Bilan économique 2014 - La Réunion renoue avec la croissance

En 2014, la croissance réunionnaise rebondit (+ 3,1 %) après deux années atones (+ 0,7 % en 2012 et 2013). La situation sur le marché du travail se redresse légèrement : la masse salariale distribuée progresse de 4,4 % et la hausse de la demande d'emploi ralentit. Soutenu par une faible inflation et des revenus en hausse, le pouvoir d'achat se renforce et la consommation des ménages progresse (+ 2,7 % en volume). L'investissement repart à la hausse, porté par le démarrage des travaux de la Nouvelle Route du Littoral. Signe d'une reprise de l'activité, les importations augmentent. Conjuguée à un nouveau recul des exportations, cette hausse des importations contribue à dégrader le solde extérieur réunionnais. Le chiffre d'affaires du BTP progresse de 6,6 % sur un an même si le logement reste en berne. Bénéficiant d'un recul du coût des matières premières, les revenus agricoles progressent de 10 %. Dans le même temps, la situation semble se maintenir dans l'artisanat avec un tissu productif en augmentation. Enfin, l'activité bancaire s'améliore : les crédits et les dépôts sont tous deux en hausse. Seul le tourisme reste en berne. La fréquentation touristique recule pour la troisième année consécutive. L'activité mondiale accélère légèrement en 2014 mais la croissance française reste faible (+ 0,2 %). Après trois années de recul historique, le pouvoir d'achat des ménages français se redresse. À Maurice, l'activité accélère (+ 3,6 % après + 3,2 % en 2013). Les différentes analyses de ce bilan économique 2014 ont été rédigées par l'Insee ainsi que par les organismes suivants : CERBTP ; CMA Réunion ; Daaf Réunion ; Dieccte Réunion ; Agence IEDOM Réunion ; Statistics Mauritius.

Insee Conjoncture Réunion
Paru le : 07/07/2015

Les importations repartent à la hausse, les exportations baissent

Julie Boé, Insee

Après une baisse en 2013, les importations augmentent en 2014 à La Réunion. À l'inverse, les exportations diminuent à nouveau en raison du recul des ventes de produits de la pêche. La France métropolitaine reste le premier fournisseur et client de La Réunion.

Insee Conjoncture Réunion
No 01
Paru le : 07/07/2015

En 2014, La Réunion a importé pour 4,7 milliards d'euros de biens, soit 5 % de plus qu'en 2013 (figure 1). La hausse est particulièrement forte pour les biens d'équipement des entreprises et les biens intermédiaires (+ 8 % chacun). Mais les importations de biens de consommation non durables sont également très dynamiques. Ils constituent un tiers des importations et se composent notamment de denrées alimentaires, de vêtements ou textiles ou de produits pharmaceutiques. Ces importations représentent près d'un milliard et demi d'euros et progressent de 6 % sur un an.

L'île importe également des biens d'équipement à destination des entreprises locales, tels que du matériel de transport, des machines et équipements, des produits informatiques, électroniques ou optiques. Lemontant de ces importations représente un quart des importations réunionnaises.

Les biens intermédiaires représentent 21 % des importations. Ils sont utilisés pour la fabrication d'autres produits destinés à la consommation : produits en caoutchouc, plastique, produits issus de la métallurgie ou de l'industrie du bois. Le montant des importations d'énergie reste important (13 % des importations) mais recule de 2 % suite à la baisse des prix des carburants.

Figure 1 – Les importations augmentent de 5 %

Répartition des importations et exportations à La Réunion en 2014
Les importations augmentent de 5 %
2014 (millions d'euros) Part (en %) Évolution 2014/2013 (en %)
Ensemble des importations 4 649 100,0 5,0
Biens de conso. non durables 1 470 31,6 6,2
Biens d'équipement 1 214 26,1 8,4
Biens intermédiaires 981 21,1 7,9
Énergie 589 12,7 -1,6
Biens de consommation durables 248 5,3 8,2
Produits agricoles, sylvicoles 101 2,2 -7,3
Autres produits 47 1,0 -38,8
Ensemble des exportations 284 100,0 -4,0
Biens de conso, non durables 178 62,7 -6,3
Biens d'équipement 45 15,7 11,2
Biens intermédiaires 26 9,2 -8,7
Biens de consommation durables 5 1,9 -20,9
Autres produits 30 10,5 -0,9
  • Source : Douanes.

58 % des importations viennent de France métropolitaine

Les biens importés proviennent majoritairement de France métropolitaine (58 %) (figure 2), qui fournit principalement des biens de consommation non durables (tels que des produits alimentaires), des biens d'équipement, notamment des véhicules de tourisme, ou encore des biens intermédiaires.

Avec 21 % des importations, l'Asie est le second fournisseur de La Réunion. Singapour fournit l'essentiel du carburant (439 millions d'euros) et la Chine livre principalement des biens intermédiaires ou du textile vers La Réunion, pour un montant de 262 millions d'euros.

Avec 14 % des importations, les pays de l'Union européenne constituent le troisième fournisseur de La Réunion, principalement pour des véhicules de tourismes et des denrées alimentaires.

L'Afrique participe peu aux importations réunionnaises (3 % des importations). Les montants importés reculent de 19 % en 2014, en lien avec la baisse des prix des matières premières énergétiques (produits pétroliers, charbon, etc.).

Figure 2 – Les échanges restent centrés sur la France métropolitaine

Répartition des fournisseurs et clients de La Réunion en 2014
Les échanges restent centrés sur la France métropolitaine
2014 (millions d'euros) Part (en %) Évolution 2014/2013 (en %)
Ensemble des importations 4 649 100,0 5,0
France métropolitaine 2 675 57,5 5,1
Asie 967 20,8 3,0
UE (hors France) 632 13,6 10,2
Afrique 137 2,9 -18,8
Îles océan Indien 1 54 1,2 4,1
Reste du monde 185 4,0 23,6
Ensemble des exportations 284 100,0 -4,0
France métropolitaine 99 34,8 4,7
UE (hors France) 65 22,8 4,1
Asie 53 18,5 -27,2
Îles océan Indien 1 47 16,6 0,8
Amérique du Nord 9 3,3 -10,6
DOM (hors Mayotte) 3 0,9 75,2
Reste du monde 9 3,2 6,4
  • 1. Mayotte, Madagascar, Maurice, Comores, Seychelles.
  • Source : Douanes.

Les produits de la mer pèsent sur les exportations

La Réunion a exporté pour 284 millions d'euros de biens en 2014, soit un recul de 4 % par rapport à 2013. Les deux tiers des exportations concernent des biens de consommation non durables essentiellement des produits alimentaires. Leur montant recule nettement sur un an (– 6 %) en raison d'une forte baisse des volumes exportés de poissons, mollusques ou crustacés. Les produits de la pêche restent cependant un produit phare des exportations réunionnaises. Par ailleurs, les exportations progressent pour le sucre (+ 7 %) et le rhum (+ 1 %), qui repart légèrement à la hausse après une baisse de 11 % en 2013.

La Réunion exporte aussi des biens d'équipement (16 % du montant des exportations), notamment des véhicules automobiles. Les biens d'équipement sont les seules exportations qui augmentent en 2014 (+ 11 %).

La part des déchets valorisés (en vue d'une transformation) se maintient (7 % des exportations).

Les exportations vers l'Asie diminuent fortement

La France métropolitaine reste le principal client de La Réunion (35 % des exportations). Elle achète des biens de consommation non durable, principalement du sucre ou du rhum. Les exportations vers la France augmentent encore en 2014 (+ 5 %).

L'Union européenne devient le second client de La Réunion (23 % des exportations), grâce à l'Espagne ou la Roumanie qui achètent du sucre. L'Asie reste un client important (18,5 % des exportations) même si les exportations de produits de la pêche reculent fortement, en particulier à destination du Vietnam. L'Inde achète à La Réunion des déchets valorisés. L'exportation vers les îles proches de l'océan Indien (17 % des exportations) augmente légèrement en 2014. Mayotte devient un client majeur avec 9 % du montant total des exportations (26 millions d'euros), soit une hausse de 27 % par rapport à 2013. Les biens qui y sont exportés sont principalement des voitures et des biens intermédiaires réexpédiés depuis La Réunion.

Documentation

Définitions (pdf, 408 Ko)