L'essentiel sur… Mayotte

L’essentiel sur… se compose de données clés, d'un jeu de questions-réponses apportant des éclairages plus spécifiques, des précisions méthodologiques et des liens vers des publications de l'Insee ou d'autres organismes pour aller plus loin.

Chiffres-clés
Paru le : Paru le 11/01/2021
 No 01 - Janvier 2021

Démographie

En 2017, 256 500 personnes vivent à Mayotte. Depuis 2012, la croissance de la population est particulièrement dynamique et s’est renforcée (+ 3,8 % par an en moyenne). Elle est principalement portée par un fort excédent des naissances sur les décès.
Avec près de cinq enfants par femme à Mayotte, la fécondité augmente et dépasse toujours largement la moyenne métropolitaine et celle des autres DOM. La population reste bien plus jeune qu’ailleurs en France : l’âge moyen est de 23 ans (contre 41 ans en métropole).

La population mahoraise augmente de 3,8 % par an en moyenne entre 2012 et 2017 Évolution annuelle moyenne de la population 2012-2017

La population mahoraise augmente de 3,8 % par an en moyenne entre 2012 et 2017
Population 2017 Évolution annuelle moyenne de la population 2012-2017 (en %)
France* 66 524 339 0,4
Martinique 372 594 -0,8
Guadeloupe 390 253 -0,7
Bourgogne-Franche-Comté 2 811 423 0,0
Normandie 3 330 478 0,0
Grand Est 5 549 586 0,0
Centre-Val de Loire 2 576 252 0,1
Hauts-de-France 6 003 815 0,1
Provence-Alpes-Côte d'Azur 5 030 890 0,4
Île-de-France 12 174 880 0,5
Bretagne 3 318 904 0,5
La Réunion 853 659 0,5
Nouvelle-Aquitaine 5 956 978 0,5
Auvergne-Rhône-Alpes 7 948 287 0,6
Pays de la Loire 3 757 600 0,7
Occitanie 5 845 102 0,8
Corse 334 938 1,2
Guyane 268 700 2,3
Mayotte 256 518 3,8
  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale.

La population mahoraise augmente de 3,8 % par an en moyenne entre 2012 et 2017 Évolution annuelle moyenne de la population 2012-2017

  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Source : Insee, recensements de la population, exploitation principale.

Niveau de vie médian et pauvreté

Le niveau de vie médian des habitants de Mayotte est sept fois plus faible qu'au niveau national. Conséquence de flux migratoires importants, une grande partie de la population vit avec très peu de ressources : 77 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté national, soit cinq fois plus qu'en France.

À Mayotte, la moitié de la population a un niveau inférieur à 3 140 euros par anNiveau de vie annuel médian

(en euros)
À Mayotte, la moitié de la population a un niveau inférieur à 3 140 euros par an ((en euros))
Revenu médian
Île-de-France 23 230
Auvergne-Rhône-Alpes 21 840
Bretagne 21 060
Grand Est 21 030
Pays de la Loire 20 980
Centre-Val de Loire 20 890
Bourgogne-Franche-Comté 20 860
Provence-Alpes-Côte d'Azur 20 800
Nouvelle-Aquitaine 20 670
Normandie 20 600
Occitanie 20 180
Corse 20 000
Hauts-de-France 19 520
Martinique 17 580
La Réunion 15 020
France* 21 030
Guadeloupe** 15 770
Guyane** 10 990
Mayotte** 3 140
  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France métropolitaine plus la Martinique et la Réunion
  • ** Données issues de l'enquête Budget de famille 2017-2018
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Définition : niveau de vie médian
  • Sources : Insee, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi), enquête Budget de famille 2017-2018.

À Mayotte, la moitié de la population a un niveau inférieur à 3 140 euros par anNiveau de vie annuel médian

  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France métropolitaine plus la Martinique et la Réunion
  • ** Données issues de l'enquête Budget de famille 2017-2018
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Définition : niveau de vie médian
  • Sources : Insee, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi), enquête Budget de famille 2017-2018.

Produit intérieur brut

En 2015, le produit intérieur brut (PIB) mahorais atteint 2 milliards d’euros. C’est le département français qui dégage le moins de richesse, même une fois rapporté au nombre d’habitants. Le PIB par habitant est près de quatre fois inférieur au niveau national.
La productivité apparente du travail (PIB par emploi) est nettement inférieure aux autres départements français, même d’outre-mer (45 415 euros par emploi contre 79 773 euros par emploi en France). Le tissu économique, encore très informel, explique en partie cette faible productivité.

Le PIB s’élève à 2 396 millions d’euros en 2015 Produit intérieur brut en 2015

(en millions d’euros)
Le PIB s’élève à 2 396 millions d’euros en 2015 ((en millions d’euros))
PIB en 2015
Île-de-France 668 823
Auvergne-Rhône-Alpes 250 120
Nouvelle-Aquitaine 163 898
Occitanie 159 115
Hauts-de-France 156 922
Provence-Alpes-Côte d'Azur 154 879
Grand Est 152 170
Pays de la Loire 109 767
Bretagne 91 910
Normandie 91 740
Bourgogne-Franche-Comté 73 942
Centre-Val de Loire 70 355
La Réunion 17 997
Martinique 9 069
Corse 8 868
Guadeloupe 8 417
Guyane 4 175
Mayotte 2 035
France 2 194 200
France métropolitaine hors Île-de-France 1 483 685
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Définition : produit intérieur brut
  • Source : Insee, Produits intérieurs bruts régionaux et valeurs ajoutées régionales.

Le PIB s’élève à 2 396 millions d’euros en 2015 Produit intérieur brut en 2015

  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Définition : produit intérieur brut
  • Source : Insee, Produits intérieurs bruts régionaux et valeurs ajoutées régionales.

Niveau d'éducation

À Mayotte, en 2017, seules 32 % des personnes de 15 ans ou plus sorties du système scolaire possèdent un diplôme qualifiant, contre 72 % en métropole. C'est la région de France avec le moins de diplômés. À Mayotte, accéder à un emploi est bien plus difficile. Mais avoir un diplôme y est valorisé : ceux qui en possèdent un sont autant en emploi qu’en métropole. Les niveaux de formation sont très différents selon l’origine géographique.

Mayotte, région française avec le moins de diplômés Diplôme le plus élevé des 15 ans ou plus non scolarisés en 2017

(en %)
Mayotte, région française avec le moins de diplômés ((en %))
Enseignement supérieur Bac CAP ou BEP Peu ou pas diplômés*
Île-de-France 42,6 16,1 16,7 24,6
Auvergne-Rhône-Alpes 31,0 17,0 25,3 26,7
Occitanie 30,3 17,9 24,2 27,6
Provence-Alpes-Côte d'Azur 30,3 17,8 23,1 28,7
Bretagne 29,3 18,3 27,4 25,1
Pays de la Loire 27,2 17,0 28,8 27,0
Nouvelle-Aquitaine 26,9 17,4 27,9 27,9
Grand Est 25,5 16,3 29,4 28,7
Corse 25,4 21,7 20,7 32,2
Centre-Val de Loire 24,7 16,2 28,8 30,3
Hauts-de-France 24,5 16,6 26,3 32,6
Bourgogne-Franche-Comté 24,1 16,5 29,2 30,3
Normandie 23,3 16,1 28,9 31,8
Martinique 22,3 16,6 20,5 40,7
Guadeloupe 21,0 17,0 20,5 41,5
La Réunion 19,5 15,8 20,1 44,7
Guyane 17,2 12,7 16,3 53,8
Mayotte 12,3 10,8 8,4 68,5
France** 29,9 16,9 24,8 28,4
  • * sans diplôme ou détenant au plus le brevet des collèges
  • ** Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Définition : niveau de diplôme
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, recensement de la population.

Mayotte, région française avec le moins de diplômés Diplôme le plus élevé des 15 ans ou plus non scolarisés en 2017

  • * sans diplôme ou détenant au plus le brevet des collèges
  • ** Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Définition : niveau de diplôme
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, recensement de la population.

Marché du travail

Emploi total

Le secteur marchand est peu développé à Mayotte, notamment l'industrie et le secteur tertiaire marchand qui concentrent bien moins d'emplois qu'au niveau national.
A contrario, le tertiaire non marchand concentre plus d'emplois qu'ailleurs en France, comme dans les autres DOM (55 % des emplois, contre 31 % au niveau national).

55 % des emplois se concentrent dans le tertiaire non marchandEmploi sectoriel en 2018

(en %)
55 % des emplois se concentrent dans le tertiaire non marchand ((en %))
Agriculture Industrie Construction Tertiaire marchand Tertiaire non marchand
Auvergne-Rhône-Alpes 2 15 6 47 30
Bourgogne-Franche-Comté 4 16 6 41 33
Bretagne 4 13 6 44 33
Centre-Val de Loire 3 15 6 45 31
Corse 4 6 11 44 35
Grand Est 3 15 6 43 33
Hauts-de-France 2 13 6 45 34
Île-de-France 0 7 5 63 25
Normandie 3 15 7 43 32
Nouvelle-Aquitaine 5 11 7 44 33
Occitanie 3 10 7 46 34
Pays de la Loire 4 16 7 45 28
Provence-Alpes-Côte d’Azur 2 8 6 51 33
Guadeloupe 4 7 5 43 41
Martinique 5 7 5 44 39
Guyane 2 8 6 35 49
La Réunion 3 7 6 44 40
France* 2 12 6 49 31
Mayotte** 2 5 9 29 55
  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • ** Les données Mayotte sont sur le champ des personnes en emploi de 15 à 64 ans
  • L'emploi non salarié agricole des DOM est sous-estimé. Il ne tient pas compte des affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA).
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, estimations d’emploi 2018 - Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire pour Mayotte.

55 % des emplois se concentrent dans le tertiaire non marchandEmploi sectoriel en 2018

  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • ** Les données Mayotte sont sur le champ des personnes en emploi de 15 à 64 ans
  • L'emploi non salarié agricole des DOM est sous-estimé. Il ne tient pas compte des affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA).
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, estimations d’emploi 2018 - Insee, recensement de la population 2017, exploitation complémentaire pour Mayotte.

Activité et chômage

Mayotte est le département d’outre-mer le plus touché par le chômage. En 2019, 22 500 personnes sont au chômage à Mayotte au sens du Bureau international du travail (BIT), soit 30 % de la population active.
À Mayotte, en 2017, moins d’un tiers des personnes en âge de travailler occupent un emploi, contre les deux tiers en France (hors Mayotte). Un tiers des personnes en âge de travailler sont inactives (hors retraités et élèves ou étudiants) contre à peine 9 % au niveau national.

Seules 30 % des personnes en âge de travailler ont un emploi à MayottePopulation de 15 à 64 ans par statut d'activité et chômeurs au sens du RP en 2017

(en %)
Seules 30 % des personnes en âge de travailler ont un emploi à Mayotte ((en %))
Personnes en emploi Chômeurs au sens du recensement Retraités Élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés Autres inactifs
Mayotte 29,5 21,3 0,9 15,1 33,3
France* 63,4 10,4 6,9 10,6 8,7
  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Définition : population active
  • Champ : personnes de 15 à 64 ans.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017 exploitation principale.

Seules 30 % des personnes en âge de travailler ont un emploi à MayottePopulation de 15 à 64 ans par statut d'activité et chômeurs au sens du RP en 2017

  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Carte
  • Définition : population active
  • Champ : personnes de 15 à 64 ans.
  • Source : Insee, recensement de la population 2017 exploitation principale.

Définitions


Indicateur conjoncturel de fécondité / Somme des naissances réduites :

l'indicateur conjoncturel de fécondité, ou somme des naissances réduites, mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

Remarque :

Il ne faut pas perdre de vue que les taux utilisés dans le calcul sont ceux observés au cours d'une année donnée dans l'ensemble de la population féminine (composée de plusieurs générations) et ne représentent donc pas les taux d'une génération réelle de femmes. Il est probable qu'aucune génération réelle n'aura à chaque âge les taux observés. L'indicateur conjoncturel de fécondité sert donc uniquement à caractériser d'une façon synthétique la situation démographique au cours d'une année donnée, sans qu'on puisse en tirer des conclusions certaines sur l'avenir de la population.


Médiane :

si on ordonne une distribution, la médiane partage cette distribution en deux parties d’effectifs égaux.

Ainsi, pour une distribution de salaires, 50 % des salaires se situent sous la médiane et 50 % au-dessus.

Remarque :

De nombreuses grandeurs économiques sont limitées vers le bas et non vers le haut. Par exemple, le salaire horaire est limité vers le bas par le SMIC alors que certains salaires peuvent être très élevés. La moyenne est tirée vers le haut par les salaires élevés, même s'ils sont peu nombreux, et elle est pour cette raison généralement supérieure à la médiane.

Par ailleurs, l'incertitude qui affecte les valeurs extrêmes, en particulier les valeurs élevées, se reporte sur la moyenne mais n'affecte pas la médiane. Celle-ci est de ce point de vue un indicateur plus fiable.


Niveau de diplôme (recensement de la population) :

le niveau de diplôme fait référence au diplôme le plus élevé déclaré par l'individu. Les catégories de diplôme utilisées sont les suivantes :

  • aucun diplôme dont :
    • pas de scolarité ou scolarité achevée avant la fin de l'école primaire ;
    • scolarité suivie jusqu'à la fin de l'école primaire ou achevée avant la fin du collège ;
    • scolarité jusqu'à la fin du collège ou au-delà ;
  • certificat d'études primaires (CEP) ;
  • BEPC, brevet élémentaire, brevet des collèges, DNB ;
  • CAP, BEP ou diplôme de niveau équivalent ;
  • baccalauréat, brevet professionnel dont :
    • baccalauréat général ou technologique, brevet supérieur, capacité en droit, DAEU, ESEU ;
    • baccalauréat professionnel, brevet professionnel, de technicien ou d'enseignement, diplôme équivalent ;
  • BTS, DUT, Deug, Deust, diplôme de la santé ou du social de niveau bac+2, diplôme équivalent ;
  • licence, licence professionnelle, maîtrise, diplôme équivalent de niveau bac+3 ou bac+4 ;
  • Master, DEA, DESS, diplôme de grande école de niveau bac+5, doctorat de santé ;
  • Doctorat de recherche (hors santé).

Niveau de vie :

le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d'unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d'un même ménage.

Les unités de consommation sont généralement calculées selon l'échelle d'équivalence dite de l'OCDE modifiée qui attribue 1 UC au premier adulte du ménage, 0,5 UC aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC aux enfants de moins de 14 ans.


Population active / Actifs :

la population active regroupe la population active occupée (appelée aussi « population active ayant un emploi ») et les chômeurs.

La mesure de la population active diffère selon l'observation statistique qui en est faite. On peut actuellement distinguer trois approches principales : au sens du BIT, au sens du recensement de la population, au sens de la Comptabilité nationale.


Produit intérieur brut aux prix du marché / PIB :

le produit intérieur brut aux prix du marché vise à mesurer la richesse créée par tous les agents, privés et publics, sur un territoire national pendant une période donnée. Agrégat clé de la comptabilité nationale, il repré­sente le résultat final de l’activité de production des unités productrices résidentes.

Le PIB aux prix du marché peut être mesuré de trois façons :

  • selon l’optique de la production, en faisant la somme des valeurs ajoutées de toutes les acti­vités de production de biens et de services et en y ajoutant les impôts moins les subventions sur les produits ;
  • selon l’optique des dépenses, en faisant la somme de toutes les dépenses finales (consacrées à la consommation ou à l’accroissement de la richesse) en y ajoutant les exportations moins les importations de biens et services ;
  • selon l’optique du revenu, en faisant la somme de tous les revenus obtenus dans le processus de production de biens et de services (revenus salariaux, excédent brut d’exploitation et revenu mixte) et en y ajou­tant les impôts sur la production et les importa­tions moins les subventions.

Solde apparent des entrées sorties / Solde migratoire apparent :

le solde apparent des entrées sorties approche la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire donné et le nombre de personnes qui en sont sorties, au cours de la période considérée. Il est obtenu par différence entre la variation totale de la population au cours de la période considérée et le solde naturel.


Solde naturel / Accroissement naturel / Excédent naturel de population :

le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période.

On parle d'accroissement naturel ou d'excédent naturel lorsque le nombre de naissances est supérieur à celui des décès.


Taux de chômage :

le taux de chômage est le pourcentage de chômeurs dans la population active (actifs occupés + chômeurs).

On peut calculer un taux de chômage par âge en mettant en rapport les chômeurs d'une classe d'âge avec les actifs de cette classe d'âge. De la même manière se calculent des taux de chômage par sexe, par PCS, par région, par nationalité, par niveau de diplôme...

Remarque :

Le taux de chômage diffère de la part du chômage qui, elle, mesure la proportion de chômeurs dans l'ensemble de la population.


Pauvreté monétaire / Seuil de pauvreté :

un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre lorsqu'il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. En France et en Europe, le seuil est le plus souvent fixé à 60 % du niveau de vie médian.

L'Insee, comme Eurostat et les autres pays européens, mesure en effet la pauvreté monétaire de manière relative alors que d'autres pays (comme les États-Unis ou le Canada) ont une approche absolue.

Dans l'approche en termes relatifs, le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l'ensemble de la population. Eurostat et les pays européens utilisent en général un seuil à 60 % de la médiane des niveaux de vie. La France privilégie également ce seuil, mais publie des taux de pauvreté selon d'autres seuils (40 %, 50 % ou 70 %), conformément aux recommandations du rapport du Cnis sur la mesure des inégalités.

Comment est répartie la population de la région ?

En 2017, 256 500 personnes vivent à Mayotte. La densité de population y est particulièrement élevée. Avec 690 habitants au km², le département n'est devancé que par Paris et cinq autres départements d’Île-de-France. Cette particularité mahoraise est due notamment aux deux communes de la Petite-Terre, Dzaoudzi et Pamandzi, dont la densité de population avoisine 2 700 habitants au km².
Mamoudzou, Koungou et les deux communes de la Petite-Terre concentrent la moitié de la population. Mamoudzou reste la commune la plus peuplée du département avec 71 400 habitants, suivie par la commune voisine de Koungou (32 200 habitants). Entre 2012 et 2017, le poids démographique du nord-est de Mayotte s’accroît. À l’exception de Pamandzi, la croissance de la population y est en effet supérieure à la moyenne du département, entre + 4 % et + 5 % par an à Mamoudzou, Koungou et Dzaoudzi. En revanche, dans les autres communes situées à l’ouest, en particulier celles qui sont les plus éloignées de Mamoudzou, la population croît moins vite que la moyenne départementale. La dynamique démographique s’est donc inversée par rapport à la période 2007–2012, où la croissance était particulièrement forte dans les communes situées à l’ouest et éloignées de Mamoudzou.

Pour en savoir plus : 256 500 habitants à Mayotte en 2017

Qui sont les habitants de la région et comment vivent-ils ?

La population de Mayotte est jeune : en 2017, la moitié des habitants ont moins de 18 ans, tandis que les 60 ans ou plus ne représentent que 4 % de la population (six fois moins qu'en métropole). Près de la moitié est de nationalité étrangère.
Les constructions fragiles, principalement en tôle, constituent quatre logements sur dix, comme vingt ans auparavant. Les étrangers y vivent bien plus fréquemment : 65 % d’entre eux habitent dans une maison en tôle, contre 25 % des Français natifs de l’île. En outre, 29 % des logements n'ont toujours pas d’eau courante. Six logements sur dix sont dépourvus du confort sanitaire de base et un sur dix de l’électricité.
En 2018, les habitants de Mayotte consomment en moyenne pour 1 190 euros par mois et par ménage. Cela reste inférieur de moitié à la moyenne de métropole et d’un tiers par rapport aux autres DOM. La consommation n’a pas progressé depuis 2011 et diminue même de 12 % pour les ménages pauvres. L’alimentation reste le premier poste de dépenses (24 %), même s’il diminue, notamment pour les ménages les plus pauvres. La consommation de ceux-ci se concentre sur des produits de première nécessité (riz, viande). Les transports (18 %) et le logement (15 %) sont les autres principaux postes de dépenses. Les dépenses d’habillement demeurent par ailleurs très élevées, quel que soit le niveau de vie (10 % dans le budget).

Pour en savoir plus : Quatre logements sur dix sont en tôle en 2017

Les constructions fragiles constituent toujours quatre logements sur dixÉvolution de la population et du nombre de résidences principales selon l’aspect du bâti et de 1997 à 2017

Les constructions fragiles constituent toujours quatre logements sur dix
1997 2002 2007 2012 2017
Ensemble 28 300 36 900 45 800 51 600 63 100
Dur 18 300 22 600 27 800 32 000 38 700
Tôle 4 100 9 000 15 300 17 200 23 800
Bois, végétal ou terre 5 900 5 300 2 700 2 400 600
Population 131 4008 160 300 186 400 212 600 256 500
  • Source : Insee, Recensements de la population de 1997 à 2017.

Les constructions fragiles constituent toujours quatre logements sur dixÉvolution de la population et du nombre de résidences principales selon l’aspect du bâti et de 1997 à 2017

  • Source : Insee, Recensements de la population de 1997 à 2017.
Comment évolue la population de la région ?

En septembre 2017, Mayotte compte 256 500 habitants. De 2012 à 2017, la population s’accroît de 3,8 % par an en moyenne, soit 8 800 habitants supplémentaires chaque année. Le rythme s’accélère par rapport à la période 2007-2012 (+ 2,7 % par an), rompant avec deux décennies au cours desquelles il avait progressivement ralenti. Mayotte est ainsi le département français ayant la croissance démographique la plus forte.
Le fort excédent des naissances sur les décès est le premier moteur de la croissance de la population. En 2019, 9 770 enfants sont nés de mères domiciliées à Mayotte. La fécondité est portée par les mères de nationalité étrangère, comoriennes pour la plupart, qui donnent naissance aux trois quarts des bébés nés en 2019. Un nouveau-né sur deux a un père de nationalité étrangère, et un peu plus d’un sur deux a au moins un de ses parents Français. L’excédent migratoire, redevenu positif, contribue aussi à l’augmentation de la population (+ 1 100 personnes par an entre 2012 et 2017).
À l’horizon 2050, entre 440 000 et 760 000 habitants vivraient à Mayotte selon différents scénarios étudiés. La croissance de la population serait alimentée en grande partie par la natalité. Elle serait plus ou moins importante selon les hypothèses sur les migrations, les femmes natives de l’étranger résidant à Mayotte ayant une fécondité bien plus élevée que les femmes natives de Mayotte.

Pour en savoir plus : Les naissances baissent légèrement

Sept bébés sur dix sont nés d’une mère ComorienneNaissances vivantes domiciliées à Mayotte en 2018 selon la nationalité de la mère

nombre
Sept bébés sur dix sont nés d’une mère Comorienne (nombre)
Ensemble Comorienne Française Malgache Autres nationalités
2014 7 306 4 326 2 725 200 55
2015 8 997 6 271 2 427 256 43
2016 9 496 6 588 2 426 437 45
2017 9 762 6 742 2 561 419 40
2018 9 590 6 693 2 459 387 51
  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.

Sept bébés sur dix sont nés d’une mère ComorienneNaissances vivantes domiciliées à Mayotte en 2018 selon la nationalité de la mère

  • Source : Insee, statistiques de l’état civil.
Quelles disparités économiques et sociales existent dans la région ?

Conséquence de flux migratoires importants et d’un déficit d’emplois, une grande partie de la population vit avec très peu de ressources à Mayotte : 77 % des habitants vivent sous le seuil de pauvreté national, soit cinq fois plus qu’en métropole. Parmi cette population pauvre, près de la moitié ne disposent que de très bas revenus (moins de 160 euros par mois et par unité de consommation). Les pauvres sont en majorité des natifs de l’étranger moins souvent en emploi et non éligibles aux prestations sociales. Celles-ci ne bénéficient qu’à une petite partie de la population pauvre, de sorte que les prestations sociales représentent une proportion relativement faible des revenus à Mayotte. Elles ne réduisent que de deux points le taux de pauvreté. Les natifs de Mayotte sont également concernés par la pauvreté, six ménages sur dix dont le chef de ménage est natif de Mayotte vivant sous le seuil de pauvreté.
Le niveau de vie médian des habitants de Mayotte est six fois plus faible que celui de métropole. Il baisse par rapport à 2011, alors qu’il avait nettement progressé auparavant. Les écarts de niveaux de vie entre les plus aisés et les autres, déjà élevés en 2011, se sont encore accrus. D’un côté, le niveau de vie plafond des 40 % les moins aisés est 20 % plus faible qu’en 2011. De l’autre, le niveau de vie plancher des 10 % les plus aisés a augmenté de 50 %.

Pour en savoir plus : Les inégalités de niveau de vie se sont creusées

Davantage de personnes à très bas revenus à MayotteRépartition de la population selon le seuil de pauvreté local de Mayotte et le seuil de pauvreté national, par géographie

en %
Davantage de personnes à très bas revenus à Mayotte (en %)
Très bas revenus Bas-revenus Non-pauvres Ensemble
Mayotte 2018 41,8 35,5 22,7 100
Mayotte 2011 40,2 43,9 15,9 100
Guyane 2017 5,8 47,1 47,1 100
DOM 2017 (hors Mayotte) 1,3 38,7 60 100
Métropole 2017 0,3 14,2 85,5 100
  • Source : Insee, enquêtes Budget de famille 2011 et 2017-2018.

Davantage de personnes à très bas revenus à MayotteRépartition de la population selon le seuil de pauvreté local de Mayotte et le seuil de pauvreté national, par géographie

  • Source : Insee, enquêtes Budget de famille 2011 et 2017-2018.
Quelles sont les spécificités économiques de la région ?

Malgré des créations d’emploi importantes sur la décennie passée, moins d’un tiers des personnes en âge de travailler occupent un emploi à Mayotte en 2017, contre les deux tiers en métropole. Le faible développement du secteur marchand explique pour partie cette situation, tandis que le secteur non marchand offre quasiment autant d’emplois qu’en France métropolitaine. Rares à Mayotte, les emplois sont aussi plus souvent précaires qu’au niveau national, surtout pour les femmes, les jeunes et les personnes nées à l’étranger.
Le produit intérieur brut (PIB) atteint 2,4 milliards d’euros en 2017. Il a augmenté d’environ 7,5 % en valeur en 2017 comme en 2016. Le PIB par habitant progresse quant à lui de 3,4 % en 2017 et atteint 9 380 euros. Il reste cependant très éloigné du niveau national, qui est 3,7 fois plus élevé. Le PIB est largement soutenu par les dépenses des administrations publiques. Le revenu disponible brut des ménages progresse rapidement à Mayotte, malgré un niveau de prestations sociales par habitant qui reste très inférieur à celui de métropole.
En 2015, à Mayotte, les entreprises informelles représentent les deux tiers des entreprises marchandes. Mais elles ne génèrent que 9 % de la valeur ajoutée de l’ensemble des entreprises, soit 54 millions d’euros. Elles investissent peu et leur productivité est faible. Il s’agit généralement de petites structures (1,3 travailleur par entreprise en moyenne), familiales et peu pérennes.

Pour en savoir plus : L'emploi à Mayotte en 2017 : secteurs d'activité et localisation

Les deux tiers des entreprises mahoraises sont informellesStructure de l'économie mahoraise entre entreprises formelles et informelles

Les deux tiers des entreprises mahoraises sont informelles
formelles informelles
Nombre d'entreprises 2 360 5259
Chiffre d'affaires (millions d'euros) 1 638 114
Valeur ajoutée (millions d'euros) 525 54
  • Champ : entreprises mahoraises
  • Source : Insee, Enquêtes sur les entreprises mahoraises 2015

Les deux tiers des entreprises mahoraises sont informellesStructure de l'économie mahoraise entre entreprises formelles et informelles

  • Champ : entreprises mahoraises
  • Source : Insee, Enquêtes sur les entreprises mahoraises 2015
Comment est composée la population de la région ?"

À Mayotte, les flux migratoires entrants et sortants sont très différents selon le lieu de naissance et l’âge des personnes. Le solde migratoire des natifs de Mayotte est ainsi très déficitaire, et ce déficit s'est accru sur la période récente (– 25 900 personnes entre 2012 et 2017, contre – 14 900 entre 2007 et 2012). En effet, de nombreux jeunes de 15 à 24 ans quittent le territoire pour poursuivre des études ou chercher du travail en métropole. Le solde migratoire des personnes nées en métropole ou dans un autre DOM est légèrement déficitaire (– 1 000 personnes). À l’inverse, le solde migratoire est fortement excédentaire pour les natifs de l’étranger (+ 32 500 personnes, soit dix fois plus qu’entre 2007 et 2012). De nombreuses personnes venues des Comores, îles proches de Mayotte, ont immigré durant les cinq dernières années. Ce sont surtout des femmes âgées de 15 à 34 ans, ainsi que leurs enfants.
Conséquence de ces flux qui se sont intensifiés et sont de sens différents selon l’origine des personnes, 48 % de la population est de nationalité étrangère en 2017, soit 123 000 personnes. Cette part est en forte hausse depuis 2012 (+ 8 points). Comme en 2012, 95 % des étrangers sont comoriens, 4 % sont malgaches, et la part de ceux issus de l’Afrique de l’Est demeure marginale. En outre, 42 % des habitants de Mayotte n’y sont pas nés : 36 % sont nés à l’étranger et 6 % sont nés en métropole ou dans un autre DOM.

Pour en savoir plus : À Mayotte, près d’un habitant sur deux est de nationalité étrangère

Les principales sources pour analyser les territoires

Les zonages pour les études territoriales

  • 306 zones d’emploi sont définies par la Dares et l’Insee, comme un ensemble de communes dans lequel la plupart des actifs résident et travaillent.
  • 699 aires d'attraction des villes définissent l’étendue de l’aire d’attraction d’un pôle de population et d’emploi sur les communes environnantes.
  • 2 467 unités urbaines permettent de caractériser les communes de France selon le double critère de la continuité du bâti et du nombre d’habitants.

Les zonages d’études s’appuient sur des méthodologies harmonisées au niveau européen, facilitant ainsi les comparaisons.

L'Insee présent dans les territoires

Les directions régionales de l’Insee réalisent des études pour éclairer les enjeux et spécificités locales. Souvent menées en partenariat avec les acteurs publics locaux, ces études sont diffusées sur insee.fr. Par ailleurs, l’Insee accompagne les acteurs locaux pour qu’ils puissent utiliser et interpréter les données.

Quelques définitions complémentaires des concepts utilisés dans ces essentiels régionaux

L'indice de vieillissement de la population est le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus pour 100 personnes âgées de moins de 20 ans. Il permet de mesurer le degré de vieillissement de la population. Plus l'indice est élevé, plus le vieillissement est important.

Le PIB par habitant est calculé en rapportant le PIB de la région à la population résidant dans la région. Les différences régionales de PIB par habitant peuvent s’éclairer en prenant en compte deux indicateurs, le PIB par emploi et le taux d’emploi. En effet : PIB/habitant = PIB/emploi * Taux d’emploi

Le taux d’emploi est défini comme le rapport du nombre d’emplois de la région rapporté à la population. Ce taux d’emploi dépend de plusieurs paramètres : le poids des jeunes et des retraités, le chômage et le taux d’activité féminin, le poids relatif des personnes résidentes allant travailler dans une autre région et des personnes venant travailler d’une autre région.

Le PIB par emploi est calculé en rapportant le PIB de la région à l’emploi régional défini par l’ensemble des actifs travaillant dans la région qu’ils y résident ou non. Cet indicateur est aussi appelé productivité apparente du travail.