Economie et Statistique n°383-384-385 - Les approches de la pauvreté à l'épreuve des comparaisons internationales

Economie et Statistique
Paru le : 01/12/2005
Consulter

Roumanie : une agriculture de survie, après l'industrialisation forcée

Viorica Duma, Maria Molnar, Filofteia Panduru et Daniel Verger

Avec une politique d'industrialisation et de développement des infrastructures, la population urbaine a triplé pendant le régime communiste et sa part dans le total de la population a progressé. À partir de 1996, le flux migratoire s'est inversé. Ce retour à la campagne est à relier à la contraction de l'emploi dans les secteurs secondaires et tertiaires et à la restitution de terres. Au cours de la transition vers l'économie de marché, les revenus réels ont connu une baisse rapide liée à l'inflation. Le désordre économique général et la baisse de la production ont aussi participé à cette baisse rapide des revenus réels. L'existence d'une économie souterraine qui s'est développée dans des proportions généralement considérées comme préoccupantes a eu une forte influence sur le niveau (à la hausse) et la distribution des revenus (hausse des inégalités). Le régime communiste avait assuré un logement à pratiquement tous les citoyens roumains. Ces logements ont été vendus à leurs occupants à des conditions avantageuses après 1989. Ainsi, aujourd'hui, 95 % des ménages possèdent leur propre logement. Mais la baisse de la construction dans les années 1990 fait qu'à présent, la demande de logement est bien supérieure à l'offre, surtout pour les logements sociaux. Les conditions de logement restent médiocres en particulier dans les zones rurales en raison de l'absence d'équipements publics. Dans les zones urbaines, l'augmentation rapide du prix des charges a coïncidé avec une baisse de la capacité pécuniaire des ménages et les logements qui ne sont plus raccordés aux réseaux publics sont de plus en plus nombreux. L'incidence de la pauvreté est tout particulièrement élevée dans les zones rurales où bas revenus, faibles dotations et mauvaise conditions de confort affectent une part importante des ménages. La pression de difficultés financières grandissantes, due au chômage ou à la faiblesse des retraites, marque aussi la vie d'une part importante des ménages urbains.

Economie et Statistique
No 383-384-385
Paru le : 01/12/2005