Economie et Statistique / Economics and Statistics n° 494-495-496 - 2017La crise, dix ans après

Economie et Statistique / Economics and Statistics
Paru le : 11/10/2017

Coordination des politiques budgétaires dans une union monétaire au taux plancher

Jocelyn Boussard et Benoît Campagne
Economie et Statistique / Economics and Statistics
Paru le : 11/10/2017

Résumé

Suite à la crise financière de 2008, les gouvernements de la zone euro se sont trouvés confrontés à des conditions défavorables : fort ratio d’endettement public, production atone et risque que la politique monétaire bute sur le niveau plancher des taux (« zero lower bound » ou ZLB). Cet article étudie dans quelle mesure la conduite de la politique budgétaire diffère au sein d’une union monétaire en situation de ZLB. À partir d’un modèle d’équilibre général dynamique stochastique DSGE à deux régions (le Nord et le Sud) calibré de manière à reproduire les conditions dans lesquelles l’économie de la zone euro aurait été bloquée en ZLB de 2013 à 2016, nous montrons que sans réaction de la banque centrale, les retombées de la politique budgétaire d’une région sur l’autre sont supérieures et augmentent avec l’ampleur des mesures de consolidation budgétaire. Ces retombées peuvent représenter jusqu’à la moitié (resp. un sixième) des effets domestiques dans le cas de hausses de TVA (resp. baisses de dépenses). Hors ZLB, l’expansion budgétaire dans une région engendre un resserrement de la politique monétaire, dont les effets négatifs pour l’union justifieraient une coordination des politiques budgétaires. En revanche, en ZLB, les objectifs nationaux convergent, et la politique coordonnée est plus expansive. Par ailleurs, la coopération encourage des politiques symétriques plutôt qu’asymétriques.

Article (pdf, 1 Mo)

Compléments (pdf, 158 Ko)

Article en une page (pdf, 63 Ko)

Citer cet article

Boussard, J. & Campagne, B. (2017). Fiscal policy coordination in a monetary union at the zero lower bound. Economie et Statistique / Economics and Statistics, 494-495-496, 65-90. DOI: 10.24187/ecostat.2017.494t.1919

Documentation

Sommaire (pdf, 362 Ko)