Insee
Insee Conjoncture Centre-Val de Loire · Juin 2023 · n° 44
Insee Conjoncture Centre-Val de LoireBilan économique 2022 - Centre-Val de Loire Maintien de l’activité et hausse de l’emploi se conjuguent avec la hausse de l’inflation

La reprise économique de l’année précédente a été confortée en 2022 dans la région Centre-Val de Loire. Les départements berrichons connaissent les évolutions les moins favorables. Sur le plan sectoriel, les niveaux d’activité d’avant la crise sanitaire ne sont pas encore retrouvés dans la construction et l’industrie, malgré la poursuite de la reprise d’activité. L’emploi salarié reste en hausse (+0,8 % sur l’année), mais plus modérée qu’en 2021, tandis que le taux de chômage n’évolue pas (à 6,7 % en fin d’année).

Le fait marquant sur l’année est bien sûr la hausse des prix à la production qui relèvent de dynamiques nationales et internationales et se répercutent localement. Ils se transmettent aux prix à la consommation qui augmentent en moyenne de 5,2 % sur l’année. Les employeurs de la région font par ailleurs face en 2022 à d’importantes difficultés d’approvisionnement et de recrutement.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire
No 44
Paru le :Paru le01/06/2023

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2022 publiés par l'Insee.

Retrouvez les bilans des autres régions.

Consulter

Tourisme - Les touristes de retour dans le Centre-Val de Loire en 2022 Bilan économique 2022

Noémie Le Brazidec (Insee)

En région Centre-Val de Loire, en 2022, près de 10,3 millions de nuitées sont enregistrées dans les hébergements collectifs de tourisme. La fréquentation touristique retrouve son niveau de 2019, dernière année de comparaison précédant la crise sanitaire (+0,3 %). La hausse de fréquentation dans l’hôtellerie de plein air (+8,7 %), compense la baisse dans les autres types d’établissements de la région : -1,2 % dans les hôtels, et -4,3 % dans les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT). La clientèle non-résidente, pour partie encore contrainte par les mesures sanitaires en vigueur dans leur pays en début d’année, n’est pas totalement revenue, ni dans les hôtels, ni dans les campings. La fréquentation touristique en Centre-Val de Loire est en hausse de 20,4 % par rapport à 2021, contre 22,6 % en France métropolitaine.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire

No 44

Paru le :01/06/2023

Avertissement

Couverture des saisons touristiques :

les données sont collectées d’avril à septembre dans les campings, et toute l’année dans les hôtels et les autres hébergements collectifs de tourisme (AHCT).

En 2020 et 2021, les confinements successifs et restrictions de déplacements durant la crise sanitaire ont perturbé la collecte de l’information sur la fréquentation mensuelle des hébergements :

  • Hôtel : les données détaillées (catégorie, type de clientèle, département) ne couvrent que la période mai – décembre en 2021. En 2020, la provenance des voyageurs n’est connue que pour la période mai – octobre.
  • Camping : la saison touristique 2021 couvre les mois de mai à septembre, celle 2020 couvre les mois de juillet à septembre.
  • AHCT : les données 2021 ne couvrent que la période mai - décembre. Les données ne sont pas disponibles sur 2020.

Les calculs d’évolution doivent être réalisés avec précaution.

Révision des séries :

à partir du 1er janvier 2019, les données des hôtels, des campings et des AHCT non répondants sont imputées au moyen d’une nouvelle méthode, en fonction de leurs caractéristiques. Cette nouvelle méthode d’imputation de la non-réponse tend à revoir légèrement à la baisse le nombre total de nuitées mais n’a pas d’impact sur les évolutions.

Une légère baisse de la fréquentation dans les hôtels, sauf dans le Loir-et-Cher

En région Centre-Val de Loire, en 2022, plus de six millions de nuitées hôtelières sont enregistrées. Ce nombre est légèrement inférieur à celui de 2019 (-1,2 %), dernière année de référence avant la crise sanitaire du Covid-19 (figure 1). La baisse est plus marquée au niveau national (-3,4 %).

Figure 1Nombre de nuitées selon le type d'hébergement

Nombre de nuitées selon le type d'hébergement
Type d'hébergement Centre-Val de Loire France métropolitaine
Nombre en 2022 (milliers) Évolution entre 2019 et 2022 (%) Nombre en 2022 (milliers) Évolution entre 2019 et 2022 (%)
Hôtels 6 016 -1,2 207 301 -3,4
Campings 2 356 8,7 135 708 7,5
AHCT* 1 904 -4,3 96 343 -0,6
  • * AHCT : autres hébergements collectifs touristiques.
  • Note : données définitives.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

La fréquentation touristique dans le Centre-Val de Loire en 2022 est en redressement continu sur la première moitié d’année (-8 % au premier trimestre par rapport à 2019 et -4 % au second). Elle atteint son pic à l’été, où elle dépasse son niveau de 2019 de 3,2 %, au troisième trimestre. La fin d’année reste positive, avec une hausse de 0,8 % (figure 2).

figure 2Évolution du nombre de nuitées totales dans les hôtels en 2022 par rapport au même mois de 2019

(en %)
Évolution du nombre de nuitées totales dans les hôtels en 2022 par rapport au même mois de 2019 ((en %))
Centre-Val de Loire France entière
janv. -16,7 -28,2
févr. -3,3 -12,7
mars -5,2 -10,4
avr. -9,8 -7,9
mai 4,2 2,6
juin -6,1 -4,5
juil. 5,9 3,9
août 3,1 1,2
sept. 0,0 -1,7
oct. 0,6 2,2
nov. 0,3 -2,6
déc. 2,0 4,3
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

figure 2Évolution du nombre de nuitées totales dans les hôtels en 2022 par rapport au même mois de 2019

  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

L’évolution est un peu différente en France métropolitaine. L’écart de fréquentation avec l’année 2019, deux fois plus marqué que dans la région au premier trimestre (-16,4 %), s’atténue progressivement au cours de l’année. Au deuxième trimestre, 3,5 % de nuitées en moins sont enregistrées au niveau national, avant que la fréquentation touristique ne dépasse son niveau d’avant-crise à l’été de 1,1 %, soit 2,1 points de moins qu’en Centre-Val de Loire. La fin d’année s’inscrit dans le prolongement de la période estivale, avec un dépassement de 1,4 % de la fréquentation par rapport à 2019.

La fréquentation touristique hôtelière est en baisse dans l’ensemble des départements du Centre-Val de Loire pour l’année 2022, en comparaison avec 2019, à l’exception du Loir-et-Cher. Dans ce département à fort attrait touristique (châteaux de Chambord, de Cheverny, Zoo Parc de Beauval, etc), 9,2 % de nuitées hôtelières supplémentaires sont enregistrées en 2022 (figure 3). À l’inverse, la fréquentation des hôtels est le plus en retrait dans l’Indre (– 10,7 %), ce qui s’explique en partie par la baisse de 8,6 % de logements offerts dans son parc hôtelier. La baisse est également marquée dans le Loiret (-4,5 %), et un peu moins prononcée (inférieure à 2 %) dans les autres départements.

Figure 3Nuitées dans les hôtels par département

Nuitées dans les hôtels par département
Zonage Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2022 par une clientèle non résidente
En 2022 (milliers) Évolution entre 2019 et 2022 (%) En 2022 (%) Évolution entre 2019 et 2022 (points)
Cher 669 -1,3 16,6 0,1
Eure-et-Loir 705 -1,9 18,6 -2,5
Indre 374 -10,7 10,6 0,0
Indre-et-Loire 1 853 -1,7 23,5 -4,4
Loir-et-Cher 1 071 9,2 15,6 -2,0
Loiret 1 344 -4,5 20,0 -0,3
Centre-Val de Loire 6 016 -1,2 19,2 -2,0
France entière 211 765 -3,4 32,7 -2,5
  • Notes : données définitives.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Un touriste sur cinq du Centre-Val de Loire est non-résident (19,2 %), c’est-à-dire en provenance de l’étranger, alors que cette clientèle représente un touriste sur trois en France entière (32,7 %) comme en France métropolitaine (33,2 %). La région Centre-Val de Loire se situe en milieu de classement des régions pour l’accueil des touristes étrangers en période estivale.

Cette part varie d’un visiteur sur dix dans l’Indre (10,6 %), à près d’un sur quatre en Indre-et-Loire (23,5 %). Dans le Loiret, la clientèle non-résidente compte pour un touriste sur cinq (20,0 %). La part des voyageurs venant de l’étranger est en baisse en région, de deux points par rapport à 2019, et de 2,5 points à l’échelle nationale. Cette proportion est stable dans la moitié des départements du Centre-Val de Loire (Cher, Indre et Loiret), tandis qu’elle baisse dans l’autre moitié, de 2 à 4,4 points.

Un net rebond de l’activité touristique dans les campings

L’hôtellerie de plein air connaît un réel afflux de touristes en 2022, comme l’attestent les 2,4 millions de nuitées enregistrées entre avril et septembre en Centre-Val de Loire, soit une hausse de 8,7 % par rapport à trois ans auparavant. En France métropolitaine, une hausse est également constatée, de 7,5 % avec 136 millions de nuitées. Près des deux tiers de ces nuitées sont concentrés durant la période estivale, aux mois de juillet et août (respectivement 62,1 % pour le Centre-Val de Loire et 65,9 % pour la France métropolitaine).

Les 850 000 nuitées des touristes non-résidents représentent plus du tiers des nuitées en camping en Centre-Val de Loire (35,9 %). Cette part n’est que de 28,4 % à l’échelle nationale, soit 39 millions de nuitées. Cependant, elle était respectivement de 40,7 % (-4,8 points) et 30,1 % (-1,7 points) en région et en France métropolitaine en 2019.

Dans l’hôtellerie de plein air, plus de quatre nuitées sur dix sont louées sur des emplacements équipés en Centre-Val de Loire en 2022 (42,9 %), soit 17 points de plus qu’en 2019. L’attrait croissant pour ce type d’équipement se vérifie au niveau national, avec moins de locations nues en moyenne que dans la région : en 2022 en France métropolitaine, 56,1 % des nuitées sont issues de la location d’emplacements équipés.

La hausse du nombre de nuitées dans les campings sur la saison 2022 se décline dans l’ensemble des départements du Centre-Val de Loire (figure 4). Seul le département de l’Eure-et-Loir perd le quart de sa fréquentation touristique (-25,2 %), en lien notamment avec la baisse, du même ordre de grandeur, du nombre d’emplacements offerts dans les établissements de ce type. La hausse de fréquentation varie de +2,6 % dans le Loiret, à +34,0 % dans l’Indre (également en lien avec la hausse du nombre d’emplacements offerts).

Figure 4Nuitées dans les campings par département

Nuitées dans les campings par département
Zonage Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2022 par une clientèle non résidente Part de nuitées effectuées en 2022 sur emplacements équipés (%)
En 2022 (milliers) Évolution entre 2019 et 2022 (%) En 2022 (%) Évolution entre 2019 et 2022 (points)
Cher 129 8,4 24,9 -1,4 23,5
Eure-et-Loir 80 -25,2 30,8 -5,8 56,5
Indre 189 34,0 29,9 1,6 21,8
Indre-et-Loire 689 4,9 34,8 -3,5 37,4
Loir-et-Cher 994 13,5 37,4 -7,3 59,5
Loiret 274 2,6 44,1 -3,9 16,2
Centre-Val de Loire 2 356 8,7 35,9 -4,8 42,9
France métropolitaine 135 708 7,5 28,4 -1,7 56,1
  • Note : données définitives.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

La préférence des touristes s’affirme pour les établissements les mieux classés

La baisse de fréquentation des nuitées hôtelières en région Centre-Val de Loire, en 2022, n’est pas répartie de manière homogène selon les classements des établissements. Les hôtels ayant perdu le plus de clientèle sont non-classés, enregistrant une baisse de 17,9 % en trois ans. Dans les hôtels classés une et deux étoiles, la baisse est moins marquée (-2,2 %). À l’inverse, les hôtels disposant d’un meilleur classement enregistrent une stabilité de leur fréquentation : +0,9 % pour les établissements classés 3 étoiles, et +11,2 % pour ceux classés 4 et 5 étoiles, ce qui s’explique en partie par la hausse de 6,1 % de chambres offertes dans ces hôtels. Ces deux types d’établissements concentrent plus de la moitié des nuitées hôtelières de la région (58,6 %).

La hausse de fréquentation des campings par rapport à 2019 concerne tous les types d’établissements, quel que soit leur classement. Cette hausse atteint +4,5 % et +4,8 % pour les campings classés une et deux étoiles et pour les non-classés, tandis que 168 000 nuitées supplémentaires sont enregistrées dans les établissements classés 3 étoiles ou plus, entre 2019 et 2022, reflétant une hausse de +9,8 % (figure 5).

Figure 5Nuitées dans les campings selon la catégorie

Nuitées dans les campings selon la catégorie
Catégorie Nombre de nuitées en 2022 (milliers) Évolution entre 2019 et 2022 (%)
Centre-Val de Loire France métropolitaine Centre-Val de Loire France métropolitaine
1-2 étoiles 362 13 760 4,5 -3,6
3-4-5 étoiles 1 887 116 559 9,8 9,3
Non classés 106 5 389 4,8 1,4
Total 2 356 135 708 8,7 7,5
  • Note : données définitives.
  • Source : Insee, en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).
Publication rédigée par :Noémie Le Brazidec (Insee)

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Définitions

Les campings sont destinés à l’accueil de tentes, de caravanes, de résidences mobiles de loisirs et d’habitations légères de loisirs. Ils sont constitués d’emplacements nus ou équipés de l’une de ces installations, ainsi que d’équipements communs.

Le nombre de nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu'une nuit.

Les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelle que soit la durée du séjour.

Les voyages se décomposent en « séjours » définis par le fait d'avoir passé au moins une nuit en lieu fixe. La durée des séjours est comptabilisée en nuitées.

Rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.

Le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupés et le nombre de chambres (emplacements) offerts par les hôtels et campings ouverts.

Le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année.

Résident (au sens du tourisme) :

personne résidant en France et réalisant un séjour touristique en France.

Non-résident (au sens du tourisme) :

personne résidant à l'étranger et réalisant un séjour touristique en France.

Taux d'ouverture :

rapport entre le nombre d'hôtels ouverts au moins un jour le mois de l'enquête et le nombre d'hôtels du parc.

Pour en savoir plus

(1) Le Brazidec N., Simonovici M., « La fréquentation des hébergements collectifs de tourisme retrouve son niveau d’avant-crise », Insee Analyses Centre-Val de Loire no 89, novembre 2022.

Définitions

Les campings sont destinés à l’accueil de tentes, de caravanes, de résidences mobiles de loisirs et d’habitations légères de loisirs. Ils sont constitués d’emplacements nus ou équipés de l’une de ces installations, ainsi que d’équipements communs.

Le nombre de nuitées correspond au nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu'une nuit.

Les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelle que soit la durée du séjour.

Les voyages se décomposent en « séjours » définis par le fait d'avoir passé au moins une nuit en lieu fixe. La durée des séjours est comptabilisée en nuitées.

Rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.

Le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupés et le nombre de chambres (emplacements) offerts par les hôtels et campings ouverts.

Le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année.

Résident (au sens du tourisme) :

personne résidant en France et réalisant un séjour touristique en France.

Non-résident (au sens du tourisme) :

personne résidant à l'étranger et réalisant un séjour touristique en France.

Taux d'ouverture :

rapport entre le nombre d'hôtels ouverts au moins un jour le mois de l'enquête et le nombre d'hôtels du parc.