Bilan économique 2014 de Poitou-Charentes

Suite à la crise des dettes souveraines en zone euro, la croissance de l'économie française a fortement ralenti en 2012. En 2013, le climat économique, malgré quelques signes d'amélioration, est resté troublé.En 2014, le ciel s'assombrit sur l'économie picto-charentaise. En effet, les pertes d'emplois salariés y compris l'intérim s'aggravent dans la plupart des grands secteurs économiques : la construction, l'industrie, le tertiaire marchand. Cette aggravation sur le front de l'emploi s'accompagne d'une dégradation du marché du travail avec une nouvelle hausse du taux du chômage régional. La morosité ambiante émousse particulièrement la fibre entrepreneuriale régionale. En effet, la création d'entreprises individuelles (hors autoentreprises) et de sociétés diminue dans la région plus qu'ailleurs. Des pans entiers de l'économie régionale apparaissent ainsi affectés par le ralentissement économique. La baisse des exportations régionales en valeur s'accélère dans un contexte de baisse de l'euro.Seules quelques activités régionales sont épargnées. Le secteur des activités financières et d'assurance parvient à créer des emplois nets en 2014. La fréquentation des campings du littoral profite d'une météo clémente et augmente. Les récoltes et vendanges ont également bénéficié d'une météo propice en 2014.

Insee Conjoncture Poitou-Charentes
Paru le : 29/05/2015
Consulter

La baisse des exportations s’accélère

Christine Chardon, Insee

En 2014, la tendance se confirme. La baisse des exportations régionales en valeur s’accélère dans un contexte de dépréciation de l’euro face au dollar et aux autres devises. Le recul des exportations régionales est de l’ordre de 8 % en 2014, après 2 % en 2013. Elles atteignent 6,9 milliards d’euros. Elles restent donc encore supérieures au point le plus bas de 2009, mais reviennent proche du niveau de 2011. Sur les dix premiers clients, seuls l’Espagne, la Chine et les Pays Bas ont accru leurs montants d’achats. Les États-Unis restent le principal client malgré la baisse de leurs achats en valeur. Les deux produits phares de la région, à savoir les boissons et les produits agricoles, sont plus particulièrement en repli, et contribuent majoritairement à la baisse des exportations régionales.

Insee Conjoncture Poitou-Charentes
No 5
Paru le : 29/05/2015

Les exportations régionales baissent à leur niveau de 2011

En 2014, les exportations régionales en valeur chutent sensiblement (figure 1). La baisse est amplifiée avec la forte dépréciation de l’euro face au dollar alors que les États-Unis sont le principal client de la région. Les exportations régionales reculent sous l’effet conjugué d’une baisse des exportations en valeur des boissons, des produits de la culture et de l’élevage, du matériel ferroviaire roulant et des produits de la construction aéronautique et spatiale. Le recul des ventes de céréales et de boissons à l’étranger contribue pour la majeure partie au recul des exportations régionales. Ces dernières atteignent 6,9 milliards d’euros et se retrouvent donc légèrement au-dessus du niveau de 2011. À titre de comparaison, les exportations nationales en valeur, quant à elles, évoluent peu en 2014 (+ 0,1 %) par rapport à la baisse régionale de - 8 %.

Figure 1 – Le commerce extérieur en Poitou-Charentes

en millions d'euros
Le commerce extérieur en Poitou-Charentes
Exportations Importations
2008 5890 5580
2009 4787 3836
2010 5613 4376
2011 6793 5673
2012 7580 6220
2013 7458 6241
2014 6877 5996
  • Source : Douanes

Figure 1 – Le commerce extérieur en Poitou-Charentes

Le Poitou-Charentes se maintient néanmoins à la 17e place des régions françaises pour les ventes à l’étranger, devant l’Auvergne, le Languedoc-Roussillon, la Basse-Normandie, le Limousin et la Corse. Le classement des départements à l’intérieur de la région n’est pas non plus impacté. La Charente reste le premier département exportateur avec 37 % des exportations, suivi par la Charente-Maritime avec 26 %, par la Vienne avec 20 % et les Deux-Sèvres avec 17 %.

Les exportations régionales représentent toujours 1,7 % du total national alors que le poids économique du Poitou-Charentes dans le PIB de la métropole est proche de 2,2 %.

La plupart des pays clients réduisent leurs commandes

La plupart des pays clients voient leurs factures diminuer en 2014 (figure 2). Les moindres commandes adressées par les États-Unis, l’Italie, Singapour et l’Algérie ont particulièrement contribué au recul des exportations régionales. Sur les dix premiers clients régionaux, seules les commandes de l’Espagne et de la Chine ont sensiblement progressé en valeur en 2014.

Figure 2 – Les exportations du Poitou-Charentes selon les principales destinations

en millions d'euros
Les exportations du Poitou-Charentes selon les principales destinations
États-Unis Allemagne Italie Espagne Singapour Royaume-Uni Chine Algérie
2008 493 497 506 447 278 424 176 151
2009 554 417 464 397 244 311 160 110
2010 747 463 504 423 330 327 90 177
2011 773 619 581 460 381 378 324 314
2012 911 660 532 718 496 380 129 374
2013 937 625 584 556 536 398 225 324
2014 813 637 651 433 427 397 136 347
  • Source : Douanes

Figure 2 – Les exportations du Poitou-Charentes selon les principales destinations

Les États-Unis, malgré un recul de leurs achats en 2014, demeurent le principal client régional avec 12 % des ventes à l’étranger. Ils ont en particulier moins acheté de boissons, de produits de construction aéronautique et spatiale, et, dans une moindre mesure, ils ont aussi diminué leurs achats de produits chimiques de base, produits azotés, matières plastiques et caoutchouc.

Les produits phares payent le plus lourd tribut

Les boissons et les produits agricoles sont les produits phares des exportations régionales. Ils représentent respectivement 27 % et 14 % des exportations régionales. Les ventes de boissons se replient de 10 % et celles des produits de la culture et de l’élevage de 16 % (figure 3). Le recul des ventes de boissons contribue presque au tiers du recul régional. Il en est de même pour les produits de l’agriculture et de l’élevage.

Figure 3 – Les exportations des produits phares

en millions d'euros
Les exportations des produits phares
Boissons Produits de la culture et de l'élevage
2008 1 470 747
2009 1 155 570
2010 1 487 694
2011 1 743 989
2012 2 052 947
2013 2 055 1 158
2014 1 850 977
  • Source : Douanes

Figure 3 – Les exportations des produits phares

La baisse des ventes de boissons fait suite à une année de stabilisation, après une hausse ininterrompue depuis 2008. Les ventes restent supérieures à leur niveau de 2011. Elles sont surtout moindres vers Singapour. Cette forte baisse intervient après deux années de très fortes hausses. Les ventes se sont aussi repliées vers la Chine et les États-Unis et cela pour la deuxième année consécutive.

La baisse des exportations de produits de la culture et de l’élevage fait suite à une hausse ininterrompue depuis 2009. Parmi les principaux clients de la région, l’Algérie, le Royaume-Uni et le Sénégal sont parmi ceux qui ont diminué le plus sensiblement leurs achats.

Les importations baissent également

Les importations en valeur de la région Poitou-Charentes diminuent de 4 % (figure 4). Elles atteignent 6 milliards d’euros en 2014. Cette baisse fait suite à une année de stabilisation en 2013, précédée de deux années de hausses exceptionnelles en 2011 et en 2012.

La baisse des importations est largement imputable à celle des achats d’hydrocarbures qui se contractent de 11 % en valeur. Les importations de produits pétroliers restent le premier poste d’achat régional.

Figure 4 – Le commerce extérieur en Poitou-Charentes par département

Le commerce extérieur en Poitou-Charentes par département
Exportations Importations
2014 (en millions d'€) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (en millions d'€) Évolution 2014/2013 (en %)
Charente 2 566 -11,0 1 082 2,0
Charente-Maritime 1 788 -15,0 2 822 -8,0
Deux-Sèvres 1 164 1,0 916 9,0
Vienne 1 358 2,0 1 175 -6,0
Poitou-Charentes 6 876 -8,0 5 995 -4,0
France 437 285 0,0 491 108 -1,0
  • Source : Douanes

Encadré

Commerce extérieur régional

Les douanes produisent les chiffres des exportations et des importations. Par suite, l’origine initiale et la destination finale des marchandises exportées ne sont pas toujours parfaitement identifiées, notamment en raison de l’imputation de certaines opérations au siège social plutôt qu’au lieu de production. Si les données d’exportations sont significatives et pertinentes, celles concernant les importations sont beaucoup plus délicates à commenter. En effet, les points d’entrée de la région sont aussi des points d’entrée pour d’autres régions. Les importations enregistrées en Poitou-Charentes ne sont donc pas exclusivement consommées dans la région.