Bilan économique 2016 - Grand-Est

En 2016, l’emploi salarié des secteurs principalement marchands du Grand Est progresse pour la première fois depuis 2010 : + 0,7 % après - 0,2 %. La région reste cependant une des moins dynamiques avec la Normandie et la Bourgogne-Franche-Comté (+ 0,3 % et + 0,5 %, pour + 1,2 % en métropole). Concentrée au quatrième trimestre après trois trimestres de stagnation, cette hausse s’appuie sur le secteur tertiaire marchand dans lequel l’emploi augmente de 1,8 % et de 1,3 % hors intérim. Les secteurs de l’industrie et de la construction continuent d’éprouver des difficultés, comme au niveau national.

Insee Conjoncture Grand Est
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Viticulture - Marché français et exportations en reculBilan économique 2016

Cécile Biaudet, Grégory Dobbelstein, Direction régionale de l’alimentation, de l'agriculture et de la forêt (Draaf)

Les conditions climatiques défavorables en 2016 ont affecté différemment les vignobles alsacien et champenois.

En Champagne, le rendement de la vendange baisse pour la deuxième année consécutive et la production de raisin est l’une des plus faibles depuis les dix dernières années. En revanche, l’état sanitaire des raisins ne pose pas de difficulté. Les quantités récoltées permettent de produire un volume de 268 millions de bouteilles. Les expéditions de bouteilles baissent de 2,1 % par rapport à 2015. Le repli est plus marqué pour le marché national (- 2,4 %) que pour l’exportation (- 1,7 %). En 2016, le Champagne réalise un chiffre d’affaires de 4,7 milliards d’euros, comme en 2015.

En Alsace, la récolte est en forte hausse en 2016 par rapport à trois dernières années difficiles, pour les vins tranquilles comme pour les Crémants. Les volumes supplémentaires ne permettant pas de reconstituer les stocks pour tous les types de vins, l’effort porte sur le Crémant. Les petites récoltes des années précédentes entraînent une baisse de disponibilité des vins d’Alsace toutes AOC, notamment à l’exportation.

Insee Conjoncture Grand Est
No 8
Paru le : 23/05/2017

La production 2016 de raisin en appellation Champagne est une des plus faibles des dix dernières années. Elle baisse de 16,9 % par rapport à l’année précédente et atteint 326 000 tonnes contre 393 000 en 2015.

Une récolte marquée par les accidents climatiques en Champagne

Cette baisse est la conséquence d’une année particulièrement difficile, marquée par plusieurs jours de gel au printemps, des averses de grêle, une forte pression du mildiou ainsi que des phénomènes d’échaudage. Le département de l’Aube est le plus touché, avec des incidences négatives sur le rendement. Les surfaces en production s’établissent à 33 800 hectares (ha). Les plantations de vignes restent stables par rapport à 2015. Cette stabilité s’explique par le fait que la quasi-totalité du vignoble est plantée.

Le rendement disponible autorisé en 2016 est fixé par l’interprofession à 9 700 kilogrammes de raisin par hectare (kg/ha). Ce rendement est complété par une réserve individuelle. Cet outil, géré par le Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne (CIVC) a deux finalités : ajuster les quantités disponibles aux besoins du marché et assurer les récoltants contre les déficits de récolte (accidents climatiques notamment).

Les viticulteurs ont vendangé en moyenne 9 164 kg/ha en Appellation d’Origine Protégée (AOP) pour l’Aube, la Marne et la Haute-Marne, assurant une production de 1,8 million d’hectolitres (14 % de moins qu’en 2015). Le rendement correspond à 9 026 kg/ha en disponible et 138 kg/ha mis en réserve individuelle. Les viticulteurs dont le rendement est inférieur à 9 700 kg/ha de raisin pourront bénéficier d’une sortie de réserve dans la limite de ce rendement. Pour l’ensemble de la Champagne viticole, qui inclut les vignobles de l’Aisne et de la Seine-et-Marne, la production s’élève à près de 2 millions d’hectolitres en AOP, soit l’équivalent de 268 millions de bouteilles.

Maintien du chiffre d’affaires lié au Champagne

Les expéditions de Champagne s’élèvent à 306 millions de bouteilles, en baisse de 2,1 % par rapport à 2015. Le marché français recule de 2,4 % et poursuit sa baisse depuis 2011. Il représente 52 % de l’ensemble des ventes. Les marchés à l’exportation connaissent un repli de 1,7 % après deux années de hausse. Cependant, le recul concerne davantage les pays de l’Union Européenne.

Le Royaume-Uni demeure le premier marché étranger en volume (10,2 % des expéditions), malgré une diminution de 8,7 % de ses importations. Les États-Unis (7,1 %) occupent toujours la deuxième place des pays importateurs, mais se positionnent comme le premier marché en valeur. Les expéditions vers ce pays progressent de 6,3 %. Avec 4,1 % du total des expéditions de bouteilles, l’Allemagne reste le troisième client en volume pour le Champagne, devant le Japon (3,6 %). Les importations allemandes augmentent de 4,9 % tandis que celles du Japon reculent de 7,2 %.

En 2016, le chiffre d‘affaires réalisé par le Champagne se stabilise à 4,7 milliards d’euros dont 2,7 milliards à l’étranger, comparable à celui de 2015.

La baisse du volume des ventes concerne tous les acteurs du marché du Champagne. Les ventes des maisons de Champagne, qui écoulent 72 % de l’ensemble des bouteilles vendues, régressent de 1,9 %. Les ventes des vignerons baissent de 2,3 % et celles des coopératives de 3,5 %. Ces acteurs dépendent davantage du marché français et subissent une conjoncture défavorable.

Une vendange alsacienne satisfaisante malgré une année difficile

En Alsace, les conditions climatiques ont également fait craindre pour la vendange. Le vignoble a subi des épisodes de grêle, de gel, et les pluies fréquentes et abondantes ont favorisé le développement du mildiou. Malgré ces facteurs, l’état sanitaire du vignoble est satisfaisant. Après trois années consécutives de récolte inférieures à un million d’hectolitres (hl), la récolte viticole alsacienne se situe à 1,2 million d’hectolitres en zone AOP, en hausse de 19,4 % par rapport à la récolte précédente. Cette hausse concerne de manière inégale les trois appellations d’origine protégée, Alsace (70,8 % des surfaces du vignoble), Alsace Grands Crus (6,1 %) et Crémant d’Alsace (22,1 %). La récolte 2016 des 51 Grands Crus est en légère hausse par rapport à 2015 avec 2,8 % de volume supplémentaire. Les vignes classées en zone AOP Crémant d’Alsace connaissent une forte progression des volumes récoltés (+ 20,4 %).

Même si la vendange 2016 est la meilleure depuis cinq ans, les volumes obtenus ne permettent pas de compenser le déficit observé ces trois dernières années. Le choix a été fait de donner la priorité aux Crémants, pour lesquels il existe une forte demande. Les surfaces en production consacrées à cette appellation ont augmenté de 22 % ces dix dernières années. Mais cette priorité a pour effet de restreindre les volumes disponibles pour la reconstitution des stocks des autres vins blancs tranquilles.

Un repli des ventes et des exportations de vins d’Alsace

En 2016, les ventes en métropole et à l’exportation de vins d’Alsace, toutes AOP confondues, sont en baisse pour la deuxième année consécutive (- 6,3 % en volume). Le marché français, qui représente 74,5 % des ventes, est en repli de 4,3 %. Les exportations enregistrent une baisse plus marquée de 11,5 %. Les ventes de vins d’Alsace AOP tranquilles régressent en volume de 7,7 %. Le recul est moins important pour le marché national que pour les exportations (respectivement 5,6 % et 12,8 %). Concernant les Crémants d’Alsace, les exportations diminuent de 6,2 % en volume et de 1,7 % en valeur par rapport à 2015. Avec plus de 14 000 hl chacun, la Belgique d’abord, l’Allemagne ensuite, restent les principaux pays importateurs (60 % de l’ensemble). Le marché français, qui représente 80 % des ventes, évolue peu (- 0,9 % en volume).

Figure 1 – Évolution de la production de raisins en Champagne et de vin AOC en Alsace

indice base 100 en 2002
Évolution de la production de raisins en Champagne et de vin AOC en Alsace
AOC Alsace Champagne
2002 100,0 100,0
2003 82,1 69,7
2004 103,3 119,5
2005 94,4 112,2
2006 88,4 113,7
2007 94,2 126,0
2008 92,5 126,8
2009 95,4 109,9
2010 74,6 98,3
2011 94,9 120,5
2012 91,6 83,7
2013 79,8 109,0
2014 82,7 105,3
2015 80,6 96,8
2016 96,2 83,8
  • Sources : Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne (CIVC) - Comité Interprofessionnel des Vins d'Alsace (CIVA).

Figure 1 – Évolution de la production de raisins en Champagne et de vin AOC en Alsace

Figure 2 – Évolution des expéditions de Champagne

en millions de bouteilles
Évolution des expéditions de Champagne
Exportations vers la France Ensemble
2002 113 175 288
2003 119 174 294
2004 123 178 301
2005 129 178 308
2006 141 181 322
2007 151 188 339
2008 141 181 323
2009 113 181 293
2010 134 185 319
2011 141 182 323
2012 137 171 309
2013 137 167 304
2014 145 162 307
2015 151 162 313
2016 148 158 306
  • Source : Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne (CIVC).

Figure 2 – Évolution des expéditions de Champagne

Figure 3 – Exportations de Champagne par pays

en millions de bouteilles
Exportations de Champagne par pays
2015 2016
Royaume-Uni 34 31
États-Unis 21 22
Allemagne 12 12
Japon 12 11
Belgique 9 8
Australie 8 7
Italie 6 7
Suisse 5 6
Espagne 4 4
Suède 3 3
  • Source : Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne (CIVC).

Figure 3 – Exportations de Champagne par pays

Figure 4 – Évolution des expéditions de l’AOC Crémant d’Alsace

en millions de bouteilles
Évolution des expéditions de l’AOC Crémant d’Alsace
Exportations vers la France Ensemble
2006 4 21 26
2007 5 23 28
2008 5 24 30
2009 5 26 32
2010 6 27 32
2011 6 26 32
2012 6 27 33
2013 7 27 34
2014 7 28 35
2015 7 28 35
2016 7 27 34
  • Source : Comité Interprofessionnel des Vins d'Alsace (CIVA).

Figure 4 – Évolution des expéditions de l’AOC Crémant d’Alsace