Insee
Insee Conjoncture Centre-Val de Loire · Juin 2023 · n° 44
Insee Conjoncture Centre-Val de LoireBilan économique 2022 - Centre-Val de Loire Maintien de l’activité et hausse de l’emploi se conjuguent avec la hausse de l’inflation

La reprise économique de l’année précédente a été confortée en 2022 dans la région Centre-Val de Loire. Les départements berrichons connaissent les évolutions les moins favorables. Sur le plan sectoriel, les niveaux d’activité d’avant la crise sanitaire ne sont pas encore retrouvés dans la construction et l’industrie, malgré la poursuite de la reprise d’activité. L’emploi salarié reste en hausse (+0,8 % sur l’année), mais plus modérée qu’en 2021, tandis que le taux de chômage n’évolue pas (à 6,7 % en fin d’année).

Le fait marquant sur l’année est bien sûr la hausse des prix à la production qui relèvent de dynamiques nationales et internationales et se répercutent localement. Ils se transmettent aux prix à la consommation qui augmentent en moyenne de 5,2 % sur l’année. Les employeurs de la région font par ailleurs face en 2022 à d’importantes difficultés d’approvisionnement et de recrutement.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire
No 44
Paru le :Paru le01/06/2023

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2022 publiés par l'Insee.

Retrouvez les bilans des autres régions.

Consulter

Construction - Activité soutenue en 2022, mais affectée par la hausse des prix Bilan économique 2022

Caroline Maurin, Yao Dopegno (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire), Florent Sautereau (Cellules Économiques Régionales de la Construction Centre-Val de Loire)

La reprise de l’activité observée en 2021 suite à la crise sanitaire s’est confirmée en 2022. La construction neuve voit son niveau progresser. À l’échelle nationale, le nombre de logements autorisés à la construction progresse également, mais moins que dans la région, tandis que le nombre de logements commencés recule. La commercialisation de logements neufs aux particuliers reste dynamique en Centre-Val de Loire, aussi bien en termes de mises en vente que de réservations, ce qui n’est pas le cas au niveau national où les volumes de logements commercialisés ou vendus se replient. En revanche, l’envolée des prix s’observe aussi bien dans la région qu’à l’échelle nationale. En parallèle, même si l’activité des travaux publics a été soutenue en 2022, les tensions au niveau de l’approvisionnement, des prix des matériaux et de la main d’œuvre se traduisent par des anticipations peu optimistes pour 2023.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire

No 44

Paru le :01/06/2023

Avertissement sur la commercialisation de logements neufs (uniquement si utilisation d’au moins une figure avec source ECLN)

Les données diffusées sur la commercialisation des logements neufs incluent désormais les logements neufs rénovés et réhabilités, c’est-à-dire issus de la construction sur existant. Cela permet une meilleure représentativité du marché du logement neuf. En 2022, au niveau national, ces logements représentent 9 % des logements neufs commercialisés auprès des particuliers.

Autorisations et mises en chantier de logements sont toujours en hausse

Après une année 2020 marquée par un repli dans le secteur de la construction neuve en raison de la crise sanitaire, la reprise commencée en 2021 se poursuit en 2022 avec une croissance continue du nombre de logements autorisés (figure 1).

Figure 1Évolution de la construction de logements

(indice base 100 en décembre 2016)
Évolution de la construction de logements ((indice base 100 en décembre 2016))
Logements autorisés - Centre-Val de Loire Logements commencés - Centre-Val de Loire Logements autorisés - France hors Mayotte Logements commencés - France hors Mayotte
2016 100,0 100,0 100,0 100,0
2017 104,1 124,2 106,3 117,5
2018 90,1 97,8 99,9 108,9
2019 99,2 112,1 97,1 104,6
2020 97,5 111,0 84,7 94,9
2021 132,2 128,6 100,8 105,5
2022 139,7 146,2 103,9 100,2
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 1Évolution de la construction de logements

  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2.

En 2022, 16 900 constructions de logements ont été autorisés dans la région Centre-Val de Loire, ces autorisations restant en nette hausse (+5,8 % par rapport à 2021). Cette croissance est particulièrement marquée dans le département d'Eure-et-Loir avec une augmentation de 48,1 % par rapport à l'année précédente, représentant un total de 4 100 logements autorisés. À l'échelle nationale, les volumes observés ont augmenté de 3,1 %, confirmant ainsi la reprise du secteur de la construction neuve en France (figure 2).

Figure 2Construction autorisée de logements par département

(en %)
Construction autorisée de logements par département ((en %))
Zonage Logements en 2022 (nombre) Évolution 2021 - 2022 (%) Évolution 2019 - 2022 (%) Évolution annuelle moyenne 2016 - 2021 ¹ (%)
Cher 1 300 -20,9 13,0 12,7
Eure-et-Loir 4 100 48,1 96,3 8,0
Indre 600 -13,5 22,3 10,2
Indre-et-Loire 4 500 -1,2 32,6 1,4
Loir-et-Cher 1 600 -5,5 46,9 7,5
Loiret 4 800 3,7 27,5 6,0
Centre-Val de Loire 16 900 5,8 41,1 5,7
France hors Mayotte 483 300 3,1 7,1 0,2
  • ¹ : évolution qui aurait été observée pour la construction autorisée de logements, pour chaque année de la période considérée, en supposant une évolution identique chaque année.
  • Notes : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur les données non arrondies. En raison des arrondis, des totaux peuvent légèrement différer de la somme des éléments qui les composent.
  • Source : SDES, Sit@del2.

La plus grande part des permis autorisés concernent des logements collectifs ou en résidence. Ils représentent environ 9 000 logements, en forte progression de 17,2 % sur un an. En revanche, les autorisations de logements individuels ont reculé de 5,4 % sur un an, avec environ 7 700 logements autorisés. Les évolutions départementales sont proches de celles du niveau régional. Seul le département d'Eure-et-Loir enregistre une progression des autorisations de logements individuels (1 400 logements, soit +15,4 %).

Pour la deuxième année consécutive, le nombre de logements neufs mis en chantier en région Centre-Val de Loire a augmenté significativement. En effet, avec environ 13 300 logements commencés en 2022, le nombre de logements commencés croît de 14,1 % par rapport à l'année précédente. Cette progression permet de dépasser à nouveau le chiffre de 2017 et de devenir ainsi le plus élevé des cinq dernières années. Tous les départements sont concernés par cette augmentation à l’exception du Loir-et-Cher. Sur l’année, la hausse est comprise entre 6,0 % pour l’Indre et 48,8 % pour le Cher. L’Indre-et-Loire et le Loiret restent les départements où le plus de logements sont mis en chantier, avec respectivement 4 200 et 3 700 unités (figure 3).

Figure 3Logements commencés par département

(en %)
Logements commencés par département ((en %))
Zonage Logements en 2022 (nombre) Évolution 2021 - 2022 (%) Évolution 2019 - 2022 (%) Évolution annuelle moyenne 2016 - 2021 ¹ (%)
Cher 1 300 48,8 104,9 9,7
Eure-et-Loir 2 300 27,7 41,1 4,6
Indre 500 6,0 5,3 5,9
Indre-et-Loire 4 200 9,4 24,9 4,6
Loir-et-Cher 1 300 -6,1 60,1 11,6
Loiret 3 700 12,7 12,6 2,6
Centre-Val de Loire 13 300 14,1 30,7 5,2
France hors Mayotte 371 600 -5,0 -4,2 1,1
  • ¹ : évolution qui aurait été observée pour les logements commencés, pour chaque année de la période considérée, en supposant une évolution identique chaque année.
  • Notes : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur les données non arrondies. En raison des arrondis, des totaux peuvent légèrement différer de la somme des éléments qui les composent.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Après avoir été en retrait depuis 2019, les surfaces de locaux mises en chantier augmentent pour dépasser très nettement leur niveau d’avant la crise sanitaire.

La construction de locaux non résidentiels enregistre plus de 2,2 millions de mètres carrés d’autorisation en 2022, soit une augmentation de 9,2 % sur un an. Les deux tiers de cette surface concernent des entrepôts ou des locaux d’exploitations agricoles. Alors que les surfaces autorisées augmentent en 2022 pour la plupart des types de locaux, notamment celles des locaux de service public (+81,6 %), les surfaces autorisées de locaux d’exploitation agricole, d’hébergement hôtelier et d’artisanat ont diminué (respectivement de -30,3 %, -5,1 % et -10,5 %) (figure 4 et figure 5).

Figure 4Évolution de la construction de locaux non résidentiels

(indice base 100 en 2016)
Évolution de la construction de locaux non résidentiels ((indice base 100 en 2016))
Locaux autorisés - Centre-Val de Loire Locaux commencés - Centre-Val de Loire Locaux autorisés - France entière Locaux commencés - France entière
2016 100,0 100,0 100,0 100,0
2017 81,9 93,5 107,1 105,8
2018 73,9 80,3 103,6 108,0
2019 93,5 109,6 111,2 115,8
2020 99,0 106,5 89,8 97,0
2021 116,8 83,0 100,6 102,2
2022 127,5 136,3 105,9 107,3
  • Note : données brutes provisoires en date de prise en compte.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 4Évolution de la construction de locaux non résidentiels

  • Note : données brutes provisoires en date de prise en compte.
  • Source : SDES, Sit@del2.

Figure 5Construction autorisée de locaux non résidentiels selon le type

(en %)
Construction autorisée de locaux non résidentiels selon le type ((en %))
Type de locaux Centre-Val de Loire France entière
Surfaces autorisées en 2022 (milliers de m²) Évolution 2021 - 2022 Évolution 2019 - 2022 Évolution annuelle moyenne 2016 - 2021 ¹ Évolution 2021 - 2022 Évolution 2019 - 2022 Évolution annuelle moyenne 2016 - 2021 ¹
Artisanat 89 -10,5 35,5 16,8 -9,1 -3,8 7,0
Bureaux 175 26,0 16,8 0,6 14,5 -8,8 0,6
Commerce 149 22,6 17,9 -13,7 28,6 8,9 -7,9
Entrepôt 1 017 13,4 96,6 9,2 10,1 3,4 6,6
Exploitation agricole ou forestière 330 -30,3 -11,2 4,6 -13,5 -23,9 -3,5
Hébergement hôtelier 37 -5,1 43,7 28,2 11,8 -5,8 0,0
Industrie 200 33,0 26,8 5,1 13,3 16,4 3,2
Service public ou d'intérêt collectif 249 81,6 6,8 -10,9 2,9 -5,9 -0,1
Ensemble 2 248 9,2 36,3 3,1 5,3 -4,8 0,1
  • ¹ : évolution qui aurait été observée pour la construction autorisée de locaux non résidentiels, pour chaque année de la période considérée, en supposant une évolution identique chaque année.
  • Note : données brutes provisoires en date de prise en compte.
  • Source : SDES, Sit@del2.

En 2022, la surface de locaux mis en chantier en Centre-Val de Loire a progressé par rapport à l'année précédente de 64,2 %, pour une surface totale de près de 1,5 million de mètres carrés. Cette forte croissance permet de dépasser nettement le niveau d’avant la crise sanitaire. Cette évolution positive est également observée depuis deux ans à l'échelle nationale, bien que l'augmentation soit moins significative (figure 6).

Figure 6Évolution de la commercialisation de logements neufs - Centre-Val de Loire

(indice base 100 en 2017)
Évolution de la commercialisation de logements neufs - Centre-Val de Loire ((indice base 100 en 2017))
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2017 100,0 100,0 100,0
2018 111,2 106,9 92,5
2019 121,6 96,0 93,7
2020 115,5 85,9 88,0
2021 103,2 109,6 117,8
2022 118,5 124,0 124,0
  • Notes : données brutes. Le champ intègre désormais les logements neufs issus de la construction sur existant. Ces données sont disponibles uniquement depuis 2017.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Figure 6Évolution de la commercialisation de logements neufs - Centre-Val de Loire

  • Notes : données brutes. Le champ intègre désormais les logements neufs issus de la construction sur existant. Ces données sont disponibles uniquement depuis 2017.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Promotion immobilière privée : les volumes de commercialisation sont en hausse dans la région, pas au niveau national

Après la nette reprise de l’activité en 2021, la promotion immobilière privée en Centre-Val de Loire continue sa progression et confirme le « rattrapage » de l’année 2020. Près de 3 600 logements ont en effet été mis en vente dans la région, soit 13,1 % de plus qu’en 2021 et 29,1 % de plus qu’en 2019.

Le nombre de logements vendus (réservés) a également augmenté avec près de 3 700 logements vendus (+5,0 % sur un an) et permet de s’approcher des niveaux des ventes de 2006-2007 dans la région.

Les ventes d’appartements et de maisons individuelles évoluent dans des directions opposées. Alors que la vente des appartements en 2022 poursuit sa progression (+6,3 % sur un an, soit 3 471 unités), atteignant ainsi son plus haut niveau depuis 20 ans, la vente de maisons neuves continue de chuter (-11,9 % en 2022, soit 177 unités), rejoignant son plus bas niveau sur la même période.

Le prix moyen des logements a nettement augmenté. Un appartement neuf s’achète en moyenne à 4 053 euros par mètre carré, soit une augmentation de 6,3 % sur un an et une maison à environ 397 000 euros (+84,3 % par rapport à 2021). Même si ce dernier chiffre est très largement influencé par un programme immobilier de grandes villas (T5 et plus), réservées à des prix très élevés dans la région au deuxième trimestre, le prix moyen des maisons pour les autres trimestres s’élève à environ 246 000 euros, soit une augmentation 15 % par rapport à 2021.

Dans le même temps, le stock de logements disponibles qui baissait depuis 2019 entame une progression de 14,8 % sur un an, avec plus de 2 700 logements proposés à la vente en fin d’année 2022. Cette hausse du nombre de logements neufs disponibles peut traduire les freins à l’acquisition que sont les prix qui restent élevés et la hausse des taux d’intérêt.

À l’échelle nationale, l’activité régresse aussi bien pour les logements mis en vente que pour les réservations à la vente (respectivement -5,7 % et -7,5 % sur un an) et les prix de vente des maisons et des appartements ne cessent d’augmenter (+17,8 % pour les maisons et +7,2 % pour les appartements).

Travaux Publics : l’activité est en retrait et les anticipations peu optimistes

Pour les Travaux Publics, l’année 2022 a été très contrastée avec une activité soutenue, mais qui s’est accompagnée d’une pénurie de matériaux et d’une hausse de leurs prix qu’a pu amplifier la guerre en Ukraine. Les tensions au niveau des prix et de l’emploi ont fortement affecté les entreprises du secteur de la construction.

En effet, sur l’ensemble de l’année 2022, malgré un carnet de commande plus rempli (+0,4 mois au quatrième trimestre 2022 comparé au quatrième trimestre de 2021), le nombre d’appel d’offres de travaux recule légèrement sur un an (-6 %). Concernant l’activité des chefs d’établissements interrogés en janvier, même si le solde d’opinion est en hausse de 9 points sur un an, ce solde perd 13 points sur un trimestre et demeure négatif depuis le troisième trimestre 2021 (figure 7).

figure 7Évolution de l’opinion des chefs d’entreprises sur l’activité globale

(en %)
Évolution de l’opinion des chefs d’entreprises sur l’activité globale ((en %))
Trimestres Activité passée Activité prévue
T1 2018 8
T2 2018 46 44
T3 2018 51 56
T4 2018 31 17
T1 2019 15 -10
T2 2019 33 10
T3 2019 25 30
T4 2019 24 0
T1 2020 -67 -18
T2 2020 -78 -42
T3 2020 2 7
T4 2020 -46 -36
T1 2021 -71 -30
T2 2021 7 7
T3 2021 -15 30
T4 2021 -22 -13
T1 2022 -5 -32
T2 2022 -17 -15
T3 2022 0 -8
T4 2022 -13 -18
T1 2023 -30
  • Champ : Centre-Val de Loire.
  • Source : CERC Centre-Val de Loire.

figure 7Évolution de l’opinion des chefs d’entreprises sur l’activité globale

  • Champ : Centre-Val de Loire.
  • Source : CERC Centre-Val de Loire.

Après plus d’un an de hausse du coût des matériaux en Centre-Val de Loire, la stabilisation des prix des matériaux peine à se faire sentir pour les entreprises de Travaux Publics. En effet, au quatrième trimestre 2022, une entreprise répondante sur trois déclarait encore avoir connu une hausse de prix supérieure à 10 % par rapport au trimestre précédent.

Compte-tenu de ces prix élevés, combinés à la baisse de la production de matériaux sur les trois derniers mois et aux difficultés d’approvisionnement en bitume notamment (suite aux blocages de raffineries), les prévisions des chefs d’entreprises sur leur activité en 2023 demeurent peu optimistes.

Au niveau de l’emploi, le nombre de salariés dans les Travaux Publics progresse de +0,4 % sur un an pour atteindre en 2022 près de 10 300 emplois salariés. Toutefois, les perspectives de recrutements pour le 1er trimestre 2023 reculent légèrement avec un solde à +7 (contre +9 il y a un an). Seulement 53 % des chefs d’établissements répondants à l’enquête prévoient de recourir à l’intérim sur cette période.

Par ailleurs, les difficultés de recrutement persistent et concernent 74 % des entreprises de Travaux Publics ayant un projet de recrutement. Elles touchent en particulier les métiers de la construction de réseaux de canalisations, de la construction en ouvrage d’art, de la construction en voirie urbaine et les métiers de géomètre-topographe.

Publication rédigée par :Caroline Maurin, Yao Dopegno (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire), Florent Sautereau (Cellules Économiques Régionales de la Construction Centre-Val de Loire)

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de la Transition écologique (MTE). Les mouvements relatifs à la vie du permis (autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2.

Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

À la date de réalisation de cette publication, les données consolidées en date réelle ne sont pas disponibles ; les données en date de prise en compte ont donc été privilégiées.

Sources

Acoss-Urssaf 2022.

Enquête trimestrielle auprès des chefs d’entreprise de Travaux Publics - CERC CVdL, janvier 2023.

Enquête qualitative « emploi-formation » dans les entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics - CERC CVdL, décembre 2022.

Définitions

Un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.


Un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).


Un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.

Un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.

Définitions

Un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.


Un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).


Un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.

Un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.