Insee Conjoncture GuadeloupeBilan économique 2019 - Guadeloupe

Une dynamique économique encore positive

En 2019,en Guadeloupe, la dynamique économique continue sur sa trajectoire positive. Parmi les signes positifs, l’investissement des entreprises se maintient à un niveau élevé et la création d’emplois salariés augmente dans la majorité des secteurs d’activité. Le tertiaire marchand génère à lui seul deux tiers des emplois supplémentaires de la région. Parallèlement, la baisse de la demande d’emploi s’est poursuivie en 2019 (– 6,4 %). L’activité touristique se maintient avec 2,5 millions de passagers à l’aéroport Pôle Caraïbes même sila fréquentation hôtelière marque le pas. Pour autant, et malgréun niveau d’inflation modéré, la consommation des ménages s’essouffle.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 09
Paru le : Paru le 18/06/2020
Christophe Balaire (Insee)
Insee Conjoncture Guadeloupe  No 09 - Juin 2020

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2019 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Cette année, la situation exceptionnelle de la pandémie dans les premiers mois de 2020 introduit une rupture avec la dynamique de 2019 et remet en question les éventuelles prévisions réalisées précédemment. Ainsi, ces bilans rendent également compte de la crise, uniquement sur la période de confinement.

Consulter

Prix - Les prix des services soutiennent l’inflationBilan économique 2019

Christophe Balaire (Insee)

En 2019, l’inflation en Guadeloupe est de 1,1 %, comme l’année précédente. L’augmentation du prix des services est la composante principale de cette hausse : le transport et le loyer constituent les postes principaux de dépenses pour la majorité des Guadeloupéens. La Guadeloupe, la Martinique et la Guyane ont des niveaux d’inflation très proches, entre 0,9 et 1,1 %.

Insee Conjoncture Guadeloupe

No 09

Paru le : 18/06/2020

Consulter

L’inflation de Guadeloupe, en 2019, est au même niveau qu’en 2018 : + 1,1 %. Cette année, l’évolution de l’inflation est sensiblement la même aux Antilles et en Guyane qu’au niveau national. Les prix augmentent en Martinique et en Guyane, respectivement de 1,1 % et 0,9 %, tandis qu’au niveau France entière, la hausse est de 1,3 %. Au niveau national, c’est l’alimentation qui entraîne l’inflation.

Les transports et l’alimentation contribuent nettement à l’inflation

Dans les services de transports, la volatilité des prix des billets d’avion renchérit le prix du transport aérien qui demeure la principale source d’inflation de ce secteur. Les prix du transport aérien suivent la fréquentation touristique : février, et mars sont des mois de forte affluence, les prix des billets d’avion sont élevés, après un léger creux en janvier. Pour la saison d’été, le retour affinitaire des Guadeloupéens entraîne une hausse des prix après la baisse d’avril à juin.

L’alimentation contribue aussi à l’inflation (+ 1,4 %). Au sein du poste alimentaire, les prix des produits frais s’envolent (+ 3,8 %). Alors que les fruits, légumes et poissons frais représentent à peine 2 % du panier des consommateurs, cette forte évolution se fait ressentir sur l’inflation.

Toutefois, son effet a un impact différent selon la catégorie sociale à laquelle est rattaché le ménage. L’alimentation représente 16 % du poids de la consommation des ménages, avec une variation compriseentre 10 et 30 % selon que les ménages soient aisés ou, au contraire, défavorisés.

Les fortes évolutions des prix du pétrole ont un impact limité

De même, les prix de l’énergie sont en hausse (+ 1,9 %) dans un contexte d’inflation relativement faible. Les produits pétroliers ont subi de fortes augmentations mensuelles entre février et juillet, liées à la conjoncture internationale : moindre production des pays de l’OPEP, sanctions contre le Venezuela et l’Iran. Seuls les deux replis des prix de juillet et septembre ont limité la hausse des prix du pétrole. Ces augmentations ont été moins fortes que celles des autres énergies, comme l’électricité ou le gaz. De plus les dépenses d’énergie représentent 7 % dans l’ensemble des dépenses des ménages. En comparaison les produits alimentaires pèsent 16 % et les produits manufacturés 33 %.

La forte augmentation des prix du tabac contribuetrès peu à l’inflation. Les différentes hausses constatées en 2019, quelle que soit la forme sous laquelle le tabac est vendu, correspondent à la volonté gouvernementale de lutter contre le tabagisme.

Les produits manufacturés subissent une faible hausse (+ 0,3 ). Cette orientation est opposée à la stabilité de ce secteur en Martinique et à la baisse des prix des produits manufacturés en Guyane (– 0,7 %) et en France métropolitaine (– 0,6 %). Les hausses de prix du secteur sont en partie contrecarrées par la forte baisse des prix des produits de santé en 2019 (– 1,2 %) qui s’est produite en dépit de la réforme de la convention entre l’Assurance Maladie et les pharmaciens en début d'année. En effet, les spécialistes de l’économie de la santé prévoyaient une augmentation des prix liée à cette réforme, celle-ci a eu pour principal effet un transfert de charges, bénéfique pour le patient.

Figure 1Chiffres clésIndice des prix à la consommation en 2019 (en indice, base 100 année 2015 et en %)

Chiffres clés
Regroupements Pondérations 2019 Indices moyens 2018 Indices moyens 2019 Variation 2019/2018 (en %) Contributions à la hausse des prix en 2019 (en point)
Alimentation 1 620 105,1 106,6 1,4 0,2
Produits Frais 179 113,8 118,2 3,8 0,1
Alimentation hors produits frais 1 441 103,7 104,8 1,1 0,2
Tabac 89 115,7 122,6 5,9 0,1
Produits manufacturés 3 335 100,1 100,4 0,3 0,1
Habillement et chaussures 478 99,0 99,2 0,2 0,0
Produits de santé 571 92,7 91,6 -1,2 -0,1
Autres produits manufacturés 2 286 102,0 102,8 0,8 0,2
Énergie 692 105,6 107,7 1,9 0,1
Produits pétroliers 496 105,9 107,2 1,2 0,1
Services 4 264 101,5 102,7 1,2 0,5
Loyers et services rattachés (1) 774 102,2 103,0 0,8 0,1
Services de santé 714 104,1 104,3 0,2 0,0
Services de transports 223 95,1 98,5 3,6 0,1
Services de communications 409 93,4 92,8 -0,7 0,0
Autres services (2) 2 144 102,1 103,8 1,7 0,4
Ensemble 10 000 101,9 103,0 1,1 1,1
  • (1) Les services rattachés représentent les produits et les services pour la réparation et l'entretien du logement, l'adduction d'eau, l'enlèvement des ordures et les services d'assainissement.
  • (2) Les autres services regroupent : les soins personnels, la protection sociale, les assurances, les services financiers…
  • Source : Insee, Direction interrégionale Antilles-Guyane, indice des prix à la consommation.

Figure 2Les services, principal moteur de l’inflationContribution des postes à l’évolution générale des prix (en nombre de points)

Les services, principal moteur de l’inflation
Contribution 2019 Contribution 2018
Services 0,50 0,17
Autres services (1) 0,36 0,10
Alimentation 0,23 0,39
Énergie 0,13 0,45
Produits pétroliers 0,06 0,39
Produits manufacturés 0,11 0,07
  • (1) Les autres services regroupent les soins personnels, la protection sociale, les assurances, les services financiers…
  • Source : Insee, Direction interrégionale Antilles-Guyane, indice des prix à la consommation.

Figure 2Les services, principal moteur de l’inflationContribution des postes à l’évolution générale des prix (en nombre de points)

  • (1) Les autres services regroupent les soins personnels, la protection sociale, les assurances, les services financiers…
  • Source : Insee, Direction interrégionale Antilles-Guyane, indice des prix à la consommation.

Figure 3Antilles-Guyane : des niveaux d’inflation très prochesÉvolution des prix entre 2010 et 2019 aux Antilles-Guyane et en France métropolitaine (en indice, base 100 année 2015)

Antilles-Guyane : des niveaux d’inflation très proches
Guadeloupe Martinique Guyane France métropolitaine
2010 94,2 94,1 94,9 94,7
2011 96,6 96,5 96,8 96,7
2012 98,5 97,9 98,2 98,6
2013 99,4 99,1 99,6 99,5
2014 99,7 99,9 100,1 100,0
2015 100,0 100,0 100,0 100,0
2016 99,9 99,8 99,9 100,2
2017 100,7 100,3 100,7 101,2
2018 101,9 101,6 101,8 103,1
2019 103,0 102,8 102,7 104,3
  • Source : Insee, Direction interrégionale Antilles-Guyane, indice des prix à la consommation.

Figure 3Antilles-Guyane : des niveaux d’inflation très prochesÉvolution des prix entre 2010 et 2019 aux Antilles-Guyane et en France métropolitaine (en indice, base 100 année 2015)

  • Source : Insee, Direction interrégionale Antilles-Guyane, indice des prix à la consommation.