Bilan économique 2016 - Normandie

La reprise normande en retrait du niveau national

Avec 2 280 salariés de plus, l'emploi du secteur marchand non agricole progresse pour la première fois en Normandie après quatre années consécutives de baisse. Cette progression de 0,3 % est toutefois la plus faible des régions métropolitaines, et sensiblement en retrait de la moyenne nationale (+ 1,2 %).

Les emplois industriels continuent de subir des pertes (- 1,0 % contre – 0,8 % au niveau national), un rythme toutefois moindre que l'année précédente (- 1,5 % en 2015).

Le taux de chômage au sens du BIT s'élève à 9,9 % au quatrième trimestre 2016 (9,7 % au niveau national) et recule 0,3 point sur un an. Cette baisse est légèrement plus marquée qu'au niveau national (- 0,2 point). Fin 2016, 288 500 demandeurs d'emploi de catégories A, B ou C sont inscrits à Pôle emploi. Pour la première fois depuis 2007, leur nombre diminue sur un an (- 0,8 %).

En 2016, les créations d'entreprises augmentent de 4,7 %, avec 18 000 créations, une hausse légèrement inférieure à la France métropolitaine (+ 5,6 %). Pour la deuxième année consécutive, le nombre d'autorisations de construire des logements augmente (+ 13 % après + 5 % en 2015), une tendance en phase avec l’évolution nationale. Dans les ports normands, le trafic diminue, de 4,2 % au Havre à 6,7 % à Rouen. Le transport de passagers se porte mieux. Les risques d'attentats et la météo maussade en début d'année ont pénalisé la fréquentation touristique de la région en 2016. Le nombre de nuitées baisse de 1,7 % sur un an. La situation s'améliore toutefois en fin d'année. Le secteur agricole souffre en 2016 des aléas climatiques et des marchés saturés.

Insee Conjoncture Normandie
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Construction - Un optimisme de rigueurBilan économique 2016

Dréal Normandie

En 2016, les projets de construction se multiplient, tant de logements que de locaux professionnels. Sur le terrain, les entreprises vont bientôt démarrer les chantiers dont les permis ont été accordés. La construction de locaux dans la Manche connaît un net regain d'activité. La croissance des autorisations de construire incite partout à l’optimisme. L’activité de construction de logements demeure dynamique en Vallée de Seine et dans les aires urbaines de Rouen et de Caen. Le marché de l’immobilier neuf reprend des couleurs.

Insee Conjoncture Normandie
No 08
Paru le : 23/05/2017

La reprise entrevue en 2015 se confirme en 2016 (figure 1). Le nombre de permis de construire délivrés s’accentue pour la deuxième année consécutive et cette croissance est bien plus conséquente qu’en 2015 (+ 13 % contre + 5 % en 2015), avec un dernier trimestre particulièrement actif en termes de permis de construire accordés. La progression du nombre d’autorisations est de même ampleur au niveau national.

Logements : Davantage de permis de construire mais moins de mises en chantiers

Les mises en chantier se sont stabilisées après une chute continue depuis 2011 (figure 2) et tout porte à croire que 2017 pourrait renouer avec une croissance effective du nombre de chantiers entamés. Ce retour d’activité dans la construction de logements, attendu en Normandie, est déjà en cours au niveau national avec une progression du nombre de mises en chantier de 10 %.

Une fois le permis de construire accordé, la mise en chantier des maisons individuelles semble plus rapide que celles des logements collectifs. En effet, la reprise des autorisations entamées en 2015, se répercute déjà sur le nombre de logements commencés en 2016.

Une reprise sur le terrain seulement dans la Manche et le Calvados

En 2016, le regain d’autorisations gagne la région entière. Après la Seine-Maritime et l’Eure en 2015, le nombre de permis de construire autorisés s’est accru dans les trois autres départements normands. Certes, la Seine-Maritime (+ 22 %) demeure le département le plus dynamique en termes de projets de construction de logements, mais l’Orne suit de près avec une progression de 14,5 %. De leur côté, le Calvados (10 %) et l’Eure (7,5 %) affichent des taux de croissance qui restent conséquents.

Dans la Manche le nombre de mises en chantier progresse de 16 %, plus fort taux de toute la région, après avoir essuyé la plus forte baisse régionale en 2015 (figure 2) . Le Calvados est le seul autre département où l’évolution des mises en chantier est positive (+ 3 %). La baisse se poursuit dans les trois autres départements normands, de façon modérée en Seine-Maritime à conséquente dans l’Eure et surtout dans l’Orne (- 14 %).

Les régions normandes les plus dynamiques en termes de construction demeurent le littoral du Calvados, la vallée de la Seine et les deux aires urbaines de Rouen et Caen. En 2016, deux EPCI apparaissent particulièrement actifs en termes de projets : Caux-Estuaire et Seulles-Terre-et-mer, avec respectivement 169 et 155 logements mis en chantier en 2016 pour 10 000 logements existants. Les deux grands EPCI de Rouen-Métropole (125) et Caen-la-mer (133), affichent elles aussi une belle activité de construction de logements.

Locaux : des projets qui devraient dynamiser l’activité

En 2016, en Normandie, le recul des mises en chantier de locaux est plus faible qu'en 2015 (- 2,9 % contre - 4,8 %, figure 3). En revanche, dans les départements, le dynamisme est bien souvent inverse à celui de 2015. L’Orne et le Calvados bénéficient d’un regain de mises en chantier de surface de locaux atteignant 22 % environ alors qu’ils étaient les deux départements les plus touchés par la baisse en 2015. La Manche, elle aussi en perte de vitesse l’année précédente, renoue avec la croissance mais plus modestement (+ 10 %). Inversement, la Seine-Maritime, département le plus dynamique en 2015 (+ 28 %), connaît un retournement de situation en 2016 (- 26 %). Dans l’Eure, enfin, les mises en chantiers de locaux continuent de diminuer à un rythme double qu’en 2015 (- 14 %).

Les surfaces autorisées en 2016 sont plus importantes qu’en 2015 (+ 23 %). Si elles se transforment en mises en chantier en 2017, on devrait entrevoir une véritable embellie dans l’activité de la construction.

Le marché de l’immobilier neuf se redynamise

Sur le marché de l’immobilier neuf, le nombre de ventes augmente sensiblement en 2016 (+ 29 %), confirmant le sursaut de 2015, et retrouve un niveau inédit depuis la crise de 2008. Cette embellie est entièrement due à la dynamique de la vente d’appartements neufs (+ 33 %, figure 4).

Figure 1 – Évolution de la construction de logements

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de logements
Logements autorisés - Normandie Logements commencés - Normandie Logements autorisés - France métropolitaine Logements commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 121,14 109,86 109,29 105,8
2007 104,07 107,51 103,75 104,93
2008 83,33 85,92 85,65 85,5
2009 76,83 76,53 68,34 74,41
2010 100 89,67 85,63 88,85
2011 102,03 96,24 94,29 92,35
2012 84,55 79,81 86,97 82,29
2013 79,27 78,4 76,49 78,76
2014 59,76 67,61 68,21 72,43
2015 63,01 65,73 71,87 72,41
2016 71,14 65,26 82,54 81,33
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 30 mars 2017.

Figure 1 – Évolution de la construction de logements

Figure 2 – Logements commencés par département

en %
Logements commencés par département
Logements en 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Calvados 3 800 2,9 -3,5
Eure 2 000 -9,0 -11,4
Manche 1 700 15,9 -11,9
Orne 400 -14,2 -16,8
Seine-Maritime 6 100 -2,9 -2,1
Normandie 13 900 -0,7 -6,1
France métropolitaine 364 600 12,3 -4,0
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 30 mars 2017.

Figure 3 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de locaux non résidentiels
Locaux autorisés - Normandie Locaux commencés - Normandie Locaux autorisés - France métropolitaine Locaux commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 118,37 111,93 109,99 108,66
2007 118 131,29 109,64 114,17
2008 121,54 119,88 106,06 103,65
2009 88,96 90,53 94,16 86,54
2010 85,98 79,51 95,47 78,81
2011 91,22 79,55 100,64 81,61
2012 81,3 74,8 96,01 74,81
2013 83,79 72,96 88,44 73,29
2014 70,19 58,14 75,83 65,43
2015 61,41 54,61 82,33 59,67
2016 81,31 84,72
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, résultats au 30 mars 2017.

Figure 3 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

Figure 4 – Ventes des maisons et des appartements neufs

en %
Ventes des maisons et des appartements neufs
Normandie France métropolitaine
En 2016 (nombre ou prix en euro) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (2) En 2016 (nombre ou prix en euro) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (2)
Maisons neuves
Nombre de ventes (1) 269 -7,6 -8,6 10 212 22,4 -8,1
Prix moyen par maison 196 753 -1,5 -2,4 256 995 3,4 0,8
Appartements neufs
Nombre de ventes (1) 3 093 33,5 -1,6 114 846 20,4 -1,4
Prix moyen au m² 3 287 -0,4 0,6 3 993 2,3 1,8
  • (1) : réservations avec dépôt d'arrhes.
  • (2) : taux d'évolution annuel qu'auraient connu le nombre de ventes ou le prix moyen si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • nd : données non disponibles.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Figure 5 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Normandie

en indice base 100 en 2005
Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Normandie
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2005 100 100 100
2006 194,01 114,51 92,88
2007 232,55 123,85 120,16
2008 264,97 70,47 56,74
2009 149,14 48,2 69,71
2010 136,75 65,23 67,04
2011 193,94 95,99 71,68
2012 248,11 73,43 45,68
2013 256,5 76,11 58,14
2014 240,06 45,57 44,82
2015 219 68,24 58,95
2016 193,6 66,66 75,99
  • Note : données brutes.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Figure 5 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Normandie

Figure 6 – Prix régional moyen des appartements neufs en 2016France métropolitaine : 3 993 € / m²

Prix moyen des appartements (en € / m²)
Prix régional moyen des appartements neufs en 2016
zonage valeur
11 4822
24 3146
27 2940
28 3287
32 3316
44 3235
52 3656
53 3332
75 3723
76 3600
84 3875
93 4232
94 3502
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Figure 6 – Prix régional moyen des appartements neufs en 2016France métropolitaine : 3 993 € / m²

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer (MEEM). Les mouvements relatifs à la vie du permis (dépôts, autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier, déclarations d'achèvement des travaux) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2. Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la date de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

Pour en savoir plus

« La construction en Normandie : la reprise se fait attendre », Étienne Silvestre (Insee Normandie), Insee Analyses Normandie N° 30 (Mars 2017) 4p.

www.insee.fr, tableau de bord de la conjoncture Normandie https://www.insee.fr/fr/statistiques/2122336

« La Normandie à travers la crise : Une timide reprise après crise en Normandie », I. Bigot, V. Comte-Trotet, C. Fichot, C. Levouin, M. Moisan, É. Silvestre et C. Sueur (Insee Normandie) Insee Dossier N° 2 (Novembre 2016) chapitre « Activités économiques et emploi », « La construction souffre depuis 2009 », 32 p