Bilan économique 2014 de Provence-Alpes-Côte d'Azur

L'activité mondiale a légèrement accéléré en 2014. Si la reprise s'est affermie dans les pays avancés, elle a à l'inverse fléchi dans la plupart des pays émergents. La zone euro n'a pour sa part que timidement renoué avec la croissance. En France, l'économie française a nettement ralenti, progressant de 0,2 % après + 0,7 % en 2013. Dans ce contexte, l'emploi salarié a continué de reculer. Les signes d'amélioration de l'économie régionale apparues en 2013 en Provence-Alpes-Côte d'Azur n'ont pas perduré en 2014. Cette détérioration a été ressentie dans la quasi-totalité des secteurs d'activité. En conséquence, l'emploi salarié régional s'est orienté à la baisse en 2014, alors qu'il s'était distingué du niveau national en enregistrant des créations d'emplois en 2013. En parallèle, le chômage a persisté. Le taux de chômage a notamment fortement augmenté au second semestre 2014.

Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'Azur
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Agriculture - Récoltes abondantes et embargo russe ont pesé sur les cours

Françoise Cazenave, DRAAF Provence-Alpes-Côte d’Azur

Avec un climat favorable, les récoltes de 2014 ont été abondantes pour la majorité des productions. Cet afflux a déséquilibré dès le début de saison les marchés des fruits d'été, tandis que l'embargo russe, à partir d'août, est venu réduire les débouchés et exacerber la concurrence intra-européenne, notamment en pomme. Les ventes se sont réalisées à des cours bas voire très bas. Les productions animales ont légèrement augmenté pour les bovins et ont un peu reculé pour la filière ovine tandis que les attaques de loup ont progressé.

Insee Conjoncture Provence-Alpes-Côte d'Azur
No 5
Paru le : 29/05/2015

Fruits : récolte abondante mais prix en baisse

Les conditions météorologiques de l'hiver et du printemps ont permis une récolte abondante grâce à une excellente pollinisation (figure 1). Ainsi, la production régionale d'abricots a augmenté de 66 % par rapport à 2013, celle de cerises de 20 %, et de pêches-nectarines de 2 %. Cette abondance pèse sur les cours qui ont baissé de 20 % en moyenne par rapport à 2013. Pour la pomme, les prix ont chuté de 25 % et les ventes ont été difficiles, suite à l'embargo décrété le 7 août par les autorités russes. L'année a été très médiocre pour la pêche : l'été pluvieux a freiné leur consommation, dans un contexte de très vive concurrence espagnole à bas prix. A contrario, le bilan a été satisfaisant pour l’abricot : les rendements élevés sont en effet parvenus à compenser les cours bas. Le bilan est également positif pour la fraise (prix en hausse de 10 %).

Figure 1 – Production de fruits et légumes en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Production de fruits et légumes en Provence-Alpes-Côte d'Azur
2014 Part dans la production nationale en 2014 (en %)
Production (en tonnes) Évolution 2014/2013 (en %) Rendement (en T/ha)
FRUITS
Fraise 7 302 2,5 23,9 12,6
Pastèque 3 416 1,9 49,5 50,0
Abricot 24 777 66,0 13,7 14,0
Cerise 19 129 19,8 7,0 41,1
Pêche & nectarine 62 444 2,3 27,0 27,1
Poire 55 039 -19,5 23,8 40,5
Pomme 390 137 -10,6 39,9 25,1
Raisin de table 29 839 14,5 9,1 62,2
Figue 2 184 -14,9 8,2 68,6
Olive (table et huile) 6 917 1,5 0,7 57,6
LÉGUMES
Asperge 842 3,1 3,4 4,0
Aubergine 6 020 nd 43,0 22,5
Tomate 181 318 0,8 134,5 24,0
dont sous serre & abri haut 118 489 4,2 246,3 21,1
Laitues 67 334 -12,2 35,4 28,1
Chicorées 10 652 -3,1 39,7 17,4
Concombre 13 427 -10,9 216,6 11,3
Courgette 40 064 2,1 62,8 31,7
Carotte 9 653 6,9 35,5 1,7
Chou-fleur 2 707 -36,0 16,7 0,9
Melon 45 255 -11,3 18,3 18,3
dont sous serre & abri haut 11 557 -8,5 26,3 66,0
Potiron, courge et citrouille 39 930 nd 33,0 42,7
Radis 3 330 nd 15,0 6,3
  • nd : donnée non disponible
  • Source : Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt - Paca, AGRESTE données définitives pour 2013 et provisoires pour 2014

Légumes : campagne contrastée

La campagne 2014 a été décevante en melon : les prix corrects n’ont pas compensé les baisses de rendement. Les ventes de tomate et de salade, marquées par des prix bas, ont été difficiles. De mi-février 2014 à la fin de la campagne en avril, la salade d'hiver a connu plus de deux mois de crise conjoncturelle ininterrompue. A contrario, pour l’asperge, le cours moyen et les bons rendements font de cette campagne la meilleure depuis dix ans. Le bilan est également correct pour la courgette.

Viticulture : retour à des volumes satisfaisants

Après deux années à faible rendement, la récolte viticole a fortement progressé en 2014 (+ 20,7 % par rapport à 2013) (figure 2). Elle retrouve ainsi un niveau supérieur à la moyenne des 5 années précédentes. Les vendanges de 2014 ont débuté avec une dizaine de jours d'avance.

La récolte régionale des vins en AOP progresse de 16 % et de 32 % en IGP. C'est dans le Vaucluse que la hausse est la plus importante (+ 32 %), ainsi que dans les Bouches-du-Rhône (+ 25 %). Elle est plus faible dans le Var (+ 6 %), qui a subi des épisodes de grêle. Au final, les faibles stocks ont limité le volume disponible à commercialiser et les prix des vins sont restés fermes.

Figure_2 – Viticulture en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Viticulture en Provence-Alpes-Côte d'Azur
2014 Évolution (en %)
2014 / 2013 2014 / moyenne 2009-2013
SUPERFICIE (en ha)
AOP autres que les vins doux naturels 64 159 -0,3 -2,4
Vins doux naturels en AOP 561 -0,7 4,2
Ensemble des vins de qualité 64 720 -0,3 -2,4
Autres vins, jus et moûts 21 501 1,9 1,6
Vignes de cuve en production 86 221 0,3 -1,4
Vignes de cuve non productives 2 097 21,2 25,6
Superficie en vignes de cuve 88 318 0,7 -0,9
PRODUCTION (en hl)
AOP autres que les vins doux naturels 2 934 061 15,9 8,9
Vins doux naturels en AOP 9 504 -6,1 -10,8
Ensemble des vins de qualité 2 943 565 15,8 8,8
IGP, VSIG et autres 1 370 223 32,9 17,1
dont IGP 1 238 519 32,3 20,3
Production totale 4 313 788 20,7 11,3
  • Source : Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt - Paca, AGRESTE données définitives pour 2013 et provisoires pour 2014

Grandes cultures : minima historiques en blé dur et riz

Après deux années globalement favorables aux céréales, la campagne 2013-2014 a été difficile (figure 3). Le niveau record de production dans l'Union européenne a renforcé une offre mondiale très abondante. Les stocks ont par conséquent augmenté et les cours ont décroché. Les prix des céréales ont ainsi poursuivi le recul entamé un an plus tôt. Seuls les cours du blé dur ont progressé.

Les surfaces en céréales se sont repliées en Paca. La baisse est particulièrement marquée en blé dur (– 4 %). Ses rendements sont également en retrait, en raison de la sécheresse printanière, et sa production a reculé de 26 %. La diminution des surfaces s'est accentuée pour le riz (– 17 %), faisant craindre des difficultés pour toute la filière. A contrario, les surfaces en blé tendre ont continué à augmenter et ont dépassé pour la première fois les 10 000 ha.

Enfin, la production de l'ensemble des oléagineux a baissé de 10 %, marquée par le recul des surfaces et des rendements en tournesol.

Figure_3 – Production en grandes cultures en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Production en grandes cultures en Provence-Alpes-Côte d'Azur
Surfaces Productions
2014 (ha) 2014 / 2013 (en %) 2014 / moyenne 2009-2013 (en %) 2014 (T) 2014 / 2013 (en %) 2014 / moyenne 2009-2013 (en %)
Blé tendre 11 112 12,6 43,1 42 146 3,9 38,8
Blé dur 41 304 -4,0 -14,0 132 476 -26,5 -23,1
Seigle et Méteil 327 -20,6 -33,0 1 023 -18,1 -28,8
Orge & Escourgeon 11 522 20,2 19,6 40 567 8,8 2,7
Avoine 1 539 -10,2 3,9 3 725 -11,2 3,4
Maïs 5 225 3,6 19,3 43 375 -1,4 1,9
Sorgho 2 033 13,5 32,7 10 576 18,0 29,7
Triticale 3 313 -5,0 -5,3 13 689 0,8 -0,8
Autres céréales 366 -40,1 -35,9 574 -39,2 -36,9
Riz 11 456 -16,7 -22,8 63 123 9,3 -23,7
Total céréales 88 197 -1,2 -4,3 351 275 -9,6 -11,1
Colza 3 306 9,3 3,4 6 893 6,5 16,8
Tournesol 7 545 -9,7 -4,4 12 905 -17,7 -10,9
Soja 559 47,9 82,9 1 343 28,3 95,9
Autres oléagineux 84 -22,2 -29,6 109 -40,5 -30,5
Total oléagineux 11 494 -3,2 -0,2 21 250 -9,2 0,1
Protéagineux 1 917 16,5 -4,6 4 821 16,5 6,8
Jachères 19 662 7,2 6,8 // // //
  • Source : Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt - Paca, AGRESTE données définitives pour 2013 et provisoires pour 2014

Plantes à parfum : reprise en lavande et lavandin

De l'ordre de 55 tonnes, la production d'essence de lavande a augmenté de 18 % comparée à la moyenne des 5 années précédentes. Certaines zones, comme le plateau de Valensole, ont même atteint un niveau record de récoltes. Les plantations de lavande, cultivée principalement sur le plateau d'Albion, se sont à nouveau étendues, après l'importante baisse des dernières années, due à leur dépérissement. Enfin, la production de lavandin, dont les principales cultures sont situées dans les Alpes-de-Haute-Provence et dans la vallée du Rhône, a progressé de 15 % sur des surfaces stables.

Ovins : cours soutenus pour l'agneau traditionnel

Les effectifs ovins ont légèrement diminué (– 2,2 %) (figure 4), alors que les attaques de loups ont progressé (+ 24 %, soit environ 1 100 victimes supplémentaires indemnisées en 2014). Les cours sont soutenus pour le principal débouché que représente l'agneau sous label rouge abattu entre trois et cinq mois. Le second débouché pour les agneaux est celui de la fête de l'Aïd ; il est resté globalement bon.

Enfin, les effectifs de bovins ont légèrement augmenté (+ 1,5 %). Seuls ceux de vaches laitières ont diminué en Paca (– 0,8 %), à l’inverse du niveau national.

Figure_4 – Productions ovines et bovines en région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Unités : têtes de bétail et hectolitres
Productions ovines et bovines en région Provence-Alpes-Côte d'Azur
2014 Évolution (en %)
2014 / 2013 2014 / moyenne 2009-2013
BOVINS
Vaches laitières 7 495 -0,8 1,3
Génisses laitières 6 744 0,5 -0,3
Vaches nourrices 16 251 3,9 -1,8
Génices nourrices 8 255 0,4 -4,3
Autres bovins 28 844 1,4 3,4
Effectif total 67 589 1,5 0,5
OVINS
Agnelles 88 735 -0,6 -15,0
Brebis mères 508 996 -4,0 -8,4
dont brebis mères traites 5 281 -6,5 1,3
Autres ovins 219 876 1,7 2,9
Effectif total 817 607 -2,2 -6,4
LAIT
Lait de vache livré à l'industrie (Hl) 225 242 -1,4 -14,0
Prix moyen (€/Hl) 0,374 7,5 18,6
  • Source : Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt - Paca, AGRESTE données définitives pour 2013 et provisoires pour 2014

Définitions

Appellation d’Origine Protégée / AOP

C’est la dénomination en langue française d'un signe européen. Créé en 1992, ce label protège « la dénomination d'un produit dont la production, la transformation et l'élaboration doivent avoir lieu dans une aire géographique déterminée avec un savoir-faire reconnu et constaté.

 

Indication Géographique Protégée / IGP

L’indication géographique protégée (IGP) désigne un produit dont les caractéristiques sont liées au lieu géographique dans lequel se déroule au moins sa production ou sa transformation selon des conditions bien déterminées. C’est un signe européen qui protège le nom du produit dans toute l’Union européenne.

Pour en savoir plus

« Conjoncture agricole », la note de conjoncture trimestrielle, DRAAF Paca

« L’information statistique », site de la DRAAF Paca