Insee
Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'Azur · Juin 2022 · n° 39
Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'AzurBilan économique 2021 - Provence-Alpes-Côte d'Azur L’économie régionale rebondit, mais des difficultés sectorielles persistent

En 2021, l’activité mondiale est toujours perturbée par la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. En Europe, la reprise économique amorcée fin 2020 se poursuit en 2021, malgré les incertitudes et les variants successifs. En France, le PIB rebondit fortement à la fin du printemps et l’activité dépasse son niveau d’avant-crise en seconde moitié d’année.

L’économie de Provence-Alpes-Côte d’Azur, très exposée, reste en retrait en début d’année, mais bénéficie d’une reprise plus vigoureuse au second semestre, qui lui permet de dépasser les niveaux d’activité de 2019. L’emploi a résisté au plus fort de la crise, bénéficiant massivement de l’activité partielle au moins jusqu’au printemps. Il a ensuite progressé, davantage que l’activité économique et mieux que dans la plupart des autres régions. Le taux de chômage est au plus bas. Les créations d’entreprises reprennent leur progression et les défaillances restent peu nombreuses, les entreprises étant toujours soutenues par les mesures d’urgence comme les prêts garantis par l’État.

Malgré le rebond global, des difficultés demeurent. La fréquentation touristique souffre toujours de l’absence de la clientèle étrangère et le transport de passagers reste en retrait par rapport à l’avant-crise. Dans la construction neuve, l’activité ne comble que partiellement son retard. L’agriculture pâtit de conditions climatiques défavorables et d’une hausse des coûts de production. Les conséquences sociales de la crise sanitaire sont moins perceptibles, avec la baisse du recours au revenu de solidarité active qui retrouve un niveau proche de celui de l’avant-crise.

Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'Azur
No 39
Paru le :Paru le21/06/2022

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2021 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Consulter

Enseignement – Recul des effectifs scolaires dans le premier degré, le second cycle professionnel et les filières post-bac des lycées Bilan économique 2021

Aynur Gilles, Serge Ichchou, Maud Coudene (Service interacadémique des études et statistiques)

À la rentrée 2021, 934 782 élèves sont scolarisés sous statut scolaire en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Par rapport à la rentrée 2020, les effectifs reculent très légèrement dans la région (–0,1 %). Cette diminution concerne essentiellement le premier degré, du fait de la baisse du nombre de naissances depuis 2014. Elle s’observe également pour la voie professionnelle dans le second degré et dans les formations post-baccalauréat des lycées. Les effectifs sous statut d'apprentissage dans ces mêmes formations progressent en 2021.

Le taux de réussite au baccalauréat baisse de 1,7 point par rapport à 2020, mais reste très élevé par rapport aux années précédentes. L’impact du genre est important sur le choix des spécialités, qui remplacent les anciennes séries du baccalauréat.

Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'Azur

No 39

Paru le :21/06/2022

La tendance à la légère baisse des effectifs scolaires se poursuit

À la rentrée 2021, 934 782 élèves sont scolarisés en Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la maternelle au post-bac (, et autres formations), dans les établissements publics et privés. Pour la deuxième année consécutive, les effectifs scolaires de la région académique diminuent très légèrement (–674 élèves par rapport à 2021, soit −0,1 %). La baisse des effectifs, entamée en 2019, reste nettement plus faible que celle observée au niveau national (figure 1), où les effectifs diminuent depuis quatre ans (–0,7 % en 2021). Cette diminution est concentrée dans le premier degré et le post-bac, alors que les élèves du second degré continuent d’augmenter (figure 2). Au sein de la région, la démographie scolaire est en baisse dans l’ensemble des départements de l’ et en légère hausse dans les deux départements de l’ (figure 3).

Figure 1Évolution des effectifs scolaires, par académie

base 100 en 2011
Évolution des effectifs scolaires, par académie (base 100 en 2011)
Aix-Marseille Nice Région académique France (y.c. DOM)
2011 100,0 100,0 100,0 100,0
2012 100,0 100,2 100,1 100,2
2013 100,8 101,2 100,9 100,9
2014 101,4 101,6 101,4 101,4
2015 102,1 101,9 102,0 101,9
2016 102,9 102,5 102,7 102,2
2017 103,6 102,9 103,3 102,4
2018 104,1 103,2 103,7 102,3
2019 104,4 103,4 104,0 102,2
2020 104,1 103,4 103,8 101,6
2021 103,9 103,6 103,8 100,8
  • Champ : public et privé sous et hors contrat, premier degré, second degré et post-bac, hors établissements régionaux d’enseignement adapté et formation continue diplômante et hors apprentis.
  • Source : MENJ-DEPP, Base centrale de pilotage du ministère de l’Éducation nationale (BCP), traitements région académique Paca SIAES.

Figure 1Évolution des effectifs scolaires, par académie

  • Champ : public et privé sous et hors contrat, premier degré, second degré et post-bac, hors établissements régionaux d’enseignement adapté et formation continue diplômante et hors apprentis.
  • Source : MENJ-DEPP, Base centrale de pilotage du ministère de l’Éducation nationale (BCP), traitements région académique Paca SIAES.

Figure 2Effectifs scolaires de la région académique, par niveau de formation

Effectifs scolaires de la région académique, par niveau de formation
Académie d'Aix-Marseille Académie de Nice Région académique
Rentrée 2020 Rentrée 2021 Évolution sur un an Rentrée 2020 Rentrée 2021 Évolution sur un an Rentrée 2020 Rentrée 2021 Évolution sur un an
En effectif En % En effectif En % En effectif En %
Enseignement préélémentaire 106 496 105 443 -1 053 -1,0 72 281 71 691 -590 -0,8 178 777 177 134 -1 643 -0,9
Enseignement élémentaire 185 537 184 708 -829 -0,4 124 934 124 901 -33 0,0 310 471 309 609 -862 -0,3
Enseignement relevant de l'ASH 2 333 2 450 117 5,0 1 565 1 578 13 0,8 3 898 4 028 130 3,3
Total premier degré 294 366 292 601 -1 765 -0,6 198 780 198 170 -610 -0,3 493 146 490 771 -2 375 -0,5
Premier cycle 149 504 150 161 657 0,4 102 303 103 454 1 151 1,1 251 807 253 615 1 808 0,7
Second cycle général et technologique 71 391 72 560 1 169 1,6 48 779 49 342 563 1,2 120 170 121 902 1 732 1,4
Second cycle professionnel 28 905 28 422 -483 -1,7 17 491 17 297 -194 -1,1 46 396 45 719 -677 -1,5
Total second degré 249 800 251 143 1 343 0,5 168 573 170 093 1 520 0,9 418 373 421 236 2 863 0,7
CPGE 3 242 3 203 -39 -1,2 2 511 2 521 10 0,4 5 753 5 724 -29 -0,5
STS et assimilés 10 948 10 242 -770 -7,0 6 417 6 081 -336 -5,2 17 365 16 323 -1 042 -6,0
DCG/DSCG et autres formations 676 605 -7 -1,0 143 123 -20 -14,0 819 728 -91 -11,1
Total post-bac 14 866 14 050 -816 -5,5 9 071 8 725 -346 -3,8 23 937 22 775 -1 162 -4,9
Ensemble 559 032 557 794 -1 238 -0,2 376 424 376 988 564 0,1 935 456 934 782 -674 -0,1
  • Notes : ASH : adaptation et scolarisation des élèves handicapés ; CPGE : classe préparatoire aux grandes écoles ; STS : section de technicien supérieur ; DCG : diplôme de comptabilité et de gestion ; DSCG : diplôme supérieur de comptabilité et de gestion.
  • Champ : public et privé sous et hors contrat, premier et second degrés, hors établissements régionaux d’enseignement adapté et formation continue diplômante et hors apprentis.
  • Source : MENJ-DEPP, Base centrale de pilotage du ministère de l’Éducation nationale (BCP), traitements région académique Paca SIAES.

Figure 3Évolution des effectifs scolaires de la région académique, par département

Évolution des effectifs scolaires de la région académique, par département
Premier degré Second degré Supérieur Ensemble
Rentrée 2021 Évolution 2020-2021 Évolution 2020-2021 Évolution 2020-2021 Évolution 2020-2021
En effectif En % En effectif En % En effectif En % En effectif En %
Alpes-de-Haute-Provence 26 704 -74 -0,5 22 0,2 -19 -7,6 -71 -0,3
Alpes-Maritimes 197 362 -511 -0,5 1 130 1,3 -204 -3,6 415 0,2
Bouches-du-Rhône 398 516 -1 214 -0,6 1 278 0,7 -704 -5,7 -640 -0,2
Hautes-Alpes 22 976 -150 -1,3 19 0,2 -26 -7,6 -157 -0,7
Var 179 626 -99 -0,1 390 0,5 -142 -4,2 149 0,1
Vaucluse 109 598 -327 -0,6 24 0,0 -67 -3,7 -370 -0,3
Académie d'Aix-Marseille 557 794 -1 765 -0,6 1 343 0,5 -816 -5,5 -1 238 -0,2
Académie de Nice 376 988 -610 -0,3 1 520 0,9 -346 -3,8 564 0,1
Région académique 934 782 -2 375 -0,5 2 863 0,7 -1 162 -4,9 -674 -0,1
France (y.c. DOM) 12 538 708 -78 286 -1,2 555 0,0 -13 940 -4,1 -91 671 -0,7
  • Champ : public et privé sous et hors contrat, premier et second degrés, hors EREA et formation continue diplômante et hors apprentis.
  • Source: MENJ-DEPP, Base centrale de pilotage du ministère de l’Éducation nationale (BCP), traitements région académique Paca SIAES.

Les effectifs du premier degré diminuent essentiellement dans le préélémentaire

Dans le premier degré, les effectifs diminuent de 0,5 % dans la région académique, moins fortement qu’au niveau national (–1,2 %). La baisse est plus prononcée dans le préélémentaire (–1 643 élèves) que dans l’élémentaire (–862).

Le recul du nombre d’élèves est lié à celui des naissances, amorcé en 2014 dans la région, trois ans après le niveau national. La baisse de la natalité est toutefois moins forte qu’ailleurs, Provence-Alpes-Côte d’Azur étant la région la plus féconde de France métropolitaine ces dernières années [Essaieh, Mereau, 2022].

Tous les départements de Provence-Alpes-Côte d’Azur sont concernés par le repli des effectifs, bien que celui-ci reste très modéré dans le Var (–0,1%).

Hausse des effectifs sous statut scolaire dans le second degré, mais baisse dans le post-bac et en voie professionnelle

Dans le second degré, la croissance des effectifs continue, mais à un rythme moindre que par le passé. Elle est soutenue dans le premier cycle (+0,7 % dans les collèges) et dans le second cycle général et technologique (+1,4 %). En revanche, le nombre d’élèves diminue dans le second cycle professionnel (−1,5 %) et plus encore en formations post-baccalauréat (–4,9 %), où les sections de techniciens supérieurs (STS) sont particulièrement touchées.

L’apprentissage toujours dynamique

Contrairement aux effectifs de la voie scolaire, le nombre d’apprentis en et en bac professionnel continuent de croître en 2021 (respectivement +1,6 % et +13,5 %). Le contexte économique, plus favorable qu’en 2020, et la politique d’aide financière à l’apprentissage, dans le cadre de la relance, augmentent les chances d’obtenir un contrat avec un employeur (figure 4). Cette hausse des effectifs est également à relier à une offre de formation plus abondante, du fait de la loi du 5 septembre 2018 « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », qui vise à un développement massif de l’apprentissage. La tendance à la hausse des sections de technicien supérieur (STS) en apprentissage, observée en 2020, se confirme en 2021 et doit être mise en parallèle avec la baisse des effectifs dans cette formation sous statut scolaire.

Figure 4Évolution du nombre d’apprentis en CAP (2 ans) et en baccalauréat professionnel (3 ans)En baccalauréat professionnel

Évolution du nombre d’apprentis en CAP (2 ans) et en baccalauréat professionnel (3 ans)
Seconde professionnelle Première professionnelle Terminale professionnelle
2017 469 924 938
2018 475 994 863
2019 435 1 040 886
2020 581 1 152 1 000
2021 607 1 412 1 083
  • Champ : sites de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (hors agriculture).
  • Source : Système d'information sur la formation des apprentis (Sifa), traitements SIAES.

Figure 4Évolution du nombre d’apprentis en CAP (2 ans) et en baccalauréat professionnel (3 ans)En baccalauréat professionnel

  • Champ : sites de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (hors agriculture).
  • Source : Système d'information sur la formation des apprentis (Sifa), traitements SIAES.

Léger recul de la réussite au baccalauréat, à un niveau encore très élevé

Le taux de réussite au baccalauréat, toutes séries confondues, est de 93,9 % à la session 2021. Il décroît de 1,7 point, après avoir atteint un pic à 95,6 % en 2020, dans un contexte de modalités d’organisation adaptées à l’état d’urgence sanitaire (figure 5).

Le taux de réussite 2021 se situe 0,2 point au-dessus de la moyenne nationale. Dans l’académie d’Aix-Marseille, le taux de réussite est légèrement supérieur à celui de l’académie de Nice. Par rapport au niveau national, le taux d’admis au baccalauréat général est identique, celui du baccalauréat technologique est au-dessus (+0,5 point dans la région) et le baccalauréat professionnel est en deçà (−0,8 point, figure 6).

Figure 5Taux de réussite au baccalauréat

en %
Taux de réussite au baccalauréat (en %)
Année Région académique France
2015 86,8 87,9
2016 87,9 88,6
2017 87,1 87,9
2018 88,0 88,2
2019 87,8 88,0
2020 95,6 95,0
2021 93,9 93,7
  • Champ : tous ministères, tous secteurs, France et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Source : SMENJ-DEPP, Base centrale de pilotage du ministère de l’Éducation nationale (BCP), traitements région académique Paca SIAES.

Figure 5Taux de réussite au baccalauréat

  • Champ : tous ministères, tous secteurs, France et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Source : SMENJ-DEPP, Base centrale de pilotage du ministère de l’Éducation nationale (BCP), traitements région académique Paca SIAES.

Figure 6Taux de réussite au baccalauréat dans la région académique, par série

Taux de réussite au baccalauréat dans la région académique, par série
Type de baccalauréat Académie d'Aix Marseille Académie de Nice Région académique
Présents 2021 % d’admis Présents 2021 % d’admis Présents 2021 % d’admis
2020 2021 2020 2021 2020 2021
Général 16 792 98,1 98,0 11 901 97,4 96,9 28 693 97,8 97,5
Technologique 6 216 96,6 94,7 3 878 94,4 93,9 10 094 95,8 94,4
Professionnel 8 401 90,4 85,5 5 149 91,7 86,2 13 550 90,9 85,8
Ensemble 31 409 95,8 94,0 20 928 95,5 93,7 52 337 95,6 93,9
  • Champ : tous ministères, tous secteurs, région académique Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Source : SMENJ-DEPP, Base centrale de pilotage du ministère de l’Éducation nationale (BCP), traitement région académique Paca SIAES.

Réforme du baccalauréat général : la combinaison « mathématiques – physique-chimie » est la plus choisie

Dans le cadre de la réforme du baccalauréat général, les élèves qui entrent en première générale n’optent plus pour une série (S, ES et L) mais choisissent trois enseignements de spécialité en première générale, dont deux seront conservés en terminale.

La combinaison des deux spécialités de terminale forme des « doublettes » et permet une diversité très importante des parcours parmi les élèves. À la rentrée 2021, 50 doublettes différentes sont ainsi suivies par les élèves de la région. Le nombre d’élèves au sein de chacune de ces combinaisons va de 1 à 4 754 pour la doublette « mathématiques – physique-chimie », qui représente 17 % des élèves de terminale générale.

Parmi les douze spécialités proposées, la spécialité « mathématiques » est la plus souvent choisie par les élèves de terminale (37 % des élèves comme au niveau national) (figure 7). Cette part d’élèves suivant cette spécialité diminue toutefois de 4 points par rapport aux élèves de terminale de la rentrée 2020. 35 % des élèves ont choisi « sciences économiques et sociales » et 32 % « physique-chimie ». Les tendances régionales sont identiques à celles du niveau national pour le choix des spécialités.

Ces choix reflètent à la fois ceux déjà effectués à l’entrée en première, mais aussi les choix d’abandon d’un enseignement entre la première et la terminale. Les spécialités les plus souvent abandonnées sont « mathématiques », « sciences de l’ingénieur et physique chimie », « numérique et sciences informatiques », et « humanités, littérature et philosophie ».

Figure 7Spécialités choisies par les élèves de terminale générale aux rentrées 2021 et 2020, en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Spécialités choisies par les élèves de terminale générale aux rentrées 2021 et 2020, en Provence-Alpes-Côte d’Azur
2021 2020
Effectifs Part des élèves suivant la spécialité (en %) Part des élèves suivant la spécialité (en %)
Ensemble Filles Garçons Ensemble Filles Garçons
Mathématiques 10 391 37,1 25,4 51,8 40,6 29,7 53,9
Sciences économiques et sociales 9 689 34,6 37,6 30,8 33 36,1 29,1
Physique-chimie 8 952 32 27,3 37,8 34,6 29,7 40,5
Histoire-géo., géopolitique et sciences politiques 7 414 26,5 29,6 22,5 25,7 28,7 22
Sciences de la vie et de la terre 7 273 26 29,3 21,8 26,5 30,3 21,8
LLCER* 5 356 19,1 24,5 12,4 17,6 22,7 11,3
Humanités, littérature et philosophie 2 887 10,3 14,9 4,5 8,5 12,2 4
Arts 1 954 7 9,1 4,3 6,8 8,6 4,5
Numérique et sciences informatiques 1 418 5,1 1,3 9,8 4,6 1,1 8,9
Sciences de l'ingénieur et physique chimie 622 2,2 0,7 4,2 2 0,5 3,9
LCA** 31 0,1 0,2 0 0,1 0,1 0
Biologie-écologie 1 0 0 0 0 0 0
  • *LLCER : langues, littératures et cultures étrangères et régionales.
  • **LCA : langues et cultures de l’Antiquité.
  • Champ : élèves de terminale générale, scolarisés dans le public et privé sous contrat en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Source : Sysca 2020 à 2021, traitements SIAES.

La spécialité « mathématiques » beaucoup moins choisie par les filles

Le genre joue un rôle très important dans le choix de certaines spécialités. Plus de la moitié des garçons, contre seulement un quart des filles, ont choisi la spécialité « mathématiques » en terminale. Pour les spécialités « numérique et sciences informatiques » et « physique-chimie », il y a également un écart en défaveur des filles de plus de 10 points. À l’inverse, celles-ci sont 24 % à opter pour la spécialité « langues, littératures et cultures étrangères et régionales (LLCER) », contre 12 % des garçons. Ces différences dans les choix des filles et des garçons avaient déjà été observées parmi les élèves de terminale de la rentrée 2020, et se sont accentuées.

Les choix d’enseignement de spécialité orientés vers les enjeux du monde contemporain

Les spécialités « sciences économiques et sociales » (SES) et « histoire, géographie, géopolitique et sciences politiques (HGGSP) » sont prisées. Dans la spécialité « LLCER », l’anglais est de loin la langue la plus choisie (plus de 90 % des effectifs en LLCER, figure 8). La , créée en 2020, connaît notamment un fort engouement en première à la rentrée 2021, 52 % des élèves de LLCER l’ayant choisie.

Figure 8Langues choisies en première générale par les élèves en spécialité « langues, littératures et cultures étrangères et régionales (LLCER) » en Provence-Alpes-Côte d’Azur, à la rentrée 2021

Langues choisies en première générale par les élèves en spécialité « langues, littératures et cultures étrangères et régionales (LLCER) » en Provence-Alpes-Côte d’Azur, à la rentrée 2021
Effectifs %
LLC Anglais, Monde Contemporain 4 662 51,8
LLCE Anglais 3 878 43,1
LLCE Espagnol 378 4,2
LLCE Italien 74 0,8
LLCE Allemand 4 0,0
Ensemble de la spécialité LLCE 8 996 100,0
  • Champ : élèves de terminale générale suivant la spécialité LLCER, scolarisés dans le public et privé sous contrat en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Source : Sysca 2020 à 2021, traitements SIAES.

Figure 8Langues choisies en première générale par les élèves en spécialité « langues, littératures et cultures étrangères et régionales (LLCER) » en Provence-Alpes-Côte d’Azur, à la rentrée 2021

  • Champ : élèves de terminale générale suivant la spécialité LLCER, scolarisés dans le public et privé sous contrat en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • Source : Sysca 2020 à 2021, traitements SIAES.
Publication rédigée par :Aynur Gilles, Serge Ichchou, Maud Coudene (Service interacadémique des études et statistiques)

Définitions

Les élèves sous statut scolaire sont les élèves scolarisés qui ne sont pas liés par un contrat d’apprentissage.

Le brevet de technicien supérieur (BTS) se prépare en section de technicien supérieur dans un lycée. Cette formation accessible après le baccalauréat ou équivalent dispense des enseignements spécialisés. Elle est accompagnée d'un ou de plusieurs stages en entreprise. Elle permet d'obtenir un diplôme professionnalisé en deux ans. (Source : ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.)

Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) préparent, en 2 ans, les étudiants aux concours d'entrée dans les grandes écoles et les écoles d'ingénieurs. Ces classes, situées dans les lycées, sont accessibles avec un baccalauréat ou un niveau équivalent, après acceptation du dossier par le chef d'établissement. (Source : ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.)

La région académique est composée des académies d'Aix-Marseille et de Nice. Ses limites correspondent à celles de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’académie d’Aix-Marseille est composée de quatre départements : les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse. L’académie de Nice regroupe les départements des Alpes-Maritimes et du Var.

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) donne une qualification d'ouvrier ou d'employé qualifié dans un métier déterminé. Il existe environ 200 spécialités de CAP dans les secteurs industriels, commerciaux et des services. Un CAP se prépare par la formation initiale, sous statut de lycéen ou d'apprenti, ou par la formation professionnelle continue. (Source : ministère de l'Éducation nationale.)

L’option anglais, monde contemporain de la spécialité LLCER (langues, littératures et cultures étrangères et régionales) vise à analyser les grands enjeux sociétaux, économiques, politiques, géopolitiques, culturels, scientifiques et techniques du monde anglophone contemporain. Les autres options LLCER anglais, italien, espagnol et allemand sont beaucoup plus orientées vers la littérature (Source : ministère de l’Éducation nationale).

Définitions

Les élèves sous statut scolaire sont les élèves scolarisés qui ne sont pas liés par un contrat d’apprentissage.

Le brevet de technicien supérieur (BTS) se prépare en section de technicien supérieur dans un lycée. Cette formation accessible après le baccalauréat ou équivalent dispense des enseignements spécialisés. Elle est accompagnée d'un ou de plusieurs stages en entreprise. Elle permet d'obtenir un diplôme professionnalisé en deux ans. (Source : ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.)

Les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) préparent, en 2 ans, les étudiants aux concours d'entrée dans les grandes écoles et les écoles d'ingénieurs. Ces classes, situées dans les lycées, sont accessibles avec un baccalauréat ou un niveau équivalent, après acceptation du dossier par le chef d'établissement. (Source : ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.)

La région académique est composée des académies d'Aix-Marseille et de Nice. Ses limites correspondent à celles de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. L’académie d’Aix-Marseille est composée de quatre départements : les Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse. L’académie de Nice regroupe les départements des Alpes-Maritimes et du Var.

Le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) donne une qualification d'ouvrier ou d'employé qualifié dans un métier déterminé. Il existe environ 200 spécialités de CAP dans les secteurs industriels, commerciaux et des services. Un CAP se prépare par la formation initiale, sous statut de lycéen ou d'apprenti, ou par la formation professionnelle continue. (Source : ministère de l'Éducation nationale.)

L’option anglais, monde contemporain de la spécialité LLCER (langues, littératures et cultures étrangères et régionales) vise à analyser les grands enjeux sociétaux, économiques, politiques, géopolitiques, culturels, scientifiques et techniques du monde anglophone contemporain. Les autres options LLCER anglais, italien, espagnol et allemand sont beaucoup plus orientées vers la littérature (Source : ministère de l’Éducation nationale).