Bilan économique 2016 - Guadeloupe

L’activité de la Guadeloupe a été bien orientée en 2016. L’emploi reste assez peu dynamique, le chômage à un niveau structurellement très élevé, mais le nombre de chômeurs de longue durée baisse. La consommation des ménages, le financement de l’économie et la création de sociétés sont bien orientés. Les flux de marchandises et de voyageurs sont en progression, de même que les nuitées touristiques. Seules zones d’ombre : l’agriculture qui a connu une année mitigée et la construction avec des ventes de ciment au plus bas.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 3
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Tourisme - Reprise de la fréquentation hôtelièreBilan économique 2016

Maud Tantin-Machecler, Insee

L’activité hôtelière de Guadeloupe se revigore en 2016 avec une augmentation de 3 % des nuitées après une période d’atonie entre 2014 et 2015. La durée moyenne de séjours reste stable. La clientèle demeure majoritairement française, bien que moins nombreuse que les années précédentes, tandis que la clientèle étrangère ne cesse de progresser.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 3
Paru le : 23/05/2017

Avec un peu plus d'un million de nuitées en 2016, la fréquentation touristique se revigore en Guadeloupe et retrouve son niveau de 2010. Le nombre de nuitées a augmenté de 2,9 % par rapport à 2015. Après une forte baisse de 11 % entre 2013 et 2014, le taux de croissance annuelle moyenne se situe à – 0,6 % entre 2010 et 2015.

Dans l’Hexagone, la situation est différente : le nombre de nuitées diminue de 1 %, alors que la croissance annuelle moyenne entre 2010 et 2015 reste positive avec un taux de 0,6 %.

Embellie de la clientèle étrangère

Près de 279 000 touristes sont arrivés dans les hôtels en 2016, 1 % de plus qu’en 2015, après une baisse de 4 % entre 2014 et 2015. La hausse de la fréquentation hôtelière est portée essentiellement par l’augmentation de 26 % de la clientèle étrangère, la clientèle française ayant diminué de 3 %.

La clientèle touristique de Guadeloupe reste française. Néanmoins, leur pro-portion a diminué ces dernières années, passant de 88 % en 2014 à 86 % en 2015 pour atteindre 83 % en 2016. À l’inverse, la part de la clientèle étrangère est en augmentation, elle passe respectivement de 12 % à 14 % pour atteindre 16 %.

Une fréquentation maximale toujours en février

Le taux d’occupation de l’hôtellerie guadeloupéenne se situe à 56,3 % en 2016, soit une baisse de 2,6 points par rapport à 2015, alors qu’il avait marqué une embellie de 4,4 points entre 2014 et 2015.

En Guadeloupe, la saison touristique s’amorce réellement à partir du mois d’octobre avec des taux d’occupation qui augmentent continûment pour atteindre le pic de l’année au mois de février où il se situe généralement à plus de 70 % (76,6 % en 2016, après 74 % en 2015). Il décroît ensuite régulièrement jusqu’au mois de juin, remonte en juillet-août, période des grandes vacances scolaires et des congés bonifiés, pour diminuer à nouveau en septembre, mois le plus creux de l’année. En 2016, le taux d’occupation du premier trimestre est meilleur qu’en 2015 et 2014.

L’hébergement hôtelier en hausse

En 2016, plus d’un million et vingt mille chambres sont offertes dans l’hôtellerie guadeloupéenne, soit une évolution annuelle de 2,7 %. Cette remontée, fait suite à une année 2015 marquée par une forte baisse de 10,5 % des chambres offertes par rapport à 2014, alors qu’elles étaient stables entre 2013 et 2014.

Entre 2010 et 2014, le rythme annuel moyen de croissance était, certes, déjà négatif (– 0,2 %), mais dans une moindre mesure qu’entre 2012 et 2016 (– 2,3 %).

Quoiqu’il en soit, malgré l’augmentation de plus de 26 400 chambres offertes, de plus de 28 600 nuitées et de plus de 2 400 arrivées en 2016 par rapport à 2015, le taux d’occupation des hôtels a baissé de 2,6 points, signe que l’hébergement touristique se diversifie en Guadeloupe.

Légère augmentation de la durée moyenne de séjour

En 2016, la durée moyenne de séjour en Guadeloupe est de 3,6 jours, soit 0,1 jour de plus qu'en 2015 et 0,3 jour de plus qu'en 2014. Elle varie fortement selon les mois, passant de 4,8 jours en février à 2,4 jours en septembre. Cette légère hausse est à porter au compte des touristes français pour lesquels la durée moyenne de séjour augmente de 0,1 jour entre 2015 et 2016, alors qu’elle diminue de 0,2 jour pour les touristes étrangers sur la même période.

Figure 1 – 3 % de nuitées de plus qu'en 2015, 1 % en moins dans l'Hexagone

Les nuitées dans les hôtels de Guadeloupe en 2016
3 % de nuitées de plus qu'en 2015, 1 % en moins dans l'Hexagone
2016 (en millier) Évolution 2016/2015 (en %) Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (en %)*
Guadeloupe 1 001 2,9 -0,6
France hexagonale 200 089 -1,0 0,6
  • * : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : hôtels de Guadeloupe et de l'Hexagone y compris la Corse.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – 82 % des clients viennent de l'Hexagone

Fréquentation des hôtels en 2016 (en millier et jour)
82 % des clients viennent de l'Hexagone
2014 2015 2016 Évolution 2015/2014 (en %) Évolution 2016/2015 (en %)
Arrivées 287 276 279 -3,8 0,9
Français 253 237 230 -6,2 -3,2
Étrangers 34 39 49 13,9 25,7
Part des arrivées étrangères 11,8 14,0 17,5 // //
Nuitées 951 972 1 001 2,2 2,9
Français 824 810 807 -1,7 -0,3
Étrangers 127 162 193 27,5 19,4
Part des nuitées étrangères 13,4 16,7 19,3 // //
Durée moyenne de séjour (en jour) 3,3 3,5 3,6 // //
Français 3,3 3,4 3,5 // //
Étrangers 3,8 4,2 4,0 // //
Taux d'occupation 54,5 58,9 56,3 // //
Chambres offertes 1 110 947 993 929 1 020 347 -10,5 2,7
Chambres occupées 605 022 585 424 574 950 -3,2 -1,8
  • Champ : hôtels de Guyane et de l'Hexagone y compris la Corse.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Une occupation maximale en début d'annéeÉvolution du taux d'occupation des chambres dans l'hôtellerie guadeloupéenne (en indice, base 100 en 2010)

Une occupation maximale en début d'année
Guadeloupe Hexagone
janv-14 71,5 46,9
févr-14 77,2 50,7
mars-14 68,9 53,1
avr-14 61,7 58,0
mai-14 44,9 60,5
juin-14 36,5 68,3
juil-14 43,7 66,0
août-14 49,0 68,8
sept-14 30,8 68,1
oct-14 51,8 61,4
nov-14 53,4 51,9
déc-14 57,1 51,1
janv-15 67,6 47,8
févr-15 74,0 51,8
mars-15 69,9 54,4
avr-15 62,4 57,5
mai-15 55,4 61,2
juin-15 45,9 69,4
juil-15 48,2 67,5
août-15 49,4 68,1
sept-15 40,1 68,5
oct-15 54,2 60,6
nov-15 56,1 50,5
déc-15 69,3 48,0
janv-16 71,7 46,4
févr-16 76,6 50,2
mars-16 74,5 56,0
avr-16 57,7 54,8
mai-16 48,3 61,0
juin-16 40,9 67,4
juil-16 49,9 65,5
août-16 46,0 64,2
sept-16 33,0 66,5
oct-16 54,2 60,5
nov-16 54,0 53,7
déc-16 60,5 50,0
janv-17 76,5 49,9
  • Champ : hôtels de Guadeloupe et de l'Hexagone y compris la Corse.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Une occupation maximale en début d'annéeÉvolution du taux d'occupation des chambres dans l'hôtellerie guadeloupéenne (en indice, base 100 en 2010)

Figure 5 – Des durées moyennes de séjour en baisse par rapport à 2015Évolution des durées moyennes de séjour dans les hôtels de Guadeloupe (en jour)

Des durées moyennes de séjour en baisse par rapport à 2015
Moyenne générale Moyenne des Français Moyenne des étrangers
2010 3,3 3,2 3,5
2011 3,4 3,3 3,8
2012 3,4 3,3 4,5
2013 3,2 3,2 3,4
2014 3,3 3,3 3,8
2015 3,5 3,4 4,2
2016 3,6 3,5 4,0
  • Champ : hôtels de Guadeloupe et de l'Hexagone y compris la Corse.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Des durées moyennes de séjour en baisse par rapport à 2015Évolution des durées moyennes de séjour dans les hôtels de Guadeloupe (en jour)

Encadré

Les îles du Nord

Avec près de 447 000 nuitées et plus de 143 000 arrivées, la durée moyenne de séjour dans l’hôtellerie des Îles du Nord se situe à 3,1 jours, soit un demi jour de moins qu’en Guadeloupe. Avec plus de la moitié des chambres occupées, le taux d’occupation atteint 60,1 %, soit + 3,8 points qu’en Guadeloupe.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Sources

Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Champ

Hôtels de Guadeloupe et de l'Hexagone y compris la Corse.