Bilan économique 2016 - Bretagne

En 2016, le redémarrage économique amorcé en 2015 se confirme. L'emploi accentue sa croissance et le nombre de demandeurs d'emploi baisse après plusieurs années de hausse. Les indicateurs conjoncturels sur la démographie d’entreprises et la construction restent bien orientés. Toutefois des difficultés persistent en termes d'emploi dans la construction ainsi que pour une partie du secteur agricole.

Insee Conjoncture Bretagne
No 15
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Agriculture - Une conjoncture difficile dans plusieurs secteurs, en particulier dans le laitBilan économique 2016

Linda Deschamps, Draaf

La conjoncture 2016 s’avère laborieuse pour plusieurs secteurs agricoles. Celui du lait est particulièrement touché, avec un prix affaibli en début d’année par un contexte de surproduction. Les cours des bovins se réduisent, sous l’afflux notamment des réformes de vaches laitières. Indirectement, la grippe aviaire touche la Bretagne. En revanche, le prix du porc remonte, après plusieurs années de crise. La baisse du coût de l’aliment est par ailleurs favorable aux différents secteurs de l’élevage. En 2016, la sécheresse au printemps et à l’été perturbe la production de céréales et de légumes.

Insee Conjoncture Bretagne
No 15
Paru le : 23/05/2017

Céréales : récoltes très décevantes

En 2016, la production céréalière bretonne perd 13 % comparée à celle de 2015. Dans son ensemble, la sole céréalière augmente légèrement, mais recule en maïs grain (figure 1). La sécheresse fait chuter les rendements annuels de 13 % pour les céréales à paille et de 14 % pour le maïs grain.

La production en oléagineux s’accroît de 8 % grâce à l'augmentation des surfaces. Les surfaces en protéagineux sont en hausse pour la troisième année consécutive.

Les cours des céréales (figure 2) demeurent peu élevés, en raison de l’abondance des disponibilités mondiales. Le prix de base en Bretagne des céréales récoltées en 2016 fléchit de 13 % pour le blé, 23 % pour l’orge et 15 % pour le triticale. Il s’accroît en revanche de 11 % pour le maïs grain.

Amélioration pour la filière porcine

Le volume de porcs charcutiers abattus dans la région augmente pour la deuxième année consécutive, de 1,9 % en un an. Le prix annuel de base du porc charcutier à Plérin s’établit à 1,28 €/kg en 2016, gagnant 4 % sur un an. La cotation porcine remonte (figure 3 et figure 4), après avoir atteint en 2015 son point le plus bas depuis 2010.

Ce raffermissement au printemps 2016 résulte d’une offre insuffisante, en France comme en Europe, alors que la demande à l’export vers les pays tiers est forte. Le prix du porc poursuit son embellie à l’été, puis reste élevé. Parallèlement, le coût de l’aliment (figure 5) recule de 4,6 %.

La grippe aviaire dans le Sud-Ouest impacte aussi la Bretagne

Après une activité relativement soutenue l’an dernier, le volume de poulets abattus en Bretagne se réduit de 6 %. La région subit à l’export les conséquences de la grippe aviaire dans le Sud-Ouest.

La situation de la filière dinde est toujours difficile. Les abattages progressent en volume, mais du fait d’un poids moyen plus élevé, diminuent en nombre.

La baisse du coût de l’énergie et des aliments continue d’alléger les charges des éleveurs. Une faible baisse des cours à la production s’ensuit : – 1,3 % pour le poulet standard et – 0,7 % pour la dinde.

En 2016, la production d’œufs de consommation diminue de 2,4 %. Le cours de ce produit recule cependant en raison d’une production européenne abondante et d’une réduction de la demande des Etats-Unis. La cotation se replie ainsi de 7 %. En fin d’année, avec une offre réduite et une demande soutenue, les prix flambent.

Des prix toujours en repli pour les gros bovins, en progrès pour les veaux

Si les abattages de gros bovins sont plutôt stables, les volumes de vaches laitières abattues augmentent de 5,7 % en un an, dans une conjoncture laitière dégradée. À l’inverse, les abattages de taurillons reculent.

La baisse des prix des gros bovins s’accentue en 2016 (figure 6). Celui de la vache laitière « P » du bassin Grand Ouest descend de 7,8 % à 2,64 €/kg. Le coût de l’aliment pour gros bovins décroît de 4,8 %.

Le volume de veaux de boucherie abattus est stable. Après trois années de baisse, le prix du veau gagne 2 %, à 5,6 €/kg pour le bassin Nord. Sur un an, le coût des aliments d’allaitement recule de 4 %.

Une conjoncture laitière difficile, mais des signes d’amélioration

En début d’année, dans un contexte de surproduction mondiale, accentuée par la fin des quotas laitiers en Europe, le prix du lait chute. Afin de contenir la production, l’Europe et la France adoptent différentes mesures. En fin d’année, les cours des produits laitiers industriels remontent.

En Bretagne, les quantités de lait livrées par les producteurs se réduisent de 1,7 % en 2016 (figure 7). Elles sont inférieures à celles de 2015 en particulier en septembre, suite au manque de fourrage, et au dernier trimestre, en lien avec le plan français et européen de réduction de la production.

Le prix annuel du lait payé aux producteurs bretons diminue de 8 %, à 294 € les 1 000 l. Le prix remonte cependant progressivement à partir d’août. La baisse des charges d’aliments, les plus basses depuis 2012, ne suffit pas à compenser la diminution du prix du lait.

Choux-fleurs et artichauts bien valorisés, crise au printemps pour les tomates

La conjoncture 2016 de choux-fleurs se caractérise par une offre très limitée et des prix élevés. Comparée à la moyenne 2011-2015, la production annuelle se replie de 43 % et le prix moyen est presque doublé.

Le bilan est mitigé pour les tomates, avec une période de crise en mai-juin, puis une reprise des cours à l’été. Sur l’année, l’offre croît de 16 % et le prix moyen gagne 2 %, comparés à 2011-2015.

L’offre d’artichauts Camus est inférieure d’un quart à la moyenne quinquennale, et le prix annuel est plus élevé de 28 %. La saison est bonne pour les pommes de terre primeurs, avec un prix moyen en hausse, et une offre très correcte. Le cours du poireau est faible en deuxième partie de campagne 2015-2016.

Le marché des endives connaît des difficultés au premier semestre 2016, mais la fin d’année est plus favorable. Le cours des échalotes reste élevé durant tout le printemps et termine l’année à un haut niveau.

Figure 1 – Les principales productions en 2016

Les principales productions en 2016
Bretagne Part Bretagne / France en 2016 (%)
2015 2016 Évolution 2016/2015
Productions végétales (tonnes)
Blé 2 348 184 2 074 233 -11,7 7
Maïs grain 1 148 323 942 461 -17,9 8
Orge 768 065 741 995 -3,4 7
Triticale 233 947 164 448 -29,7 11
Autres céréales 76 438 68 511 -10,4 2
Oléagineux 134 150 144 397 7,6 2
Maïs fourrage 4 294 778 3 634 590 -15,4 23
Choux-fleurs 239 638 202 880 -15,3 83
Tomates 219 746 240 063 9,2 30
Lait (millions de litres)
Livraisons à l'industrie 5 422 5 309 -2,1 22
Activité dans les abattoirs (tonnes)
Bovins - 12 mois 66 852 66 655 -0,3 32
Gros bovins 258 609 258 620 0,0 21
Porcs 1 275 567 1 298 450 1,8 59
Gallus 374 814 350 944 -6,4 33
Dindes 142 285 146 324 2,8 42
Production d'œufs des élevages professionnels (milliers)
Œufs de consommation 6 055 120 5 907 598 -2,4 44
  • Sources : Agreste Draaf Bretagne - Statistique agricole annuelle (2015 définitive, 2016 provisoire), Enquêtes auprès des laiteries, Enquête auprès des abattoirs.

Figure 2 – Le prix des céréales en bretagne

en €/tonne
Le prix des céréales en bretagne
Blé tendre Maïs grain
2011 181,13 155,05
2012 208,07 175,24
2013 169,30 128,58
2014 144,28 102,64
2015 152,35 110,58
2016 131,25 123,09
  • Source : Agreste, Draaf Bretagne - France AgriMer.

Figure 2 – Le prix des céréales en bretagne

Figure 3 – Prix des produits animaux en BretagneVariations annuelles en %

Prix des produits animaux en Bretagne
2015 2016
Porc charcutier -7,3 3,9
Lait -15,3 -7,9
Vache de réforme -2,9 -7,8
Veau -6,5 2,0
Poulet standard -2,0 -2,4
Œuf de consommation (France) 5,5 -2,7
  • Source : Agreste, Draaf Bretagne - France AgriMer - Marché au cadran de Plérin.

Figure 3 – Prix des produits animaux en BretagneVariations annuelles en %

Figure 4 – Prix du porc au cadran de Plérin

en €/kg
Prix du porc au cadran de Plérin
Série brute Moyenne mobile sur 12 mois
janv-11 1,158 1,229
févr-11 1,240 1,235
mars-11 1,296 1,241
avr-11 1,410 1,248
mai-11 1,380 1,268
juin-11 1,289 1,293
juil-11 1,293 1,310
août-11 1,287 1,319
sept-11 1,277 1,335
oct-11 1,356 1,342
nov-11 1,403 1,336
déc-11 1,330 1,332
janv-12 1,264 1,345
févr-12 1,438 1,359
mars-12 1,382 1,383
avr-12 1,336 1,421
mai-12 1,329 1,441
juin-12 1,444 1,449
juil-12 1,462 1,455
août-12 1,579 1,465
sept-12 1,731 1,463
oct-12 1,591 1,471
nov-12 1,501 1,477
déc-12 1,407 1,480
janv-13 1,386 1,485
févr-13 1,413 1,495
mars-13 1,469 1,502
avr-13 1,413 1,496
mai-13 1,371 1,485
juin-13 1,502 1,475
juil-13 1,583 1,470
août-13 1,657 1,465
sept-13 1,656 1,452
oct-13 1,465 1,441
nov-13 1,373 1,449
déc-13 1,352 1,454
janv-14 1,329 1,451
févr-14 1,259 1,441
mars-14 1,333 1,421
avr-14 1,511 1,394
mai-14 1,424 1,370
juin-14 1,463 1,353
juil-14 1,468 1,333
août-14 1,419 1,314
sept-14 1,328 1,305
oct-14 1,183 1,296
nov-14 1,161 1,274
déc-14 1,119 1,257
janv-15 1,096 1,245
févr-15 1,149 1,237
mars-15 1,226 1,235
avr-15 1,246 1,237
mai-15 1,228 1,247
juin-15 1,313 1,240
juil-15 1,373 1,236
août-15 1,393 1,235
sept-15 1,360 1,231
oct-15 1,301 1,222
nov-15 1,076 1,212
déc-15 1,069 1,209
janv-16 1,086 1,212
févr-16 1,103 1,219
mars-16 1,116 1,225
avr-16 1,125 1,239
mai-16 1,199 1,246
juin-16 1,346 1,265
juil-16 1,456 1,284
août-16 1,468
sept-16 1,517
oct-16 1,390
nov-16 1,300
déc-16 1,301
  • Source : Agreste, Draaf Bretagne, Marché au cadran de Plérin.

Figure 4 – Prix du porc au cadran de Plérin

Figure 5 – Coûts des aliments en Bretagne, selon l'IPAMPA

Base 100 en 2010
Coûts des aliments en Bretagne, selon l'IPAMPA
Aliments pour porcins Aliments pour volaille Aliments pour gros bovins Aliments pour veaux
2011 126,5 117,4 113,8 112,9
2012 134,0 124,0 125,0 114,8
2013 139,9 129,2 134,3 123,7
2014 123,6 117,4 126,1 121,6
2015 118,1 113,2 122,9 109,5
2016 111,8 108,8 117,1 105,1
  • Sources : Agreste, Draaf Bretagne - INSEE.

Figure 5 – Coûts des aliments en Bretagne, selon l'IPAMPA

Figure 6 – Cours des bovins

Euro/kg
Cours des bovins
vache P jeune bovin R
janv-11 2,360 3,400
févr-11 2,397 3,382
mars-11 2,542 3,404
avr-11 2,637 3,307
mai-11 2,710 3,277
juin-11 2,544 3,194
juil-11 2,743 3,307
août-11 2,880 3,428
sept-11 2,807 3,517
oct-11 2,855 3,735
nov-11 2,742 3,807
déc-11 2,730 3,898
janv-12 2,800 3,850
févr-12 3,000 3,850
mars-12 3,050 3,810
avr-12 3,080 3,650
mai-12 3,240 3,740
juin-12 3,300 3,760
juil-12 3,380 3,780
août-12 3,500 3,950
sept-12 3,380 3,930
oct-12 3,200 3,890
nov-12 3,110 3,900
déc-12 3,130 3,940
janv-13 3,220 3,913
févr-13 3,377 3,935
mars-13 3,438 3,960
avr-13 3,408 3,885
mai-13 3,500 3,876
juin-13 3,485 3,845
juil-13 3,517 3,885
août-13 3,430 3,888
sept-13 3,240 3,807
oct-13 3,132 3,810
nov-13 3,033 3,857
déc-13 2,925 3,900
janv-14 2,996 3,918
févr-14 3,062 3,930
mars-14 3,100 3,877
avr-14 3,064 3,836
mai-14 3,120 3,807
juin-14 3,065 3,718
juil-14 3,052 3,726
août-14 3,095 3,757
sept-14 2,960 3,728
oct-14 2,754 3,654
nov-14 2,547 3,688
déc-14 2,517 3,787
janv-15 2,584 3,800
févr-15 2,655 3,755
mars-15 2,775 3,767
avr-15 2,830 3,718
mai-15 2,928 3,705
juin-15 3,030 3,760
juil-15 3,122 3,834
août-15 3,190 3,867
sept-15 3,052 3,750
oct-15 2,880 3,670
nov-15 2,733 3,738
déc-15 2,522 3,762
janv-16 2,585 3,750
févr-16 2,648 3,738
mars-16 2,734 3,732
avr-16 2,723 3,642
mai-16 2,725 3,562
juin-16 2,706 3,576
juil-16 2,703 3,653
août-16 2,670 3,646
sept-16 2,515 3,597
oct-16 2,520 3,602
nov-16 2,562 3,650
déc-16 2,542 3,743
  • Note : Cotations Bretagne jusqu'en 2011, cotations bassin Grand Ouest depuis 22012
  • Source : Agreste, Draaf Bretagne - France AgriMer.

Figure 6 – Cours des bovins

Figure 7 – Prix et livraisons de lait en Bretagne

indice 100 en 2011
Prix et livraisons de lait en Bretagne
Prix moyen à la production Livraisons
2011 100 100
2012 96 99
2013 104 99
2014 111 105
2015 94 105
2016 86 103
  • Source : Agreste, Draaf Bretagne - France AgriMer - Enquête mensuelle auprès des laiteries.

Figure 7 – Prix et livraisons de lait en Bretagne