Bilan économique 2016 - Guyane

Dans la lignée de 2015, l’économie guyanaise reste atone au premier semestre 2016, marquée par une crise du BTP persistante et des investissements en berne, en partie compensés par une activité intense du secteur spatial, une industrie et un secteur tertiaire marchand dynamiques. Au second semestre 2016, l’activité spatiale se maintient, et la construction montre des signes de reprise avec la concrétisation du redémarrage de grands chantiers.

Le contexte mondial est encore morose. En France, la croissance remonte sans atteindre un niveau très élevé. La zone Amérique latine et Caraïbes reste en grandes difficultés (– 1 %). Les deux pays voisins de la Guyane, le Surinam et le Brésil, sont toujours dans une situation économique et politique difficile.

Insee Conjoncture Guyane
No 3
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Spatial - Densité de l’activité opérationnelle et construction de l’avenirBilan économique 2016

Valérie Éloi, Insee

En Guyane, l’année 2016 pour la filière spatiale et le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) a été conforme aux prévisions, avec onze lancements réussis et la poursuite des travaux du chantier du futur lanceur Ariane 6. Cette activité dont le dynamisme ne s’est pas démenti ces dernières années reste stimulante pour le développement économique et social de la Guyane et pour son rayonnement à l’extérieur.

Insee Conjoncture Guyane
No 3
Paru le : 23/05/2017

En 2016, l’activité opérationnelle de la base spatiale a permis d’effectuer onze lancements réussis, grâce à une gamme de trois lanceurs : 7 Ariane 5, 2 Soyouz, 2 Vega. Ces lancements ont permis la mise en orbite de 27 satellites, pour une masse totale de 61,4 tonnes, dont deux records de plus de 10,7 tonnes par lancement. La société Arianespace a également conclu treize nouveaux contrats en 2016 pour un montant de 1,1 milliard d’euros, portant son carnet de commandes à 5,2 milliards d’euros, soit l’équivalent de 55 lancements pour les prochaines années.

Le CNES investit sur l’ensemble de lancement Ariane 6

Le coût global de développement des infrastructures du nouvel ensemble de lancement (ELA 4) destiné au futur lanceur Ariane 6 est évalué à 600 millions d’euros, dont 94 M€ de contrats locaux (environ 15 %). Le contrat a été signé entre l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et le CNES en août 2015. La durée du chantier est estimée à quatre ans, de mi 2015 à mi 2019.

L’année 2016 a vu la concrétisation des terrassements et le démarrage des travaux d’infrastructure. Les terrassements généraux de l’ELA 4 réalisés par un groupement d’industriels dirigé par Eiffage Génie Civil et Eiffage Route, ont été réceptionnés fin mai 2016, avec un mois d’avance sur le planning.

En 2016, le chantier comptait environ 150 salariés répartis dans treize entreprises sous-traitantes, dont 18 jeunes en insertion au travers d’une convention entre le CNES et le GIECQ BTP (Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification dans le Bâtiment et les Travaux Publics). Ce dispositif d’insertion a permis l’intégration de jeunes guyanais à concurrence de 17 % des heures travaillées, sur des métiers de chauffeurs, de conducteurs d’engin, d’assistants topographe et de laborantins.

Lancé en février 2016, l’appel d’offres européen pour la réalisation des infrastructures de l’ELA 4 a été attribué au groupement ECLAIR 6 piloté par Eiffage Génie Civil. Le 8 juillet 2016, le CNES et Eiffage ont signé un contrat d’un montant total de 200 millions d’euros pour la réalisation de tous les ouvrages de l’ELA 4.

Les travaux de génie civil ont débuté le 1er aout 2016 par le creusement du carneau et la mise en place des bureaux de chantier.

Plusieurs entreprises locales ont été et seront encore fortement impliquées dans l’activité de ce chantier, dans le cadre de contrats de sous-traitance, de fourniture de prestations et de matériels.

La filière spatiale, pourvoyeuse d’emplois en Guyane

Le CNES et la filière spatiale exercent un rôle moteur sur l’ensemble de l’économie guyanaise, l’activité du Centre Spatial Guyanais (CSG) contribuant au développement et à l’emploi du territoire avec environ 1 700 salariés dans les entreprises de la base spatiale, emplois permanents et qualifiés. La part d’ingénieurs et de cadres est de 30 %. Trois emplois sur quatre sont des contrats de personnels recrutés localement.

Les 1 700 salariés des entreprises de la base spatiale assurent l’exploitation et le maintien en condition opérationnelle de la base. D’autres salariés sont employés ponctuellement sur les chantiers de développement et de renouvellement des installations. Au total, 39 sociétés et organismes français et européens constituent les différents employeurs de la base et le CNES, le premier d’entre eux, compte 282 salariés, ce qui représente un peu moins de 20 % de l’effectif total permanent de la base.

Un partenaire du développement

Près de 6 % du budget du CSG, soit environ 11 M€ par an, sont consacrés à des activités de soutien au développement économique et social de la Guyane et aux activités hors base. Le CNES contribue au contrat de projets Etat-Région et aux programmes opérationnels de l’Union européenne pour 27,8 M€ sur la période 2014-2020. Il contribue au titre de la contrepartie nationale des programmes européens en partenariat avec la Collectivité Territoriale de Guyane et l’Etat.

Le CNES est également partenaire des communes de Guyane : un budget de 12 M€ sur 2014-2020 permet le soutien concerté d’actions de proximité en matière de développement économique, culturel, sportif et de cohésion sociale dans les zones rurales et urbaines.

Dans le domaine de l’éducation, le CNES assure les visites scolaires du CSG à tous les enfants guyanais et le soutien pédagogique aux enseignants par convention avec le rectorat. Il attribue également neuf bourses d’enseignement supérieur par an. Quatre bourses d’enseignement supérieur auprès de l’Université de Guyane sont également en cours. Il participe aussi à la formation continue des jeunes, via le GIP FCIP (Formation et Certification pour l'Insertion Professionnelle). Le CSG accueille une quarantaine de stagiaires et 4 apprentis par an.

Dans le domaine de la santé, le CNES participe aux investissements et au fonctionnement du Centre Médico-Chirurgical de Kourou.

Le CNES soutient aussi le développement du tourisme en Guyane à travers un partenariat important avec le Comité Tourisme de Guyane mais aussi comme acteur de gestion et de conservation du patrimoine, en tant que propriétaire des Iles du Salut et d’un hôtel.

Enfin, via des conventions avec l’Office National des Forêts (ONF) et l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), le CNES assure le maintien et la gestion du biotope exceptionnel du CSG.

Figure 1 – Chiffres clésLancements effectués en 2016

Chiffres clés
Vol Date Lanceur Satellites
VA228 27-janv ARIANE 5 ECA SGDC et KoreaSat-7
VA229 9-mars ARIANE 5 ECA EUTELSAT 65 West A
VS14 25-avr SOYOUZ Sentinel-1B
VS13 24-mai SOYOUZ Galileo FOC-M5 (2 satellites sous coiffe)
VA230 18-juin ARIANE 5 ECA EchoStar XVIII et BRIsat
VA232 24-août ARIANE 5 ECA INTELSAT 33E et INTELSAT 36
VV07 15-sept VEGA PerúSAT-1 et SkySats-4 to -7
VA231 5-oct ARIANE 5 ECA Sky Muster TM II et GSAT-18
VA233 17-nov ARIANE 5 ECA Galileo FOC M6 (4 satellites sous coiffe)
VV08 5-déc VEGA GÖKTÜRK-1
VA234 21-déc ARIANE 5 ECA StarOne D1 et JCSAT-15
  • Note : VA : Vol Ariane ; VS : Vol Soyouz ; VV : Vol Vega.
  • Source : CNES / CSG.

Figure 2 – En 2016, le nombre de lancements d'Ariane 5 est au plus haut depuis 2012Évolution du nombre de lancements entre 2012 et 2016

En 2016, le nombre de lancements d'Ariane 5 est au plus haut depuis 2012
Ariane 5 Soyouz Vega
2012 7 2 1
2013 4 2 1
2014 6 4 1
2015 6 3 3
2016 7 2 2
  • Source : CNES/CSG.

Figure 2 – En 2016, le nombre de lancements d'Ariane 5 est au plus haut depuis 2012Évolution du nombre de lancements entre 2012 et 2016

Figure 3 – Le CNES partenaire du développementContributions CNES des trois premières années de la Programmation 2014-2020

Le CNES partenaire du développement
Programmation globale 2014-2020 (€) 2014 2015 2016
Programmes Opérationnels y compris Contrat de Projets Etat/ Région (CPER) 2 638 243 2 638 243 2 638 243
Hors Programmes Opérationnels 1 130 676 1 130 676 1 130 676
Conventions Communes 1 737 639 1 737 639 1 737 639
Total Général Guyane 5 506 558 5 506 558 5 506 558
  • Source : CNES/CSG.