Bilan économique 2016 - Grand-Est

En 2016, l’emploi salarié des secteurs principalement marchands du Grand Est progresse pour la première fois depuis 2010 : + 0,7 % après - 0,2 %. La région reste cependant une des moins dynamiques avec la Normandie et la Bourgogne-Franche-Comté (+ 0,3 % et + 0,5 %, pour + 1,2 % en métropole). Concentrée au quatrième trimestre après trois trimestres de stagnation, cette hausse s’appuie sur le secteur tertiaire marchand dans lequel l’emploi augmente de 1,8 % et de 1,3 % hors intérim. Les secteurs de l’industrie et de la construction continuent d’éprouver des difficultés, comme au niveau national.

Insee Conjoncture Grand Est
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Tourisme - Une année touristique au beau fixe, sauf pour les campingsBilan économique 2016

Corinne Challand, Insee

La fréquentation des établissements d’hébergement touristique du Grand Est s’établit à 19,8 millions de nuitées en 2016, soit près de 400 000 de plus qu’en 2015. Ces bons résultats ont bénéficié aux hôtels et aux hébergements collectifs, tandis que les campings ont été pénalisés par un début d’été pluvieux. L’attrait de la clientèle pour les hébergements confortables, en hôtels ou en plein air, se confirme, mais la région reste moins bien dotée qu’au niveau national. Étrangers comme Français sont venus plus nombreux et la période de Pâques a été particulièrement attractive.

Insee Conjoncture Grand Est
No 8
Paru le : 23/05/2017

Les 1 300 hôtels du Grand Est ont enregistré 13,7 millions de nuitées en 2016, soit une progression de 2,0 % par rapport à l’année précédente, alors que la métropole accuse une baisse de 1,0 %, imputable à la défection de la clientèle étrangère (- 5,7 %). Dans la région, nuitées françaises et étrangères sont en augmentation (respectivement + 2,2 % et + 1,5 %).

Les mois de mars, de novembre et d’octobre ont connu les plus belles évolutions de l’année (+ 11,4 %, + 8,0 % et + 6,5 %). Les nuitées étrangères ont même bondi de 23,1 % en mars, période de congés scolaires dans les pays voisins, Pâques ayant été précoce cette année. Le mois de décembre, celui des marchés de Noël, a également été en hausse (+ 4,3 %).

Avec + 22,8 %, la fréquentation augmente particulièrement dans le département de la Meuse, qui avait connu en 2015 une mauvaise année. Les nuitées gagnent plus de 3 % dans l’Aube, la Moselle et le Bas-Rhin. Les départements traditionnellement les plus attractifs le sont restés en 2016, mis à part le Haut-Rhin, qui se replie de 0,9 %.

Progression des clientèles allemande et belge dans les hôtels

Avec un rapport d’une sur trois, les nuitées étrangères pèsent autant dans la région que dans l’ensemble de la France métropolitaine. Cette part est supérieure dans les départements alsaciens (quatre sur dix), et nettement inférieure dans les autres départements hormis la Marne, proche de la moyenne nationale.

Les clientèles allemande et belge sont les plus présentes, avec 40,3 % des nuitées étrangères. Elles sont venues encore plus nombreuses en 2016 ; leurs nuitées sont en hausse de 2,8 et 4,8 %.

Ce sont également elles qui pèsent le plus dans les nuitées étrangères des deux départements alsaciens, où elles sont aussi en augmentation. Dans la Marne, les Anglais sont la première clientèle extra-frontalière, avec un tiers des nuitées étrangères, suivis des Belges. Ces deux nationalités y progressent de façon importante (+ 11,4 % et + 11,1 %), alors que les nuitées britanniques reculent de 2,5 % dans l’ensemble de la région. La zone de Reims connaît un franc succès auprès de la clientèle étrangère, mais moins auprès des Français (+ 14,7 contre - 4,8 %).

Les autres zones urbaines du Grand Est ont évolué de façon diverse : en baisse à Mulhouse (- 2,0 %), en hausse à Strasbourg ou à Metz-Amnéville (+ 4,0 %), en relative stagnation pour Nancy (+ 0,4 %) ou pour Colmar (- 0,3 %). Dans toutes ces zones, la clientèle étrangère est en recul (excepté à Strasbourg), tandis que les nuitées françaises augmentent (excepté à Mulhouse).

Une nuitée sur six se fait dans un hôtel classé 4 ou 5 étoiles, dont la part continue de progresser dans le Grand Est (+ 5,3 %). Elle est cependant encore inférieure à celle de France métropolitaine où le haut de gamme représente une nuitée sur quatre.

Figure 1 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2016 par une clientèle étrangère
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Ardennes 299 -1,4 2,5 22,2
Aube 737 3,8 1,7 26,0
Marne 1 579 1,0 1,5 34,6
Haute-Marne 333 -0,1 -1,1 23,7
Meurthe-et-Moselle 1 016 1,2 -0,3 20,9
Meuse 252 22,8 -1,1 18,5
Moselle 1 724 3,6 1,5 22,4
Bas-Rhin 4 000 3,3 2,5 40,3
Haut-Rhin 2 840 -0,9 2,2 40,9
Vosges 881 0,4 -2,3 20,0
Grand Est 13 661 2,0 1,4 32,8
France métropolitaine 200 089 -1,0 0,6 34,8
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Grand Est France métropolitaine Grand Est France métropolitaine
1-2 étoiles 4 364 57 870 3,7 -0,2
3 étoiles 5 388 74 941 2,8 -1,1
4-5 étoiles 2 369 48 559 5,3 0,7
Non classés 1 540 18 719 -9,0 -6,8
Total 13 661 200 089 2,0 -1,0
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Début d’été pluvieux rime avec fréquentation morose dans les campings

Entre mai et septembre 2016, 2,5 millions de nuitées ont été réalisées dans les 320 campings de la région. Dans le Grand Est, les nuitées étrangères s’élèvent à 1,4 million et les françaises à 1,1 million. La fréquentation globale est en baisse dans l’ensemble de la région, tout comme en métropole (- 1,1 % et - 0,6 %). Cette baisse est imputable à la clientèle française (- 3,6 %) alors que les nuitées étrangères se maintiennent à + 0,9 %, grâce aux Allemands notamment (+ 8,6 %). En France métropolitaine, clientèles française et étrangère sont en légère diminution (- 0,8 et - 0,3 %).

Les conditions météorologiques du début de l’été n’ont pas été favorables à l’hôtellerie de plein air, mais elles se sont améliorées à partir de la mi-juillet sur le nord de la France. Le mois de juin chute ainsi de 22,4 % par rapport à juin 2015, juillet de 5,9 %, alors que les nuitées d’août augmentent de 6,1 % et celles de septembre de 12,2 %.

Les emplacements équipés poursuivent leur hausse (+ 4,4 %), tout en ne représentant que le quart des nuitées. Les emplacements nus baissent de 2,8 % entre 2015 et 2016. Les campings 3 à 5 étoiles, qui représentent les deux tiers des nuitées, progressent de 1,4 %, tandis que les non-classés chutent de 16,5 %. La moitié des nuitées dans la région s’effectue dans les départements du Haut-Rhin et des Vosges, mais la fréquentation y a respectivement stagné (+ 0,1 %) ou baissé (- 6,7 %). Parmi les départements totalisant plus de 100 000 nuitées, la Moselle et l’Aube ont le plus augmenté (+ 17,1 % et + 10,4 %). La Marne diminue en revanche de 13,8 %, en raison d’une forte défection de la clientèle française (- 21,7 %).

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2016
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Ardennes 142 -3,6 -2,0 50,0 25,6
Aube 172 10,4 4,4 61,7 12,8
Marne 119 -13,8 0,2 58,9 10,7
Haute-Marne 186 0,3 -1,2 66,3 31,7
Meurthe-et-Moselle 74 -7,9 0,8 75,0 9,5
Meuse 69 4,3 -5,4 49,3 25,7
Moselle 212 17,1 -2,6 60,4 16,2
Bas-Rhin 380 -2,1 1,7 51,4 29,7
Haut-Rhin 574 0,1 -0,8 59,0 21,0
Vosges 570 -6,7 3,5 51,1 31,3
Grand Est 2 498 -1,1 0,5 56,6 24,1
France métropolitaine 112 166 -0,6 1,6 32,0 49,4
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Grand Est France métropolitaine Grand Est France métropolitaine
1-2 étoiles 591 15 744 -0,6 -2,3
3-4-5 étoiles 1 665 90 362 1,4 0,2
Non classés 242 6 061 -16,5 -7,6
Total 2 498 112 166 -1,1 -0,6
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Désaffection des étrangers pour les hébergements collectifs

Les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) du Grand Est comptent une centaine d’auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour, centres sportifs, résidences de tourisme, résidences hôtelières de chaîne, villages vacances ou maisons familiales qui ont totalisé 3,6 millions de nuitées en 2016 (+ 2,6 %). En France métropolitaine, celles-ci diminuent de 2,9 % comparé à 2015. Les mois d’avril à septembre, ainsi que le mois de décembre, sont les plus fréquentés dans la région. La part des nuitées étrangères n’est que de 30 %, mais est supérieure à celle en France métropolitaine (20 %). La durée moyenne de séjour reste globalement plus courte qu’en métropole (2,7 jours contre 3,9).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Grand Est Nombre d'arrivées - Grand Est Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 103,48 102,91 103,07 103,2
2012 103,33 104,63 102,96 103,62
2013 105,76 107,77 103,6 104,39
2014 105,32 107,21 102,73 103,66
2015 106,6 107,95 104,97 106,33
2016 108,19 109,41 104,07 106,21
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Sources

DGE