4,0 % dans l’urbain hors métropoles et de 0,6 % seulement dans la métropole montpelliéraine : dans cette dernière la fréquentation de la clientèle française baisse (- 3,4 %).

À Lourdes, la fréquentation dans les hébergements touristiques augmente de 1,5 % entre 2015 et 2016. Elle baisse cependant de 0,4 % dans l’hôtellerie traditionnelle qui représente 87 % des nuitées de la cité mariale. L’augmentation des nuitées françaises (+ 3,3 %) ne suffit pas à compenser la baisse de la fréquentation étrangère (- 2,5 %).

Plus globalement, Lourdes capte 13 % des nuitées de l’hôtellerie traditionnelle d’Occitanie, légèrement moins que le littoral (14 %) ou que la métropole toulousaine (15 %), mais plus que la métropole montpelliéraine (8 %) ou les différents massifs (12 % pour le Massif central et 8 % pour le Massif pyrénéen). La durée moyenne de séjour est par ailleurs plus élevée à Lourdes que dans les autres espaces touristiques d’Occitanie, que ce soit pour les Français (2,9 jours) ou les étrangers (2,8 jours).

À Lourdes, près de sept touristes sur dix sont étrangers. En 2016, les Italiens et les Irlandais (plus du quart de la fréquentation lourdaise) viennent moins nombreux, (respectivement - 1,5 et - 5,5 %), à l’inverse des Espagnols (+ 1,8 %).

Dans les stations de ski, l’été meilleur que l’hiver

En 2016, la fréquentation dans les stations de ski d’Occitanie baisse de 3,2 %. Elle est particulièrement marquée (- 5,6 %) dans les AHCT qui représentent 61 % des nuitées de cet espace. Le tourisme d’hiver connaît une forte baisse de fréquentation : au 1er trimestre 2016, les nuitées chutent de 8,9 % sous l’effet d’une clientèle française beaucoup moins présente que l’année précédente. La situation empire en fin d’année : avec des chutes de neige historiquement faibles notamment pour les vacances de Noël, la fréquentation en novembre et décembre baisse de 14,8 % dans les stations de ski occitanes. En revanche durant la saison d’été, qui représente 58 % des nuitées totales dans les stations de ski, la fréquentation dans les hébergements touristiques augmente de 2,2 % : les nuitées françaises augmentent de 3,2 % alors que celles des résidents étrangers baissent de 4,2 %.

Plus globalement, en 2016, la fréquentation baisse de 1,4 % dans le Massif pyrénéen, les touristes français venant moins nombreux que l’année précédente. À l’inverse, elle augmente de 2,8 % dans les hébergements touristiques du Massif central.

Encadré

Euro 2016 à Toulouse : une fréquentation portée par les touristes étrangers

Lors de l’Euro 2016 de football, entre le 13 et le 26 juin, quatre matchs se déroulent au Stadium de Toulouse. Malgré la concurrence des modes d’hébergements alternatifs (Airbnb, coachsurfing...), en juin la fréquentation touristique dans les hôtels de l’agglomération toulousaine augmente de 14,3 % par rapport au même mois de l’année précédente.

Cette hausse provient exclusivement des résidents étrangers, puisque leurs nuitées progressent de 53,5 %, alors que celles des résidents français sont quasi stables (+ 0,4 %). Ceci est particulièrement prégnant pour les pays disputant leur match à Toulouse : par rapport à juin 2015, les nuitées sont multipliées par 27 pour les Tchèques, par 24 pour les Suédois, 17 pour les Russes, 10 pour les Hongrois, 3 pour les Belges et les Italiens, 2 pour les Espagnols et 1,5 pour les sujets du Royaume-Uni.

Les jours de match, la fréquentation hôtelière dans l’agglomération est plus élevée qu’aux mêmes jours des deux années précédentes : lors du 1er match, le taux d’occupation s’élève à 91 % contre 76 % les deux années précédentes. Ainsi, le taux d’occupation augmente de 7,3 points et de 11,4 points durant les deux semaines de l’Euro par rapport aux jours correspondants en 2015 et 2014.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Sources

DGE

Pour en savoir plus