Bilan économique 2016 - Martinique

Les voyants de l'économie martiniquaise restent au vert en 2016. Le chômage baisse et l’emploi salarié progresse. La situation financière des ménages est satisfaisante ; l’encours sain de crédit augmente de 3,4 % en raison des taux d’intérêt en baisse. Les consommateurs ont par ailleurs profité d’une inflation quasi nulle (– 0,2 %) et d’une baisse du prix des carburants. Cependant, la baisse du prix du pétrole a entrainé une chute de 13 % des exportations martiniquaises.

Insee Conjoncture Martinique
No 3
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Agriculture - Une année en demi-teinte marquée par les mauvaises conditions climatiquesBilan économique 2016

Jean-Pierre Devin, DAAF Martinique

La tempête Matthew aura eu un impact dramatique sur l'exportation de bananes et, dans une moindre mesure, sur les fruits et légumes (sols asphyxiants). Les conditions climatiques de l'année 2016 (et de la fin d'année 2015) ont également impacté la teneur en sucre de la canne, ainsi que les productions de fruits et de légumes. La production hors-sol de porcs et de volailles, la moins dépendante du milieu, tire ainsi le mieux son épingle du jeu.

Insee Conjoncture Martinique
No 3
Paru le : 23/05/2017

Une embellie de la banane terrassée par Matthew

L'année 2016 s'annonçait particulièrement prometteuse en termes de production : les livraisons du premier semestre laissaient entrevoir un résultat supérieur de 7 % par rapport à celui de 2015 et le maintien des cours à un niveau favorable devait faire de 2016 un excellent millésime. Mais les dégâts causés par la tempête Matthew ont fortement impacté les livraisons du dernier trimestre (– 56 % par rapport à 2015). Sur l'année, la production a ainsi diminué de 9,8 % par rapport à 2015. Les cours favorables à la banane ont cependant, permis de limiter la perte en valeur (– 6,2 %).

Une production de canne en hausse, mais des teneurs en sucre trop faibles

La chute du rendement observé depuis le début des années 2010 jusqu'en 2014 semble jugulée, notamment du fait des efforts de replantation consentis par les producteurs. Le rendement moyen de 58,8 tonnes/ha observé en 2016 confirme cette évolution favorable (+ 7,6 % par rapport à 2015). Néanmoins, la teneur en sucre, autre composante essentielle du revenu de cette activité a diminué de plus de 15 % par rapport à l'année passée.

Cependant, cette qualité moindre n'a pas eu d'incidence sur la production de rhum qui affiche 3 % de hausse par rapport à l'année précédente. Cette proportion répond à un marché toujours porteur. À l'inverse, la production de sucre accuse une baisse de 20 % par rapport à 2015. La filière sucre est confrontée aux difficultés rencontrées par l'usine du Galion, qui n'utilise pas pleinement ses capacités de raffinage.

Les productions locales de porcs et de volailles augmentent

Les importations sont en légère diminution pour l'année 2016, notamment pour le porc et les volailles (respectivement – 3,8 % et – 1,5 % par rapport à 2015). La production pour les filières hors-sol a parallèlement augmenté dans des proportions analogues (+ 3,9 % pour le porc et + 1,7 % pour les volailles) témoignant ainsi d'une évolution favorable dans un contexte ou le niveau des importations demeure important. Toutefois, la production des ovins-caprins affiche une baisse conséquente de près de 13 %. Les importations suivent la même tendance avec une diminution de 17 %.

Fruits et légumes : une production en baisse, à l'exception des tubercules

Les données recueillies auprès des organisations de producteurs montrent que la production de tubercules (dachine, igname) présente une hausse importante en 2016, de plus de 61 % par rapport à l'année précédente. La production de fruits et légumes diminue sensiblement de 8 %. Cette baisse s'explique par la chute de la production de tomates et melons qui comptent pourtant parmi les produits phares de la filière de diversification.

Figure 1 – Chiffres clés

Chiffres clés
2015 2016 Variation 2016/2015 en %
Production commercialisée de bananes (en tonnes) 199 242 200 928 0,8
Cannes broyées (en tonnes) 207 507 225 951 8,9
Sucreries 46 605 49 081 5,3
Distilleries 160 902 176 870 9,9
Production animale (en tonnes) 3 646 4 024 10,4
Volailles 1 465 1 903 29,9
Porcins 1 080 1 122 3,9
Bovins 1 101 1 000 -9,1
  • Source : DAAF – CTCS – Abattoir BôKaïl – SEMAM.

Figure 2 – Les exportations diminuentÉvolution de la production de bananes entre 2015 et 2016 (en tonnes) et du prix payé au producteur (en €/kg)

Les exportations diminuent
2015 2016 Variation 2016/2015 en %
Exportations (tonnes) 196 405 177 239 -9,8
Marché local (tonnes) 2 837 2 690 -5,2
Production commercialisée (en tonnes) 199 242 179 929 -9,7
Prix moyen payé au producteur (€/Kg) 0,60 0,62 3,3
Prix moyen local (€/Kg) 0,42 0,42 0,0
  • Source : DAAF.

Figure 3 – Les exportations diminuent au dernier trimestre 2016Exportations mensuelles de banane martiniquaise vers l'Union Européenne

Les exportations diminuent au dernier trimestre 2016
2013 2014 2015 2016
Jan 9 968 9555 15178 12307
Fév 12 943 14 546 15 089 13 941
Mar 16 315 19 943 15 513 19 124
Avr 18 641 21 372 17 117 17 660
Mai 19 428 17 993 14 903 19 849
Juin 17 775 14 393 17 551 18 521
Juil 17 188 14 245 15 438 15 890
Août 7 846 12 339 16 641 18 309
Sept 8 191 15 550 18 844 20 360
Oct 9 424 18 464 19 824 13 669
Nov 8 488 15 968 16 228 7 647
Déc 9 369 14 540 17 524 5 275
  • Source : CIRAD.

Figure 3 – Les exportations diminuent au dernier trimestre 2016Exportations mensuelles de banane martiniquaise vers l'Union Européenne

Figure 4 – La production de canne en hausse en 2016Évolution des livraisons de canne suivant leur destination de 2007 à 2016

en tonnes
La production de canne en hausse en 2016
Sucrerie Distilleries Total cannes
2007 84 490 138 537 223 027
2008 75 497 128 448 203 945
2009 89 476 133 818 223 294
2010 70 288 131 940 202 228
2011 68 994 137 677 206 671
2012 47 368 127 937 175 305
2013 42 872 135 050 177 922
2014 39 665 127 218 166 883
2015 46 605 160 902 207 507
2016 49 081 176 870 225 951
  • Sources : DAAF - CTCS.

Figure 4 – La production de canne en hausse en 2016Évolution des livraisons de canne suivant leur destination de 2007 à 2016

Figure 5 – Les productions locales de porcs et de volailles en augmentationÉvolution en volume des abattages animaux entre 2015 et 2016

en tonnes
Les productions locales de porcs et de volailles en augmentation
2015* 2016**
volailles 1 409 1 433
porcins 1 080 1 122
bovins 1 036 1 000
  • Sources : DAAF - abattoir BôKaïl - SEMAM.

Figure 5 – Les productions locales de porcs et de volailles en augmentationÉvolution en volume des abattages animaux entre 2015 et 2016

Figure 6 – Les importations diminuent en 2016Évolution des importations de bovins, porcins et volaillles en volume

en tonnes
Les importations diminuent en 2016
2015 2016
bovins 4308 4 252
porcins 3 615 3 479
volailles 11 243 11 077
  • Source : Douanes.

Figure 6 – Les importations diminuent en 2016Évolution des importations de bovins, porcins et volaillles en volume