Insee Conjoncture RéunionBilan économique 2017 - La Réunion

Une croissance soutenue

En 2017, à La Réunion, la croissance économique perdure et s’établit à 3,2 %. La consommation des ménages et le regain des dépenses des administrations publiques constituent les principaux moteurs de cette croissance. Le pouvoir d’achat augmente de 2,8 %, du fait d’une inflation contenue (+ 0,4 %), d’une hausse conjuguée des prestations sociales et des salaires, dans le secteur marchand et non marchand (+ 4 %). L’investissement ralentit, mais en contrepartie, les importations pèsent moins négativement sur la croissance que les années précédentes.

Pour autant, les effets de la croissance se ressentent peu sur le marché du travail. Le chômage reste stable en 2017, à 23 % de la population active. L’emploi salarié augmente moins qu’auparavant (+ 0,9 % après + 1,5 % en 2016 et + 2,3 % en2015).

Les créations d’entreprises augmentent pour la deuxième année consécutive. La campagne agricole est contrastée : bonne pour les maraîchers, catastrophique pour les fruits et satisfaisante pour la canne à sucre. Les dépenses touristiques, le trafic aérien de passagers et la fréquentation hôtelière augmentent de concert. La reprise de la construction de logements se confirme. En parallèle, l’activité bancaire est dynamique : la croissance des actifs financiers des résidents réunionnais est soutenue et celle des crédits s’accélère.

Au sein d’une zone euro où la reprise de l’activité se poursuit, l’économie française accélère franchement : + 2,2 % après + 1,2 % en 2016, soit sa plus forte croissance depuis 2011. Dans l’océan Indien, la croissance économique se maintient. Elle reste en particulier soutenue à Maurice.

Insee Conjoncture Réunion
No 4
Paru le : Paru le 23/08/2018
Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (Daaf)
Insee Conjoncture Réunion  No 4 - Août 2018
Consulter

Agriculture - 2017, une campagne agricole contrastéeBilan économique 2017

Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (Daaf)

Dans l’agriculture, l’année 2017 s’avère très contrastée selon les filières. Concernant les produits végétaux, elle est bonne pour les maraîchers qui n’ont pas subi d’accidents climatiques, catastrophique pour les producteurs de letchis dont les arbres n’ont quasiment pas produit et satisfaisante pour la production de canne à sucre avec un tonnage élevé mais une richesse en sucre en deçà des attentes. Moins exposées aux conditions climatiques, les résultats des productions animales sont conformes aux prévisions, même si la concurrence des produits importés pèse toujours sur la filière.

Insee Conjoncture Réunion

No 04

Paru le : 23/08/2018

En 2017, la production agricole réunionnaise progresse de 1,6 % en valeur par rapport à 2016 et atteint 437  millions d’euros (figure 1). Cette augmentation s’explique principalement par le dynamisme des productions végétales (canne à sucre et maraîchage). Les charges d’exploitation (comme l’engrais) étant stables, la valeur ajoutée dégagée par l’agriculture progresse de 2,6 %.

Figure 1Première hausse de la production agricole depuis 5 ansValorisation de la production agricole

Première hausse de la production agricole depuis 5 ans
2014 2015 20161 20172 Évolution 2017/2016
en millions d’euros en %
Production agricole y compris services3 417,2 424,9 430,1 437,1 1,6
Production totale de biens 413,2 420,9 426,1 433,1 1,6
Productions végétales dont 291,6 296,1 294,8 303,4 2,9
Canne à sucre 135,1 141,9 142,3 146,8 3,2
Légumes frais, racines et tubercules 75,3 73,7 74,9 78,2 4,4
Fruits 55,8 55,1 52,0 52,8 1,5
Productions animales dont 121,6 124,9 131,3 129,7 -1,2
Bétail 45,9 46,8 53,7 52,1 -2,9
Volailles 40,8 43,0 41,3 40,3 -2,5
Œufs 18,1 18,6 19,9 21,2 6,6
Lait 14,5 13,9 13,7 13,6 -0,9
Consommations intermédiaires 199,7 191,8 187,0 187,7 0,4
Valeur ajoutée brute 217,5 233,1 243,1 249,3 2,6
  • 1. chiffres semi-définitifs ; 2. chiffres provisoires ; 3. valeur de la production, y compris les aides directes aux productions (exemples : prime bagasse-énergie, aides POSEI à la production, ADMCA, PPR, PAB) ; hors subventions (ICHN, MAE, calamités)
  • Source : Daaf Réunion, Agreste.

Une production végétale en hausse

La production végétale progresse en valeur de 2,9 % et s’établit à 303 millions d’euros. Malgré un démarrage difficile de la campagne sucrière, la canne à sucre demeure la première culture végétale de l’île, en surface comme en valeur. En effet, la campagne a pris du retard suite à la négociation de l’avenant à la convention canne 2015-2021. 2017 est l’année de la première campagne qui s’est opérée dans le nouveau contexte réglementaire de suppression des quotas sucriers européens.

Les planteurs ont livré 1,9 million de tonnes de canne aux deux usines, soit 5 % de plus qu’en 2016. Toutefois, la richesse dégagée pour une tonne de sucre est inférieure à sa moyenne décennale (figure 2). Au final, la production de canne à sucre augmente de 3 % entre 2016 et 2017 pour atteindre 147 millions d’euros. C’est un tiers de la production agricole réunionnaise.

Parmi les autres productions végétales, la production de légumes frais et de pommes de terre progresse de plus de 4 %. Les conditions climatiques ont été clémentes pour ces cultures. À l’inverse, 2017 est une année sombre pour les letchis et mangues : les arbres n’ont quasiment pas porté de fruits. La rareté s’est traduite par une flambée des prix pour ces deux produits. La production d’ananas Victoria progresse d’année en année : l’ananas figure parmi les principaux produits réunionnais exportés. Au final, la production de fruits a augmenté de 1,5 % en valeur en un an.

Figure 2Une récolte de canne à sucre plus importante en 2017Tonnage de canne récoltée et richesse en sucre à La Réunion

en milliers de tonnes, en %
Une récolte de canne à sucre plus importante en 2017 (en milliers de tonnes, en %)
Tonnage de canne Richesse sucre
2013 1 718 14,1
2014 1 764 13,9
2015 1 896 13,3
2016 1 783 13,64
2017 1 868 13,32
  • Source : Daaf Réunion, Agreste.

Figure 2Une récolte de canne à sucre plus importante en 2017Tonnage de canne récoltée et richesse en sucre à La Réunion

  • Source : Daaf Réunion, Agreste.

Une production animale qui diminue

La production animale réunionnaise recule de 2,5 % par rapport à 2016 : elle descend à 130 millions d’euros. La production de volaille continue de baisser en 2017 (- 2,5 %). Toutefois, une nouvelle stratégie de développement est mise en place : les professionnels de la filière ont signé un protocole identifiant les perspectives d’avenir (la conquête de nouveaux marchés, le lancement d’une gamme de produits supérieurs, le renforcement de la maîtrise sanitaire…). Cette stratégie a commencé à porter ses premiers résultats positifs à la fin de l’année.

La production locale de viande porcine se tasse (- 3 % en volume par rapport à 2016). Si la viande locale couvre bien le marché du frais, la concurrence de la viande congelée importée à bas prix maintient une tension sur cette filière. À l’inverse, les abattages de bovins sont en légère hausse (+ 2 % en volume par rapport à 2016). Néanmoins, ils restent insuffisants : les éleveurs sont alors obligés de conserver les animaux dans leurs élevages, ce qui pèse dans leur trésorerie.

La production d’œufs continue de progresser (+ 7%). Cette filière évolue selon les besoins du marché : elle couvre l’ensemble des besoins locaux. Avec une production de 18,7 millions de litres en 2017, la filière laitière maintient son niveau de production depuis près de cinq ans (14 millions d’euros).