Insee
Insee Conjoncture Centre-Val de Loire · Juillet 2021 · n° 34
Insee Conjoncture Centre-Val de LoireBilan économique 2020 - Centre-Val de LoireUne année 2020 percutée par la crise sanitaire mondiale

L’année 2020, marquée par des fluctuations économiques d’une ampleur inédite, enregistre un recul sans précédent du PIB français (- 8 %). Ce contexte ébranle l’économie du Centre-Val de Loire, après une année 2019 de reprise. La mise en place d’un large dispositif d’aides aux entreprises, dont l’activité partielle, permet de préserver en partie l’emploi. Cependant, la région perd 12 000 salariés en un an, soit - 1,3 %. Seul secteur à résister, la construction voit ses effectifs augmenter. Le nombre de déclarations préalables à l’embauche hors intérim recule nettement mais le basculement de la population vers l’inactivité, lors de chaque confinement, engendre une baisse du taux de chômage régional en « trompe-l’œil », pour atteindre 7,1 % fin 2020.

Les échanges commerciaux entre la région et le reste du monde se contractent très fortement, la crise mondiale affectant profondément les économies de tous les pays. Néanmoins, le nombre d’entreprises créées atteint son plus haut niveau historique (22 200 entreprises) et les défaillances poursuivent leur diminution provisoirement, témoignant de l’efficacité des mesures de soutien mises en place dès mars 2020. L’attribution massive par les banques des Prêts Garantis par l’État, 3,1 milliards d’euros dans la région, a notamment permis d’apporter aux entreprises la trésorerie nécessaire pour faire face à la chute brutale de leur chiffre d’affaires.

Les fermetures temporaires d’établissements et les restrictions de circulation font lourdement chuter les séjours des touristes et de la clientèle d’affaire, même si la région reste relativement épargnée par rapport aux autres.

La crise modifie les circuits de commercialisation dans le secteur de l’agriculture, limite la concurrence étrangère avec, de fait, la mise en avant de l’origine France. En revanche, nombre de débouchés se referment, en particulier pour la viticulture.

La qualité de l’air bénéficie du fort ralentissement de l’économie. Parallèlement, la part des véhicules électriques immatriculés progresse et les ventes de voitures particulières au diesel, considéré comme davantage polluant, poursuivent leur repli.

Les tendances observées en 2020, liant activité économique et situation épidémique, se poursuivent en début d’année 2021.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire
No 34
Paru le : Paru le 08/07/2021

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2020 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Consulter

Transports - Brusque chute d’activité dans le sillage de la crise économiqueBilan économique 2020

Fabien Guillemaut (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement)

Secteur d’activité au service de tous les autres, le transport a souffert de la crise économique résultant de l’épidémie de Covid-19 survenue en 2020. Toutes ses composantes ont ainsi subi des baisses plus ou moins marquées, tant pour le transport des biens que pour celui des personnes, qu’il soit collectif ou individuel. Seules les pratiques cyclistes ont bénéficié de la situation, mais seulement après le premier confinement.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire

No 34

Paru le : 08/07/2021

Le secteur aérien en grande difficulté

Conséquence des confinements et des restrictions de circulation à l’étranger, le nombre de passagers aériens s’écroule en 2020 (figure 1). En région Centre-Val de Loire, où l’aéroport de Tours Val de Loire assure la quasi-totalité des transports aériens de passagers, le trafic recule des trois quarts. Ainsi 51 100 passagers sont recensés dans les aéroports de la région, quand ce nombre dépassait 204 000 l’année précédente. Toute proportion gardée, la baisse de 2020 est plus forte en région qu’au niveau national (- 67,8 %), potentiellement imputable à un choix de maîtriser les flux via les grands aéroports nationaux, notamment en région parisienne.

À l’inverse, le fret aérien se porte un peu mieux, du moins en région Centre-Val de Loire. Après la chute de moitié observée en 2019, près de 2 700 tonnes transitent par l’aéroport de Châteauroux-Centre - le seul dans la région à exercer cette activité - soit un quart de plus que l’an passé. Cette hausse s’explique par l’utilisation de l'aéroport pour expédier ou réceptionner des produits liés à la crise sanitaire, des masques notamment.

Figure 1Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports (en %)
Centre-Val de Loire France entière
Passagers 2020 (nombre) Évolution 2020/2019 Évolution annuelle moyenne 2019/2014 ¹ Évolution 2020/2019 Évolution annuelle moyenne 2019/2014 ¹
Lignes nationales 8 595 -78,9 4,7 -55,7 2,4
Lignes internationales 42 348 -74,0 0,9 -72,6 4,8
Transit 158 -81,8 -3,9 -68,1 -3,9
Total 51 101 -75,0 1,6 -67,8 4,1
dont lignes à bas coût (low cost) 47 058 -75,1 1,5 -69,8 10,3
Part des lignes à bas coût (low cost) (%) 92,1 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Forte baisse des immatriculations de véhicules

Conséquence directe de la crise économique, les achats ou immatriculations de véhicules neufs par les entreprises ou les particuliers chutent fortement en 2020 (figure 2), atteignant le plus bas niveau depuis le début des années 2010, avec un total de 70 000 véhicules. Cette baisse globale (- 22 %) est comparable à celle du niveau national (- 23,1 %), mais masque des disparités entre les différentes catégories de véhicules.

Le nombre de véhicules particuliers neufs vendus en 2020 s’établit à 54 000, soit un recul de 24,5 % en un an, légèrement au-dessus de l’évolution nationale (- 24,8 %). À l’inverse, la diminution des immatriculations des véhicules industriels à moteur est un peu en défaveur de la région par rapport à la moyenne française. Bien qu’en repli aussi, les immatriculations de véhicules utilitaires légers résistent mieux, notamment en région Centre-Val de Loire : - 11,3 % pour une moyenne nationale de - 15,6 %.

Figure 2Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers ¹ Véhicules industriels à moteur ² Ensemble immatriculations ³
2020 (nombre) Évolution 2020/2019 (%) 2020 (nombre) Évolution 2020/2019 (%) 2020 (nombre) Évolution 2020/2019 (%) 2020 (nombre) Évolution 2020/2019 (%)
Cher 5 641 -25,2 1 328 -18,9 139 -16,3 7 115 -23,9
Eure-et-Loir 11 064 -22,8 2 431 -13,6 287 -24,1 13 812 -21,3
Indre 3 767 -28,7 946 -14,2 148 -39,8 4 869 -26,6
Indre-et-Loire 13 126 -23,3 3 929 -13,7 234 -16,4 17 294 -21,3
Loir-et-Cher 6 117 -27,1 2 016 13,0 134 -34,3 8 281 -20,3
Loiret 14 178 -24,1 3 972 -13,7 411 -20,8 18 586 -22,0
Centre-Val de Loire 53 893 -24,5 14 622 -11,3 1 353 -24,5 69 957 -22,0
France entière 1 684 697 -24,8 410 020 -15,6 43 877 -23,2 2 144 937 -23,1
  • Note : données brutes.
  • ¹ : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • ² : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • ³ : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SDES, Rsvero.

Poursuite du verdissement des flottes

Malgré la mise au pas du marché automobile, le volume de véhicules particuliers possédant des motorisations alternatives aux moteurs thermiques a continué de croître pendant la crise (figure 3). Les ventes de véhicules particuliers électriques et hybrides rechargeables dépassent les 6 000 unités en 2020, soit + 14,6 % par rapport à 2019 (+ 11,3 % en moyenne en France), quand les ventes de véhicules essence et diesel ont diminué de 28 %. Au-delà de ces chiffres, et pour la première fois, les ventes de véhicules tout électriques devancent celles des véhicules hybrides (respectivement 3 800 et 2 300).

Les mesures gouvernementales d’aides financières à l’achat de véhicules à faibles émissions peuvent expliquer une partie de cette hausse. 6 500 ménages ont ainsi bénéficié de la prime à la conversion en région Centre-Val de Loire. Ceci constitue néanmoins une baisse de 58 % par rapport à 2019, cette mesure étant plus prisée par les ménages précaires plus sensibles à la crise économique. À l’inverse, l’utilisation du bonus écologique a bondi en 2020, multiplié par 2,5 par rapport à 2019 dans la région, progression plus importante que la moyenne française (+ 101 %).

Figure 3Immatriculation de voitures particulières neuves par source d’énergie (part)

en %
Immatriculation de voitures particulières neuves par source d’énergie (part) (en %)
Centre-Val de Loire : essence Centre-Val de Loire : gazole Centre-Val de Loire : électricité France métropolitaine : essence France métropolitaine : gazole France métropolitaine : électricité
2010 24,6 71,0 0,4 25,7 70,4 0,4
2011 26,4 72,2 0,7 26,6 72,1 0,8
2012 25,8 72,3 1,8 25,6 72,4 1,8
2013 30,7 65,9 3,2 30,2 66,5 3,2
2014 33,9 62,7 3,2 33,4 63,4 3,0
2015 38,8 56,9 4,1 39,0 56,8 4,1
2016 44,4 51,3 4,3 44,1 51,8 4,0
2017 48,6 46,2 5,2 47,8 47,0 5,1
2018 54,9 38,7 6,3 54,9 38,6 6,4
2019 57,1 35,4 7,4 58,3 33,9 7,7
2020 53,8 34,0 11,2 56,2 31,7 11,0
  • Note : Essence = essence + superéthanol, électricité = électricité + hybride. Les autres sources d’énergie (GPL, GNV) ne sont pas représentées sur le graphique.
  • Source : SDES, répertoire statistique des véhicules routiers (RSVERO).

Figure 3Immatriculation de voitures particulières neuves par source d’énergie (part)

  • Note : Essence = essence + superéthanol, électricité = électricité + hybride. Les autres sources d’énergie (GPL, GNV) ne sont pas représentées sur le graphique.
  • Source : SDES, répertoire statistique des véhicules routiers (RSVERO).

Le vélo porté par le déconfinement

Les compteurs vélo installés en France ont enregistrés 10 % de passages de cyclistes en plus en 2020 qu’en 2019, et même + 27 % en excluant les périodes de confinement. Si cette hausse s’observe surtout en milieu urbain (+ 31 % hors confinement), les cyclistes ruraux ne sont pas en reste et ont généré 15 % de passages supplémentaires par rapport à 2019. La situation en région Centre-Val de Loire est plus contrastée. La fréquentation des compteurs de la Loire à Vélo a diminué de 6 % en 2020, recul imputable au 1er semestre cumulant premier confinement et météo défavorable. Le 2e semestre montre en revanche une embellie avec + 10 % de fréquentation.

Publication rédigée par : Fabien Guillemaut (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement)

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Définitions

Les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Les immatriculations provisoires de véhicules neufs (plaques commençant par WW) ne sont pas comptabilisées.

Définitions

Les immatriculations de véhicules neufs sont issues du répertoire statistique des véhicules routiers (Rsvero) qui recense les véhicules routiers immatriculés sur le territoire français (départements d’outre-mer compris). Les immatriculations provisoires de véhicules neufs (plaques commençant par WW) ne sont pas comptabilisées.