Bilan économique 2016 - Bretagne

En 2016, le redémarrage économique amorcé en 2015 se confirme. L'emploi accentue sa croissance et le nombre de demandeurs d'emploi baisse après plusieurs années de hausse. Les indicateurs conjoncturels sur la démographie d’entreprises et la construction restent bien orientés. Toutefois des difficultés persistent en termes d'emploi dans la construction ainsi que pour une partie du secteur agricole.

Insee Conjoncture Bretagne
No 15
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Transport - Hausse du trafic aérien de voyageurs, du nombre d’immatriculations et du trafic routier de marchandisesBilan économique 2016

Pascal Lauzier, Dreal

Le trafic aérien low-cost, représentant maintenant près du tiers des voyageurs, dope la fréquentation des aéroports bretons. La hausse du nombre d’immatriculations commencée en 2014 se confirme. Les marchandises transportées par la route bénéficient également d’une bonne reprise.

Insee Conjoncture Bretagne
No 15
Paru le : 23/05/2017

Les vols low-cost continuent de doper les transports aériens

En Bretagne, le trafic aérien de passagers (figure 1) poursuit sa progression sur le même rythme que l’an dernier (+ 3,5 %). Il franchit le cap des 2 millions de voyageurs. L’augmentation est beaucoup plus sensible pour les lignes internationales (+ 44 000, soit + 10,9 %) que nationales (+ 21 000, soit + 1,4 %). Le nombre de passagers en transit, après 2 années de baisse, repart nettement à la hausse (+ 33,5 %).

Sur la période 2010-2015, avec la mise en place de nouvelles destinations, la croissance du trafic annuel moyen des lignes low-cost est de près de 8 %. En 2016, environ 77 000 voyageurs supplémentaires ont utilisé ce mode de transport. Sur 10 ans, la fréquentation de ces lignes a quasiment doublé (figure 4).

Le poids des voitures au gazole recule contrairement aux motorisations électriques ou hybrides

En Bretagne, le nombre d’immatriculations de véhicules en 2016 dépasse de nouveau la barre des 100 000 (figure 3). ll se situe au niveau déjà constaté en 2006 (figure 6). Entre 2009 et 2013, il a reculé en raison quasi exclusivement de la diminution du nombre de voitures particulières immatriculées. Les immatriculations se sont ensuite redressées, portées à hauteur de 30 % par les véhicules utilitaires légers. La part des immatriculations de voitures particulières a ainsi diminué, passant de 83,5 % en 2009 à 77 % en 2016.

Ramené au parc total de voitures, le poids des voitures fonctionnant au gazole est supérieur de 3,3 points en Bretagne comparé au niveau national. Cependant, le parc de voitures au gazole diminue en 2016, après avoir progressivement ralenti depuis 2010. En 2015, dernier point haut, il comptait 1,23 million de voitures. Quant aux voitures électriques, leur nombre augmente en 2016 de 76 %, et celui des hybrides de 36 %.

Le volume des motorisations électriques pures ou hybrides progresse pour dépasser les 10 000 unités en 2016. Par contre, le poids du GPL a diminué de 30 % depuis 2010.

Le nombre d’immatriculations de transport en commun en 2016 est inférieur de 44 % à celui de l’année 2015 qui était particulièrement élevé. Ce recul s’observe dans le Morbihan, l’Ille-et-Vilaine et les Côtes-d’Armor. Le département du Finistère représente à lui seul les 3/4 des immatriculations de transports en commun de l’année. En moyenne sur 10 ans, 250 bus et autocars sont immatriculés chaque année dans la région.

Reprise du trafic de marchandises

En 2016, le volume total de marchandises échangées par la route en Bretagne atteint 14 800 millions de tonnes-kilomètres (figure 2). Cela représente 555 millions de tonnes-kilomètres de plus qu’en 2015. La reprise du trafic de marchandises en Bretagne (+ 3,9 %) est plus marquée qu’en France métropolitaine (+ 2 %). Le trafic de marchandises a quasiment retrouvé en 2016 son niveau de 2014. Cela s’explique par la forte évolution du trafic intérieur régional (figure 5). En 2016, ce dernier représente 37 % des échanges routiers en Bretagne, contre 34 % pour les entrées et 29 % pour les sorties.

Figure 1 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Bretagne France métropolitaine
Passagers 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Lignes nationales 1 551 963 1,4 1,9 2,9 1,7
Lignes internationales 445 555 10,9 2,0 3,0 4,3
Transit 14 565 33,5 -12,7 11,1 -12,2
Total 2 012 083 3,5 1,8 3,0 3,5
dont lignes à bas coût (low cost) 643 518 13,6 7,6 10,7 11,1
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 32,0 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 2 – Transport de marchandises par la route

en %
Transport de marchandises par la route
Bretagne 2016 (p) (millions de tonnes - kilomètres) Évolution annuelle moyenne 2016/2014 (1)
Entrées dans la région 5 096 -2,7
Sorties de la région 4 238 -5,2
Intérieur de la région 5 445 7,6
  • p : données provisoires.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le transport de marchandises si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : France métropolitaine hors Corse. Données hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 3 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %)
Côtes-d'Armor 15 016 7,5 3 349 7,4 500 13,1 18 878 7,5
Finistère 22 802 3,5 5 249 10,1 528 -2,9 28 650 4,6
Ille-et-Vilaine 23 221 2,5 7 170 12,6 1 650 16,5 32 104 4,9
Morbihan 18 635 2,5 4 415 11,9 685 2,7 23 771 3,8
Bretagne 79 674 3,7 20 183 10,9 3 363 9,6 103 403 5,0
France métropolitaine 1 984 472 5,2 408 042 8,1 48 418 12,6 2 447 528 5,8
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

Figure 4 – Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Bretagne

en indice base 100 en 2009
Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Bretagne
National International Low cost
2009 100 100 100
2010 100,39 95,51 106,61
2011 113,87 79,31 115,52
2012 118,81 83,43 128,27
2013 114,95 85,24 119,75
2014 108,16 96,58 135,84
2015 110,53 105,23 153,9
2016 112,02 116,69 174,85
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 4 – Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Bretagne

Figure 5 – Évolution du transport routier de marchandises dans la région Bretagne

en indice base 100 en 2014
Évolution du transport routier de marchandises dans la région Bretagne
Entrées dans la région Sorties de la région Intérieur de la région
2014 100 100 100
2015 90,71 86,68 111,68
2016 94,58 89,86 115,87
  • p : données provisoires.
  • Champ : hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 5 – Évolution du transport routier de marchandises dans la région Bretagne

Figure 6 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

en indice base 100 en 2006
Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs
Bretagne France métropolitaine
2006 100 100
2007 107,53 103,21
2008 109,37 102,49
2009 134,53 113,39
2010 124,69 110,44
2011 117,91 108
2012 95,99 92,81
2013 93,31 87,81
2014 94,06 88,26
2015 98,68 94,28
2016 102,3 99,19
  • Note : données brutes.
  • Source : SOeS, Fichier central des automobiles, SIDIV.

Figure 6 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.