Insee Conjoncture GuadeloupeBilan économique 2019 - Guadeloupe

Une dynamique économique encore positive

En 2019,en Guadeloupe, la dynamique économique continue sur sa trajectoire positive. Parmi les signes positifs, l’investissement des entreprises se maintient à un niveau élevé et la création d’emplois salariés augmente dans la majorité des secteurs d’activité. Le tertiaire marchand génère à lui seul deux tiers des emplois supplémentaires de la région. Parallèlement, la baisse de la demande d’emploi s’est poursuivie en 2019 (– 6,4 %). L’activité touristique se maintient avec 2,5 millions de passagers à l’aéroport Pôle Caraïbes même sila fréquentation hôtelière marque le pas. Pour autant, et malgréun niveau d’inflation modéré, la consommation des ménages s’essouffle.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 09
Paru le : Paru le 18/06/2020
Teddy Combet et David Lauret (IEDOM)
Insee Conjoncture Guadeloupe  No 09 - Juin 2020

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2019 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Cette année, la situation exceptionnelle de la pandémie dans les premiers mois de 2020 introduit une rupture avec la dynamique de 2019 et remet en question les éventuelles prévisions réalisées précédemment. Ainsi, ces bilans rendent également compte de la crise, uniquement sur la période de confinement.

Consulter

Epargne crédit - Nouvelle progression de l’activité des établissements de créditBilan économique 2019

Teddy Combet et David Lauret (IEDOM)

En 2019, l’activité des établissements de crédit de la place bancaire guadeloupéenne est orientée à la hausse. Le contexte de taux bas favorise le recours à davantage de crédits bancaires, les financements sont ainsi en nette progression. Cette hausse est concomitante à une nouvelle diminution de la sinistralité enregistrée dans les encours. L’épargne financière des agents économiques guadeloupéens est quant à elle marquée par un léger ralentissement.

Insee Conjoncture Guadeloupe

No 09

Paru le : 18/06/2020

Consulter

Au 31 décembre 2019, l’encours sain des crédits en Guadeloupe accélère et augmente de + 6,4 %, après avoir enregistré une hausse de 5,2 % en 2018. Ces progressions sont supérieures à celle enregistrée sur la dernière décennie : + 3,9 % en moyenne. L’encours sain global des crédits atteint 9,4 milliards d’euros. Les différents agents économiques guadeloupéens continuent de profiter des taux bas pour s’endetter.

Les ménages restent les principaux bénéficiaires des financements bancaires. Avec un encours de 4,2 milliards d'euros, les crédits qui leur sont consentis progressent de 6,9 % en 2019 (+ 6,1 % en 2018). Les crédits à l’habitat accélèrent : + 6,2 %, après + 4,8 % un an plus tôt. À contrario, la croissance des crédits à la consommation faiblit légèrement à 8,2 % (+ 8,9 % en 2018).

La croissance des crédits aux entreprises est la plus importante + 8,4 % après + 5,3 % en 2018. L’encours atteint 3,8 milliards d'euros. En particulier, les crédits d’investissement sont dynamiques (+ 15,3 %, après + 8,2 % en 2018). Les crédits immobiliers sont, quant à eux, relativement stables (+ 0,7 % après + 4,6 % en 2018).

Les crédits octroyés aux collectivités locales progressent à nouveau, mais de manière moins importante qu’en 2018 (+ 1,9 % en 2019, après + 5,1 %). L’encours des crédits atteint 1,1 milliard d'euros. Dans le détail, les crédits d’investissement sont en baisse (– 1,1 % après + 3,9 % en 2018) alors que les crédits d’exploitation (7 % des crédits accordés aux collectivités) ont quasiment doublé sur un an.

Amélioration continue de la sinistralité

L’encours de créances douteuses poursuit sa baisse (– 4,2 %) et atteint 375 millions d’euros. Le taux de créances douteuses s’établit à 3,9 % (– 0,4 point sur un an). La qualité des encours de crédits en Guadeloupe s’améliore ainsi de manière continue depuis le début des années 2000. Plusieurs phénomènes expliquent cette évolution, aux premiers rangs desquels figurent une mobilisation plus fréquente d’entités de défaisance par les établissements de crédit locaux, une plus grande vigilance de ces derniers lors de la sélection de leurs contreparties, une meilleure efficacité dans la détection et la gestion des douteux (amiables et/ou contentieux) ainsi qu’une amélioration de la qualité des contreparties.

Ralentissement de la croissance des actifs financiers

L’encours des actifs financiers en Guadeloupe atteint 8,1 milliards d’euros fin 2019, en hausse de 2,9 % sur un an (+ 3,2 % en 2018).

À 5,7 milliards d’euros, l’épargne des ménages augmente de 2,5 % (+ 1,9 % en 2018). Celle des entreprises progresse de 4,5 % (+ 5,5 % un an plus tôt) et s’établit à 2 milliards d’euros. Les actifs financiers des autres agents sont en légère hausse et atteignent 410,9 millions d’euros (+ 0,8 % après, + 10,8 % en 2018).

Après une année 2018 marquée par les versements d’indemnités d’assurance liées à l’ouragan Maria en Guadeloupe, la croissance des dépôts à vue ralentit (+ 3,1 % sur an, après + 6,9 % en 2018). En parallèle, les placements à court terme demeurent sur une trajectoire haussière (+ 1,9 % en 2019, après + 1,2 % un an plus tôt), notamment grâce aux placements des particuliers (+ 2,5 %), ceux des entreprises étant de nouveau en baisse (– 1,2 %). Les collectes sur les livrets A, les livrets de développement durable et les livrets ordinaires augmentent également (respectivement + 5,7 %, + 4,5 % et + 4,3 %) à l’instar de l’épargne longue (+ 3,6 % après – 0,4 % en 2018).

Figure 1Chiffres clés de l’évolution des encours bancaires de crédits

En million d’euros
Chiffres clés de l’évolution des encours bancaires de crédits (En million d’euros)
2014 2015 2016 2017 2018 2019 Évolution 2019/2018 (%)
Encours sain 7 262 7 724 7 998 8 363 8 798 9 358 6,4
dont Ménages 3 018 3 326 3 453 3 679 3 905 4 172 6,9
Entreprises 2 901 2 977 3 118 3 321 3 498 3 792 8,4
Collectivités 929 1 001 1 047 1 002 1 054 1 074 1,9
Autres agents 414 421 380 360 342 320 -6,3
Créances douteuses brutes 497 474 417 434 391 375 -4,2
Créances douteuses nettes 182 195 166 195 181 165 -8,7
dont Ménages 50 63 68 69 72 68 -5,6
Entreprises 120 121 92 91 76 70 -8,7
Encours brut 7 759 8 198 8 414 8 797 9 189 9 733 5,9
  • Source : Institut d’Émission d’Outre-Mer (IEDOM).

Figure 2L’encours sain des crédits accélère en Guadeloupe Évolution des encours bancaires de crédits (en million d’euros et en %)

L’encours sain des crédits accélère en Guadeloupe
Taux de croissance (échelle de droite) Encours bancaire des crédits sains
2015 6,4 7 724
2016 3,5 7 998
2017 4,6 8 363
2018 5,2 8 798
2019 6,4 9 358
  • Source : Institut d’Émission d’Outre-Mer (IEDOM).

Figure 2L’encours sain des crédits accélère en Guadeloupe Évolution des encours bancaires de crédits (en million d’euros et en %)

  • Source : Institut d’Émission d’Outre-Mer (IEDOM).

Figure 3L’encours des actifs financiers continue sa proressionÉvolution des actifs financiers (en million d’euros et en %)

L’encours des actifs financiers continue sa proression
Taux de croissance annuel (échelle de droite) Encours des actifs financiers
2015 4,7 6 993
2016 3,0 7 204
2017 6,2 7 652
2018 3,2 7 898
2019 2,9 8 127
  • Source : Institut d’Émission d’Outre-Mer (IEDOM).

Figure 3L’encours des actifs financiers continue sa proressionÉvolution des actifs financiers (en million d’euros et en %)

  • Source : Institut d’Émission d’Outre-Mer (IEDOM).

Figure 4L’encours de créances douteuses poursuit sa baisseÉvolution des créances douteuses (en million d’euros et en %)

L’encours de créances douteuses poursuit sa baisse
Taux de créances douteuses brutes (échelle de droite) Créances douteuses brutes
2015 5,8 474,1
2016 5,0 416,5
2017 4,9 434
2018 4,3 390,8
2019 3,8 374,5
  • Source : Institut d’Émission d’Outre-Mer (IEDOM).

Figure 4L’encours de créances douteuses poursuit sa baisseÉvolution des créances douteuses (en million d’euros et en %)

  • Source : Institut d’Émission d’Outre-Mer (IEDOM).

Structure chargée d'isoler actifs financiers et dettes d'une entreprise ou d'un secteur, repris par des sociétés tierces indépendantes.

Structure chargée d'isoler actifs financiers et dettes d'une entreprise ou d'un secteur, repris par des sociétés tierces indépendantes.