Bilan économique 2016 - Guadeloupe

L’activité de la Guadeloupe a été bien orientée en 2016. L’emploi reste assez peu dynamique, le chômage à un niveau structurellement très élevé, mais le nombre de chômeurs de longue durée baisse. La consommation des ménages, le financement de l’économie et la création de sociétés sont bien orientés. Les flux de marchandises et de voyageurs sont en progression, de même que les nuitées touristiques. Seules zones d’ombre : l’agriculture qui a connu une année mitigée et la construction avec des ventes de ciment au plus bas.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 3
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Épargne-crédit - En 2016, l’activité bancaire poursuit sa progressionBilan économique 2016

Camille Louyot, Iedom

Dans une conjoncture économique plus favorable, l’activité de financement continue de croître en Guadeloupe en 2016, mais à un rythme moins soutenu. La collecte des dépôts enregistre pour sa part une croissance plus dynamique qu’en 2015.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 3
Paru le : 23/05/2017

Une activité de financement en hausse

Avec 9,4 milliards d’euros, l’encours sain des crédits enregistre une augmentation de 3,7 % en 2016 (soit + 337,2 millions d’euros) après + 6,0 % un an plus tôt. L’évolution est essentiellement tirée par les entreprises qui demeurent les principales bénéficiaires du financement bancaire (45,3 % de l’encours sain), suivies par les ménages (39,2 %) et les collectivités locales (11,2 %).

Bonne performance des crédits aux entreprises

Totalisant 4,3 milliards d’euros, l’activité de crédit aux entreprises reste dynamique (+ 4,6 % sur un an après + 2,7 % en 2015). Cette évolution tient essentiellement à la bonne performance des crédits immobiliers (+ 5,5 % après + 1,2 %) qui représentent 55 % de l’encours sain des entreprises. Parallèlement, les crédits d’investissement (38 % de l’encours) progressent plus modérément qu’en 2015 (+ 4,9 % après + 8,5 %). En particulier, les crédits à l’équipement affichent une hausse moins marquée (+ 2,8 % en 2016 après + 10,7 %) et l’effort d’équipement des entrepreneurs individuels s’inscrit en baisse (– 9,8 %). Le crédit-bail renoue pour sa part avec la croissance (+ 17,6 %). Enfin, après s’être repliés un an plus tôt (– 5,1 %), les crédits d’exploitation se stabilisent (+ 0,3 % en 2016).

Croissance ralentie des crédits aux ménages

Les financements consentis aux ménages restent bien orientés en 2016 (+ 3,7 % après + 9,9 % un an plus tôt) et s’élèvent à 3,7 milliards d’euros.

Les crédits à l’habitat (70 % de l’encours sain des ménages) sont moins dynamiques (+ 3,5 % après + 10,8 %) mais restent le premier contributeur à cette hausse.

Pour leur part, les crédits à la consommation enregistrent de nouveau une croissance soutenue (+ 5,1 % après + 7,8 % en 2015).

Hausse modérée des crédits aux collectivités locales

Les crédits octroyés aux collectivités locales augmentent plus modérément qu’en 2015 (+ 3,7 % après + 8,2 %) et atteignent 1,1 milliard d’euros.

Ce montant, porté à 92 % par les établissements de crédit locaux (ECIL), reste tiré par les crédits d’investissement (+ 6,9 %), qui représentent 97 % de l’encours total des collectivités locales.

Diminution des créances douteuses

Avec 416,5 millions d’euros, l’encours des créances douteuses brutes recule de 6,3 % sur un an (après – 7,6 % en 2015).

La proportion de ces créances douteuses dans l’ensemble des crédits consentis est également en retrait (– 0,6 point) et s’établit à 5,0 %, un niveau similaire à celui relevé dans les autres DOM.

Toutefois, les provisions, qui couvrent 62,4 % des créances douteuses brutes, poursuivent leur recul (– 11,1 % après – 12,8 % en 2015).

Une collecte des dépôts dynamique

La collecte nette d’épargne poursuit sa croissance en 2016. Les actifs financiers des agents économiques représentent 8,4 milliards d'euros. Ils augmentent de 5,5 % sur un an (soit + 437,9 millions d’euros), après + 4,7 % en 2015.

Pour la troisième année consécutive, la hausse est plus marquée pour les entreprises (+ 6,7 %) que pour les ménages (+ 3,7 %), qui représentent 70 % des dépôts.

Les dépôts à vue, principaux actifs financiers détenus (41,2 %), continuent de progresser à un rythme soutenu (+ 13,1 % après + 12,3 % en 2015), tirés par l’ensemble des agents économiques. A contrario, le recul des placements liquides ou à court terme se confirme (– 1,4 % sur un an après – 1,7 % en 2015), sous l’effet de la nouvelle baisse des placements indexés sur les taux de marché (– 10,1 % après – 7,7 %).

En dépit du niveau historiquement bas des taux d’intérêt des livrets réglementés, les comptes d’épargne à régime spécial restent orientés à la hausse (+ 1,7 % après + 0,8 % en 2015).

Devenus moins rémunérateurs, les livrets A restent stables en 2016 (+ 0,0 % après – 1,5 %) tandis que la croissance sur les livrets de développement durable ralentit de nouveau (+ 2,2 % après + 3,7 % en 2015 et + 6,9 % en 2014).

L’épargne longue maintient pour sa part son rythme de croissance (+ 2,9 % après + 2,6 % en 2015), soutenue par les plans d’épargne-logement (+ 4,8 %).

Figure 1 – Chiffres clés

Chiffres clés
Valeur 2016 (en milliers d'euros) Évolution 2016/2015 (%)
Encours sain 9 396,9 3,7
dont Ménages 3679,4 3,7
dont Entreprises 4256,5 4,6
dont Collectivités 1 055,3 3,7
dont Autres agents 405,7 -4,6
Créances douteuses brutes 416,5 -6,3
Créances douteuses nettes 156,7 2,8
dont Ménages 61,4 7,8
dont Entreprises 89,7 2,9
  • Source: IEDOM.

Figure 2 – La distribution de crédits progresseÉvolution des concours bancaires

La distribution de crédits progresse
Taux de croissance en glissement annuel Encours en millions d'euros
déc-11 7,1 7649,70
déc-12 3,1 7887,55
déc-13 2,9 8113,69
déc-14 5,3 8547,64
déc-15 6,0 9059,72
déc-16 3,7 9396,94
  • Source: IEDOM.

Figure 2 – La distribution de crédits progresseÉvolution des concours bancaires

Figure 3 – La sinistralité de la place bancaire s'amélioreÉvolution des créances douteuses

La sinistralité de la place bancaire s'améliore
Taux de créances douteuses Créances douteuses brutes (millions d'euros)
2011 7,7 522,9
2012 7,8 550,4
2013 6,8 492,3
2014 6,4 481,2
2015 5,61 446,9
2016 5,0 416,5
  • Source: IEDOM.

Figure 3 – La sinistralité de la place bancaire s'amélioreÉvolution des créances douteuses

Figure 4 – L'activité de collecte accélèreÉvolution des actifs financiers

L'activité de collecte accélère
Taux de croissance en glissement annuel Encours en millions d'euros
déc-11 2,5 6777,30
déc-12 4,7 7096,67
déc-13 4,3 7399,01
déc-14 3,4 7650,93
déc-15 4,7 8008,38
déc-16 5,5 8 446,3
  • Source: IEDOM.

Figure 4 – L'activité de collecte accélèreÉvolution des actifs financiers

Pour en savoir plus

Rapport Annuel Guadeloupe 2016 - Édition 2017 de l’IEDOM et les notes Infos financières. Toutes les publications de l’Institut sont disponibles en ligne sur le site internet : http://www.iedom.fr/