Insee
Insee Conjoncture Centre-Val de Loire · Juin 2023 · n° 44
Insee Conjoncture Centre-Val de LoireBilan économique 2022 - Centre-Val de Loire Maintien de l’activité et hausse de l’emploi se conjuguent avec la hausse de l’inflation

La reprise économique de l’année précédente a été confortée en 2022 dans la région Centre-Val de Loire. Les départements berrichons connaissent les évolutions les moins favorables. Sur le plan sectoriel, les niveaux d’activité d’avant la crise sanitaire ne sont pas encore retrouvés dans la construction et l’industrie, malgré la poursuite de la reprise d’activité. L’emploi salarié reste en hausse (+0,8 % sur l’année), mais plus modérée qu’en 2021, tandis que le taux de chômage n’évolue pas (à 6,7 % en fin d’année).

Le fait marquant sur l’année est bien sûr la hausse des prix à la production qui relèvent de dynamiques nationales et internationales et se répercutent localement. Ils se transmettent aux prix à la consommation qui augmentent en moyenne de 5,2 % sur l’année. Les employeurs de la région font par ailleurs face en 2022 à d’importantes difficultés d’approvisionnement et de recrutement.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire
No 44
Paru le :Paru le01/06/2023

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2022 publiés par l'Insee.

Retrouvez les bilans des autres régions.

Consulter

Transports - Le secteur des transports marqué par les incertitudes Bilan économique 2022

Aurélie Dubois, Julien Olivier (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire)

La situation du secteur des transports est contrastée en 2022. Les créations d'entreprises de transport se maintiennent et le secteur aérien retrouve son niveau d'avant-crise sanitaire. Malgré cela, le contexte global (fortes tensions inflationnistes, pénuries de composants et matières premières) induit une baisse d'activité et dégrade la situation économique du secteur. Ces éléments rendent également difficile la nécessaire prise en compte des enjeux de la transition écologique. Le climat des affaires est ainsi marqué par de fortes incertitudes, qui perdurent au-delà de 2022.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire

No 44

Paru le :01/06/2023

Une reprise marquée par de fortes incertitudes

Fin 2022, la région Centre-Val de Loire compte 2 100 entreprises inscrites aux registres des transporteurs publics routiers de marchandises et de voyageurs, chiffre quasi stable par rapport à fin 2021. Elles détiennent au total 25 000 titres de transport (figure 1), soit potentiellement autant de véhicules exploités.

La reprise amorcée depuis le deuxième semestre 2021, à la faveur de la sortie de la crise sanitaire, se retrouve freinée sur la deuxième moitié de l’année 2022 par la dégradation de la conjoncture économique, en lien avec le contexte international et la crise énergétique. Par ailleurs, le taux de rentabilité, déjà contraint dans ce secteur concurrentiel, se réduit par effet de l’inflation salariale. La nécessaire prise en compte des enjeux de transition énergétique dans ce secteur s’ajoute aux incertitudes économiques. Les difficultés de recrutement persistent, notamment dans l'activité de transport de voyageurs, malgré les dispositifs mis en place pour trouver de nouveaux conducteurs. L’enquête mensuelle de conjoncture dans les services d’avril 2023 indique que 65 % des transporteurs rencontrent des difficultés de recrutement (54 % à recruter du personnel roulant).

Le secteur reste dynamique, avec des créations d’entreprises se maintenant à un niveau important mais la proportion des entreprises dont la situation financière est fragile ne baisse pas. De ce fait, le nombre de titres de transport diminue pour la première fois en 2022, notamment en transport de marchandises.

Figure 1Évolution du nombre de titres de transport public routier

(en nombre)
Évolution du nombre de titres de transport public routier ((en nombre))
Période Transport de marchandises Transport de voyageurs
2013 15 463 5 093
2014 15 481 5 204
2015 16 064 5 468
2016 16 557 5 550
2017 17 345 5 772
2018 17 099 5 725
2019 17 732 5 599
2020 18 422 5 554
2021 19 462 5 823
2022 19 199 5 796
  • Note : les entreprises de transport doivent détenir des titres de transport pour exercer (activité réglementée), un titre valide devant se trouver à bord du véhicule en circulation, le nombre total étant contingenté à la capacité financière de l’entreprise.
  • Sources : GRECO-Infocentre, DREAL Centre-Val de Loire, extraction au 02/01/2023.

Figure 1Évolution du nombre de titres de transport public routier

  • Note : les entreprises de transport doivent détenir des titres de transport pour exercer (activité réglementée), un titre valide devant se trouver à bord du véhicule en circulation, le nombre total étant contingenté à la capacité financière de l’entreprise.
  • Sources : GRECO-Infocentre, DREAL Centre-Val de Loire, extraction au 02/01/2023.

Le secteur aérien se rapproche du niveau des années pré-COVID

En région Centre-Val de Loire, où l’aéroport de Tours Val de Loire assure la quasi-totalité des transports aériens de passagers, le trafic augmente de plus de 175 % par rapport à 2021 et se rapproche du niveau de 2019 (-10 %) (figure 2). Ainsi 183 600 passagers transitent par les aéroports de la région, quand ce nombre dépassait 204 000 en 2019 et avait chuté à 51 000 pour l’année 2020 marquée par l’épidémie de COVID et les nombreux confinements et limitations de déplacements. Ce rebond de la fréquentation est plus marqué que la reprise constatée au niveau national (+93 %).

Les volumes de fret aérien transportés en Centre-Val de Loire augmentent très légèrement à près de 2 620 tonnes, soit 3 % de plus que l’an passé. Ils transitent par l’aéroport de Châteauroux-Centre, le seul de la région à exercer cette activité.

Figure 2Évolution du nombre de passagers des aéroports - Centre-Val de Loire

(indice base 100 en 2016)
Évolution du nombre de passagers des aéroports - Centre-Val de Loire ((indice base 100 en 2016))
National ¹ International À bas coût (low cost)
2016 100,0 100,0 100,0
2017 105,4 95,6 94,6
2018 110,9 89,7 90,5
2019 136,7 92,6 98,4
2020 28,2 24,2 24,5
2021 77,7 24,8 32,0
2022 147,9 79,4 91,4
  • ¹ : la fréquentation des aéroports français comptabilise les passagers embarqués ou débarqués. Ainsi, tous les passagers ayant effectué un vol national à l’intérieur du périmètre défini (France métropolitaine et DROM) sont comptés deux fois. Par exemple, un passager Bordeaux-Lyon est compté une fois au départ de Bordeaux et une fois à l’arrivée à Lyon.
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 2Évolution du nombre de passagers des aéroports - Centre-Val de Loire

  • ¹ : la fréquentation des aéroports français comptabilise les passagers embarqués ou débarqués. Ainsi, tous les passagers ayant effectué un vol national à l’intérieur du périmètre défini (France métropolitaine et DROM) sont comptés deux fois. Par exemple, un passager Bordeaux-Lyon est compté une fois au départ de Bordeaux et une fois à l’arrivée à Lyon.
  • Source : Union des aéroports français.

Encadré - Une nette diminution des immatriculations de véhicules dans la lignée des années précédentes

L’année 2022 est de nouveau marquée par une diminution des immatriculations de véhicules neufs en région Centre-Val de Loire. Cette baisse est plus forte que celle de l’année précédente (-12,8 % par rapport à 2021, contre -2 % entre 2021 et 2020) (figure 3). Cette diminution est également constatée au niveau national, ce qui n’était pas le cas en 2021. La baisse y est sensiblement équivalente à celle observée dans la région (-9,9 %). Il s’agit du plus bas niveau depuis 2010.

Ces évolutions s’inscrivent dans un contexte de fortes tensions inflationnistes, de pénuries de composants et de prise en compte des enjeux de la transition écologique.

Le recul des immatriculations ne concerne que les véhicules légers. Les immatriculations de véhicules particuliers et les véhicules utilitaires légers sont en recul de respectivement 9 % (-8 % au niveau national) et 26 % (-19 % au niveau national), alors que les immatriculations de véhicules industriels à moteur et de transport en commun sont en hausse de 8 % (+1 % au niveau national).

Figure 3Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

(indice base 100 en 2016)
Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs ((indice base 100 en 2016))
Centre-Val de Loire France entière
2016 100,0 100,0
2017 102,7 104,7
2018 107,3 107,9
2019 108,6 109,6
2020 81,8 82,2
2021 78,8 82,9
2022 71,4 76,5
  • Note : données brutes.
  • Champ : les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Ces données ne comprennent pas les véhicules immatriculés en transit temporaire (TT), importés en transit (IT), de l’administration civile de l’État, militaires, ainsi que les immatriculations provisoires (plaques W ou WW).
  • Source : SDES, Rsvero.

Figure 3Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

  • Note : données brutes.
  • Champ : les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Ces données ne comprennent pas les véhicules immatriculés en transit temporaire (TT), importés en transit (IT), de l’administration civile de l’État, militaires, ainsi que les immatriculations provisoires (plaques W ou WW).
  • Source : SDES, Rsvero.
Avertissement sur les immatriculations

Les données d’immatriculations sont calculées sur un champ homogène avec les données de parc publiées. Toutes les immatriculations sont prises en compte, à l’exception des immatriculations provisoires et transit temporaire. Des corrections aux séries diffusées en 2022 sur ce nouveau champ ont également été apportées afin de refléter les caractéristiques des véhicules lors de leur première immatriculation. En effet, certains véhicules avaient été dénombrés selon leurs caractéristiques et localisation actuelles qui pouvaient être, dans certains cas, différentes de celles de leur première immatriculation (par exemple, un véhicule utilitaire léger immatriculé en 2015 puis revendu en 2017 comme voiture avait été comptabilisé comme voiture particulière en 2015). Ces véhicules sont désormais reclassés dans leur catégorie initiale.

Publication rédigée par :Aurélie Dubois, Julien Olivier (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire)

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Définitions

Les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Les immatriculations provisoires de véhicules neufs (plaques commençant par WW) ne sont pas comptabilisées.

Définitions

Les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Les immatriculations provisoires de véhicules neufs (plaques commençant par WW) ne sont pas comptabilisées.