Economie et Statistique / Economics and Statistics n° 517-518-519 - 2020Au-delà et autour du PIB : questions à la comptabilité nationale

Economie et Statistique / Economics and Statistics
Paru le : Paru le 08/10/2020
Jean-Marc Germain et Thomas Lellouch
Economie et Statistique / Economics and Statistics - Octobre 2020
Consulter
Sommaire

Coût social du réchauffement climatique et indicateurs de soutenabilité : les enseignements d’une application à la France

Jean-Marc Germain et Thomas Lellouch

Economie et Statistique / Economics and Statistics

Paru le : 08/10/2020

Résumé

Respecter les engagements climatiques qui découlent des accords de Paris sur le climat nécessite d’engager des moyens financiers importants que l’on évalue ici à l’aide d’un modèle macroéconomique combinant un critère de répartition intergénérationnelle de l’effort climatique et des hypothèses sur l’efficacité des technologies de décarbonation. Les résultats montrent que pour la France, la trajectoire actuelle d’émissions de gaz à effet de serre n’est pas soutenable, au sens où pour atteindre l’engagement de neutralité carbone en 2050, le niveau annuel de dépenses pour le climat devrait augmenter de manière très substantielle, à 4.5 % du PIB contre 1.9 % actuellement. Ces évaluations permettent d’en déduire un prix social du carbone, ou valeur de l’action climat, supérieures aux estimations antérieures comme celles de la commission Stiglitz-Stern, et dans la lignée des résultats de la commission Quinet en 2019. De telles évaluations de trajectoire d’émissions et de prix social du carbone pourraient constituer le point d’entrée d’une comptabilité économique environnementale qui intègre la dégradation du patrimoine naturel induite par les activités économiques.

Article (pdf, 1 Mo)

Annexes en ligne (pdf, 240 Ko)

Citation: Germain, J.‑M. & Lellouch, T. (2020). The Social Cost of Global Warming and Sustainability Indicators: Lessons from an Application to France. Economie et Statistique / Economics and Statistics, 517‑518‑519, 81–102.
https://doi.org/10.24187/ecostat.2020.517t.2024