La Haute-Vienne à grands traits

Caroline Geindre, Insee

Située au nord-est de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, la Haute-Vienne est le deuxième plus petit département de la région par sa superficie. Avec 375 363 habitants recensés en 2015, la population haut-viennoise a progressé de 0,1 % par an depuis 2008, soutenue par les seuls apports migratoires. Son territoire est densément peuplé mais la population est très concentrée autour de Limoges. Sur le plan économique, l'administration et le tertiaire marchand rassemblent huit emplois sur dix. L'emploi industriel profite de la présence de quelques établissements renommés. L'activité agricole haut-viennoise reste dominée par l'élevage de bovins et d'ovins, valorisée par une production majoritairement labélisée. Le taux de chômage est inférieur au taux de chômage national, mais la Haute-Vienne est un des départements les plus touchés de la région par la pauvreté et les inégalités.

Située au coeur de la France, à la limite du Massif central et du bassin aquitain, la Haute-Vienne est un département de terrain ancien au relief érodé, traversé d'est en ouest par la rivière Vienne. Les principaux sommets sont situés dans le massif d'Eymoutiers, au sud-est du département. La Haute-Vienne abrite deux réserves naturelles nationales, deux réserves naturelles régionales ainsi que deux parcs naturels régionaux. Avec un taux de boisement de 28 %, la surface forestière haut-viennoise représente 6 % de la surface forestière totale de l'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC).

Figure_1 – Géographie de la Haute-Vienne

  • Source : IGN 2016

La Haute-Vienne est traversée du nord au sud par l'autoroute A20 (axe Barcelone-Paris) et d'est en ouest par la route Centre Europe Atlantique (axe Nantes-Genève). Dans le domaine ferroviaire, la Haute-Vienne demeure à l'écart des réseaux à grande vitesse, mais bénéficie d'un réseau de 348 km de lignes exploitées, dont la ligne Paris-Toulouse-Barcelone. L'aéroport de Limoges-Bellegarde propose des liaisons régulières directes, notamment vers l'Angleterre, et de nombreux vols charters ; 300 000 passagers y transitent chaque année.

Avec une surface de 5 520 km², soit 6 % de la surface de l'ALPC, la Haute-Vienne est le plus petit département de la région après le Lot-et-Garonne. Elle compte 3 arrondissements, 21 cantons et 201 communes, dont trois de plus de 10 000 habitants : Limoges, Saint-Junien et Panazol.

Un habitant sur quatre habite dans la couronne périurbaine de Limoges

Au 1er janvier 2015, la Haute-Vienne compte 375 363 habitants, soit 6,4 % de la population de l'ALPC. Avec 68 habitants/km², la densité de population est très proche de la moyenne régionale (70 habitants/km²) : c'est le 4e département le plus densément peuplé de l'ALPC après la Gironde, la Charente-Maritime et les Pyrénées-Atlantiques. Près de la moitié de la population vit dans le seul grand pôle urbain du département, Limoges (49 %). Seules la Gironde et les Pyrénées-Atlantiques présentent une concentration plus élevée : respectivement, 65,5 % et 61,8 % de leur population vit dans un grand pôle urbain (contre 46 % en moyenne en ALPC). Par ailleurs, plus d'un habitant sur quatre réside dans la couronne périurbaine de Limoges, alors qu'un habitant de l'ALPC sur cinq vit dans les couronnes des grandes aires urbaines. Seule la Vienne enregistre une proportion supérieure (36,4 %).

Figure_2 – Une population concentrée autour de Limoges

  • Carte lissée de densité de population de la Haute-Vienne en 2012
  • Source : Insee, Recensement de la population 2012

Entre 2008 et 2015, la population de la Haute-Vienne s'accroît en moyenne de 0,1 % par an. Cette croissance est inférieure à celle de la région (+ 0,6 %). Elle est portée exclusivement par l'apport migratoire, l'effet du solde naturel étant neutre. L'indicateur conjoncturel de fécondité (1,8) est le 3e plus faible de l'ALPC, avec celui de la Creuse, derrière ceux de la Gironde et des Pyrénées-Atlantiques.

La population haut-viennoise est légèrement plus âgée que celle de l'ALPC : elle a 43,3 ans en moyenne contre 42,9 ans dans la région. La structure par âge de la population reflète cette situation : la part des moins de 20 ans est inférieure à la moyenne régionale (21,8 % contre 22,2 %) et celle des plus de 60 ans sensiblement plus élevée (29,3 % contre 28,6 %).

En 2012, la Haute-Vienne compte 213 992 logements. La part des résidences principales dans le parc est plus importante qu'en ALPC (83,1 % contre 80,0 %), de même que celle des logements vacants (9,3 % contre 8,1 %). En lien avec la concentration de population, les résidences principales sont moins souvent des maisons (65,9 % contre 71,4 % en région). Seules les Pyrénées-Atlantiques et la Gironde présentent des taux moins élevés. Le parc des résidences principales est un peu plus ancien qu'en moyenne dans la région (81,2 % ont été achevées avant 1991 contre 76,1 %). Par ailleurs, 61,7 % des Haut-Viennois sont propriétaires de leur résidence principale, contre 62,5 % pour l'ensemble de la région. La Haute-Vienne figure parmi les quatre départements dont ce taux se situe en dessous de la moyenne régionale. À l'inverse, elle se place en 1ère position des départements de l'ALPC pour la part des locataires d'un logement HLM (12,1 % soit près de 3 points de plus que la moyenne régionale).

L'offre en hébergements touristiques reste modeste dans le département. Avec 632 000 nuitées passées dans les hôtels en 2014, la Haute-Vienne rassemble 4,3 % de la fréquentation hôtelière de la région et se situe ainsi en 7e position des départements de l'ALPC pour ce critère. La clientèle d'affaires représente 62 % de cette fréquentation ; seules la Charente et les Deux-Sèvres affichent des taux plus élevés.

Les 3 500 emplacements de camping recensés dans le département constituent 2,0 % de l'offre de plein air de la région. Lors de la saison estivale 2014, les campings haut-viennois ont enregistré 199 000 nuitées, soit 0,9% de la fréquentation en ALPC. La Haute-Vienne se situe ainsi en 9e position des départements de la région pour la fréquentation des campings.

Des établissements tournés vers les besoins des habitants

Au 31 décembre 2013, la Haute-Vienne compte 31 174 établissements, soit 5,3 % des établissements de l'ALPC. Dans le département, 93,4 % des établissements emploient moins de 10 salariés : c'est moins qu'au niveau régional (94,3 %) et qu'en moyenne de province (93,9 %).

L'activité des établissements est plus souvent qu'en ALPC tournée vers la satisfaction des besoins de la population : 54,2 % des établissements appartiennent à la sphère présentielle contre 52,0 % en ALPC. De fait, en 2014, plus du quart des créations d'entreprises concerne les services aux particuliers et l'hébergement-restauration.

La fonction publique hospitalière premier employeur du département

Au 31 décembre 2013, la Haute-Vienne compte 143 700 emplois, soit 6,2 % de l'emploi régional. La part de l'emploi non salarié est légèrement inférieure à celle de la région (11,3% contre 13,2 %). Le département figure parmi les départements les moins dynamiques de l'ALPC : l'emploi total en Haute-Vienne n'a cessé de baisser depuis la crise de 2008 et atteint en 2013 son niveau le plus bas depuis 1999.

Figure 3 – Huit emplois sur dix dans le tertiaire

Huit emplois sur dix dans le tertiaire
Emploi salarié au 31/12/2013 Emploi total au 31/12/2013
Haute-Vienne ALPC Part du département dans la région ALPC (en %)
Effectifs (en milliers) 127 144 2 330 6,2
dont
Agriculture (en %) 0,8 3,4 5,0 4,2
Industrie (en %) 14,1 13,2 12,2 6,7
Construction (en %) 5,3 6,1 7,0 5,4
Tertiaire marchand (en %) 39,8 40,1 42,9 5,8
Tertiaire non marchand (en %) 40,0 37,2 32,9 7,0
  • Données provisoires 2013
  • Source : Estimations d'emploi localisées

Le tertiaire non marchand représente 40,0 % de l'emploi salarié haut-viennois, c'est 7,1 points de plus qu'en ALPC. Il regroupe principalement l'administration, les métiers de la santé, de l'éducation et de l'action sociale. Les centres hospitaliers du département et la mairie de Limoges sont les premiers employeurs de ce secteur. Ainsi, avec plus de 4 000 emplois fin 2013, le centre hospitalier universitaire Dupuytren est, tous secteurs confondus, le 1er employeur du département et le 4e employeur de l'ALPC.

Logiquement, l'emploi public est plus présent en Haute-Vienne que dans la région : 26,7 % de l'emploi total au 31 décembre 2013 contre 21,9 %. Seule la Creuse affiche une proportion plus élevée (27,4 %). Avec 12 100 emplois, la fonction publique hospitalière est davantage représentée que dans l'ALPC (31,5 % de l'emploi public, soit 9 points de plus que dans la région). La fonction publique d'État rassemble les effectifs les plus nombreux (36,2 % de l'emploi public) mais son poids est moindre que dans l'ensemble de la région (41,3 %). De même, avec 32,3 % de l'emploi public, la fonction publique territoriale pèse moins dans le département que dans l'ALPC (36,2 %).

Le tertiaire marchand emploie 51 000 personnes en Haute-Vienne, soit 39,8 % de l'emploi salarié (42,9 % en ALPC). Le commerce et la réparation d'automobiles et de motocycles regroupent 12,3 % de l'emploi du secteur : parmi les principaux employeurs, figurent les grandes surfaces commerciales et les établissements Legrand pour la commercialisation de matériel électrique. Le 2e secteur le plus important est celui des activités scientifiques et techniques, des services administratifs et de soutien qui rassemble 8,3 % de l'emploi salarié ; la société de nettoyage industriel ISS figure parmi les plus gros établissements employeurs du département.

Figure 4 – Legrand, fleuron de l'industrie haut-viennoise

Legrand, fleuron de l'industrie haut-viennoise
Raison sociale Tranche d'effectifs salariés Activité Commune
Legrand France 1 500 à 1 999 Fabrication d'équipements électriques Limoges
Société nationale des Chemins de Fer français 1 500 à 1 999 Transports et entreposage Limoges
La Poste 1 000 à 1 499 Transports et entreposage Limoges
Legrand Snc 250 à 499 Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles Limoges
Madrange 250 à 499 Fabrication de denrées alimentaires, boissons et produits à base de tabac Feytiat
ISS Propreté 250 à 499 Activités de services administratifs et de soutien Limoges
International Paper 250 à 499 Travail du bois, industries du papier et imprimerie Saillat-sur-Vienne
La Poste 250 à 499 Transports et entreposage Limoges
DS Smith Packaging Consumer 250 à 499 Travail du bois, industries du papier et imprimerie Rochechouart
Carrefour Hypermarchés 250 à 499 Commerce ; réparation d'automobiles et de motocycles Boisseuil
  • Les 10 principaux établissements employeurs en Haute-Vienne en 2013
  • Champ : établissements hors administration publique, défense, enseignement, santé humaine et action sociale
  • Source : Insee, Clap 2013

L'emploi salarié industriel représente 14,1 % de l'emploi salarié en Haute-Vienne fin 2013, c'est 1 point de plus qu'en ALPC. Les trois employeurs majeurs appartiennent aux secteurs emblématiques de l'industrie haut-viennoise : Madrange pour l'agro-alimentaire, International Paper pour l'industrie du papier et Legrand pour la fabrication de matériel électrique. Ce dernier, spécialiste mondial des infrastructures électriques et numériques du bâtiment, est le seul établissement coté au CAC 40 dont le siège social est localisé dans la région. Il emploie 1 600 salariés fin 2013.

La construction concerne 5,3 % de l'emploi salarié haut-viennois fin 2013. Cette proportion est la plus faible des départements de l'ALPC. La situation dans ce secteur est particulièrement dégradée : près de 1 600 emplois y ont été détruits depuis 2008.

L'agriculture rassemble 0,8 % de l'emploi salarié en Haute-Vienne, contre 2,5 % en ALPC. Le poids de l'agriculture dans l'emploi salarié est le plus faible des départements de la région, après les Pyrénées-Atlantiques (0,7 %).

Un territoire de tradition agricole de qualité

La Haute-Vienne demeure néanmoins une terre de tradition agricole : 320 000 hectares de terres sont dédiés à l'agriculture, soit plus de 58 % de la superficie du département. L'agriculture haut-viennoise est dominée par l'élevage extensif à l'herbe. Sur les 4 800 exploitations agricoles recensées en 2013, 61 % sont tournées vers l'élevage de bovins, principalement les bovins viande. Le cheptel bovin total du département s'élève à 351 500 têtes de bétail en 2013.

Par ailleurs, la Haute-Vienne offre un territoire propice à l'élevage ovin, de par sa pluviométrie et l'étendue de ses pâturages. Elle se situe ainsi en 2e position des départements de l'ALPC, après les Pyrénées-Atlantiques, pour son cheptel en brebis-mères, en agnelles et autres ovins (320 500 têtes de bétail en 2013). L'élevage ovin se concentre dans le nord-ouest du département, dans la continuité du Montmorillonnais.

Terroir d'excellence, la Haute-Vienne organise ses filières en s'appuyant sur les signes officiels de qualité (viande en label rouge, de race Limousine, indication géographique protégée IGP) et affiche une agriculture biologique dynamique avec 5,1 % de la surface agricole utile certifiée « AB » ou en conversion en 2014, contre 4,1 % au niveau national.

Un département fortement touché par le chômage de longue durée

Avec un taux de chômage identique à la moyenne régionale à 9,6 % de la population active en 2014, la Haute-Vienne figure parmi les 7 départements de l'ALPC affichant un taux de chômage en deçà du taux national (9,9 %). Fin 2014, la demande d'emploi touche 28 200 personnes, soit 5,9 % des demandeurs d'emploi de la région. Comme en ALPC, 16,3 % des demandeurs d'emploi ont moins de 25 ans. En revanche, les situations de demande d'emploi de longue durée sont plus fréquentes : 46,8 % des inscrits à Pôle emploi le sont depuis plus d'un an, contre 41,6 % au niveau régional. Seule la Creuse affiche un profil plus défavorable.

Figure_5 – Un taux de chômage contenu

  • Position relative de la Haute-Vienne par rapport à l'ALPC
  • Sources : Insee, taux de chômage localisés ; Pôle Emploi ; Dares ; Insee-DGFIP-CNAF-CNAV-CCMSA, Fichier localisé social et fiscal 2012 ; CNAF, MSA.

Des disparités de niveaux de vie importantes

En 2012, 100 140 ménages haut-viennois sont imposables, soit 60,5 % des ménages fiscaux. La moitié d'entre eux disposent de moins de 19 118 euros par an (revenu disponible annuel par unité de consommation). Ce revenu médian est inférieur de 240 euros à celui observé en ALPC et place la Haute-Vienne au 6e rang des départements de la région en termes de niveau de vie. Les 10 % les plus modestes disposent de moins de 10 247 euros, alors que les 10 % les plus aisés gagnent plus de 33 445 euros sur la même période. Ces deux montants sont inférieurs à ceux observés en ALPC. Avec des revenus situés dans un éventail plus resserré, le département affiche cependant, avec la Gironde, les disparités de revenus les plus importantes de la région : les plus aisés ont un niveau de vie 3,3 fois supérieur aux plus modestes.

Figure 6 – Une pauvreté plus prégnante

Une pauvreté plus prégnante
Haute-Vienne ALPC France de province
Part des ménages fiscaux imposés (en %) 60,5 61,0 61,0
Revenu disponible par unité de consommation (en euros)
1er décile (D1) 10 247 10 819 10 593
Niveau de vie médian 19 118 19 360 19 402
9e décile (D9) 33 445 34 620 35 071
Rapport interdécile D9/D1 * 3,3 3,2 3,3
Taux de pauvreté (en %) 15,1 13,3 14,1
  • Revenus et pauvreté en Haute-Vienne en 2012
  • * Le rapport entre le niveau de vie au-delà duquel vivent les 10 % de personnes les plus aisées (9e décile) et celui en deçà duquel vivent les 10 % les moins aisés (1er décile) est un indicateur d'inégalités de niveau de vie.
  • Champ : population des ménages fiscaux ordinaires
  • Source : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localisé social et fiscal 2012

En lien avec la structure de la population, les pensions, retraites et rentes représentent une part plus élevée du revenu disponible qu'en ALPC (33,2 % contre 30,9 %), tandis que celle des revenus d'activité y est plus faible (66,2 % contre 67,2 %). Par ailleurs, la part des prestations sociales est plus importante (5,4 % contre 4,9 % en ALPC). Les revenus du patrimoine pèsent moins que dans n'importe quel autre département de la région, pour partie en raison d'un des marchés immobiliers les plus bas de France.

Avec 15,1 % de sa population vivant sous le seuil de pauvreté, la Haute-Vienne est le 4e département le plus pauvre de l'ALPC selon ce critère. Les plus jeunes sont particulièrement concernés : 28,1 % des ménages dont le référent fiscal a moins de 30 ans sont pauvres. De même, 7,0 % de la population bénéficie de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) en 2013 : c'est la proportion la plus élevée des départements de l'ALPC, avec la Creuse.

Encadré

Les départements de l'ALPC

Dans le contexte de la réforme territoriale qui dessine un nouveau paysage pour les régions françaises, l'Insee Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes publie l’ensemble des "Portraits à grands traits" des douze départements de la région. Population, emploi, système productif, agriculture, revenus... chaque publication dresse un panorama général des départements : La Charente (16), La Charente-Maritime (17), La Corrèze (19), La Creuse (23), La Dordogne (24), La Gironde (33), Les Landes (40), Le Lot-et-Garonne (47), Les Pyrénées-Atlantiques (64), Les Deux-Sèvres (79), La Vienne (86), La Haute-Vienne (87).

Pour en savoir plus

«  5 844 177 habitants en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes au 1er janvier 2013 », Ferret J.-P.,Insee Analyses Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes n°1, janvier 2016

« Regard sur la pauvreté en Haute-Vienne », Beaudemoulin C., Châtel F., Insee Flash Limousin n°20, décembre 2015

« La Châtaigneraie Limousine : entre villes et campagne, interdépendances et attractivité », Granet B., Mallemanche C., Prévot P., Simonneau G., Insee Analyses Limousin n°9, avril 2015

« Territoire du SCoT de l'agglomération de Limoges : enjeux d'un développement maîtrisé et partagé », Audoux L., Baffou K., Guiet A., Moreau S., Pagès A., Simonneau G., Focal n°97, avril 2014

Dans la collection Insee Analyses Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, les "Portraits à grands traits" des départements de la région ALPC : La Charente (16), La Charente-Maritime (17), La Corrèze (19), La Creuse (23), La Dordogne (24), La Gironde (33), Les Landes (40), Le Lot-et-Garonne (47), Les Pyrénées-Atlantiques (64), Les Deux-Sèvres (79), La Vienne (86), La Haute-Vienne (87).