Bilan économique 2015 - Guyane

En 2014, l'économie de la Guyane était en croissance soutenue, portée par l'activité intense du secteur spatial. Cette évolution favorable en Guyane se fait dans un contexte mondial encore morose. En France, la croissance reste faible même si elle se consolide. En revanche, la zone Amérique latine et Caraïbes traverse de grandes difficultés (- 0,1 %). Les deux pays voisins de la Guyane, le Surinam et le Brésil, sont en pleine crise politique. Dans ce contexte, l'économie guyanaise reste portée par le secteur spatial et l'investissement des entreprises et des ménages, qui ne compensent qu'en partie la stagnation de l'emploi, la faible commande publique et une consommation des ménages en berne.

Insee Conjoncture Guyane
Paru le : 15/06/2016

Tourisme - Une fréquentation hôtelière en hausse

Émilie Charles-Euphrosine, Rémi Charrier, Insee

En 2015, en Guyane, la fréquentation hôtelière progresse fortement. Le nombre des arrivées augmente de 20 % et les nuitées de 10 % par rapport à 2014. La clientèle en provenance de France métropolitaine contribue fortement à cette hausse. Du fait du développement du parc hôtelier, le taux d'occupation des hôtels poursuit sa baisse malgré l'augmentation des nuitées.

Insee Conjoncture Guyane
No 02
Paru le : 15/06/2016

Après une année 2014 plutôt morose, la fréquentation touristique dans les hôtels de Guyane repart à la hausse en 2015 avec 354 000 nuitées, soit 10 % de nuitées supplémentaires.

Ce rebond est d’autant plus remarquable que, entre 2010 et 2014, le nombre de nuitées a baissé de 1 % par an. Le nombre des arrivées est également en hausse (+ 20 %).

Avec plus de 140 000 arrivées, la fréquentation est beaucoup plus élevée que les années précédentes. Entre 2010 et 2014, le nombre moyen d’arrivées s’élevait à 117 000.

Une hausse portée par la clientèle française

La hausse de la fréquentation est portée principalement par la progression de la clientèle française. Avec 90 % de la clientèle totale, les arrivées françaises sont en hausse de 31 %.

L’augmentation de la fréquentation touristique en provenance de métropole se confirme avec l’augmentation du trafic aéroportuaire de passagers. Les plans régionaux de relance touristique semblent porter leurs fruits.

À l’inverse, la clientèle étrangère se fait plus rare, le nombre d’arrivées d’étrangers baisse fortement (– 33 %). Ce constat est d’autant plus étonnant que les arrivées d’étrangers sont principalement liées à l’activité spatiale qui en 2015 était proche de celle de 2014. Les arrivées d’étrangers sont soumises à des contraintes administratives (visa obligatoire pour les pays voisins) et sanitaires (vaccin fièvre jaune) qui peuvent contribuer à rendre la destination moins attrayante.

Le taux d’occupation poursuit sa chute

Malgré la forte augmentation du nombre de nuitées, le taux d’occupation des hôtels poursuit sa chute. Depuis le milieu des années 2000, ce taux était chaque année en hausse, mais la tendance s’est inversée à partir de 2010.

Le taux d’occupation fluctue tout au long de l’année. Il peut être imputé à la variation de la cadence des tirs de fusées puisque la clientèle d’affaires, liée à l’activité spatiale, constitue une grande partie des clients de l'hôtellerie en Guyane.

La destination Guyane est soumise à une forte saisonnalité. Durant ces quatre dernières années, les mois d’avril, octobre et décembre ont été les mois les plus sollicités par la clientèle. Mais en 2015, ce regain d’intérêt semble s’estomper au profit du mois de mars et de septembre. Le mois de mars est habituellement prisé pour les festivités du carnaval, tandis que le mois de septembre équivaut à la période estivale en métropole.

En 2011, le taux d’occupation mensuel des hôtels dépassait systématiquement les 50 %. En 2015, ce taux ne dépasse ce niveau que cinq mois seulement. Les évolutions du nombre de nuitées et du taux d’occupation sont divergentes du fait du développement du parc hôtelier en Guyane. Ainsi, en 2015, l’offre hôtelière s’est accrue de 150 chambres avec l’ouverture d’un nouvel hôtel de 134 chambres à Cayenne et d'un hôtel de 16 chambres à Sinnamary.

L’offre hôtelière reste dépendante de la clientèle professionnelle. Pour la plupart, les touristes d’agrément séjournent dans des hôtels mais adhèrent à d’autres types d’hébergement (vie en carbet).

Les touristes « affinitaires » privilégient la famille ou les amis.

Figure 1 – Nuitées et arrivées dans les hôtels (en millier et %)

Nuitées et arrivées dans les hôtels (en millier et %)
2014 2015 Évolution 2015/2014 en %
Arrivées 117 140 19,7
Nuitées 322 354 9,9
  • Note : données 2015, 2014 définitives.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Augmentation des nuitées de 10 % - Nuitées dans les hôtels (en % et en milliers)

Augmentation des nuitées de 10 % - Nuitées dans les hôtels (en % et en milliers)
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2015 par une clientèle étrangère (%)
2015 (en milliers) Évolution 2015/2014 (%) Évolution moyenne annuelle 2014/2010 (1) (%)
Guyane 354 9,9 -1,2 19,6
France métropolitaine 202 087 1,8 0,4 36,5
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – En 2015, la fréquentation est inférieure à celle des 5 dernières années

En 2015, la fréquentation est inférieure à celle des 5 dernières années
Guyane en 2015 France métropolitaine en 2015 Guyane moyenne 2010-2014 France métropolitaine moyenne 2010-2014
janv 41,8 47,8 49,7 47,7
fevr 41,7 51,8 57,4 51,0
mars 57,6 54,4 58,4 55,4
avr 41,2 57,5 59,2 57,3
mai 44,6 61,2 56,2 61,6
juin 44,1 69,4 59,1 69,0
juil 41,5 67,5 54,1 67,2
aout 51,2 68,1 53,0 67,4
sept 53,0 68,5 57,4 68,5
oct 51,6 60,6 66,5 60,9
nov 52,3 50,5 65,6 53,7
déc 49,5 48,0 57,2 50,1
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – En 2015, la fréquentation est inférieure à celle des 5 dernières annéesTaux d'occupation moyen dans les hôtels en Guyane

Figure 4 – 90 % des clients viennent de France métropolitaine - Fréquentation des hôtels en 2015 (en milliers)

90 % des clients viennent de France métropolitaine - Fréquentation des hôtels en 2015 (en milliers)
Guyane France métropolitaine
Arrivées 140 112 692
Francais 127 77 756
Étrangers 14 34 936
Nuitées 354 202 087
Français 285 128 306
Étrangers 69 73 781
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Hausse des arrivées et des nuitées en 2015

Hausse des arrivées et des nuitées en 2015
Arrivées Guyane Arrivées France métropolitaine Nuitées Guyane Nuitées France métropolitaine
2010 100,0 100,0 100,0 100,0
2011 99,5 103,4 102,6 103,2
2012 107,4 103,7 103,6 103,3
2013 112,6 104,3 97,2 102,9
2014 104,7 103,1 95,3 101,4
2015 125,5 105,4 104,7 103,2
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Hausse des arrivées et des nuitées en 2015Évolution des nuitées et des arrivées dans les hôtels

Encadré

Les plans régionaux de relance du tourisme

En 2015, le plan gouvernemental en faveur du tourisme dans l’Outre-mer s’organise autour de plusieurs axes. Il s’agit de mieux connaître l’activité touristique pour mieux la piloter, de mieux promouvoir produits, expériences et marques, de renforcer l’accessibilité des destinations, d’accompagner la modernisation du secteur hôtelier, de prendre le virage du numérique et de favoriser la formation professionnelle. Pour 2020, 27 mesures ont été adoptées pour répondre à cette stratégie.

Documentation

Définitions (pdf, 58 Ko)