Bilan économique 2016 - Normandie

La reprise normande en retrait du niveau national

Avec 2 280 salariés de plus, l'emploi du secteur marchand non agricole progresse pour la première fois en Normandie après quatre années consécutives de baisse. Cette progression de 0,3 % est toutefois la plus faible des régions métropolitaines, et sensiblement en retrait de la moyenne nationale (+ 1,2 %).

Les emplois industriels continuent de subir des pertes (- 1,0 % contre – 0,8 % au niveau national), un rythme toutefois moindre que l'année précédente (- 1,5 % en 2015).

Le taux de chômage au sens du BIT s'élève à 9,9 % au quatrième trimestre 2016 (9,7 % au niveau national) et recule 0,3 point sur un an. Cette baisse est légèrement plus marquée qu'au niveau national (- 0,2 point). Fin 2016, 288 500 demandeurs d'emploi de catégories A, B ou C sont inscrits à Pôle emploi. Pour la première fois depuis 2007, leur nombre diminue sur un an (- 0,8 %).

En 2016, les créations d'entreprises augmentent de 4,7 %, avec 18 000 créations, une hausse légèrement inférieure à la France métropolitaine (+ 5,6 %). Pour la deuxième année consécutive, le nombre d'autorisations de construire des logements augmente (+ 13 % après + 5 % en 2015), une tendance en phase avec l’évolution nationale. Dans les ports normands, le trafic diminue, de 4,2 % au Havre à 6,7 % à Rouen. Le transport de passagers se porte mieux. Les risques d'attentats et la météo maussade en début d'année ont pénalisé la fréquentation touristique de la région en 2016. Le nombre de nuitées baisse de 1,7 % sur un an. La situation s'améliore toutefois en fin d'année. Le secteur agricole souffre en 2016 des aléas climatiques et des marchés saturés.

Insee Conjoncture Normandie
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Tourisme - Recul de la fréquentation touristique étrangèreBilan économique 2016

Bruno Blazévic, Insee Normandie

Après trois années de progression, l'année 2016 décroche en termes de fréquentation touristique. Comme dans le reste de la métropole, la Normandie pâtit des effets négatifs des risques d'attentat doublés d'une météo maussade en début d'année.

La désaffectation se porte d'abord sur le camping, particulièrement de la part de la clientèle étrangère. La fréquentation des hôtels progresse toutefois grâce à la clientèle française.

Pour les deux modes d'hébergement, l'année s'achève toutefois avec une reprise de la fréquentation.

Insee Conjoncture Normandie
No 8
Paru le : 23/05/2017

En 2016, les touristes passent 10,7 millions de nuitées dans un hôtel ou un camping en Normandie, soit une baisse de 1,7 % sur un an, stoppant l'élan mesuré depuis 2012 (figure 1). Le recul est très net pour les campings (– 7,9 %) mais le bilan reste toutefois positif pour l'hôtellerie (+ 0,9 %).

Le contexte défavorable (risque d'attentats, impact de mouvements sociaux, etc.) conjugué à une météo maussade affecte surtout la fréquentation étrangère (– 3,6 % en hôtel et – 11,9 % en camping, figures 2 et 4). Grâce à la clientèle d'affaires, la fréquentation française s'accroît tout de même dans l'hôtellerie (+ 2,3 %) mais diminue aussi en camping (– 4,5 %). La situation globale s'améliore toutefois nettement en fin d'année, notamment au mois de septembre (+ 10,7 % par rapport au même mois de l'année précédente).

Forte progression de la clientèle française dans l'hôtellerie en Seine-Maritime

Le niveau de la fréquentation hôtelière varie au cours de l’année 2016. La baisse affecte principalement le second trimestre. Le mois de juin est le plus sombre, avec un taux d'occupation de 61,8 %, soit 4,8 points en moins par rapport à 2015. La fin d'année s'embellit pendant le dernier trimestre (+ 1,6 et + 2,8 points en octobre et novembre).

Pour la clientèle française, la Seine-Maritime se distingue avec une forte hausse de la fréquentation hôtelière (+ 5,1 %), due essentiellement à une plus forte part du tourisme d'affaires. Le département le plus fréquenté, celui du Calvados, progresse plus modérément (+ 2,0 %), tandis que la Manche est le seul département diminuant sur l'année (– 0,5 %).

Mise à part l'Orne, la fréquentation étrangère en hôtel se replie dans tous les départements, plus sensiblement dans la Manche (– 5,4 %). Dans l'ensemble de la Normandie, la fréquentation des ressortissants du continent Américain recule fortement (– 11,3 %) tandis que celle de la clientèle asiatique ou océanienne chute (– 37 %). Le recul est partiellement compensé par la hausse de la clientèle d'origine européenne (+ 1,1 %) qui représente quatre nuitées sur cinq de l'ensemble de la clientèle étrangère.

Net recul de la fréquentation en camping

Par rapport à l'hôtel, le camping dans la région est davantage prisé par la clientèle étrangère (39 % contre 24 % pour la clientèle française). Dans ce mode d'hébergement, la plupart (93 %) des nuitées se déroulent dans les trois départements côtiers.

La saison touristique 2016 pour les campings souffre d'une météo défavorable. Avec au mois de mai, un taux d'occupation s'élevant à 16,2 %, soit 3,8 points de moins par rapport à 2015, la saison démarre mal pour les campings. Elle ne s'améliore guère sur les mois de réservation les plus importants (43,5 % et 52,3 % sur juillet et août) avec – 5,7 et – 1,1 points respectivement.

Comme dans l'hôtellerie, la fréquentation progresse en fin de saison, le taux d'occupation se situant à 21,3 % soit + 2 points par rapport à 2015.

Concernant la clientèle française, tous les départements reculent, sauf le plus fréquenté, le Calvados, qui se distingue avec une hausse de 1,6 %, surtout par rapport à la Manche (– 9,0 %). L'autre département côtier, la Seine-Maritime, se situe dans la moyenne régionale (– 4,5 %).

Essentiellement d'origine européenne, notamment du Benelux (plus de la moitié), la clientèle étrangère se détourne du camping dans tous les départements, en particulier la Seine-Maritime (– 14,1 %) et dans l'Eure (– 17,9 %).

Toutes les nationalités, traditionnellement les plus représentées, reculent à l'exception des Danois (+ 12,4 %). Si la fréquentation des campeurs originaires des Pays-Bas, pays le plus présent, reflue de 7,9 %, soit moins que la moyenne des pays étrangers, la chute est très prononcée pour les Britanniques (– 18,5 %). Ces derniers demeurent tout de même la deuxième nationalité la plus représentée dans les campings de la région.

Figure 1 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Normandie Nombre d'arrivées - Normandie Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 100,69 101,52 103,07 103,2
2012 98,03 99,43 102,96 103,62
2013 99,07 101,69 103,6 104,39
2014 100,91 102,61 102,73 103,66
2015 101,26 104,1 104,97 106,33
2016 99,51 103,23 104,07 106,21
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 1 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2016 par une clientèle étrangère
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Calvados 3 120 0,3 0,7 25,9
Eure 565 -0,7 -0,6 16,5
Manche 1 168 -1,7 -0,2 24,5
Orne 381 1,0 -2,9 16,5
Seine-Maritime 2 349 3,4 0,3 21,6
Normandie 7 582 0,9 0,1 23,2
France métropolitaine 200 089 -1,0 0,6 34,8
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Normandie France métropolitaine Normandie France métropolitaine
1-2 étoiles 2 526 57 870 -2,2 -0,2
3 étoiles 2 980 74 941 1,7 -1,1
4-5 étoiles 1 396 48 559 8,4 0,7
Non classés 679 18 719 -4,7 -6,8
Total 7 582 200 089 0,9 -1,0
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2016
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Calvados 1 244 -4,0 -0,9 41,5 45,5
Eure 132 -15,7 2,0 46,9 25,3
Manche 1 107 -9,7 -0,6 36,6 33,8
Orne 92 -8,5 1,4 25,7 15,6
Seine-Maritime 533 -8,6 6,7 39,8 31,2
Normandie 3 108 -7,6 0,5 39,2 37,1
France métropolitaine 112 166 -0,6 1,6 32,0 49,4
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Normandie France métropolitaine Normandie France métropolitaine
1-2 étoiles 575 15 744 -9,4 -2,3
3-4-5 étoiles 2 363 90 362 -7,1 0,2
Non classés 171 6 061 -7,9 -7,6
Total 3 108 112 166 -7,6 -0,6
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Sources

DGE

Pour en savoir plus

Blazévic (Bruno), « Bilan de l’année touristique 2016 : un repli de la fréquentation dû à la clentèle étrangère », Insee Analyses Normandie, n° 32, mai 2017.