Bilan économique 2016 - Occitanie

Après s'être redressée en 2015, l'économie française continue sa croissance sur le même rythme en 2016. L'emploi salarié marchand progresse solidement en France métropolitaine. L'Occitanie est la deuxième région de métropole où la hausse de l'emploi privé est la plus forte en 2016, derrière les Pays de la Loire. La hausse de l'emploi régional est portée essentiellement par le secteur tertiaire, mais l'industrie y contribue également. Le taux de chômage diminue, même s'il touche encore 11,6 % des actifs en Occitanie fin 2016.

Insee Conjoncture Occitanie
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Transport - Nouvelle hausse du trafic en 2016Bilan économique 2016

Pierre Defarge-Lacroix, Dreal Occitanie

En 2016, les principaux indicateurs relatifs au transport sont en hausse dans la région, signe de la reprise de l’activité économique. Les immatriculations de véhicules neufs poursuivent leur remontée amorcée en 2015. Le trafic de véhicules lourds augmente sur l’ensemble du réseau autoroutier régional. La fréquentation des aéroports d’Occitanie progresse davantage qu’au niveau métropolitain. En revanche, le trafic de passagers diminue dans les gares ferroviaires.

Insee Conjoncture Occitanie
No 08
Paru le : 23/05/2017

Accélération du trafic aérien

En 2016, ce sont près de 11,5 millions de passagers qui empruntent les aéroports d’Occitanie, soit une hausse de 5,2 % par rapport à l’année 2015. Cette augmentation est supérieure à l’évolution moyenne sur les cinq dernières années (+ 3,3 % par an) (figure 1). Le segment low cost monte en puissance avec une progression de 11,3 % du nombre de voyageurs, il représente cette année 37 % du trafic aérien de passagers sur la région (figure 2). Après avoir connu une certaine stabilité depuis 2012, le trafic des lignes internationales croît de 8,7 % par rapport à 2015. La fréquentation des lignes nationales augmente de 2,4 % en 2016.

Figure 1 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Occitanie France métropolitaine
Passagers 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Lignes nationales 6 111 984 2,4 2,9 2,9 1,7
Lignes internationales 5 325 776 8,7 4,1 3,0 4,3
Transit 35 399 -15,6 -13,6 11,1 -12,2
Total 11 473 159 5,2 3,3 3,0 3,5
dont lignes à bas coût (low cost) 4 219 991 11,3 9,6 10,7 11,1
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 36,8 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 2 – Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Occitanie

en indice base 100 en 2009
Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Occitanie
National International Low cost
2009 100 100 100
2010 97,9 101,82 104,57
2011 105,34 112,09 129,5
2012 107,68 123,13 146,34
2013 111,98 121,91 153,48
2014 110,16 123,71 155,22
2015 112,98 124,46 165,75
2016 115,73 135,25 184,49
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 2 – Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Occitanie

L’aéroport de Toulouse-Blagnac dépasse pour la première fois le seuil des 8 millions de passagers. Il génère 70 % du trafic régional total. Portée par l’augmentation de l’offre low cost, la fréquentation y progresse de 5,4 % par rapport à l’année 2015.

Le trafic régulier, avec 7,9 millions de passagers, augmente de 5,8 %, tandis que le trafic charter (195 000 passagers) est en baisse de 5,4 %. Avec 33 000 passagers, le transit recule de 16,5 % sur la période.

Avec plus de 2,6 millions de passagers en 2016, le segment low cost affiche une hausse de 17,6 % par rapport à l’année précédente. Il concentre 32 % du trafic total de l’aéroport.

Le trafic national, avec 4,6 millions de passagers en 2016, progresse de 2,6 % par rapport à 2015. Les aéroports de Paris recueillent 71 % de ce trafic. Lyon est la première destination de province au départ de Toulouse avec 370 000 passagers.

Le trafic international, avec près de 3,5 millions de passagers en 2016, enregistre un nombre d’usagers en augmentation de 9,5 % par rapport à 2015. La fréquentation des lignes à destination de l’espace Schengen croît de 15,5 % (2,2 millions de passagers). Amsterdam, Francfort, Munich et Madrid sont les destinations les plus fréquentées, en partie du fait de leur rôle de plateformes de correspondance aéroportuaire.

Le trafic des lignes européennes hors Schengen augmente de 6 % avec près de 800 000 passagers. Les deux lignes principales sont Londres-Gatwick (280 000 passagers) et Londres-Heathrow (260 000 passagers).

Le nombre de passagers vers l’Afrique du Nord (415 000) recule de 6 %. Le trafic baisse de 13 % vers le Maroc et de 12 % vers la Tunisie, mais poursuit sa hausse vers l’Algérie (+ 5 %).

L’aéroport de Montpellier-Méditerranée enregistre une hausse de fréquentation de 11 %. Avec 1,7 million d’usagers, il génère 15 % du trafic total régional. Le trafic des vols nationaux (essentiellement vers Paris) progresse de 2,5 %. Hors Paris, il augmente de 5 %. Le trafic international fait un bond de 29 %. Les destinations européennes attirent 67 000 passagers de plus qu’en 2015, dont la moitié pour Amsterdam. Le trafic vers l’Afrique du Nord gagne 69 000 passagers de plus en 2016, soit une hausse de 65 % par rapport à l’année précédente.

Les autres aéroports régionaux totalisent une fréquentation inférieure à 3 % du trafic total régional. Elle progresse pour les aéroports de Carcassonne-Salvaza (+ 0,4 %), Castres-Mazamet (+ 2,6 %), Nîmes-Garons (+ 3,4 %), Perpignan-Rivesaltes (+ 2,1 %) et Tarbes-Lourdes (+ 2,6 %). Elle est en baisse à Béziers-Cap d’Agde (- 0,6 %) et Rodez-Aveyron (- 34,6 %).

Des immatriculations de véhicules neufs encore en hausse

Le marché de véhicules neufs en Occitanie est en hausse pour la troisième année consécutive. En 2016, ce sont près de 9 000 véhicules supplémentaires qui sont immatriculés par rapport à l’année précédente (+ 5,0 %). En France métropolitaine, c’est une évolution de 5,8 % qui est enregistrée (figure 3).

Figure 3 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

en indice base 100 en 2006
Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs
Occitanie France métropolitaine
2006 100 100
2007 102 103,21
2008 102,82 102,49
2009 118,7 113,39
2010 112,23 110,44
2011 107,37 108
2012 90,41 92,81
2013 86,83 87,81
2014 87,56 88,26
2015 93,55 94,28
2016 98,12 99,19
  • Note : données brutes.
  • Source : SOeS, Fichier central des automobiles, SIDIV.

Figure 3 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

Les ventes de voitures particulières neuves progressent de 4,9 % dans la région soit 7 000 véhicules de plus qu’en 2015 (figure 4). Cette évolution est proche de celle relevée au niveau de la France métropolitaine (+ 5,2 %) pour cette catégorie de véhicules. Dans la région, mis à part en Lozère où elles reculent de 6,3 % sur la période, les immatriculations sont en augmentation dans tous les autres départements. Un quart des véhicules particuliers neufs immatriculés en 2016 le sont en Haute-Garonne, 19 % dans l’Hérault, 13 % dans le Gard.

Le nombre de véhicules utilitaires légers neufs immatriculés en 2016 dans la région s’accroît de 5,3 % soit 1 600 véhicules supplémentaires par rapport à 2015. La croissance est plus marquée en France métropolitaine (+ 8,1 %). Les immatriculations de ce type de véhicules progressent dans tous les départements d’Occitanie sur la période (de + 1,5 % dans les Pyrénées-Orientales à + 20,2 % pour le Tarn-et-Garonne).

Avec 3 700 véhicules immatriculés en 2016, les ventes de véhicules industriels neufs à moteur sont en hausse de 5 % dans la région par rapport à 2015 (+ 12,6 % à l’échelle de la France métropolitaine). Les immatriculations de camions de plus de 3,5 tonnes de poids total autorisé en charge (PTAC), qui représentent 37 % du segment, augmentent de 19 %. Celles des véhicules automoteurs spécialisés, dont le PTAC dépasse 3,5 tonnes (10 % du segment), baissent de 10 %. Les ventes de tracteurs routiers neufs (53 % du segment) se replient de 0,9 %.

Figure 4 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %)
Ariège 4 719 4,2 766 6,2 67 3,1 5 568 4,1
Aude 9 315 4,3 1 753 15,6 172 -15,3 11 346 6,3
Aveyron 6 448 5,5 1 619 9,2 289 33,8 8 457 7,8
Gard 19 175 5,0 4 043 4,2 465 36,4 23 759 5,3
Haute-Garonne 37 647 6,2 8 813 2,8 1 209 -7,6 47 841 5,3
Gers 4 742 3,9 1 138 2,9 115 15,0 6 002 3,8
Hérault 28 911 4,8 6 317 3,3 551 8,3 35 881 4,4
Lot 4 351 8,2 868 10,9 39 -9,3 5 269 8,3
Lozère 1 526 -6,3 370 13,1 62 -8,8 1 974 -3,3
Hautes-Pyrénées 6 064 5,1 1 095 4,4 92 0,0 7 271 5,1
Pyrénées-Orientales 12 948 4,4 1 996 1,5 236 16,3 15 221 4,3
Tarn 9 999 2,1 2 019 7,3 262 17,0 12 308 3,3
Tarn-et-Garonne 5 253 5,0 1 375 20,2 151 -9,0 6 809 6,9
Occitanie 151 098 4,9 32 172 5,3 3 710 4,8 187 706 5,0
France métropolitaine 1 984 472 5,2 408 042 8,1 48 418 12,6 2 447 528 5,8
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

Trafic autoroutier de véhicules lourds : croissance sur l’ensemble du réseau

Sur l’année 2016, le trafic de véhicules lourds augmente sur l’ensemble du réseau autoroutier concédé de la région. En fonction des itinéraires et des sections, c’est une hausse de 2 % à 8 % qui est mesurée.

La section Gallargues-Lunel sur l’A9 est la plus fréquentée avec une moyenne de près de 13 700 poids lourds par jour en 2016, soit 340 poids lourds supplémentaires par jour par rapport à 2015 (+ 2,5 %). De 2010 à 2015, cette section enregistrait une croissance moyenne de 1 % par an.

Sur la section frontalière Le Boulou-Le Perthus, c’est un trafic moyen de 9 800 poids lourds par jour qui est relevé en 2016 soit une hausse de 3,2 % (300 véhicules lourds supplémentaires par jour).

À la barrière de péage au nord de Toulouse (A62), le trafic moyen journalier annuel des poids lourds (7 600 véhicules) augmente de 4,7 % (350 véhicules lourds supplémentaires) par rapport à l’année précédente. Entre 2010 et 2015, c’est une croissance moyenne de 0,7 % par an qui y était relevée.

Au sud de Toulouse, près de 5 500 poids lourds passent la barrière de péage de l’A61 chaque jour en 2016 soit une hausse de 220 véhicules par jour par rapport à 2015 (+ 4,3 %). Les cinq années précédentes affichaient une croissance annuelle moyenne de 0,4 % (figure 5).

Figure 5 – Trafic autoroutier de poids lourds

en millions de véhicules
Trafic autoroutier de poids lourds
A9 - Gallargues-Lunel A9 - Le Boulou-Le Perthus A61 - Toulouse Sud A62 - Toulouse Nord
2009 4,49 2,94 1,82 2,43
2010 4,63 3,02 1,88 2,56
2011 4,68 3,13 1,90 2,61
2012 4,56 3,09 1,87 2,55
2013 4,56 3,15 1,88 2,56
2014 4,68 3,28 1,87 2,60
2015 4,87 3,46 1,92 2,65
2016 5,01 3,58 2,01 2,79
  • Source : Autoroutes du Sud de la France

Figure 5 – Trafic autoroutier de poids lourds

Mesuré en tonnes-kilomètres, le transport routier de marchandises interne à la région progresse légèrement : + 2,8 % en moyenne annuelle entre 2014 et 2016 (figure 6). En revanche les flux de marchandises entrant et sortant d’Occitanie, et en provenance ou à destination du reste du territoire métropolitain, sont en baisse. Il est à noter que ces flux n’intègrent pas les échanges internationaux ainsi que les trajets en transit, c’est à dire lorsque l’origine et le départ des marchandises sont hors de la région.

Figure 6 – Transport de marchandises par la route

en %
Transport de marchandises par la route
Occitanie 2016 (p) (millions de tonnes - kilomètres) Évolution annuelle moyenne 2016/2014 (1)
Entrées dans la région 5 260 -5,7
Sorties de la région 5 280 -4,2
Intérieur de la région 5 663 2,8
  • p : données provisoires.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le transport de marchandises si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : France métropolitaine hors Corse. Données hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Repli du transport de voyageurs par le rail

Avec 29 millions de voyages en 2016, le transport de passagers par fer en Occitanie recule de 1,2 % par rapport à 2015.

Le trafic intrarégional marque un léger repli (- 0,4 %) avec 18 millions de passagers en 2016.

Le trafic interrégional totalise près de 11 millions de voyageurs, soit 2,4 % de moins qu’en 2015. Les échanges Occitanie-Île-de-France, avec 4,5 millions de voyages, restent stables sur la période. Ils concentrent 41 % des flux interrégionaux. Tous les autres flux interrégionaux connaissent, par rapport à l’année 2015, des baisses plus ou moins marquées.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour en savoir plus

« L’activité économique régionale a marqué des progrès au 4e trimestre 2016 », Note de conjoncture des transports du 4e trimestre 2016, Observatoire régional des transports Occitanie, avril 2017