Bilan économique 2014 de Poitou-Charentes

Suite à la crise des dettes souveraines en zone euro, la croissance de l'économie française a fortement ralenti en 2012. En 2013, le climat économique, malgré quelques signes d'amélioration, est resté troublé.En 2014, le ciel s'assombrit sur l'économie picto-charentaise. En effet, les pertes d'emplois salariés y compris l'intérim s'aggravent dans la plupart des grands secteurs économiques : la construction, l'industrie, le tertiaire marchand. Cette aggravation sur le front de l'emploi s'accompagne d'une dégradation du marché du travail avec une nouvelle hausse du taux du chômage régional. La morosité ambiante émousse particulièrement la fibre entrepreneuriale régionale. En effet, la création d'entreprises individuelles (hors autoentreprises) et de sociétés diminue dans la région plus qu'ailleurs. Des pans entiers de l'économie régionale apparaissent ainsi affectés par le ralentissement économique. La baisse des exportations régionales en valeur s'accélère dans un contexte de baisse de l'euro.Seules quelques activités régionales sont épargnées. Le secteur des activités financières et d'assurance parvient à créer des emplois nets en 2014. La fréquentation des campings du littoral profite d'une météo clémente et augmente. Les récoltes et vendanges ont également bénéficié d'une météo propice en 2014.

Insee Conjoncture Poitou-Charentes
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Une année touristique mitigée

Jean-Pierre Ferret, Insee

En 2014, le bilan touristique régional est mitigé. La fréquentation des campings s’améliore tandis que celle des hôtels diminue. Le nombre de nuitées dans les campings ne progresse en fait qu’en Charente-Maritime. Dans les autres départements de la région, la fréquentation des campings est en baisse ou évolue peu, comme dans la Vienne. Quant aux hôtels de la région, ils accusent globalement, une baisse de fréquentation de 2,9 %. Seule la Vienne se démarque en affichant une hausse du nombre de nuitées dans les hôtels autour de Poitiers et du Futuroscope.

Insee Conjoncture Poitou-Charentes
No 5
Paru le : 29/05/2015

La fréquentation globale des campings et des hôtels de la région augmente, contrairement à ce qui est observé en France métropolitaine (figure 1). Cette hausse globale masque une hausse de fréquentation des campings, uniquement en Charente-Maritime, et une baisse de la fréquentation hôtelière, excepté dans la Vienne.

Figure 1 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Poitou-Charentes Nombre d'arrivées - Poitou-Charentes Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 105,44 107,23 103,07 103,2
2012 104,48 108,21 102,96 103,62
2013 104,69 108,93 103,6 104,39
2014 105,19 108,2 102,73 103,67
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 1 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Le camping gagne du terrain, uniquement en Charente-Maritime

La fréquentation des campings est plus élevée qu’en 2013 (figure 2). Le nombre des nuitées frôle la barre des 7 millions. La fréquentation en Charente-Maritime progresse de 3,8 % en 2014 et atteint 6,3 millions de nuitées. À lui seul, ce département concentre 92 % des nuitées picto-charentaises et explique la hausse régionale. En effet, la fréquentation des campings des autres départements est en repli ou au mieux stable comme dans la Vienne. La Charente connaît la plus forte désaffection avec un recul de 20 %, suivie des Deux-Sèvres (- 6 %) et, de la Vienne. La zone autour du Futuroscope subit une baisse de fréquentation pour la troisième année consécutive.

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2014
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Charente 113 -20,6 2,6 39,7 22,2
Charente-Maritime 6 372 3,8 0,9 15,5 56,5
Deux-Sèvres 144 -5,9 2,6 31,0 23,5
Vienne 314 -0,0 3,3 25,8 37,1
Poitou-Charentes 6 943 2,9 1,1 16,7 54,4
France métropolitaine 109 743 0,3 1,6 33,4 47,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

La fréquentation hôtelière perd du terrain, excepté dans la Vienne

Après plusieurs années de hausse, l’hôtellerie régionale subit une baisse de fréquentation de près de 3 % en 2014. Hormis la Vienne, tous les départements sont orientés à la baisse. Les départements les plus touchés sont la Charente (- 8,0 %) et les Deux-Sèvres (- 7,7 %) (figure 3). Les nuitées en Charente-Maritime représentent 47 % des nuitées régionales. Aussi la baisse de fréquentation de 3,3 % est celle qui contribue le plus fortement au recul de la fréquentation régionale. Les hôtels dans la Vienne maintiennent leur fréquentation grâce à la progression observée dans les hôtels autour du Futuroscope.

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2014 par une clientèle étrangère
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1)
Charente 427 -8,0 3,1 13,1
Charente-Maritime 2 146 -3,3 3,0 12,0
Deux-Sèvres 433 -7,7 3,0 8,8
Vienne 1 591 0,4 0,7 11,3
Poitou-Charentes 4 597 -2,9 2,2 11,6
France métropolitaine 198 509 -1,4 1,0 36,7
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Le soleil de juin attire plus de touristes dans les hôtels et les campings

La météo radieuse de juin en 2014 a attiré davantage de touristes que l’année précédente, aussi bien dans les campings que dans les hôtels de la région (+ 14,6 % de nuitées dans les campings et + 4,9 % dans les hôtels).

De moins en moins d’étrangers dans les campings

La proportion d’étrangers séjournant en Poitou-Charentes (14,7 %) est la plus faible de toutes les régions françaises (en moyenne 35,5 %). Elle représente 16,2 % des nuitées passées dans les campings de Poitou-Charentes et 11,4 % dans l’hôtellerie. En 2014, cette clientèle est en diminution de 3,6 % en camping et en hausse de 2,2 % dans les hôtels. La proportion d’étrangers est nettement plus forte à l’intérieur des terres (26 %) que sur le littoral (15 %) dans les campings. Dans les hôtels, la répartition est plus équilibrée, avec tout de même une hausse sensible à l’intérieur des terres (+ 10,8 %) alors qu’elles sont en baisse dans la zone littorale (- 7,3 %). Ainsi, seule la Charente-Maritime connaît une baisse de fréquentation des touristes étrangers sur les deux modes d’hébergement.

Parmi les étrangers, la clientèle britannique reste la plus présente sur les deux types d’hébergement. En camping, les Néerlandais pointent en deuxième position devant les Allemands et les Belges. Dans les hôtels, Belges, Espagnols et Allemands sont les nationalités les plus présentes derrière les Britanniques.

Fréquentation plus marquée des catégories supérieures

En terme de fréquentation, les campings «4 étoiles», qui bénéficient d’une capacité d’accueil moyenne très importante, totalisent près de quatre nuitées sur dix (figure 4). En hôtellerie, les établissements «3 étoiles» concentrent une nuitée sur trois (figure 5). Que ce soit en camping ou en hôtel, la part de clientèle étrangère s’élève en même temps que le nombre d’étoiles. Ainsi, les étrangers représentent 8 % des nuitées dans les hôtels et campings «1 étoile» et jusqu’à 20 % dans les hôtels « 5 étoiles » et même 38 % dans les campings « 5 étoiles ».

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2014 (milliers) Évolution 2014/2013 (%)
Poitou-Charentes France métropolitaine Poitou-Charentes France métropolitaine
1-2 étoiles 1 229 16 115 8,4 0,4
3-4-5 étoiles 5 263 86 605 1,9 0,6
Non classés 451 7 024 -0,1 -3,8
Total 6 943 109 743 2,9 0,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2014 (milliers) Évolution 2014/2013 (%)
Poitou-Charentes France métropolitaine Poitou-Charentes France métropolitaine
1-2 étoiles 1 955 53 862 -3,0 0,8
3 étoiles 1 524 71 935 -1,5 -0,7
4-5 étoiles 590 44 287 4,8 -0,0
Non classés 528 28 426 -13,8 -9,0
Total 4 597 198 509 -2,9 -1,4
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Occupation record en Charente-Maritime, en catégorie supérieure, en août

Sur l’ensemble de l’année, les hôtels picto-charentais sont occupés à 52,3 %. Ce taux varie selon la zone, la période et la catégorie d’hôtel. Ainsi, il est le plus fort en Charente-Maritime (53,7 %) et le plus faible dans la Vienne (49,2 %). Il atteint les 56 % en « 4 et 5 étoiles » mais plafonne à 46 % pour les non classés. Les variations sur l’année sont plus fortes sur le littoral et en particulier sur l’île de Ré, avec un minimum en janvier (23 %) et un maximum en août (93 %).

En camping, le taux d’occupation moyen sur l’ensemble de la saison (de mai à septembre) est de 37,5 %. Il est deux fois plus fort en Charente-Maritime (40 %) qu’en Charente ou Deux-Sèvres (environ 20 %). Ce taux est au minimum en mai (16 %) et au plus haut en août (66,6 %).

Sources

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

 

Méthodologie : la nouvelle classification des hôtels et des campings 

Depuis le 23 juillet 2012, les hôtels de tourisme et les campings sont classés à partir de nouvelles normes Atout France. Les campings-caravanings sont classés de 1 à 5 étoiles. Les conditions requises pour ce classement portent sur les équipements communs, les équipements sanitaires, l'accessibilité aux personnes handicapées.

Pour être qualifié d'« hôtel de tourisme », un établissement hôtelier doit comporter au moins 5 chambres et recevoir une clientèle de passage. Les hôtels sont classés en cinq catégories, de 1 à 5 étoiles, en fonction de leur confort, de leur équipement et de leurs services.

Les résultats publiés sont dorénavant exclusivement en nouvelle classification.

En janvier 2015, le parc régional hôtelier est composé de 977 hôtels. Trois ans après la clôture du dispositif de changement de classification, près d’1 hôtel sur 5 n’est pas classé. Ces établissements n’ont soit pas demandé une nouvelle classification ou ont été intégrés au champ en tant qu’hôtels historiquement non classés. Sur 827 hôtels présents dans le parc en 2009 et 2015, 612 établissements ont été reclassés à ce jour : 414 ont confirmé leur précédent classement et 195 ont changé pour un classement dans une catégorie supérieure.

Le parc régional des campings est constitué de 767 hébergements en 2014. Parmi les établissements déjà existants en 2009, 30 % ont été reclassés dans une catégorie supérieure et 50 % ont conservé leur catégorie initiale. Les 20 % restant, non-classés, n’ont pas fait de demande pour un nouveau classement.

 

Source : extension du champ des enquêtes de fréquentation touristique 

L’enquête de fréquentation dans l'hôtellerie concerne les hôtels homologués (1 à 5 étoiles), et depuis janvier 2014 tous les hôtels de cinq chambres ou plus, qu’ils soient classés ou non.

L’enquête de fréquentation dans l'hôtellerie de plein air est une enquête mensuelle réalisée de mai à septembre auprès des campings classés (de 1 à 5 étoiles) et étendue aux campings non classés depuis avril 2014 possédant au moins un emplacement de passage. Les Parcs Résidentiels de Loisirs (PRL) et les aires naturelles sont désormais inclus dans le champ de l’enquête. Les campings possédant uniquement des emplacements loués à l’année ne sont pas enquêtés.

Définitions

- Hôtellerie de plein-air (camping)

- Nuitée

- DGCIS

- Taux d’occupation

- Les hébergements collectifs touristiques autres que les hôtels et campings comprennent les villages vacances, les résidences de tourisme, les auberges de jeunesse, les centres internationaux de séjour, les centres sportifs, Résidences Hôtelières, et les maisons familiales.

Pour en savoir plus

Jean-Pierre Ferret, « L’hôtellerie en plein air du Poitou-Charentes retrouve des couleurs en 2014 », Insee Flash n°5, février 2015.

Jean-Pierre Ferret, « Repli de la clientèle française dans l’hôtellerie du Poitou-Charentes en 2014 », Insee Flash n°9, avril 2015.