Bilan économique 2015 - Martinique

Les voyants de l'économie martiniquaise virent peu à peu au vert pour l'année 2015. Le chômage baisse et l'emploi salarié progresse, en particulier dans l'industrie. La situation financière des ménages s'améliore ; l'encours sain de crédit augmente de 6,7 % en raison des taux d'intérêt en baisse. Les consommateurs ont par ailleurs profité d'une inflation quasi nulle et d'une baisse de 8,4 % du prix des carburants. Cependant, la baisse du prix du pétrole a entrainé une chute de 14 % des exportations martiniquaises.

Insee Conjoncture Martinique
Paru le : 15/06/2016

Emploi salarié - Une année en nette amélioration

Guy Mystille, Insee

En 2015, l'emploi salarié marchand martiniquais affiche un bilan plus satisfaisant que celui de la Guadeloupe et de la Guyane. Il est en effet en hausse, aussi bien en moyenne annuelle qu'en déclinaisons trimestrielles. Les différents secteurs ont toutefois évolué de façon différenciée. L'industrie s'est redynamisée en cours d'exercice et le tertiaire marchand s'est équilibré. Un peu en retrait, le secteur de la construction a été plus fluctuant.

Insee Conjoncture Martinique
No 02
Paru le : 15/06/2016

Une année de reprise, quoique modeste

L'emploi salarié marchand expose en 2015 un état des lieux qui s'est amélioré. Il a augmenté de 1,5 % en moyenne annuelle, par rapport à l'année 2014. Ce nouveau souffle est impulsé par une conjonction haussière de ses trois composantes : l'industrie, le secteur tertiaire marchand et dans une moindre mesure, la construction, ont accru leurs effectifs.

Cette conjoncture inédite se décline aussi trimestriellement. Le début de l'année 2015 a été marqué par la hausse saisonnière habituellement observable aux premiers trimestres de tous les exercices. Cette hausse est le fruit de saisonnalités liées à des facteurs adjacents, tels que les besoins ponctuels de main-d’œuvre pour répondre à l'accroissement d'activité. La Martinique se distingue cependant de la Guadeloupe et de la Guyane par un maintien en cours d'année de l'élan du premier trimestre, et une tendance haussière au quatrième trimestre.

Accroissement d'activité dans le secteur industriel

Au premier trimestre 2015, l'emploi salarié du secteur industriel a mécaniquement bénéficié de l'augmentation de la demande, principalement dans le domaine agroalimentaire. Contrairement aux années antérieures, cette impulsion saisonnière ne s'est pas essoufflée au second trimestre. L'emploi y a été soutenu, avant de se rétracter au troisième trimestre.

Le quatrième trimestre s'est soldé par une augmentation des effectifs du secteur. Elle est le fruit des saisonnalités générées par le regain économique lié aux fêtes de fin d'année, mais elle résulte aussi d'une multiplication des créations d'entreprises dédiées à l'industrie. L'emploi salarié du secteur industriel a augmenté de 1,3 % au quatrième trimestre 2015, par rapport au troisième trimestre. L'accroissement est plus avéré par rapport au quatrième trimestre 2014 (+ 2,9 %). Cette embellie est surtout le fait de petites structures, employant moins de 10 salariés.

Le secteur tertiaire marchand contribue aussi à l'embellie

Le secteur tertiaire marchand se comporte de façon similaire à celle de l'industrie. Il est en hausse en moyenne annuelle, quoique plus prononcée (+ 1,7 %). Déclinée trimestriellement, l'évolution est plutôt favorable en début d'exercice. Elle se maintient au second et au troisième trimestre et repart à la hausse en fin d'année : l'emploi bénéficie en effet des saisonnalités propres au mois de décembre.

Principal poste impacté, celui de l'hébergement et de la restauration dont l'évolution de l'emploi est conséquente par rapport au troisième trimestre (+ 4,9 %). Elle est un effet induit du commencement de la haute saison touristique. Comparé au quatrième trimestre 2014, le progrès est encore plus nettement marqué (+ 7,4 %).

La construction est en retrait, mais se stabilise au second semestre

En moyenne annuelle, l'emploi salarié du secteur de la construction a augmenté de 1,7 % en 2015, par rapport à 2014. Ce secteur a toutefois évolué moins favorablement que le secteur industriel et celui du tertiaire marchand au cours de l'exercice. Il a enregistré un pic d'activité au second trimestre, avant de rétracter aux trimestres suivants. L'emploi salarié de ce secteur a toutefois augmenté de 2,8 % au quatrième trimestre 2015 par rapport au quatrième trimestre 2014.

En dépit de ce regain, le secteur de la construction reste soumis aux contraintes fortes de l'exiguïté du territoire et la carence récurrente en nouveaux gros chantiers.

Figure 1 – Chiffres clés de l'emploi en 2015

Chiffres clés de l'emploi en 2015
Nombre de salariés (effectifs) Évolution 2014/2015 (%)
Industrie 8 481 0,2
Construction 6 097 1,7
tertiaire marchand 49 246 1,7
Total (hors agriculture) 63 824 1,5
Agriculture 4 354 0,5
Total 68 178 1,4
  • Source : Insee, Epure.

Figure 2 – Progression de 2,6 % dans le tertiaire marchand

Évolution de l'emploi salarié dans les secteurs concurrentiels (en %)
Progression de 2,6 % dans le tertiaire marchand
Évolution T3 2015 / T4 2015 Évolution T4 2015 / T4 2014
Commerce 1,0 0,8
Autres activités de services 4,2 1,3
Transport et entreposage 1,5 1,8
Hébergement et restauration 4,9 7,4
Information et communication 0,8 1,5
Activités financières et d'assurance -0,8 0,6
Activites immobilères 0,1 3,0
Activités Scientifiques et techniques - Services administratifs et de soutien 0,9 4,5
Ensemble tertiaire marchand 1,6 2,6
  • Note : l'évolution annuelle rapporte les effectifs au 31 décembre 2014 aux effectifs au 31décembre 2015.
  • Source: Insee, Epure.

Figure 3 – Augmentation des effectifs en 2015

Augmentation des effectifs en 2015
Guadeloupe Guyane Martinique
2011T1 107,9 107,9 96,6
2011T2 107,9 106,7 96,6
2011T3 107,4 112,6 97,4
2011T4 106,4 111,2 95,1
2012T1 107,8 113,6 95,1
2012T2 108,3 115,4 95,8
2012T3 104,8 114,3 95,1
2012T4 105,1 116,1 95,6
2013T1 107,8 116,8 97,3
2013T2 106,0 115,2 95,6
2013T3 101,1 114,6 93,7
2013T4 102,3 117,6 94,3
2014T1 103,2 116,6 94,7
2014T2 101,5 116,1 94,3
2014T3 99,5 116,9 94,9
2014T4 100,1 117,1 94,4
2015T1 101,1 118,1 95,6
2015T2 100,5 116,1 95,8
2015T3 99,5 117,4 95,5
2015T4 100,4 120,0 96,9
  • Source : Insee, Epure.

Figure 3 – Augmentation des effectifs en 2015Évolution de l'emploi salarié dans les trois DFA

Figure 4 – L'emploi salarié marchand en courbe ascendante en 2015

Évolution de l'emploi salarié marchand en Martinique
L'emploi salarié marchand en courbe ascendante en 2015
Industrie Construction Tertiaire marchand Ensemble
T1 2011 96 84 99 97
T2 97 81 100 97
T3 95 82 101 98
T4 92 77 99 95
T1 2012 93 77 99 95
T2 93 78 99 96
T3 92 77 99 95
T4 92 78 99 96
T1 2013 95 80 101 97
T2 95 77 99 96
T3 94 75 97 94
T4 93 74 98 94
T1 2014 95 75 98 95
T2 94 74 98 94
T3 92 73 99 95
T4 92 73 99 94
T1 2015 93 74 100 96
T2 94 76 100 96
T3 93 75 100 96
T4 94 75 101 97
  • Source : Insee, Epure.

Figure 4 – L'emploi salarié marchand en courbe ascendante en 2015

Encadré

Mesurer les évolutions de l’emploi salarié marchand

Les emplois salariés font l’objet de déclarations sous forme de Bordereaux de Recouvrement des Cotisations (BRC). Ces Bordereaux sont adressés par les employeurs aux Unions de Recouvrement de Sécurité Sociale et des Allocations Familiales (Urssaf), puis transmis trimestriellement à l’Insee. Ils concernent les salariés soumis au régime général de sécurité sociale, à l’exception :

- des apprentis dont les cotisations sont prises en charge par l’État ;

- des emplois domestiques ;

- des fonctionnaires de l’État.

Sur les données issues des BRC, une chaîne de traitement dite Epure (Extension du Projet Urssaf sur les Revenus et l’Emploi) est utilisée pour les départements français d’Amérique depuis 2006. Le champ est restreint aux activités les mieux représentées.

Sont exclus du champ Epure :- les caisses de congés payés ;

- les établissements de vente à domicile ;

- les administrateurs d’immeubles à l’AFPA.

Les données brutes ne sont pas désaisonnalisées. Les résultats sont ici présentés selon la nouvelle Nomenclature Agrégée (NA) 2008, regroupement de la nouvelle Nomenclature d’Activités Française (NAF) destiné à l’analyse économique.

Sources

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Documentation

Définitions (pdf, 58 Ko)