Bilan économique 2014 de Lorraine

La conjoncture économique reste morose en 2014 en Lorraine, dans un contexte peu porteur. L'emploi salarié diminue encore. Cette détérioration se ressent dans la quasi-totalité des secteurs d'activité. Le taux de chômage, en hausse en Lorraine comme en France, s'établit à 10,7% dans la région au dernier trimestre.

Insee Conjoncture Lorraine
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Chute de la construction neuve en 2014

Bruno Desjardins, Dreal Lorraine

En Lorraine, 8 300 logements ont été mis en chantier en 2014, soit une baisse de 18 % par rapport à 2013. La Meurthe-et-Moselle est le département lorrain qui résiste le mieux, avec une baisse contenue à 6 %, grâce à une petite progression dans la construction de logements collectifs. Le nombre d’autorisations de construire, indiquant l’activité à venir, est en baisse de 11 % pour les logements, et de 24 % pour les locaux professionnels. Le marché du logement neuf se contracte encore, atteignant son plus bas niveau depuis 1997. Le secteur du bâtiment demeure sinistré.

Insee Conjoncture Lorraine
Paru le : 29/05/2015

La baisse de la construction neuve de logements est forte en Lorraine. Depuis la chute de 2009, le marché de la construction neuve se maintenait autour de 10 000 logements par an. En 2014, à partir des déclarations enregistrées, et selon une nouvelle méthode mise en place, on estime le nombre d’ouvertures de chantiers à 8 300 en Lorraine en 2014, soit un niveau en diminution de 18,7 % par rapport à 2013. Le creux de 9 800 mises en chantier atteint lors de la crise immobilière de 2009 est dépassé.

La baisse de la construction neuve de logements est généralisée. En moyenne, en France métropolitaine, les mises en chantier chutent de 10,5 % comparées à l’année précédente, soit une baisse moins forte qu'en Lorraine. Seule l’Alsace enregistre une évolution positive.

1 – Logements commencés par département

en %
Logements commencés par département
Logements en 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Meurthe-et-Moselle 2 500 -6,3 -1,0
Meuse 300 -34,0 -8,4
Moselle 4 500 -20,2 -1,9
Vosges 1 000 -30,1 -4,9
Lorraine 8 300 -18,7 -2,2
France métropolitaine 358 900 -10,5 +0,1
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015

Le logement collectif résiste en Meurthe-et-Moselle

La baisse des mises en chantier en 2014 touche principalement les logements individuels groupés (lotissements), qui chutent de 37 % par rapport à 2013, et les maisons individuelles en baisse de 21 %. La construction de logements collectifs ne diminue que de 13 % globalement en Lorraine, avec 4 650 logements commencés. La Meurthe-et-Moselle est le département où le nombre de mises en chantier diminue le moins (- 6 %), avec même une petite progression de 4 % de la construction de logements collectifs.

Les permis de construire encore en baisse

Les projets de construction, indiquant l’activité à venir, sont encore en baisse (- 10 ,7 % par rapport à l'année antérieure) soit 8 900 permis de construire accordés, niveau le plus bas enregistré depuis les années quatre-vingt-dix. Le recul concerne tous les départements lorrains, à l'exception de la Meurthe-et-Moselle en ce qui concerne les logements collectifs, avec des autorisations qui progressent de 8 % par rapport à l'année 2013, seul petit signal positif de reprise locale.

France entière, la baisse des permis de construire est à peine plus limitée (- 10,5 %). Quelques régions enregistrent des évolutions positives comme l’Île-de-France et l’Alsace.

La part des logements collectifs dans les permis de construire est de 48 % en Lorraine, et de 58 % France entière.

2 – Logements autorisés par département

en %
Logements autorisés par département
Logements en 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Meurthe-et-Moselle 2 800 +10,1 -9,6
Meuse 300 -26,5 -15,0
Moselle 4 950 -10,4 -5,1
Vosges 850 -43,3 -9,0
Lorraine 8 900 -10,7 -7,5
France métropolitaine 375 400 -10,5 -2,4
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015

3 – Évolution de la construction de logements

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de logements
Logements autorisés - Lorraine Logements commencés - Lorraine Logements autorisés - France métropolitaine Logements commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 105,5 118,12 109,31 105,82
2007 103,05 105,1 103,75 105
2008 88,41 84,1 85,6 85,5
2009 61,08 71,01 68,3 74,55
2010 71,34 78,3 85,54 89,0
2011 86,0 76,1 93,9 90,52
2012 75,0 70,3 86,5 85,4
2013 59,8 74,6 75,6 85,8
2014 50,61 59,42 67,3 76,4
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels et collectifs.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015

3 – Évolution de la construction de logements

Surfaces de locaux professionnels en baisse

La construction de locaux non résidentiels baisse également fortement en 2014. Les superficies commencées diminuent de 15 % en Lorraine, les superficies autorisées chutent de 24 %.

Dans la région, 881 000 m² de locaux ont été autorisés, soit 2,7 % du total France. Les secteurs de l’agriculture et des services d’intérêt collectif représentent les plus fortes superficies.

Tous les secteurs d’activité enregistrent des baisses, à l’exception des bureaux dont la superficie autorisée progresse de 32 %. Avec 117 000 m² de construction autorisée, les bureaux dépassent désormais l’industrie ou les entrepôts, traditionnellement importants en Lorraine.

4 – Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

en %
Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type
Lorraine France métropolitaine
Surfaces autorisées en 2014 (en milliers de m² ) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (1) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (1)
Artisanat 32 -9,0 63,9 5,2 42,1
Bureaux 117 32,0 -4,9 -22,3 -1,5
Commerce 89 -45,7 5,8 -14,1 0,6
Entrepôt 110 -29,4 -5,8 8,3 -6,6
Exploitation agricole ou forestière 272 -31,2 -5,3 -13,5 -2,0
Hébergement hôtelier 15 -29,6 18,7 -16,1 3,5
Industrie 81 -22,2 -10,2 -2,0 -14,9
Service public ou d'intérêt collectif 164 -18,6 4,7 -19,7 -0,9
Ensemble 881 -24,5 -2,4 -11,5 -3,1
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015

Recul des ventes de logements neufs

Dans le prolongement de l’année 2013, le marché immobilier neuf s’ajuste à la baisse en 2014 en Lorraine. Les ventes d’appartements neufs diminuent de 10,8 % en moyenne, soit une baisse nettement plus forte qu'au niveau national (- 2,4 %). Cette baisse touche plus particulièrement la Moselle (- 21 %) et les Vosges (- 45 %). L’impact sur le département des Vosges est toutefois moins important, le volume des ventes y étant moindre (moins de 5 % des ventes de Lorraine pour 2014). Seul le département de la Meurthe-et-Moselle voit ses ventes augmenter pour la deuxième année consécutive (+ 25 %).

L’offre d’appartements en Lorraine enregistre une forte baisse (- 42 %). Les promoteurs ont pris acte de la baisse des ventes. Le stock de logements disponibles diminue de 3,4 %, mais demeure à un niveau élevé. Les prix moyens restent stables (- 0,4 % en Lorraine, comme au niveau national). Les ventes de pavillons individuels neufs sont également en forte baisse par rapport à 2013 (- 20,8 %), avec des prix contenus (- 1 %). Au total, 1 063 logements ont été vendus en Lorraine, soit le chiffre le plus bas depuis 1997, une année moyenne sur la période correspondant à 1 800 ventes.

5 – Ventes des maisons et des appartements neufs

en %
Ventes des maisons et des appartements neufs
Lorraine France métropolitaine
En 2014 (nombre ou prix en euro) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (2) En 2014 (nombre ou prix en euro) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (2)
Maisons neuves
Nombre de ventes (1) 171 -20,8 10,0 7 263 -17,6 -3,9
Prix moyen par maison 186 424 -1,0 -1,5 252 614 2,0 -0,2
Appartements neufs
Nombre de ventes (1) 892 -10,8 -3,2 78 558 -2,4 3,5
Prix moyen au m² 2 678 -0,4 2,6 3 862 -0,4 3,0
  • (1) : réservations avec dépôt d'arrhes.
  • (2) : taux d'évolution annuel qu'auraient connu le nombre de ventes ou le prix moyen si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • nd : données non disponibles.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN

Encadré

La base de données Sit@del2

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l'énergie (MEDDE). Les mouvements relatifs à la vie du permis (dépôts, autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier, déclarations d'achèvement des travaux) sont exploités à des fins statistiques.

Les statistiques relatives à la construction de logements évoluent. Une nouvelle méthode visant à retracer les autorisations et les mises en chantier à leur date réelle estimée est dorénavant utilisée. Cette nouvelle méthode améliore le diagnostic conjoncturel produit à partir de la base Sit@del2 en corrigeant notamment les éventuels défauts de collecte. Les données historiques ont ainsi été réévaluées. La comparaison avec les publications précédentes n’est donc plus pertinente.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application S it@del 2.

Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la date de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.