Bilan économique 2015 - Guadeloupe

L'activité de la Guadeloupe a été plutôt bien orientée en 2015. L'emploi reste peu dynamique, le chômage toujours aussi élevé, mais des signes positifs sont ressentis sur la consommation des ménages, l'activité, le financement, et la démographie des entreprises. Le commerce et le transport sont plutôt dynamiques, mais l'agriculture a souffert d'une longue sécheresse, et la construction a des carnets de commande très peu remplis.

Insee Conjoncture Guadeloupe
Paru le : 15/06/2016

Chômage - Un taux de chômage stable en 2015

Charly Darmalingon, Roman Janik, DIECCTE – Marcelle Jeanne-Rose, Insee

En 2015, en Guadeloupe, le taux de chômage reste stable (23,7 %) mais il est le plus élevé des Antilles-Guyane. Le nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois inscrits à Pôle emploi progresse de 0,9 % sur un an. La demande de longue durée augmente assez fortement (+ 7,2 %) reflétant les difficultés d’accès au marché du travail. Le nombre de contrats signés dans le cadre des dispositifs d’aide à l’emploi diminue de 6,1 %.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 02
Paru le : 15/06/2016

En 2015, en Guadeloupe, le taux de chômage s’élève à 23,7 % (définitions), soit le plus élevé des Départements Français d’Amérique. Il est de 18,9 % en Martinique, de 21,9 % en Guyane et de 10,3 % en France hexagonale. Ce taux cache cependant de grandes disparités selon les critères observés. Ainsi, le taux de chômage des Guadeloupéennes s’élève à 25,7 %, soit 4 points de plus que celui des hommes. Elles représentent 56,3 % des chômeurs. Pour les 25-49 ans, l'écart entre les deux sexes se creuse : il est de plus de 7 points, soit 21,4 % pour les hommes et 28,8 % pour les femmes. Cependant, chez les jeunes de 15-24 ans, le chômage féminin est inférieur de 3,5 points à celui des hommes.

Le ralentissement de la demande d’emploi se confirme

Fin 2015, toutes catégories confondues, 70 020 demandeurs d’emploi sont inscrits à Pôle emploi, soit 0,9 % de plus sur un an. Le ralentissement de la hausse observé en 2013 et 2014 par rapport aux années antérieures se prolonge. Seule la Martinique enregistre une baisse légère de sa demande en 2015 (– 0,2 %). En Guyane et à la Réunion l’évolution s’élève respectivement à + 2,8 % et + 2,9 %. Dans l’hexagone, la hausse s’établit à 4,9 %.

Le nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) de catégorie A (définitions) enregistre une première inflexion en Guadeloupe depuis 8 ans. Il diminue de 0,6 % sur un an alors même que celui des catégories ABC continue d’augmenter, du fait d’une forte hausse de la catégorie C (+ 19,8 %). Les femmes sont toujours surreprésentées (55,6 %) même si leur part a sensiblement reculé depuis le début de la crise.

La demande d’emploi se dégrade pour les séniors

Pour la seconde année consécutive, le nombre de DEFM de moins de 25 ans et ceux de 25 à 49 ans sont en diminution dans la catégorie ABC. A l’inverse, la situation des seniors (50 ans et +) reste préoccupante avec une dégradation rapide de la demande d’emploi les concernant (+ 9,7 % en 2015). Ils représentent désormais 28,1 % des demandeurs de cette catégorie.

La part des demandeurs d’emploi de niveau baccalauréat et plus a encore augmenté et atteint 32,0 % en 2015 (+ 0,8 point). A l’inverse, le « poids » des niveaux de formation les plus faibles (V bis et VI) diminue (29,8 %). Les demandeurs ayant les niveaux de formation les plus élevés (Bac + 3 et plus) restent néanmoins très minoritaires (4,6 %).

La demande d’emploi de longue durée s’accentue

Les DEFM de longue durée continuent à progresser, + 3,8  % sur un an. Leur part atteint en 2015, 59,1 % (57,4 % fin 2014). Le nombre de demandeurs de moins d’un an est en baisse de 3,0 %. Ils sont ainsi progressivement « remplacés » par des demandeurs de longue durée. Les DEFM de très longue durée (deux ans et plus) augmentent très rapidement (+ 7,2 %). La très longue durée qui concerne 40,3 % des demandes, traduit les fortes difficultés pour s’extraire du chômage, en particulier pour les individus les plus âgés ou les femmes.

L’emploi, plus précaire pour les jeunes et les femmes

Le temps partiel demeure une pratique courante, il concerne 22,5 % des actifs occupés. Subi ou choisi, il culmine à 30 % pour les femmes, soit deux fois plus que les hommes. Pour les 15-24 ans, il explose en atteignant près de 38 %. Ces deux catégories de population sont donc les plus concernées par le sous-emploi avec un taux de 16,7 % pour les Guadeloupéennes et 25,0 % pour les jeunes.

La majorité des contrats signés dans le secteur non marchand

En 2015, le nombre de contrats signés dans le cadre des dispositifs d’aide à l’emploi s’établit à 7 220, soit, 6,1 % de moins sur un an. Dans le secteur marchand, 2 131 contrats aidés ont été signés, soit 16,5 % de moins qu’en 2014. Ce repli concerne principalement les contrats de professionnalisation. Le nombre de contrats d’apprentissage a aussi fortement baissé (– 25,3 %).

Figure 1 – Chiffres clés chômage

Chiffres clés chômage
Taux de chômage 2015 (en %) Variation 2015/2014 ( en point)
Ensemble 23,7 0,0
Hommes 21,6 -0,2
Femmes 25,7 0,3
  • Source : Insee, enquête Emploi en continu 2015.

Figure 1bis – Chiffres clés emploi

Chiffres clés emploi
Demandeurs d'emploi 2015 (en nombre) Évolution 2015/2014 ( en %)
Ensemble catégories A, B, C 65,1 0,9
Moins de 25 ans 7,4 -6,3
De 25 à 49 ans 39,4 -1,3
50 ans ou plus 18,2 9,7
  • Source : Pôle emploi-DARES, STMT.

Figure 2 – Le nombre de demandeurs plutôt en stagnation

Évolution des demandeurs d'emploi en fin de mois (en milliers)
Le nombre de demandeurs plutôt en stagnation
Catégories A Catégories A,B,C
2007 44,6 49,9
2008 43,2 48,2
2009 47,9 53,4
2010 49,7 55,4
2011 52,9 59,1
2012 55,2 62,1
2013 55,8 62,9
2014 57,2 64,5
2015 56,8 65,1
  • Source : Pôle emploi-DARES, STMT

Figure 2 – Le nombre de demandeurs plutôt en stagnation

Figure 3 – Des demandeurs souvent jeunes et/ou de sexe féminin

Demandeurs d'emploi en fin de mois en données brutes (en milliers et %)
Des demandeurs souvent jeunes et/ou de sexe féminin
Demandeurs d'emploi au 31/12/2015 (en milliers) Glissement annuel (1) (en %)
Catégories A, B, C Catégorie A Catégories A, B, C Catégorie A
Hommes 28,0 25,2 1,1 -0,4
Femmes 37,0 31,6 0,5 -0,9
Moins de 25 ans 7,4 6,5 -6,3 -9,7
25 à 49 ans 39,4 33,9 -1,3 -2,9
50 ans ou plus 18,3 16,4 9,7 8,6
Inscrits depuis plus d'un an 38,5 nd 4,1 nd
Guadeloupe 65,1 56,8 0,9 -0,6
France métropolitaine 5 551,7 3 638,5 4,9 2,4
  • (1) : évolution de l'indicateur entre le 31/12/2014 et le 31/12/2015.
  • nd : données non disponibles.
  • Sources : Pôle emploi ; DARES.

Figure 4 – Des bénéficiaires en baisse

Les dispositifs d'aide à l'emploi (en nombre)
Des bénéficiaires en baisse
2014 2015
Apprentissage 902 674
Professionnalisation 630 409
CUI-CAE DOM 626 712
Emplois d'avenir 374 322
Autres contrats 58 39
Contrats du secteur marchand 2 552 2 131
CUI-CAE 3 542 3 777
Emplois d'avenir 1 532 1 290
Emplois d'avenir "professeur" 64 22
Contrats du secteur non marchand 5 138 5 089
Ensemble 7 690 7 220
  • Source : Dieccte, pôle emploi, CGSS, ASP.

Figure 5 – Le diplôme protège du chômage

Taux de chômage par sexe et niveau de diplôme (en %)
Le diplôme protège du chômage
Hommes Femmes Ensemble
Sans diplôme|ou CEP 28,0 33,2 30,4
Brevet |des collèges|CAP, BEP 23,0 28,0 25,3
Baccalauréat 19,3 29,3 25,2
Bac+2 11,1 13,2 13,0
Diplôme supérieur|au Bac+2 7,4 13,0 11,2
  • Champ : population en emploi de 15 ans ou plus, vivant en Guadeloupe, hors communautés.
  • Source : Enquête Emploi en Continu 2015.

Figure 5 – Le diplôme protège du chômage

Figure 6 – Plus de 38 000 chômeurs au sens du BIT

Répartition de la population de 15 ans et plus par statut d'activité (en milliers)
Plus de 38 000 chômeurs au sens du BIT
Hommes (p) Femmes (p) Ensemble (p)
Actifs 77,4 83,8 161,2
Actifs ayant un emploi 60,7 62,3 123,0
Chômeurs 16,7 21,5 38,2
Inactifs 66,3 93,4 159,8
Ensemble 143,7 177,3 321,0
  • (p) : données provisoires.
  • Champ : population des ménages de 15 ans ou plus, vivant en Guadeloupe, hors communautés.
  • Source : Insee, enquête Emploi en continu 2015.

Figure 7 – Une situation précaire pour les jeunes et les femmes

Statut d'emploi selon le sexe (en %)
Une situation précaire pour les jeunes et les femmes
Hommes (p) Femmes (p) 15-24 ans (p) Ensemble (p)
Temps complet 85,6 69,5 62,2 77,5
Temps partiel 14,4 30,5 37,8 22,5
Taux de sous-emploi 10,9 16,7 25 13,8
  • Champ : population en emploi de 15 ans ou plus, vivant en Guadeloupe, hors communautés.
  • (p) : données provisoires.
  • Source : Insee, enquête Emploi en continu 2015.

Encadrés

Chômeurs et demandeurs d’emplois

Entre 2014 et 2015, le nombre de chômeurs au sens du BIT est resté quasiment stable en moyenne annuelle, mais le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (définitions) inscrits à Pôle emploi a augmenté d’un millier de personnes. Si ces deux indicateurs évoluent souvent dans le même sens, ils peuvent aussi diverger. Entre 2014 et 2015, la différence est en partie due à la hausse concomitante du « halo » autour du chômage. Il est ainsi possible que, face aux difficultés rencontrées sur le marché du travail, certaines personnes inscrites à Pôle emploi ne cherchent plus activement d’emploi ou déclarent ne plus souhaiter travailler, s’éloignant ainsi du marché du travail.

Le nombre de demandeurs d’emploi ABC en hausse dans les Îles du Nord

Fin 2015, 5 199 demandeurs d’emploi sont inscrits en catégorie ABC dans les Îles-du-Nord (4 773 à Saint-Martin et 426 à Saint-Barthélemy), soit une hausse de 2,3 % sur un an. À Saint-Martin, la demande a augmenté de 2,4 % sur un an, à Saint-Barthélemy, de 1,9 %. La demande d’emploi de longue durée (calculée à partir des catégories ABC) représente 41,3 % des demandes à Saint-Martin, 37,3 % à Saint-Barthélemy. La catégorie A compte 4 570 demandeurs dans les Îles-du-Nord (4 238 à Saint-Martin et 332 à Saint-Barthélemy). En un an, le nombre de demandeurs d’emploi y a diminué de 0,2 %.

Sources

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour en savoir plus

Documentation

Définitions (pdf, 58 Ko)