Bilan économique 2015 - La Réunion : la croissance se maintient

En 2015, la croissance se maintient à La Réunion (+ 2,8 % après + 3,1 %). Les prix diminuent tandis que les revenus sont en hausse. En conséquence, le pouvoir d'achat augmente et la consommation des ménages se renforce (+ 3,2 % en volume). L'investissement progresse, mais moins vite qu'en 2014. Les importations sont en valeur ralenties par la baisse des prix du carburant mais augmentent en volume. Les exportations repartent à la hausse. La situation sur le marché du travail s'améliore. La demande d'emploi progresse modérément tandis que l'emploi salarié marchand reste dynamique (+ 3,7 % sur un an), notamment grâce aux services. L'emploi dans la construction confirme sa reprise. Au final, le taux de chômage diminue. Les revenus agricoles poursuivent leur croissance (+ 9,8 %), bénéficiant d'une baisse des coûts des matières premières. Le léger redressement dans l'artisanat amorcé en 2014 se confirme. Dans la construction, l'activité liée à la Nouvelle route du littoral continue d'augmenter. En dehors de ce chantier, le chiffre d'affaires se contracte. Le tourisme repart à la hausse en 2015 (+ 5,1 %) après trois années consécutives de recul. Cette reprise est en lien avec la progression du trafic aérien. L'activité bancaire continue de se renforcer : la hausse des encours de crédits se confirme (+ 5 % en 2015). Les banques poursuivent l'assainissement de leur portefeuille et le résultat net atteint son plus haut niveau. En 2015, dans le mouvement européen, l'économie française continue d'accélérer (+ 1,3 % après + 0,6 % en 2014). La croissance reste stable à Maurice (+ 3,5 %).

Insee Conjoncture Réunion
Paru le : 30/06/2016

Emploi - Tous les secteurs créent de l’emploi

Jannick Rivière, Insee

L’emploi salarié marchand poursuit la reprise amorcée en 2014 (+ 3,7 % après + 2,4 %). Les services restent moteur dans cette reprise. La construction confirme sa relance après la timide augmentation constatée en 2014. L’emploi accélère aussi dans l’industrie mais progresse moins vite dans le commerce.

Insee Conjoncture Réunion
No 2
Paru le : 30/06/2016

En 2015, l’emploi salarié marchand progresse à La Réunion à un rythme plus rapide qu’en 2014 : + 3,7 % en glissement annuel après une hausse de 2,4 % en 2014 (avertissements). Les effectifs salariés de tous les grands secteurs augmentent. Depuis 2010, l’emploi salarié marchand a progressé de 7,1 % à La Réunion (figure 1).

Figure 1 – Confirmation du redémarrage dans la construction

Indice base 100 au T4 2010
Confirmation du redémarrage dans la construction
Ensemble Industrie Construction Commerce Services
2010 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
2011 103,8 102,0 103,7 101,1 105,7
2012 102,5 102,7 97,6 99,8 105,1
2013 100,8 102,6 92,1 97,6 104,4
2014 103,3 103,7 92,6 99,5 108,0
2015(p) 107,1 107,6 97,7 100,2 112,9
  • (p) : provisoire.
  • Source : Insee, Estimations d’emploi.

Figure 1 – Confirmation du redémarrage dans la constructionEmploi salarié marchand par secteur

Les services restent moteur de la croissance de l’emploi

L’emploi continue de progresser dans les services à un rythme soutenu : + 4,6 % en 2015 après + 3,4 % en 2014 (figure 2). Les services confirment ainsi leur rôle moteur dans l’économie régionale. Ils regroupent plus de la moitié des emplois du secteur marchand.

Les effectifs salariés progressent dans tous les domaines des services, particulièrement dans l’hébergement et la restauration (+ 8,4 %).

Secteur moteur de l’emploi des services marchands en 2014, les effectifs salariés du secteur « activités scientifiques et techniques - services administratifs et de soutien » continuent de progresser mais ralentissent : + 4,3 % en 2015 après + 7,3 % en 2014. Toutefois, les activités de services administratifs et de soutien, créent encore beaucoup d’emplois  (+ 7,6 % en 2015, après 8,4 % en 2014) portées par les services aux entreprises.

Figure 2 – Embellie dans l’hébergement-restauration

Évolution de l’emploi salarié marchand par secteur à La Réunion
Embellie dans l’hébergement-restauration
Variations 2015 au cours du : Poids de l'emploi au T4 2015 Glissement annuel
1er trimestre 2e trimestre 3e trimestre(p) 4e trimestre(p) 2013/2014 2014/2015
en % en % en %
Ensemble 0,5 0,4 1,7 1,1 100,0 2,4 3,7
Industrie 1,4 0,2 3,4 - 1,1 13,7 1,0 3,8
Dont
Agroalimentaire - 0,7 - 0,2 7,0 - 2,6 4,9 0,8 3,2
Construction 8,2 - 0,2 2,5 - 4,7 11,9 0,5 5,5
Commerce - 1,9 - 0,8 1,1 2,3 23,3 2,0 0,7
Services marchands - 0,4 1,1 1,3 2,6 51,1 3,4 4,6
Dont
Transports et entreposage - 1,1 0,5 2,8 1,2 9,7 1,4 3,4
Hébergement et restauration 1,0 - 0,7 2,3 5,6 6,0 2,2 8,4
Information et communication - 2,3 5,1 - 1,7 0,6 3,0 1,0 1,6
Activités financières et d'assurance 0,5 0,3 0,7 0,7 4,8 4,3 2,2
Activités immobilières - 1,3 - 2,2 2,1 2,3 1,7 4,4 0,9
Activités scientifiques et techniques ; services adm. et de soutien - 1,8 1,5 1,2 3,5 17,1 7,3 4,3
dont activités de services, adm. et de soutien - 3,2 2,4 3,3 5,1 12,0 8,4 7,6
Autres activités de services 2,4 2,0 0,5 2,0 8,9 - 0,4 7,2
  • (p) : provisoire.
  • Source : Insee, Estimations d’emploi.

Le transport et l’entreposage créent plus d’emplois qu’en 2014 (+ 3,4 % après + 1,4 %). Enfin, les « autres activités de services », qui comprennent notamment les associations, rebondissent (+ 7,2 % en 2015 après – 0,4 % en 2014).

La construction poursuit sa dynamique

L’emploi dans la construction confirme son timide redémarrage de 2014 (+ 5,5 % après + 0,5 %). Le secteur revient ainsi à son niveau de 2012. Cette augmentation est principalement portée par les activités de génie civil et de construction de bâtiments qui augmentent de plus de 10 %. La création d’emplois ralentit dans les activités de travaux de constructions spécialisées (+ 3,5 % après + 8,0 % en 2014).

L’emploi de l’industrie stimulé par l’agroalimentaire et la construction

L’emploi dans l’industrie progresse plus vite en 2015 (+ 3,8 % après + 1,0 %) grâce notamment à l’agroalimentaire qui augmente fortement ses effectifs (+ 3,2 % en 2015, contre 0,8 % en 2014). L’emploi est particulièrement dynamique sur les trois premiers trimestres dans les secteurs de fabrication de produits minéraux incluant les produits à base de ciment et béton (+ 8,2 %) et dans la métallurgie (+ 6,7 %).

Les effectifs progressent également dans la collecte, le traitement et l’élimination des déchets (+ 14,3 %). À l’inverse, l’industrie du bois (hors fabrication de meubles), l’imprimerie ainsi que la fabrication d’équipements électriques et de machines perdent des emplois.

Dans le commerce, l’emploi progresse moins vite qu’en 2014 (+ 0,7 % après + 2,0 %) grâce au commerce de détail (+ 1,4 %). En revanche, les effectifs salariés sont stables dans le commerce de gros (+ 0,3 %) et baissent dans le commerce et la réparation d’automobiles (- 2,1 %).

Avertissements :

Le champ de diffusion de l’emploi salarié marchand a été revu depuis le 4e trimestre 2015 pour se caler sur celui des régions métropolitaines. Ce champ exclut l’agriculture, les secteurs principalement non marchands et les salariés des particuliers employeurs.

De plus, les données d’emploi salarié marchand sont révisées d’un trimestre à l’autre, notamment à la suite d’une expertise complémentaire de la source Urssaf, réalisée par l’Insee. Jusqu’à la publication du 3e trimestre 2015, la série diffusée ne tenait pas compte de ces révisions. Les données publiées prennent désormais en compte ces révisions. Elles sont ainsi définitives jusqu’au 2e trimestre 2015 et provisoires pour les 3e et 4e trimestres 2015.

Documentation

Définitions (pdf, 40 Ko)