Reprise sous contraintesNote de conjoncture - décembre 2021

 

Note de conjoncture
Paru le : Paru le 14/12/2021
Note de conjoncture - Décembre 2021
Consulter

Fiche - Activité par branche

Le dynamisme du PIB au troisième trimestre 2021 a principalement traduit le rebond mécanique de l’activité dans les services auparavant soumis à des restrictions sanitaires (hébergement-restauration, transports, loisirs…). Dans l’industrie ou la construction, l’activité a progressé beaucoup plus modérément, voire s’est dégradée dans certaines branches industrielles (fabrication de matériels de transport notamment).

Le contexte conjoncturel du quatrième trimestre apparaît contrasté. Les indicateurs de climat des affaires, issus des enquêtes de conjoncture auprès des entreprises, se situent à des niveaux très élevés. Ils restent en hausse en octobre et en novembre, sur la base des réponses de chefs d’entreprise collectées pour l’essentiel avant la forte résurgence du virus. Dans le même temps, l’appareil productif, notamment industriel, est soumis à des tensions croissantes : difficultés d’approvisionnement, qui se situaient en octobre à des niveaux historiques depuis le début des séries, et hausses records des prix de production. Enfin, la dégradation de la situation sanitaire, sans se traduire à ce stade par de nouvelles restrictions, est susceptible de peser sur l’activité des services, à travers par exemple de moindres déplacements par transport aérien.

Dans ce contexte, la progression de l’activité au quatrième trimestre 2021 résulterait surtout, comme au trimestre précédent, de celle des services marchands, notamment ceux encore en deçà de leur niveau d’avant-crise et qui bénéficient dès lors d’un potentiel de rattrapage. Dans l’industrie, la hausse de l’activité serait plus légère, amoindrie notamment par une nouvelle dégradation de celle des matériels de transport (industrie automobile en particulier).

Au premier semestre 2022, le PIB serait de nouveau tiré principalement par les services marchands, notamment ceux qui poursuivraient leur rattrapage. Néanmoins, certaines branches resteraient encore nettement en deçà de leur niveau d’avant-crise au deuxième trimestre 2022 : l’hébergement-restauration et les services de transport, dans un contexte de reprise encore partielle du tourisme international, et les matériels de transport, du fait de problèmes d’approvisionnement ne se dissipant que lentement. Enfin, après le fort rattrapage enregistré au premier semestre 2021 et une relative stabilité sur le reste de l’année, la construction fléchirait sur les deux premiers trimestres 2022, en lien avec des mises en chantier moins dynamiques en 2021 qu’avant la crise.

Note de conjoncture

Paru le : 14/12/2021