Insee
Insee Conjoncture Guadeloupe · Juin 2023 · n° 24
Insee Conjoncture GuadeloupeBilan économique 2022 - Guadeloupe Une reprise d’activité entravée par les tensions inflationnistes

En 2022, avec l’allègement des restrictions sanitaires, l’activité économique guadeloupéenne se redresse. Toutefois, le renforcement des tensions inflationnistes entrave la reprise. La consommation des ménages repart à la hausse grâce aux mesures gouvernementales en faveur du pouvoir d’achat et aux augmentations salariales. Les entreprises guadeloupéennes continuent d’investir cette année malgré un climat national et international d’incertitude économique. Ces investissements dynamisent la création d’emplois et influent sur la demande d’emploi dans un contexte ou le taux de chômage est deux fois et demi supérieur à celui observé au niveau national. La création d’entreprise est à son plus haut niveau des 20 dernières années. Enfin, l’activité touristique se redresse nettement grâce au ralentissement de l’épidémie de Covid-19 sans pour autant retrouver son niveau de 2019.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 24
Paru le :Paru le01/06/2023

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2022 publiés par l'Insee.

Retrouvez les bilans des autres régions.

Consulter

Transport automobile - Le marché des véhicules neufs en mutation en Guadeloupe Bilan économique 2022

Barbara Luquet (Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Guadeloupe)

En 2022, en Guadeloupe, 20 790 véhicules routiers neufs sont immatriculés, soit 16 % de plus que l’année précédente. D’une part, les personnes morales ont acheté davantage de voitures particulières et commerciales qu’en 2021 (+23 %). D’autre part, le nombre de cyclomoteurs vendus (en particulier électriques) est très important (2 100 unités). La part des motorisations diesel (y compris les hybrides non rechargeables) poursuit sa décrue au profit des motorisations électriques et hybride, en nette augmentation (+21 %). Avec 29 500 unités vendues, le marché de l’occasion est en diminution de 5 % par rapport à 2021.

Insee Conjoncture Guadeloupe

No 24

Paru le :01/06/2023

Le marché du neuf en progrès malgré le contexte difficile

En 2022, malgré un contexte mondial qui connaît des difficultés d’approvisionnement, 20 790 véhicules neufs toutes catégories confondues sont vendus en Guadeloupe soit 16 % de plus qu’en 2021 (figure 1). Cette croissance du marché guadeloupéen se situe entre celle de la Martinique (+10 %) et de la Guyane (+24 %). Au niveau national, la tendance est toujours à la baisse avec un recul de 9 % entre 2021 et 2022 (-24 % entre 2019 et 2022).

Pour l’ensemble des immatriculations, le dynamisme du marché guadeloupéen est porté par les personnes morales (État, collectivités territoriales, associations, entreprises…). Leurs achats augmentent de 23 % contre 10 % pour les personnes physiques.

Plus de huit véhicules neufs sur dix neufs vendus appartiennent aux catégories des voitures, véhicules utilitaires légers, poids lourds et transports en commun soit 17 460 unités. Leur progression est de 7 % entre 2021 et 2022 contre une baisse de 10 % pour la France entière (figure 2).

Figure 1Ensemble des immatriculations de véhicules neufs en Guadeloupe, Antilles-Guyane et France entière par catégories en 2022

(en unités)
Ensemble des immatriculations de véhicules neufs en Guadeloupe, Antilles-Guyane et France entière par catégories en 2022 ((en unités)) - Lecture : 20 785 véhicules neufs, toutes catégories confondues, sont immatriculés en Guadeloupe en 2022.
Catégories de véhicules Guadeloupe Evolution 2021 - 2022 (en %) Antilles-Guyane Evolution 2021 - 2022 (en %) France entière Evolution 2021 - 2022 (en %)
Voitures, véhicules utilitaires légers, poids lourds et transports en commun 17 463 7,3 40 774 2,7 1 988 206 -9,9
Dont voitures particulières et commerciales 14 507 8,9 33 428 4,0 1 576 950 -7,7
Dont véhicules utilitaires légers 2 831 2,6 6 940 -1,7 358 893 -19,3
Dont poids lourd (camions, tracteurs routiers, VASP > 3,5 t de PTAC) 99 -36,5 292 -20,9 46 171 0,5
Dont transport en commun 26 -35,0 114 -20,8 6 192 -14,1
Moto, tricycle, quadricycle à moteur et Cyclomoteurs 3 028 104,0 12 363 96,8 329 787 -4,8
Dont Motocycles, Tricycles, quadricycles à moteur 960 35,4 2 639 11,3 226 312 -5,5
Dont Cyclomoteurs (< 50 cm3) 2 068 166,8 9 724 148,6 103 475 -3,1
Autres véhicules 294 28,4 823 19,8 144 116 -6,6
Dont tracteurs agricoles 148 37,0 408 18,3 63 396 -3,2
Dont remorques 146 20,7 415 21,3 80 720 -9,1
Ensemble des immatriculations neuves 20 785 15,5 53 960 15,6 2 462 109 -9,1
  • Lecture : 20 785 véhicules neufs, toutes catégories confondues, sont immatriculés en Guadeloupe en 2022.
  • Source : SdeS – Répertoire statistique des véhicules routiers.

Figure 2Immatriculation de véhicules neufs par type de véhicule

Immatriculation de véhicules neufs par type de véhicule
Zonage Nombre d’immatriculations en 2022 Évolution (%)
Ensemble ¹ Dont véhicules particuliers Dont véhicules utilitaires légers ² Dont véhicules industriels à moteur ³ 2021 - 2022 2019 - 2022 Évolution annuelle moyenne 2016 - 2021 *
Guadeloupe 17 463 14 507 2 831 99 7,3 -13,5 -1,5
France entière 1 988 206 1 576 950 358 893 46 171 -9,9 -29,3 -2,8
  • ¹ : y compris immatriculations de transports en commun.
  • ² : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • ³ : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • * : évolution qui aurait été observée pour les immatriculations de véhicules neufs, pour chaque année de la période considérée, en supposant une évolution identique chaque année.
  • Note : données brutes.
  • Champ : les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Ces données ne comprennent pas les véhicules immatriculés en transit temporaire (TT), importés en transit (IT), de l’administration civile de l’État, militaires, ainsi que les immatriculations provisoires (plaques W ou WW).
  • Source : SDES, Rsvero.
Avertissement sur les immatriculations

Les données d’immatriculations sont calculées sur un champ homogène avec les données de parc publiées. Toutes les immatriculations sont prises en compte, à l’exception des immatriculations provisoires et transit temporaire. Des corrections aux séries diffusées en 2022 sur ce nouveau champ ont également été apportées afin de refléter les caractéristiques des véhicules lors de leur première immatriculation. En effet, certains véhicules avaient été dénombrés selon leurs caractéristiques et localisation actuelles qui pouvaient être, dans certains cas, différentes de celles de leur première immatriculation (par exemple, un véhicule utilitaire léger immatriculé en 2015 puis revendu en 2017 comme voiture avait été comptabilisé comme voiture particulière en 2015). Ces véhicules sont désormais reclassés dans leur catégorie initiale.

Les cyclomoteurs en forte progression sur l’archipel guadeloupéen

En 2022, la part des ventes de voitures particulières et commerciales dans l’ensemble du parc immatriculé recule de 4 points par rapport à 2021, poursuivant une tendance à la baisse depuis 3 ans (81 % en 2019 contre 70 % en 2022). Cette diminution se fait au profit des motocycles, tricycles et quadricycles à moteur qui représentent désormais 15 % des immatriculations de véhicules neufs, dont deux tiers de cyclomoteurs. Leur nombre a été multiplié par 2,7 entre 2021 et 2022 passant de 780 à 2 070 unités. Ils représentent la plus forte contribution à l’augmentation du nombre de véhicules vendus. Ces véhicules de moins de 50 cm3, qui nécessitent un brevet de sécurité routière pour les personnes nées après 1987, sont accessibles à partir de 14 ans. Ils sont un moyen de locomotion peu coûteux dans un contexte économique local complexe où un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Sur ces 2 070 cyclomoteurs vendus en 2022, 78 % sont électriques (1 610 unités). Ce type de véhicule bénéficie de nombreuses offres commerciales, primes et bonus environnementaux (figure 3). La dynamique de progression des immatriculations de cyclomoteurs électriques s’observe également en Guyane avec 3 340 unités vendues (57 % des ventes de cyclomoteurs) et en Martinique avec 1 670 immatriculations (93 % des ventes de cyclomoteurs).

Figure 3Évolution des ventes de cyclomoteurs en Guadeloupe

(en unités)
Évolution des ventes de cyclomoteurs en Guadeloupe ((en unités))
Année Électrique et hydrogène Essence thermique Ensemble
2016 2 731 733
2017 3 962 965
2018 37 310 347
2019 88 494 582
2020 181 761 942
2021 303 472 775
2022 1 613 455 2 068
  • Source : SdeS – Répertoire statistique des véhicules routiers.

Figure 3Évolution des ventes de cyclomoteurs en Guadeloupe

  • Source : SdeS – Répertoire statistique des véhicules routiers.

700 voitures électriques immatriculées en 2022

Avec la mise en place de normes écologiques plus contraignantes, l’offre des constructeurs automobiles s’adapte avec des motorisations des véhicules particuliers proposés à la vente plus diversifiées. Malgré les difficultés d’approvisionnement du marché, le nombre de voitures électriques continue de progresser sur l’archipel et atteint 700 unités en 2022 soit 21 % de plus qu’en 2021. Ainsi, 5 % des voitures vendues en 2022 sont électriques contre 1 % en 2019 (figure 4).

Entre 2021 et 2022, les ventes de voitures essence hybrides (non rechargeables) progressent de 46 % pour atteindre 2 410 unités. Les modèles thermiques essences augmentent également, mais moins fortement (+12 %).

À l’inverse, les immatriculations des modèles les plus polluants (thermiques gazole) sont en net repli sur cette période (-26 %). Ils représentent 12 % des ventes en 2022 contre 18 % en 2021. En 2016, ils représentaient 41 % des ventes.

Au niveau national, la tendance est similaire et la transformation du parc automobile se poursuit. La motorisation électrique et hybride rechargeable représente 21 % des ventes en 2022, contre 18 % en 2021. La motorisation électrique confirme sa dynamique en progressant de 25 % sur 1 an.

En Guadeloupe, la part des voitures dont la puissance est comprise entre 1 et 6 chevaux fiscaux demeure majoritaire (71 %). Le marché augmente de 14 % après avoir baissé entre 2019 et 2021 sans pour autant rattraper son niveau de 2016 (80 %). Cette part a baissé au profit de plus gros modèles type SUV (puissance comprise entre 7 et 10 CV). Ces modèles représentent désormais plus d’une voiture neuve sur quatre en 2022. Les plus gros modèles, type 4 × 4 ou voitures sportives (11 CV et plus), demeurent peu présents (figure 5).

Figure 4Structure selon le carburant des immatriculations particulières neuves en Guadeloupe

(en %)
Structure selon le carburant des immatriculations particulières neuves en Guadeloupe ((en %))
Année Part de l’essence (thermique) Part de l’essence(y compris hybrides NR) Part du gazole (thermique) Part du gazole(y compris hybrides NR) Part des hybrides rechargeables Part des électriques
2016 56,6 58,3 41,2 41,3 0,1 0,3
2017 61,5 63,3 36,2 36,2 0,1 0,4
2018 66,5 68,1 31,1 31,1 0,2 0,6
2019 69,8 71,8 26,8 27,0 0,3 0,9
2020 63,2 67,4 28,2 28,9 1,3 2,3
2021 59,8 72,2 18,1 20,7 2,8 4,3
2022 61,6 78,2 12,4 14,0 3,0 4,8
  • Source : SdeS – Répertoire statistique des véhicules routiers.

Figure 5aImmatriculations des voitures particulières neuves par puissance administrative en GuadeloupePourcentage

(en %)
Immatriculations des voitures particulières neuves par puissance administrative en Guadeloupe ((en %))
Année 1 à 6 CV 7 à 10 CV 11 CV et plus
2016 80 17 3
2017 80 18 2
2018 79 19 2
2019 76 21 3
2020 70 28 2
2021 67 30 3
2022 71 27 2
  • Source : SdeS – Répertoire statistique des véhicules routiers.

Ralentissement du marché de l’occasion sauf pour les voitures hybrides et électriques

En 2022, le marché de l’occasion des véhicules routiers, toutes catégories confondues, représente 29 500 unités dont en partie des voitures de concession automobile qui ont pu servir de véhicules de démonstration. Le nombre d’immatriculations diminue de 5 % par rapport à 2021. Cette baisse est essentiellement portée par les véhicules particuliers (-5 %). Néanmoins, cette catégorie de véhicules reste majoritaire (81 %) dans ce segment du marché (figure 6).

Les motorisations thermiques essence (-5 %) et diesel (-8 %) sont en repli en 2022. Elles sont présentes à parts égales dans les ventes automobiles d’occasion au cours de l’année (48 % chacune).

Arrivées plus récemment sur le marché de l’automobile de seconde main, les motorisations électriques et hybrides rechargeables représentent tout de même plus de 4 % du marché soit 1 100 voitures. Elles sont en constante progression depuis 2016.

Contrairement au marché des véhicules neufs, les ventes des cyclomoteurs d’occasion ont fortement diminué (-31 %) avec 410 unités vendues en 2022 contre 590 en 2021.

Figure 6Ensemble des immatriculations de véhicules d’occasions en Guadeloupe par catégories de 2016 à 2022

(en unités)
Ensemble des immatriculations de véhicules d’occasions en Guadeloupe par catégories de 2016 à 2022 ((en unités))
Catégories de véhicules 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
Voitures, véhicules utilitaires légers, poids lourds et transports en commun 27 487 26 858 28 634 27 192 28 615 29 038 27 752
Dont voitures particulières et commerciales 23 631 23 081 24 712 23 351 24 657 25 157 23 893
Dont véhicules utilitaires légers 3 555 3 478 3 666 3 539 3 651 3 623 3 640
Dont poids lourd (camions, tracteurs routiers, VASP > 3,5 t de PTAC) 230 232 219 237 252 203 182
Dont transport en commun 71 67 37 65 55 55 37
Moto, tricycle, quadricycle à moteur et Cyclomoteurs 1 862 1 752 1 749 1 502 1 532 1 807 1 577
Dont Motocycles, Tricycles, quadricycles à moteur 1 312 1 233 1 091 1 097 1 094 1 221 1 171
Dont Cyclomoteurs (< 50 cm3) 550 519 658 405 438 586 406
Autres véhicules 123 124 126 107 121 155 164
Dont tracteurs agricoles 67 43 54 55 63 63 81
Dont remorques 56 81 72 52 58 92 83
Ensemble des immatriculations neuves 29 472 28 734 30 509 28 801 30 268 31 000 29 493
  • Source : SdeS – Répertoire statistique des véhicules routiers.

Encadré - Environnement et parc de véhicules particuliers en Guadeloupe

On estime à plus de 200 000 les véhicules particuliers en circulation sur les routes de Guadeloupe au 1er janvier 2022. 92 % de ces véhicules sont classées dans les vignettes Crit’air 1 à 3, les moins polluantes.

Publication rédigée par :Barbara Luquet (Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement de Guadeloupe)

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

Les données d’immatriculations sont recalculées sur un champ homogène depuis janvier 2011 avec les données de parcs publiées par le SDES. Le champ géographique est la France dans son ensemble et non plus la France métropolitaine. Toutes les données d’immatriculations sont prises en compte, à l’exception des immatriculations provisoires et transit temporaire, et portent sur l’ensemble des véhicules connus dans le répertoire.

Les deux marchés des véhicules routiers, celui des nouvelles immatriculations de véhicules neufs, ainsi que celui des opérations de changement de titulaire et les premières immatriculations en France de véhicules d’occasion importés sont pris en compte. Les changements de domicile, d’état civil ou de raison sociale des propriétaires, les changements de locataire de longue durée, les déclarations de cession ou les déclarations d’achat des professionnels de l’automobile non suivies d’un changement de propriétaire ne sont pas pris en compte. La localisation géographique prise en compte est celle de l’utilisateur du véhicule : le titulaire du certificat d’immatriculation ou le locataire d’une location longue durée ou avec option d’achat.

Au niveau des motorisations, les regroupements ont été revus pour une meilleure adéquation avec les politiques publiques d’aide à la conversion du parc automobile. Ainsi, compte-tenu de leur classement dans le système Crit’Air, les hybrides « non rechargeables » sont dorénavant regroupées avec leur carburation associée, entre essence et diesel. Les motorisations essence ou diesel sont donc ainsi présentées, y compris les hybrides non rechargeables ; cependant au sein de chaque catégorie, les parts respectives des véhicules thermiques et hybrides « non rechargeables » sont détaillées.

Sources

Ouvrir dans un nouvel ongletSDES - Immatriculations de véhicules routiers.

Les données proviennent du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) géré par le service des données et études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique. Il recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français à partir des informations issues du système d’immatriculation des véhicules (SIV) et transmises par le ministère de l’Intérieur (Agence nationale des titres sécurisés).

Définitions

Les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Les immatriculations provisoires de véhicules neufs (plaques commençant par WW) ne sont pas comptabilisées.

Catégories de véhicules routiers immatriculés :

poids lourd (camions, tracteurs routiers,VASP > 3,5 t de PTAC), transport en commun, remorques, tracteurs agricoles, véhicules utilitaires légers, motocycles, tricycles, quadricycles à moteur, voitures particulières et commerciales, cyclomoteurs (< 50 cm3).

Voiture particulière et commerciale :

véhicule routier automobile, autre qu’un deux-roues à moteur ou une voiturette, destiné au transport de voyageurs et conçu pour un nombre de places assises égal au maximum à neuf (y compris celle du conducteur).

Cyclomoteur :

véhicule à moteur, muni de deux ou trois roues, de cylindrée inférieure à 50 cm3 et dont la vitesse ne peut excéder 45 km/h.

SUV :

Sport Utility Véhicule.

Le parc en circulation :

un véhicule est considéré dans le parc en circulation, s’il vérifie les conditions suivantes :

  • le véhicule a été immatriculé au système d’immatriculation des véhicules (SIV) avant le 1er janvier de l’année ;
  • aucune opération de sortie de parc n’a été déclarée à l’Agence nationale des titres sécurisées (ANTS) ;
  • le véhicule est à jour de son contrôle technique : compte tenu du fait qu’un grand nombre de véhicules passent leur contrôle technique en retard, un véhicule qui n’est pas à jour de son contrôle technique au 31 décembre de l’année N, mais qui finalement passe son contrôle technique avec moins d’un an de retard, sera considéré dans le parc au 31 décembre. Pour l’année 2020, pour les véhicules en retard de leur contrôle technique au 31 décembre 2020, on applique une probabilité que le véhicule passe un contrôle technique avec moins d’un an de retard.

Définitions

Les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Les immatriculations provisoires de véhicules neufs (plaques commençant par WW) ne sont pas comptabilisées.

Catégories de véhicules routiers immatriculés :

poids lourd (camions, tracteurs routiers,VASP > 3,5 t de PTAC), transport en commun, remorques, tracteurs agricoles, véhicules utilitaires légers, motocycles, tricycles, quadricycles à moteur, voitures particulières et commerciales, cyclomoteurs (< 50 cm3).

Voiture particulière et commerciale :

véhicule routier automobile, autre qu’un deux-roues à moteur ou une voiturette, destiné au transport de voyageurs et conçu pour un nombre de places assises égal au maximum à neuf (y compris celle du conducteur).

Cyclomoteur :

véhicule à moteur, muni de deux ou trois roues, de cylindrée inférieure à 50 cm3 et dont la vitesse ne peut excéder 45 km/h.

SUV :

Sport Utility Véhicule.

Le parc en circulation :

un véhicule est considéré dans le parc en circulation, s’il vérifie les conditions suivantes :

  • le véhicule a été immatriculé au système d’immatriculation des véhicules (SIV) avant le 1er janvier de l’année ;
  • aucune opération de sortie de parc n’a été déclarée à l’Agence nationale des titres sécurisées (ANTS) ;
  • le véhicule est à jour de son contrôle technique : compte tenu du fait qu’un grand nombre de véhicules passent leur contrôle technique en retard, un véhicule qui n’est pas à jour de son contrôle technique au 31 décembre de l’année N, mais qui finalement passe son contrôle technique avec moins d’un an de retard, sera considéré dans le parc au 31 décembre. Pour l’année 2020, pour les véhicules en retard de leur contrôle technique au 31 décembre 2020, on applique une probabilité que le véhicule passe un contrôle technique avec moins d’un an de retard.