Bilan économique 2016 - Guyane

Dans la lignée de 2015, l’économie guyanaise reste atone au premier semestre 2016, marquée par une crise du BTP persistante et des investissements en berne, en partie compensés par une activité intense du secteur spatial, une industrie et un secteur tertiaire marchand dynamiques. Au second semestre 2016, l’activité spatiale se maintient, et la construction montre des signes de reprise avec la concrétisation du redémarrage de grands chantiers.

Le contexte mondial est encore morose. En France, la croissance remonte sans atteindre un niveau très élevé. La zone Amérique latine et Caraïbes reste en grandes difficultés (– 1 %). Les deux pays voisins de la Guyane, le Surinam et le Brésil, sont toujours dans une situation économique et politique difficile.

Insee Conjoncture Guyane
No 3
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Épargne-crédit - L’activité bancaire progresse en 2016Bilan économique 2016

David Fardel, Alexis Léonard, Damion Gordon, Benjamin Michallet, Iedom

Dans un environnement financier marqué par des taux faibles et une reprise mondiale fragile, le financement de l’économie et la collecte de dépôts continuent de progresser en Guyane. L’encours sain de crédits s’inscrit en hausse de 4,9 % (soit + 141,8 M€) sur l’ensemble de l’année 2016 pour s’établir à 3 041,9 M€ fin décembre.

Insee Conjoncture Guyane
No 3
Paru le : 23/05/2017

Dans un contexte économique porté par un léger redressement du climat des affaires, une inflation modérée et des taux d’intérêt faibles, l’encours bancaire a maintenu sa progression avec une croissance de 4,9 % en 2016. Cette hausse porte l’encours sain à 3 042 M€ à fin décembre. En revanche, la contraction des marges de crédit (constatée également dans l'hexagone) et une concurrence accrue ont amené les banques à réorganiser leurs réseaux. La BNP (dernière banque de plein exercice présente en Guyane avant la réorganisation) est désormais une succursale de la BNP Antilles-Guyane basée en Martinique. Par ailleurs, courant 2016, la Caisse d’Épargne Provence Alpes Corse (CEPAC) a racheté l’ensemble des activités de la Banque des Antilles Françaises (BDAF) aux Antilles-Guyane

Progression des actifs financiers portée par l’épargne des ménages

En 2016, les actifs financiers détenus par les établissements de crédit augmentent de 4,8 % (+ 80 M€) portant l’encours total à 1 756 M€. Les actifs financiers des entreprises se sont appréciés de 3,7 % (+ 17 M€) portant leur valeur totale à 467 M€ fin 2016. Ils représentent 26,6 % des dépôts, contre 26,9 % fin 2015. L’épargne des ménages s’inscrit également en hausse de 3,5 % (soit + 38 M€) moins vigoureuse que l’année précédente (+ 3,8 %, soit + 40 M€). Cet encours s’établit à 1133 M€, soit 64,5 % de l’ensemble des dépôts, une part qui se contracte légèrement par rapport à 2015 (65,3 %).

L’encours sain de crédit croit de 4,9 % sur un an

Au 31 décembre 2016, l’encours sain total des crédits bancaires atteint 3 042 M€, en croissance de 4,9 % sur un an (+ 142 M€). Les entreprises demeurent les premiers bénéficiaires du financement bancaire avec 51,2 % de l’encours sain. Les ménages constituent le deuxième segment de clientèle avec 33,6 % de l’encours, et les collectivités locales représentent 11,9 %.

Sur 2016, le financement des entreprises progresse de 6,5 % portant ainsi l’encours à 1 557 M€. Les crédits immobiliers augmentent de 5,4 % pour atteindre 935 M€, soit 60,1 % de l’encours. Les crédits à l’investissement augmentent de 8,9 % pour s’établir à 531 M€, s’appuyant principalement sur la hausse des crédits à l’équipement. Les crédits d’exploitation progressent de 10,1 %. Parallèlement, l’encours sain des crédits aux ménages augmente à nouveau (+ 3,0 %) pour atteindre 1 003 M€ fin décembre 2016. Cette hausse s’explique par la progression de l’encours des crédits à l’habitat (+ 3,8 %, soit + 30 M€), constituant près de 81,8 % de l’encours. Quant aux crédits à la consommation, leurs encours augmentent de 1,0 %, soit + 2 M€. Enfin, l’encours sain de crédit aux collectivités locales diminue de 4,9 % (soit – 17 M€).

En 2016, les créances douteuses brutes s’élèvent à 88 M€, dont 51 M€ sont provisionnées. Les créances douteuses des entreprises diminuent de manière notable sur un an (– 27,9 %, soit – 8 M€) après une progression marquée en 2015 (+ 48,0 %, soit + 9 M€).

Le phénomène de surendettement progresse en Guyane

Alors qu'une diminution est observée aux Antilles ainsi que dans l'hexagone

(– 10,52 %), 236 dossiers ont été déposés en 2016 au secrétariat de la commission de surendettement assuré par l’Iedom Guyane, contre 206 l’année précédente. Comme les années précédentes, cette tendance s'explique par une mise en œuvre soutenue des expulsions locatives, mais également par une meilleure anticipation des déposants dans la résolution de leurs difficultés : on note en effet que les dettes locatives sont beaucoup moins élevées que les années passées.

Le montant total agrégé des dettes atteint 7,8 M€, représentant un endettement moyen de 42 400 € et 7,3 dettes en moyenne par dossier. Les dettes de charges courantes concernent 93 % des dossiers, les crédits à la consommation 71 % des dossiers, et les dettes immobilières 16 %.

Figure 1 – Chiffres clésChiffresEncours des crédits (en millions d'euros et en %)

Chiffres clés
2011 2012 2013 2014 2015 2016 Variation 2016 / 2015 (en %)
Entreprises 1 212,6 1 277,8 1 353,8 1 443,9 1 461,8 1 556,9 6,5
Crédits d'investissement 411,8 388,6 409,3 446,0 487,3 530,9 8,9
dont Crédits à l'équipement 317,1 294,0 314,5 348,8 375,7 416,2 10,8
Crédits à l'habitat 714,8 782,1 841,0 911,7 887,0 935,0 5,4
Crédits d'exploitation 80,1 101,0 94,1 77,3 81,6 89,9 10,1
Ménages 733,7 795,7 857,9 882,3 971,2 1 002,7 3,2
Crédits à la consommation 168,1 164,7 170,7 171,8 180,5 182,3 1,0
Crédits à l'habitat 565,4 630,9 687,0 709,8 790,6 820,2 3,8
Collectivités locales 388,5 380,7 356,2 358,7 346,5 329,7 -4,9
Crédits d'exploitation 1,3 0,6 0,7 4,9 3,2 3,2 -0,9
Crédits d'investissement 386,7 379,8 355,5 353,8 343,3 326,5 -4,9
dont Crédits à l'équipement 386,6 379,8 355,5 353,7 342,8 326,1 -4,9
  • Note : encours au 31 décembre de l'année, en M€.
  • Source : Surfi.

Figure 2 – Hausse de l'épargne en GuyaneActifs par agents, établissements de crédit installés localement (en millions d’euros)

Hausse de l'épargne en Guyane
Livrets ordinaires Livrets A et bleus Plans d'épargne logement Contrats d'assurance-vie LDD
déc-09 81,504 122,168 79,472 167,370 14,735
mars-10 81,736 125,077 79,784 171,141 14,867
juin-10 83,068 127,061 79,953 184,065 14,946
sept-10 83,009 126,581 80,396 184,181 14,848
déc-10 83,337 129,763 82,559 184,160 15,284
mars-11 87,595 133,277 83,258 192,165 15,693
juin-11 87,425 136,387 83,652 192,326 16,010
sept-11 86,628 135,392 83,349 195,385 15,905
déc-11 89,948 140,239 86,426 197,175 16,423
mars-12 94,104 143,909 86,873 202,430 17,072
juin-12 95,628 146,227 86,442 201,947 17,504
sept-12 98,433 146,244 87,142 203,621 17,305
déc-12 91,848 155,275 88,838 206,685 21,081
mars-13 95,992 161,389 91,371 212,670 22,684
juin-13 96,974 165,755 92,526 214,687 23,951
sept-13 92,277 162,870 93,283 216,993 24,054
déc-13 90,288 166,647 95,456 219,797 24,735
mars-14 90,281 169,082 96,226 223,713 25,678
juin-14 91,336 171,424 98,158 226,129 26,323
sept-14 93,894 168,102 98,705 227,981 26,125
déc-14 94,531 170,412 102,816 231,125 26,702
mars-15 110,840 195,886 106,786 238,948 27,422
juin-15 116,601 184,391 107,215 239,464 27,792
sept-15 114,635 186,899 107,123 223,465 27,161
déc-15 113,864 183,768 110,237 254,750 27,922
mars-16 111,989 177,928 111,083 246,755 28,566
juin-16 114,858 180,599 111,398 249,418 29,589
sept-16 112,334 177,575 110,922 251,486 29,195
déc-16 113,313 198,345 113,715 255,131 30,033
  • Source : Iedom, Système unifié de reporting financier (SURFI).

Figure 2 – Hausse de l'épargne en GuyaneActifs par agents, établissements de crédit installés localement (en millions d’euros)

Figure 3 – 60 % des crédits accordés aux entreprises concernent l'immobilierRépartition des crédits aux entreprises (en %)

60 % des crédits accordés aux entreprises concernent l'immobilier
%
Crédits d'investissement 34,1
Crédits d'exploitation 5,8
Crédits immobiliers 60,1
Autres crédits 0,1
  • Source : Surfi.

Figure 3 – 60 % des crédits accordés aux entreprises concernent l'immobilierRépartition des crédits aux entreprises (en %)

Figure 4 – Remontée de l'encours des crédits aux entreprisesEncours des crédits aux entreprises (en millions d’euros et en %)

Remontée de l'encours des crédits aux entreprises
En montant En glissement annuel
déc-10 1 136,939 1,1
mars-11 1 157,617 0,8
juin-11 1 137,770 4,3
sept-11 1 141,280 2,4
déc-11 1 212,624 6,7
mars-12 1 206,402 4,2
juin-12 1 212,057 6,5
sept-12 1 238,880 8,6
déc-12 1 277,849 5,4
mars-13 1 297,274 7,5
juin-13 1 313,120 8,3
sept-13 1 323,115 6,8
déc-13 1 353,795 5,9
mars-14 1 380,981 6,5
juin-14 1 415,494 7,8
sept-14 1 403,644 6,1
déc-14 1 443,890 6,7
mars-15 1 474,111 6,7
juin-15 1 473,357 4,1
sept-15 1 459,908 4,0
déc-15 1 461,797 1,2
mars-16 1 457,668 -1,1
juin-16 1 516,368 2,9
sept-16 1 519,718 4,1
déc-16 1 556,929 6,5
  • Source: Surfi.

Figure 4 – Remontée de l'encours des crédits aux entreprisesEncours des crédits aux entreprises (en millions d’euros et en %)

Pour en savoir plus

Rapport Annuel Guyane 2016 - Édition 2017 de l’IEDOM et les notes Infos financières. Toutes les publications de l’Institut sont disponibles en ligne sur le site internet : http://www.iedom.fr/.