Bilan économique 2014 de Martinique

En 2014, l'économie martiniquaise reste atone, en ligne avec l'évolution de l'activité nationale. L'absence de visibilités des entreprises a pour conséquence la poursuite des pertes d'emplois, notamment dans la construction. Le marché du travail, pénalisé par le secteur de la construction, pèse sur l'activité à travers une moindre distribution de revenus. Les ménages restent prudents malgré des gains de pouvoir d'achat portés par une désinflation continue.

Insee Conjoncture Martinique
Paru le : 15/06/2015

Emploi salarié - Une année en demi-teinte pour l’emploi salarié marchand martiniquaisPour en savoir plus

Guy Mystille, Insee

L’emploi salarié marchand martiniquais se stabilise en 2014, malgré les écarts constatés d’un trimestre à l’autre. Les rebonds sont le fait du secteur tertiaire marchand et les replis sont alimentés par la versatilité des secteurs de la construction et de l’industrie.

Insee Conjoncture Martinique
No 1
Paru le : 15/06/2015

Une stabilité toute relative

En moyenne annuelle, le nombre de personnes en emploi diminue de 1 % par rapport à 2013, quand celui de la Guadeloupe se dégrade davantage (– 3 %). En cinq années, il a reculé de 4,7 %, moins défavorablement qu’en Guadeloupe (– 5,2 %). Ces résultats témoignent d’une situation morose, comparé à la Guyane où le nombre de personnes en emploi augmente de 1 % en un an, et de 11 % entre 2010 et 2014.

Le début de l’exercice 2014 est malgré tout marqué par une hausse de l’emploi salarié marchand qui s’inscrit dans la foulée de la hausse saisonnière de la fin de l’année 2013. Elle ne s’est pas confirmée au trimestre suivant, traduisant ainsi le caractère peu pérenne des contrats de travail utilisés.

Mis à part les contrats en alternance qui progressent de 66 %, les autres dispositifs d’accompagnement à l’emploi (Contrat Unique d’Insertion, Contrat Initiative Emploi..) sont moins nombreux. L’année 2014 demeure toutefois assez stable, en dépit des fluctuations observées entre les quatre trimestres.

Un secteur industriel opportuniste…

L’emploi salarié du secteur de l’industrie est en hausse de 1,7 % en début d’année, par rapport au quatrième trimestre 2013. Il se replie en cours d’exercice, selon les sous-secteurs.

Certaines activités sont pérennes et par conséquent peu changeantes en termes d’emploi. Ainsi, les activités liées à la distribution d’électricité ou d’eau qui requièrent des effectifs stables n’expriment pas de mouvements d’emploi significatifs. Il en va autrement pour le sous-secteur industriel de l’alimentaire dont l’activité est liée à de fortes saisonnalités. Il contribue ostensiblement au comportement du secteur entier : ses activités sont en lien étroit avec la consommation orientée à la hausse en fin d’année 2013, avec des répercussions au début de l’année 2014.

…celui de la construction en forte chute

En dépit d’une demande de logements individuels assez dynamique, l’emploi salarié dans le secteur de la construction n’a cessé de décliner. Entre le premier trimestre 2010 et le quatrième trimestre 2014, il a reculé de 19,7 %.

Les embellies et rebonds enregistrés pendant cette période sont ponctuels et ne durent pas. Le secteur du BTP reste encore en effet confronté aux problématiques d’une crise conjoncturelle alimentée par la rareté des grands chantiers, l’exiguïté du territoire et une concurrence désormais élargie.

Le tertiaire marchand soutient l’emploi

En 2014, l’emploi salarié est soutenu par le secteur tertiaire marchand, au sein duquel le plus gros employeur demeure le commerce de détail en magasin spécialisé, qu’il soit alimentaire, en équipements de la maison, électroménager ou vente de carburant. Toutefois, ce sous-secteur bénéficie d’une stabilité relative : les variations d’effectifs ne sont pas de forte amplitude, mais elles sont davantage orientées à la baisse qu’à la hausse. La tenue du secteur tertiaire marchand est aussi le fait du sous-secteur des autres activités de service au sein duquel les activités des organisations associatives pèsent pour beaucoup dans les mouvements d’emploi.

L’intérim peu utilisé

En 2014, 25 400 contrats d’intérim ont été conclus en Martinique. C’est beaucoup plus qu’en Guadeloupe, qui en comptabilise 18 500 sur la même période. Toutefois, le recours à de tels contrats est moindre en 2014, par rapport à 2013. Les entreprises martiniquaises ont davantage sollicité les agences d’intérim au cours du second semestre qu’au cours du premier. En volume moyen de travail intérimaire, la Martinique comptabilise 9 300 équivalents temps plein, soit une valeur inférieure à celle enregistrée en Guadeloupe (9 900).

Figure 1 – Chiffres clés de l'emploi en 2014

Chiffres clés de l'emploi en 2014
Nombre de salariés (effectif) Évolution 2013/2014 (%)
Industrie 8 468 -0,7
Construction 5 998 -3,3
Tertiaire marchand 48 551 0,6
Total (hors agriculture) 63 017 0,0
Agriculture 4 333 0,9
Total 67 350 0,1
  • Source : Epure.

Figure 2 – Légère baisse dans les DFA en 2014 par rapport à 2013

Indice base 100 en 2009T2
Légère baisse dans les DFA en 2014 par rapport à 2013
Guadeloupe Guyane Martinique
2009 T2 100 100 100
2009 T3 101,5 103,2 97,9
2009 T4 102,7 104,4 97,9
2010 T1 107,4 104,9 98,0
2010 T2 106,5 103,7 99,5
2010 T3 104,9 104,5 99,2
2010 T4 107,8 106,2 100,1
2011 T1 107,9 107,9 96,6
2011 T2 107,9 106,7 96,6
2011 T3 107,4 112,6 97,4
2011 T4 106,4 111,2 95,1
2012 T1 107,8 113,6 95,1
2012 T2 108,3 115,4 95,8
2012 T3 104,8 114,3 95,1
2012 T4 105,1 116,1 95,6
2013 T1 107,8 116,8 97,3
2013 T2 106,0 115,2 95,6
2013 T3 101,1 114,6 93,7
2013 T4 102,3 117,6 94,3
2014 T1 103,2 116,6 94,7
2014 T2 101,5 116,1 94,3
2014 T3 99,5 116,9 94,9
2014 T4 100,1 117,1 94,4
  • Source : Epure.

Figure 2 – Légère baisse dans les DFA en 2014 par rapport à 2013Évolution de l'emploi salarié dans les secteurs concurrentiels (en %)

Figure 3 – 2014, un exercice stable par rapport à 2013, sauf pour la Guadeloupe - Évolution de l'emploi salarié dans les secteurs concurrentiels (en %)

2014, un exercice stable par rapport à 2013, sauf pour la Guadeloupe - Évolution de l'emploi salarié dans les secteurs concurrentiels (en %)
poste d'activité du tertiaire marchand Guadeloupe Martinique Guyane
évolution 2014T4 / 2014T3 évolution 2014T4 / 2013T4 évolution 2014T4 / 2014T3 évolution 2014T4 / 2013T4 évolution 2014T4 / 2014T3 évolution 2014T4 / 2013T4
Commerce 0,1 -0,8 0,3 -0,5 1,8 5,4
autres activités de services -7,4 1,6 -4,4 8,1 -12,5 -1,0
Transport et entreposage 2,3 -1,3 2,0 4,0 0,4 5,1
Hébergement et restauration 14,1 2,9 4,8 1,2 0,1 4,2
Information et communication -0,4 -0,6 0,8 -1,8 8,4 7,2
Activités financières et d'assurance -0,3 -0,2 -0,8 -0,6 -0,7 1,9
Activites immobilères 1,2 -7,2 0,4 1,6 -2,0 1,8
Activités Scientifiques et techniques - Services administratifs et de soutien 2,0 -6,6 -2,4 -2,4 2,9 -6,6
Ensemble tertiaire marchand 1,2 -1,8 -0,4 0,6 0,3 0,7
  • Note : l'évolution en glissement annuel rapporte les effectifs du 31 décembre 2014 aux effectifs du 31 décembre 2013.
  • Source : Epure.

Figure 4 – Une année plutôt stable

Indice base 100 en 2009T4
Une année plutôt stable
Industrie Construction Tertiaire marchand Ensemble
2009 T2 100 100 100 100
2009 T3 98 94 97 97
2009 T4 99 94 98 98
2010 T1 101 91 99 98
2010 T2 100 94 100 100
2010 T3 99 90 101 99
2010 T4 98 83 100 98
2011 T1 96 84 99 97
2011 T2 97 81 100 97
2011 T3 95 82 101 98
2011 T4 92 77 99 95
2012 T1 93 77 99 95
2012 T2 93 78 99 96
2012 T3 92 77 99 95
2012 T4 92 78 99 96
2013 T1 95 80 101 97
2013 T2 95 77 99 96
2013 T3 94 75 97 94
2013 T4 93 74 98 94
2014 T1 95 75 98 95
2014 T2 94 74 98 94
2014 T3 92 73 99 95
2014 T4 92 73 99 94
  • Source : Epure.

Figure 4 – Une année plutôt stableÉvolution de l'emploi salarié marchand en Martinique (en %)

Figure 5 – Un secteur peu usité dans les DFA

Un secteur peu usité dans les DFA
Guadeloupe Martinique Guyane
Janvier 2 484 1 888 1 076
Février 1 452 2 342 759
Mars 1 734 1 811 826
Avril 1 141 1 919 804
Mai 1 226 2 149 690
Juin 1 182 1 536 759
Juillet 1 273 1 954 1 108
Août 1 666 2 038 1 078
Septembre 1 712 3 220 1 040
Octobre 999 2 526 867
Novembre 1 884 2 033 1 166
Décembre 1 760 2 000 1 055
  • Source: Dares.

Figure 5 – Un secteur peu usité dans les DFANombre de contrats d'intérim conclus en 2014 selon le département (en nombre)

Pour en savoir plus

Documentation

Définitions (pdf, 48 Ko)