Bilan économique 2016 - Bretagne

En 2016, le redémarrage économique amorcé en 2015 se confirme. L'emploi accentue sa croissance et le nombre de demandeurs d'emploi baisse après plusieurs années de hausse. Les indicateurs conjoncturels sur la démographie d’entreprises et la construction restent bien orientés. Toutefois des difficultés persistent en termes d'emploi dans la construction ainsi que pour une partie du secteur agricole.

Insee Conjoncture Bretagne
No 15
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Tourisme - Repli de la fréquentation touristique en 2016Bilan économique 2016

Christelle Marcault, Insee

En 2016, la fréquentation touristique recule en Bretagne. La progression des nuitées dans les hôtels, en particulier dans la basse saison, n’a pas compensé la baisse de fréquentation marquée dans les campings.

Insee Conjoncture Bretagne
No 15
Paru le : 23/05/2017

En 2016, les hôtels et campings de Bretagne ont enregistré 17,5 millions de nuitées. Après trois années de hausse, la fréquentation touristique baisse de 2,2 % par rapport à 2015.

Ce repli est plus fort en Bretagne qu'en France métropolitaine (– 0,9 %). Il résulte pour partie d'effets calendaires défavorables avec moins de jours fériés, et d'un contexte social tendu à la fin du printemps, ce qui a pu éloigner les touristes de la Bretagne. Comparé aux années précédentes, les étrangers ont moins fréquenté les hébergements touristiques bretons, notamment les campings. Cependant, le retour d'une météo favorable à partir de la mi-juillet et le prolongement d'un climat estival en septembre ont dynamisé la fréquentation dans l'hôtellerie de plein air. La basse saison a ainsi été plus favorable : les hôtels ont enregistré des taux d'occupation supérieurs à ceux observés en 2015.

Hôtels : les nuitées progressent

Au cours de l'année 2016, la fréquentation des hôtels bretons s'établit à 7,7 millions de nuitées soit une hausse de 2,1 % par rapport à 2015 (figure 1). Dans le même temps, celle des hôtels de France métropolitaine a reculé de 1 %. Les clients séjournent en majorité dans les hôtels de moyenne et haute gammes. Ces établissements classés 3, 4 et 5 étoiles réalisent 60 % des nuitées hôtelières de Bretagne en 2016 (+ 5,2 %). La progression est particulièrement forte dans les hôtels classés 4 et 5 étoiles (+ 10 %).

La clientèle étrangère a moins choisi l'hébergement en hôtel. Toutefois, le recul est deux fois moins fort en Bretagne (–  2,9 %) qu'au niveau national (– 5,7 %). De plus, il est compensé par la hausse des nuitées françaises (+ 3 %). La clientèle résidant en France demeure largement majoritaire dans les hôtels bretons (85 %). La durée moyenne de séjour est stable : celle des Français (1,6 jour) est toujours inférieure à celle des étrangers (1,9 jour) (figure 2).

La progression du niveau de l'activité des hôtels de la région s'explique par le dynamisme de la basse saison au cours de laquelle les taux d'occupation enregistrés ont été supérieurs à ceux de 2015 (figure 3).

L'augmentation de fréquentation vaut pour les quatre départements bretons. Elle est toutefois plus forte dans le Finistère que dans les Côtes-d'Armor (figure 4).

Entre 2010 et 2016, le nombre de nuitées a augmenté en moyenne chaque année de 1,6 % à 2,2 % dans chacun des quatre départements bretons. C'est un rythme supérieur à celui constaté pour l'ensemble de la France (+ 0,3 % par an) (figure 5).

Campings : une baisse de fréquentation marquée

Avec 9,8 millions de nuitées entre mai et septembre 2016, les campings bretons enregistrent leur première baisse de fréquentation depuis 2012 (figure 6), avec un recul de 5,1 % par rapport à la saison 2015. Cette diminution est plus forte qu'en France métropolitaine (– 0,6 %). Cependant, le niveau atteint est comparable à celui de 2014, l'année 2015 ayant été particulièrement favorable. Les 3, 4 et 5 étoiles sont moins impactés par la baisse de fréquentation (– 3,6 %) que les campings d'entrée de gamme (– 8,9 %). En conséquence, les nuitées réalisées dans les établissements de 3, 4 et 5 étoiles pèsent davantage dans les nuitées totales (72,7 %).

La fréquentation des campings baisse dans les quatre départements (figure 7). Le recul s'explique par une moindre présence de la clientèle étrangère en Bretagne (– 7,8 %), notamment celle du Royaume-Uni qui reste cependant la plus nombreuse. Le Morbihan a été particulièrement touché par cette baisse (– 19 %) mais la clientèle française y est restée stable. À l'inverse, les campeurs français ont moins fréquenté les hébergements bretilliens en 2016. Au final, la clientèle française représente 75,8 % des nuitées réalisées dans les campings bretons. La durée moyenne de séjour des étrangers est stable (5,4 jours) alors que celle des Français diminue de 3,8 % pour atteindre 5 jours.

La baisse de fréquentation concerne à la fois les emplacements locatifs (– 5,4 %) et les emplacements nus (– 4,3 %). Le nombre de nuitées étrangères sur les emplacements nus a diminué de 11,6 %. Il ne baisse que de 2,2 % sur les emplacements équipés.

Baisse également dans les autres hébergements collectifs

En complément des hôtels et campings, 3,8 millions de nuitées ont été enregistrées en 2016 dans les autres hébergements collectifs de tourisme en Bretagne. Il s'agit principalement des résidences de tourisme, ainsi que des auberges de jeunesse et villages vacances. Par rapport à 2015, leur baisse de fréquentation est plus forte en Bretagne (– 6,4 %) qu'au niveau national (– 2,9 %). La clientèle y est très majoritairement française (88,3 %).

Figure 1 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Bretagne France métropolitaine Bretagne France métropolitaine
1-2 étoiles 2 363 57 870 -1,2 -0,2
3 étoiles 3 115 74 941 3,1 -1,1
4-5 étoiles 1 493 48 559 10,0 0,7
Non classés 684 18 719 -6,3 -6,8
Total 7 655 200 089 2,1 -1,0
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Fréquentation des hôtels et des campings

en milliers
Fréquentation des hôtels et des campings
Bretagne France métropolitaine
Hôtels Campings Hôtels Campings
Arrivées 4 558 1 921 112 626 21 606
- Français 3 974 1 483 79 132 14 339
- Étrangers 584 438 33 493 7 267
Nuitées 7 655 9 817 200 089 112 166
- Français 6 524 7 442 130 546 76 229
- Étrangers 1 131 2 375 69 543 35 938
Durée moyenne du séjour (en jours) 1,7 5,1 1,8 5,2
- Français 1,6 5,0 1,6 5,3
- Étrangers 1,9 5,4 2,1 4,9
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Taux d'occupation dans les hôtels

en % du nombre de lits disponibles
Taux d'occupation dans les hôtels
Bretagne - en 2016 France métropolitaine - en 2016
janvier 41,9 46,4
février 44,5 50,2
mars 50,4 56,0
avril 49,5 54,8
mai 55,4 61,0
juin 61,7 67,4
juillet 63,7 65,5
août 71,4 64,2
septembre 65,0 66,5
octobre 54,4 60,5
novembre 46,6 53,7
décembre 42,8 50,0
  • Note : données 2016 définitives.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Taux d'occupation dans les hôtels

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2016 par une clientèle étrangère
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Côtes-d'Armor 1 124 1,0 2,5 13,1
Finistère 1 843 3,1 1,8 15,4
Ille-et-Vilaine 2 864 2,0 2,2 16,5
Morbihan 1 825 1,8 1,6 12,4
Bretagne 7 655 2,1 2,0 14,8
France métropolitaine 200 089 -1,0 0,6 34,8
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Bretagne Nombre d'arrivées - Bretagne Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 102,57 104,81 103,07 103,2
2012 98,94 104,38 102,96 103,62
2013 104,45 108,68 103,6 104,39
2014 107,38 110,9 102,73 103,66
2015 113,36 115,99 104,97 106,33
2016 110,97 116,93 104,07 106,21
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Figure 6 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Bretagne France métropolitaine Bretagne France métropolitaine
1-2 étoiles 2 236 15 744 -4,5 -2,3
3-4-5 étoiles 7 138 90 362 -3,6 0,2
Non classés 443 6 061 -25,9 -7,6
Total 9 817 112 166 -5,1 -0,6
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 7 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2016
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Côtes-d'Armor 1 721 -6,1 1,8 25,8 38,4
Finistère 3 493 -6,5 3,2 29,3 51,2
Ille-et-Vilaine 1 001 -7,3 4,2 44,8 48,4
Morbihan 3 602 -2,7 2,9 12,7 45,6
Bretagne 9 817 -5,1 2,9 24,2 46,6
France métropolitaine 112 166 -0,6 1,6 32,0 49,4
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Sources

DGE