Bilan économique 2016 - Normandie

La reprise normande en retrait du niveau national

Avec 2 280 salariés de plus, l'emploi du secteur marchand non agricole progresse pour la première fois en Normandie après quatre années consécutives de baisse. Cette progression de 0,3 % est toutefois la plus faible des régions métropolitaines, et sensiblement en retrait de la moyenne nationale (+ 1,2 %).

Les emplois industriels continuent de subir des pertes (- 1,0 % contre – 0,8 % au niveau national), un rythme toutefois moindre que l'année précédente (- 1,5 % en 2015).

Le taux de chômage au sens du BIT s'élève à 9,9 % au quatrième trimestre 2016 (9,7 % au niveau national) et recule 0,3 point sur un an. Cette baisse est légèrement plus marquée qu'au niveau national (- 0,2 point). Fin 2016, 288 500 demandeurs d'emploi de catégories A, B ou C sont inscrits à Pôle emploi. Pour la première fois depuis 2007, leur nombre diminue sur un an (- 0,8 %).

En 2016, les créations d'entreprises augmentent de 4,7 %, avec 18 000 créations, une hausse légèrement inférieure à la France métropolitaine (+ 5,6 %). Pour la deuxième année consécutive, le nombre d'autorisations de construire des logements augmente (+ 13 % après + 5 % en 2015), une tendance en phase avec l’évolution nationale. Dans les ports normands, le trafic diminue, de 4,2 % au Havre à 6,7 % à Rouen. Le transport de passagers se porte mieux. Les risques d'attentats et la météo maussade en début d'année ont pénalisé la fréquentation touristique de la région en 2016. Le nombre de nuitées baisse de 1,7 % sur un an. La situation s'améliore toutefois en fin d'année. Le secteur agricole souffre en 2016 des aléas climatiques et des marchés saturés.

Insee Conjoncture Normandie
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Transport - Moins de marchandises mais plus de passagers dans les ports en 2016Bilan économique 2016

Auteur : Étienne Silvestre

En 2016, le transport de marchandises diminue sensiblement dans les ports normands. Cette baisse est la conséquence d'aléas qui ont pesé sur la production d'hydrocarbure et de céréales, deux produits phares. Le trafic fluvial bénéficie en revanche de la reprise du secteur de la construction. Le transport de voyageurs est également au beau fixe. Il progresse dans les ports, en particulier dans celui du Havre, et se maintient globalement dans les aéroports, malgré une baisse dans celui de Deauville-Normandie.

En 2016, le transport de marchandises diminue dans tous les ports normands (figure 1). Dans le port du Havre, le plus important de la région, à 66 millions de tonnes (Mt), le recul est de 4,2 % (après + 1,9 % en 2015).

L'activité des ports affaiblie par la baisse du transport des hydrocarbures et des céréales

Les produits pétroliers, qui représentent un peu plus de la moitié du transport de marchandises, faiblissent, de 5,1 % pour les importations de bruts, et de 5,9 % pour les exportations de produits raffinés. Cette évolution s'explique par le blocage partiel des raffineries françaises, en lien avec le mouvement social de contestation de la Loi Travail. Les conteneurs, qui représentent plus du tiers du trafic, diminuent également, mais dans une moindre mesure (- 3,4 %).

Le transport de marchandises du port de Rouen s'établit à 21 Mt, en baisse de 6,7 % (après + 4,0 % en 2015). Les exportations de céréales, qui représentent environ le tiers du trafic, diminuent de 17,4 %. Ce reflux s'explique par la faiblesse de la production céréalière en France métropolitaine, en baisse d'un quart cette année, à cause d'une météo particulièrement défavorable sur l'ensemble du territoire métropolitain en 2016.

Le transport de marchandises du port de Dieppe fléchit également, pour atteindre 2 Mt (- 5,1 %). Le fret transmanche, qui représente les trois quarts de l'activité, diminue (- 5,0 %), de même que le déchargement des granulats marins (- 13,3 %). La forte progression des importations de colza et de pales d'éoliennes atténue un peu ce recul. Le trafic des ports de Caen (- 2,6 %) et de Cherbourg (- 2,9 %) régresse aussi, mais moins fortement.

En 2016, le trafic fluvial recule légèrement en France métropolitaine, à 52,7 Mt (- 1,1 %). Les transports de produits agricoles (- 16,9 %) et de produits pétroliers (- 10,9 %) baissent nettement. En revanche, ceux de matériaux de construction progressent (+ 14,7 %), en raison de la reprise de l'activité du secteur. Cette amélioration permet au bassin de la Seine de tirer son épingle du jeu, avec une hausse de son trafic de 2,7 % (21,2 Mt).

Forte progression des croisiéristes au Havre

En 2016, le nombre de voyageurs progresse dans la plupart des ports normands (figure 1). Au Havre, le Port accueille 332 750 passagers , soit quasiment 50 % de plus qu'en 2015. Les navires de plaisance sont particulièrement nombreux à faire escale dans ce port, et certains viennent d’ailleurs pour la première fois, à l'image de l'AidaPrima.

Le nombre de voyageurs progresse également à Cherbourg (+ 15,4 %), mais diminue à Caen-Ouistream (- 1,4 %) et à Dieppe (- 3,2 %). Les passagers transmanche, en baisse dans ces deux derniers ports, progressent dans le premier, lequel bénéficie en outre d'un afflux des croisiéristes, grâce au dynamisme de son terminal de Honfleur.

L'aéroport de Caen reste dynamique

Malgré un recul des vols low-cost, la fréquentation des aéroports normands est stable en 2016 (figure 2). Celle de Deauville-Normandie, le plus important de la région, diminue de 6,3 %, à 139 900 passagers. L'aéroport a souffert de la liquidation d'Air Méditerranée, ainsi que de l'annulation des vols vers la Turquie. En revanche, Caen-Carpiquet, davantage orienté vers les vols nationaux, continue de croître, avec 139 000 passagers (+ 7,7 % après + 12,2 % en 2015). Les vols vers Lyon, Londres et la Corse progressent particulièrement.

L'évolution de la fréquentation est également contrastée dans les autres aéroports. Au Havre-Octeville, elle repart avec 11 000 voyageurs (+ 77,1 % après - 42,0 % en 2015). En revanche, la fréquentation faiblit encore à Cherbourg-Maupertus, et surtout à Rouen-Vallée de Seine.

Figure 1 – Trafics des principaux ports normands en 2016

Trafics des principaux ports normands en 2016
2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Évolution 2016/2015
Ports Normands Associés (PNA)
Caen-Ouistreham
Tonnages 3,9 3,6 3,2 3,2 3,1 3,3 3,21 -2,7
Passagers 1 022 141 953 718 936 238 922 538 969 928 993 355 979 891 -1,4
Cherbourg
Tonnages 1,8 1,8 1,6 1,6 1,4 1,7 1,64 -3,0
Passagers 626 498 700 013 580 047 552 734 593 223 636 240 734 068 15,4
HAROPA
Le Havre
Tonnages 70,1 67,6 63,5 67,2 67,6 68,9 66,0 -4,2
Passagers nd 715 279 620 657 756 709 257 674 222 933 332 758 49,3
Rouen
Tonnages 26,7 25,4 21,2 22,4 21,7 22,5 21,02 -6,7
Passagers 39 330 40 241 38 622 15 774 25 301 28 397 29 393 3,5
Syndicat mixte du port de Dieppe
Dieppe
Tonnages 1,8 1,6 1,8 1,9 1,8 2,2 2,04 -5,1
Passagers 254 410 258 340 265 900 276 400 285 368 409 961 396 693 -3,2
  • Unités : tonnages en million de tonnes, passagers en nombre, évolution en %
  • Sources : Ports Normands Associés (PNA) www.pna-ports.fr - HAROPA www.haropaports.com - Syndicat mixte du port de Dieppe, www.portdedieppe.fr

Passagers des aéroports

Figure 2 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Normandie France métropolitaine
Passagers 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Lignes nationales 129 636 5,6 3,0 2,9 1,7
Lignes internationales 149 563 -9,6 5,5 3,0 4,3
Transit 12 401 92,6 -21,8 11,1 -12,2
Total 291 600 -1,0 3,0 3,0 3,5
dont lignes à bas coût (low cost) 16 709 -32,7 10,7 11,1
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 5,7 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 3 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

en indice base 100 en 2006
Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs
Normandie France métropolitaine
2006 100 100
2007 101,18 103,21
2008 98,34 102,49
2009 100,7 113,39
2010 97,47 110,44
2011 96,78 108
2012 85,05 92,81
2013 76,1 87,81
2014 78,89 88,26
2015 83,16 94,28
2016 90,01 99,19
  • Note : données brutes.
  • Source : SOeS, Fichier central des automobiles, SIDIV.

Figure 3 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

Figure 4 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %)
Calvados 20 558 7,8 4 755 4,2 1 569 20,6 26 911 7,8
Eure 14 854 1,1 2 653 3,8 308 0,3 17 882 1,7
Manche 11 270 4,6 2 508 13,8 256 3,2 14 045 6,0
Orne 6 975 2,5 2 270 20,7 311 8,0 9 571 6,6
Seine-Maritime 86 742 10,7 15 938 7,7 904 1,8 103 656 10,1
Normandie 140 399 8,2 28 124 8,2 3 348 10,4 172 065 8,2
France métropolitaine 1 984 472 5,2 408 042 8,1 48 418 12,6 2 447 528 5,8
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour en savoir plus

Bayardin (Vinciane), Caritg (Jean-Philippe, Silvestre (Étienne), "En 2014, progression des emplois maritimes et recul des emplois industriels dans les ports du Havre et de Rouen", Insee Flash Normandie, Insee, n° 22, décembre 2016