Insee Conjoncture RéunionBilan économique 2017 - La Réunion

Une croissance soutenue

En 2017, à La Réunion, la croissance économique perdure et s’établit à 3,2 %. La consommation des ménages et le regain des dépenses des administrations publiques constituent les principaux moteurs de cette croissance. Le pouvoir d’achat augmente de 2,8 %, du fait d’une inflation contenue (+ 0,4 %), d’une hausse conjuguée des prestations sociales et des salaires, dans le secteur marchand et non marchand (+ 4 %). L’investissement ralentit, mais en contrepartie, les importations pèsent moins négativement sur la croissance que les années précédentes.

Pour autant, les effets de la croissance se ressentent peu sur le marché du travail. Le chômage reste stable en 2017, à 23 % de la population active. L’emploi salarié augmente moins qu’auparavant (+ 0,9 % après + 1,5 % en 2016 et + 2,3 % en2015).

Les créations d’entreprises augmentent pour la deuxième année consécutive. La campagne agricole est contrastée : bonne pour les maraîchers, catastrophique pour les fruits et satisfaisante pour la canne à sucre. Les dépenses touristiques, le trafic aérien de passagers et la fréquentation hôtelière augmentent de concert. La reprise de la construction de logements se confirme. En parallèle, l’activité bancaire est dynamique : la croissance des actifs financiers des résidents réunionnais est soutenue et celle des crédits s’accélère.

Au sein d’une zone euro où la reprise de l’activité se poursuit, l’économie française accélère franchement : + 2,2 % après + 1,2 % en 2016, soit sa plus forte croissance depuis 2011. Dans l’océan Indien, la croissance économique se maintient. Elle reste en particulier soutenue à Maurice.

Insee Conjoncture Réunion
No 4
Paru le : Paru le 23/08/2018
Service « Études et suivi des établissements de crédit », agence IEDOM de La Réunion
Insee Conjoncture Réunion  No 4 - Août 2018
Consulter

Système bancaire - Une activité bancaire dynamique et une rentabilité solideBilan économique 2017

Service « Études et suivi des établissements de crédit », agence IEDOM de La Réunion

En 2017, la croissance des actifs financiers des résidents réunionnais est soutenue et celle des crédits s’accélère. Les taux pratiqués à La Réunion poursuivent leur baisse, en lien avec des conditions financières exceptionnellement favorables. Dans un contexte de changement général du modèle de la banque de détail et de ses métiers, la rentabilité globale du secteur est contrainte par la faiblesse des taux d’intérêt et la réduction de la marge d’intermédiation. Elle résiste néanmoins grâce à la baisse des créances douteuses.

Insee Conjoncture Réunion

No 04

Paru le : 23/08/2018

Fin 2017, les agents économiques réunionnais détiennent 14 milliards d’euros d’encours d’actifs financiers (liquidités ou dépôts à vue et produits d’épargne à long terme). Les ménages en possèdent 70 % et la hausse des montants qu'ils détiennent s’accélère (+ 6,1 % en 2017 après + 3 % en moyenne de 2014 à 2016). La préférence des ménages pour la liquidité reste marquée, les produits d’épargne étant faiblement rémunérés. Ainsi, les dépôts à vue (comptes courants) progressent de 12,5 % sur un an. Toutefois, certains placements liquides ou à long terme se redressent en 2017, notamment l’assurance-vie (+ 7,0 %).

Les sociétés non financières augmentent aussi leurs dépôts à vue, avec une croissance supérieure à 10 % pour la cinquième année consécutive. En effet, en plus d’un contexte économique favorable, ces sociétés continuent de bénéficier du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. En outre, ils profitent de transferts de placements « liquides » (- 17,6 %).

Une hausse des crédits stimulée par des taux bas

En 2017, les encours sains de crédits - pour lesquels il n'y a eu ni retard ni incident de paiement - à l’économie réunionnaise progressent fortement (+ 7,0 %), nettement plus que la moyenne sur la période 2009-2016 (+ 2,8 %). Ils dépassent désormais les 21 milliards d’euros. Contrairement aux années antérieures, les banques locales affichent une croissance aussi soutenue que celle des prêteurs institutionnels, comme l'Agence française de développement et la Caisse des dépôts et consignations.

Les crédits accordés aux entreprises progressent de 4,1 %, tirés par les crédits d’investissement (+ 8,5 % contre + 3,7 % moyenne de 2014 à 2016). Les crédits immobiliers des sociétés non financières augmentent toujours (+ 3,2 %), mais moins vite que les années correspondant au pic de la production de logements sociaux. À l’inverse, les crédits de trésorerie des sociétés non financières se contractent pour la seconde année consécutive (- 8,2 % après - 3,4 % en 2016), en cohérence avec la hausse constatée de leurs dépôts à vue. Les encours d’affacturage baissent également et traduisent aussi la probable amélioration de la trésorerie des entreprises.

Après une légère contraction en 2016, les encours de crédits aux collectivités locales progressent de nouveau (+ 8,3 %). Côté ménages, la hausse des encours de crédits à l’habitat s'accélère (+ 7,5 % après + 4,0 % en moyenne de 2014 à 2016 - figure 1). Témoin du regain d’activité dans l’immobilier, c’est la plus forte hausse depuis la crise de 2009. La dynamique des crédits à la consommation s’intensifie également (+ 11,5 % après+ 2,1 % en moyenne de 2014 à 2016). Ils financent notamment des achats d’automobiles et de biens d’équipement.

Figure 1Forte croissance des crédits aux ménagesÉvolution des crédits à la consommation et à l’habitat des ménages

en %
Forte croissance des crédits aux ménages (en %)
Crédits à l'habitat Crédits à la consommation
2007 12,0 3,9
2008 7,9 0,8
2009 5,1 -1,8
2010 4,8 -3,6
2011 3,9 -1,5
2012 5,9 -0,8
2013 2,3 -2,4
2014 2,0 0,5
2015 5,9 2,0
2016 4,9 5,5
2017 7,5 11,5
  • Source : Iedom.

Figure 1Forte croissance des crédits aux ménagesÉvolution des crédits à la consommation et à l’habitat des ménages

  • Source : Iedom.

Moins de créances douteuses et une rentabilité solide

En 2017, pour la cinquième année consécutive, les créances douteusesportées par les établissements de crédit diminuent (- 5,5 %, figure 2). Depuis juin 2012, elles ont reculé de 300 millions d’euros, en partie du fait de cessions de créances compromises à des cabinets de recouvrement spécialisés. Elles ne pèsent plus que pour 3,9 % dans les encours bruts totaux contre 6,6 % en juin 2012.

Dans un contexte de changement général du modèle de la banque de détail et de ses métiers, la rentabilité du système bancaire réunionnais est globalement solide en 2017. Le chiffre d’affaires des établissements financiers reste contraint par des taux historiquement bas et des marges d’intermédiation plus faibles qu’avant. Grâce à la réduction de leurs créances douteuses, leur résultat est néanmoins en hausse de 15 % en un an. Les sociétés financières spécialisées dans les crédits à la consommation tirent leur épingle du jeu, alors que l'activité de celles spécialisées dans le crédit interentreprises (les factors) se réduit.

Figure 2La baisse des créances douteuses se poursuitÉvolution des créances douteuses et de leur poids à La Réunion

La baisse des créances douteuses se poursuit
Créances douteuses brutes (en millions d'euros) Taux de créances douteuses (en %)
mars 2006 553,1 3,9
juin 2006 565,4 3,9
sept. 2006 574,0 3,8
déc. 2006 596,7 3,8
mars 2007 609,5 3,8
juin 2007 645,5 4,0
sept. 2007 674,3 4,1
déc. 2007 712,2 4,2
mars 2008 684,2 4,1
juin 2008 894,4 5,3
sept. 2008 959,4 5,7
déc. 2008 995,0 5,8
mars 2009 1056,2 6,2
juin 2009 1087,6 6,4
sept. 2009 1096,4 6,4
déc. 2009 1113,2 6,4
mars 2010 1134,2 6,5
juin 2010 1127,6 6,4
sept. 2010 1149,1 6,5
déc. 2010 1116,2 6,2
mars 2011 1178,4 6,5
juin 2011 1188,7 6,6
sept. 2011 1170,6 6,5
déc. 2011 1160,3 6,3
mars 2012 1119,5 6,1
juin 2012 1120,6 6,2
sept. 2012 1117,3 6,1
déc. 2012 1114,8 6,0
mars 2013 1117,0 6,0
juin 2013 1112,7 5,8
sept. 2013 1110,5 5,9
déc. 2013 1004,1 5,3
mars 2014 1015,7 5,3
juin 2014 1024,3 5,3
sept. 2014 1025,9 5,3
déc. 2014 954,4 4,7
mars 2015 937,4 4,7
juin 2015 969,3 4,8
sept. 2015 949,7 4,7
déc. 2015 910,3 4,4
mars 2016 938,6 4,5
juin 2016 895,1 4,2
sept. 2016 866,9 4,0
déc. 2016 860,3 3,9
mars 2017 937,4 4,7
juin 2017 969,3 4,8
sept. 2017 949,7 4,7
déc. 2017 910,3 4,4
  • Source : Iedom.

Figure 2La baisse des créances douteuses se poursuitÉvolution des créances douteuses et de leur poids à La Réunion

  • Source : Iedom.