Bilan économique 2014 - La Réunion renoue avec la croissance

En 2014, la croissance réunionnaise rebondit (+ 3,1 %) après deux années atones (+ 0,7 % en 2012 et 2013). La situation sur le marché du travail se redresse légèrement : la masse salariale distribuée progresse de 4,4 % et la hausse de la demande d'emploi ralentit. Soutenu par une faible inflation et des revenus en hausse, le pouvoir d'achat se renforce et la consommation des ménages progresse (+ 2,7 % en volume). L'investissement repart à la hausse, porté par le démarrage des travaux de la Nouvelle Route du Littoral. Signe d'une reprise de l'activité, les importations augmentent. Conjuguée à un nouveau recul des exportations, cette hausse des importations contribue à dégrader le solde extérieur réunionnais. Le chiffre d'affaires du BTP progresse de 6,6 % sur un an même si le logement reste en berne. Bénéficiant d'un recul du coût des matières premières, les revenus agricoles progressent de 10 %. Dans le même temps, la situation semble se maintenir dans l'artisanat avec un tissu productif en augmentation. Enfin, l'activité bancaire s'améliore : les crédits et les dépôts sont tous deux en hausse. Seul le tourisme reste en berne. La fréquentation touristique recule pour la troisième année consécutive. L'activité mondiale accélère légèrement en 2014 mais la croissance française reste faible (+ 0,2 %). Après trois années de recul historique, le pouvoir d'achat des ménages français se redresse. À Maurice, l'activité accélère (+ 3,6 % après + 3,2 % en 2013). Les différentes analyses de ce bilan économique 2014 ont été rédigées par l'Insee ainsi que par les organismes suivants : CERBTP ; CMA Réunion ; Daaf Réunion ; Dieccte Réunion ; Agence IEDOM Réunion ; Statistics Mauritius.

Insee Conjoncture Réunion
Paru le : 07/07/2015

Le tourisme d'agrément recule de 10 %

Françoise Legros, Insee

La fréquentation touristique recule en 2014 pour la troisième année consécutive (– 2,5 %), avec un net repli du tourisme d'agrément (– 10 %). Les touristes métropolitains se sont moins déplacés, mais la clientèle européenne progresse fortement. Dans l'hôtellerie classée, le nombre de nuitées diminue de 8 % sur l'année.

Insee Conjoncture Réunion
No 01
Paru le : 07/07/2015

Avec 405 700 touristes en 2014, la fréquentation touristique à La Réunion recule à nouveau (– 2,5 %) mais moins fortement qu'en 2013 (– 6,8 %) ou 2012 (– 5,3 %).

Avec 315 000 touristes, les personnes en provenance de France métropolitaine restent largement majoritaires (78 %) (figure 1), mais leur nombre recule fortement depuis 2011 (382 000 visiteurs). Il perd encore 6 % en 2014. A contrario, la fréquentation des autres touristes européens progresse de 49 %, avec 12 000 visiteurs supplémentaires. Les visiteurs allemands, suisses et belges portent la hausse et représentent 77 % des touristes venant du reste de l'Europe. Le nombre de touristes en provenance de la zone océan Indien repart à la hausse (+ 6 %), après une baisse de 1 % en 2013. Le tourisme en provenance du reste du monde poursuit sa chute, avec un recul de 17 % après – 45 % en 2013.

Figure 1 – L'origine des touristes se diversifie

en %
L'origine des touristes se diversifie
France métropolitaine Océan Indien Reste de l'Europe Autres
2010 83 8 5 4
2014 78 12 8 2
  • Source : Insee-IRT, enquêtes Flux touristiques.

Figure 1 – L'origine des touristes se diversifieRépartition des touristes par lieu de résidence en 2010 et 2014

Le tourisme d'agrément recule encore

Le tourisme d'agrément, qui est motivé essentiellement par la découverte de l'île, recule de 10 % en 2014. Ce motif de visite, majoritaire au début des années 2000, ne représente plus que 37 % de l'ensemble des touristes en 2014 (figure 2). Les trois quarts des touristes d'agrément viennent de France métropolitaine.

Le tourisme affinitaire, pour rendre visite à des parents ou des amis qui résident à La Réunion, baisse légèrement (– 2 %). Il représente néanmoins la moitié (48 %) des touristes en 2014. Les trois quarts des touristes affinitaires séjournent principalement chez leurs proches.

Après avoir diminué en 2013, le tourisme d'affaires progresse fortement (+ 28 %). L'afflux de ces professionnels compense en partie la baisse de fréquentation des autres catégories de tourisme.

Malgré la baisse du tourisme d'agrément, la fréquentation de l'hébergement marchand est quasiment stable ; 55 % des touristes le choisissent comme mode d'hébergement principal. Les gîtes et maisons d'hôtes subissent néanmoins une baisse importante de fréquentation (– 17 %). Le nombre de touristes ayant opté pour la location saisonnière diminue légèrement (– 2 %), mais sa part dans les modes d'hébergement reste stable autour de 15 %.

Figure 2 – La part de l'agrément diminue

nombre de touristes en milliers
La part de l'agrément diminue
affinitaire agrément affaires autres part du tourisme d'agrément
2008 197,8 136,1 50,0 12,5 34
2009 222,8 143,3 41,1 14,7 34
2010 197,9 162,5 39,8 20,1 39
2011 211,9 197,4 43,4 18,6 42
2012 210,0 180,3 42,6 13,6 40
2013 197,6 168,4 35,5 14,5 40
2014 193,9 151,0 45,3 15,5 37
  • Source : Insee-IRT, enquêtes Flux touristiques.

Figure 2 – La part de l'agrément diminueRépartition des touristes par catégorie à La Réunion

La durée de séjour reste stable

Les touristes sont restés en moyenne 17 jours à La Réunion, en 2014 comme en 2013. La moitié des visiteurs sont déjà venus à La Réunion, et parmi eux, 56 % au cours des trois dernières années.

Durant leur séjour, ils ont dépensé 292 millions d'euros, soit 4 % de moins qu'en 2013. La dépense moyenne par personne (719 euros) est quasi stable. L'hébergement absorbe plus du tiers de la dépense totale des touristes d'affaires et d'agrément contre moins de 20 % pour les touristes affinitaires. Ces derniers consacrent une part plus importante de leurs dépenses aux cadeaux et aux loisirs.

La destination est toujours appréciée : 95 % des touristes jugent positivement l'intérêt de la destination. Néanmoins, ils sont moins unanimes sur l'appréciation du rapport qualité-prix, jugé satisfaisant par seulement 60 % des visiteurs.

Encadrés

La fréquentation des hôtels classés recule de 8 % en 2014

(Source : enquête de Fréquentation hôtelière)

Avec 748 700 nuitées en 2014, la fréquentation des 46 hôtels classés en 2012 (avertissement) recule pour la 3e année consécutive (– 8 %). Cette fréquentation correspond au nombre de nuits passées à l'hôtel, que les clients résident ou non à La Réunion. Parallèlement, le nombre de chambres occupées diminue de 5 % et l'offre de chambres de 2 %. Le taux d'occupation recule de 2 points pour s'établir à 60,4 %.

Le recul de la fréquentation affecte plus particulièrement les hôtels de 1 ou 2 étoiles (– 14 %). En plus d'une baisse de fréquentation, ils pâtissent de fermetures d'hôtels enregistrées dans l'année. Les hôtels de catégorie supérieure (4 ou 5 étoiles) s'en sortent un peu mieux, avec une fréquentation en baisse de 3 %. Les hôtels de la région Sud sont les plus touchés, avec une baisse de fréquentation de 10 %. Mais les régions Ouest et Nord-est ne sont pas non plus épargnées, avec respectivement – 8 % et – 7 %.

La fréquentation se dégrade tout au long de l'année par rapport à 2013, mais le repli est plus marqué au 1er trimestre : – 11 % de nuitées (définitions) par rapport au 1er trimestre 2013. Au 4e trimestre, traditionnellement le plus prisé, la fréquentation atteint son plus bas niveau depuis cinq ans avec 225 000 nuitées.

La clientèle française est largement majoritaire (85 % des nuitées) mais sa fréquentation diminue de 10 % en 2014. En revanche, la clientèle étrangère progresse de 5 %.

Avertissement

Les résultats sont publiés dans la nouvelle classification qui est entrée en vigueur en juillet 2012. 41 établissements ont été reclassés à ce jour. L'ancienne catégorie est conservée pour 5 établissements qui n'ont pas fait la demande de nouveau classement. De plus, 29 nouveaux établissements entrent dans le champ de l'enquête depuis janvier 2014. Leurs données seront prises en compte lorsque des éléments de comparaison sur un an seront disponibles. Les résultats présentés portent donc sur les 46 hôtels déjà classés en 2012 à La Réunion.

Documentation

Définitions (pdf, 408 Ko)