Bilan économique 2016 - Auvergne-Rhône-Alpes

En 2016, en Auvergne-Rhône-Alpes, la reprise économique amorcée en 2015 se confirme. En effet, le chômage recule légèrement, en particulier celui des jeunes. De plus, l’emploi est dynamique notamment dans les services marchands et l’intérim. Les créations d’entreprises sont elles aussi en progression et les défaillances sont moins nombreuses que l’année précédente. Les exportations augmentent mais moins vite que les importations. Contrairement aux années précédentes, le secteur de la construction montre des signes de reprise. En revanche, pour l’agriculture, une nouvelle fois 2016 est une année difficile.

Insee Conjoncture Auvergne-Rhône-Alpes
No 08
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Construction - Les ventes de logements neufs progressentBilan économique 2016

Julie Brun, CERC Auvergne-Rhône-Alpes – Yves Pothier, DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

Les ventes de logements neufs progressent et induisent une reprise de l'activité dans la construction résidentielle. Dans les travaux publics, les professionnels restent prudents, mais l'état des carnets de commande incite à un certain optimisme. En revanche, la conjoncture reste peu dynamique dans l'immobilier d'activité et dans l'entretien-rénovation.

Insee Conjoncture Auvergne-Rhône-Alpes
No 08
Paru le : 23/05/2017

En Auvergne-Rhône-Alpes, en 2016, les ventes de logements neufs retrouvent leur niveau de 2010. Au cours de l'année, 19 300 maisons et appartements sont réservés, soit 17 % de plus qu'en 2015. Tous les types de logement sont concernés. Cette conjoncture bien orientée incite les promoteurs à lancer de nouveaux programmes (figure 5). En 2016, 18 800 logements sont proposés à la vente, soit 16 % de plus qu'en 2015. Le niveau des ventes restant durablement supérieur aux mises en ventes, la baisse des stocks se poursuit. Ainsi, 16 000 logements sont disponibles fin 2016, en repli de 4 % par rapport à 2015. Le délai d'écoulement, soit le délai théorique pour que l'ensemble des logements disponibles soient vendus, se réduit aussi. En collectif, il s’établit à 10 mois au quatrième trimestre 2016 contre 13 mois un an auparavant. Pour les maisons il passe de 15 à 11 mois.

Hausse de l'investissement locatif et de l'achat pour habiter

Selon les promoteurs, le nombre de logements réservés par des particuliers en vue d'une mise en location augmente de 22 % en un an. Sur les douze derniers mois, un tiers des réservations est identifié par les promoteurs comme relevant d'un investissement locatif. Côté achat pour habiter, les ventes augmentent de 15 %. Les taux d'intérêt sont particulièrement bas, et pour les primo-accédants, les conditions d'obtention du prêt à taux zéro (PTZ) s'allègent, avec notamment le relèvement du plafond de ressources ouvrant droit au dispositif. Ainsi, 15 300 PTZ, qui concerne surtout le neuf, sont accordés en 2016, soit près du double de 2015 (+ 95 %).

Dans le parc locatif social, les agréments progressent de 21 % par rapport à 2015 tandis que l'accession sociale se replie de 6 %.

La croissance du bâtiment portée par la construction de logements

Dans ce contexte globalement favorable, la construction de logements neufs progresse (figure 3). Ainsi, en 2016, en Auvergne-Rhône-Alpes, 50 000 logements sont mis en chantier, soit une hausse de 10 % par rapport à 2015. C’est pour les appartements et logements en résidence que l’augmentation est la plus forte (+ 13 %). De plus, de nouveaux projets voient le jour. Progressant de 13 % par rapport à 2015, le chiffre des autorisations (figure 1) atteint 58 000 logements en 2016. Les constructions d'habitat collectif, regroupé avec les logements en résidence, et l'individuel pur sont celles qui augmentent le plus.

L'immobilier d'entreprise et l'entretien rénovation moins dynamiques

La tendance est plus indécise pour les locaux d'entreprises. En date de prise en compte, les surfaces des locaux non résidentiels mis en chantier en 2016 sont supérieures de 2 % à celles de 2015 (figure 4). Les surfaces de locaux industriels progressent. À l’inverse, celles des bureaux et locaux d'entreposage sont en repli. Contrairement aux mises en chantier, les autorisations diminuent légèrement (– 1,5%) (figure 2) .

L'activité d'entretien-rénovation des logements se montre peu dynamique. Le chiffre d'affaires du secteur progresse de 0,9 % en volume en Auvergne-Rhône-Alpes en 2016 pour atteindre 9,3 milliards d'euros, soit 59 % de l'activité du bâtiment. Dans la rénovation énergétique, le levier le plus important est le crédit d'impôt transition énergétique. Ce dernier a concerné près de 90 000 ménages en 2014 pour plus de 500 millions d'euros de travaux éligibles. Le programme Habiter Mieux orienté vers les ménages modestes, contribue à la rénovation de 4 800 logements en 2016 (– 9 % par rapport à 2015). Les établissements bancaires ont distribué 2 700 éco-prêts à taux-zéro (– 7 % par rapport l'année précédente). La TVA à taux réduit et les certificats d'économie d'énergie contribuent aussi au financement des aides à la rénovation énergétique. Dans le parc social, 4 100 prêts éco-PLS de la Caisse des Dépôts sont engagés par les bailleurs en 2016, soit une baisse de 28 % par rapport à 2015.

Une conjoncture bien orientée pour les travaux publics et les matériaux

Les travaux publics se redressent après une année 2015 particulièrement dégradée. Les chefs d'entreprise restent prudents, mais ils disposent de carnets de commande mieux fournis et se montrent de ce fait optimistes pour 2017.

L’industrie des matériaux se porte mieux, mais le niveau de production reste modéré. Les productions de béton prêt à l'emploi et de granulats augmentent respectivement de 5 % et 1 % en 2016. La consommation de ciment est en hausse de 7 % sur un an.

Hausse de l'intérim et baisse du chômage

L'amélioration de la conjoncture du secteur n’a pas de conséquence directe sur le niveau de l’emploi, qui diminue très légèrement. En revanche, l'intérim profite de cette embellie. En moyenne annuelle, il progresse de 9 % dans le bâtiment et de 15% dans les travaux publics. Les créations d'entreprises progressent de 1 %, hors micro entreprises, alors que les défaillances reculent de 22 % en un an.

Logements autorisés par département

Figure 1 – Logements autorisés par département

en %
Logements autorisés par département
Logements en 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Ain 3 800 -12,8 -6,0
Allier 800 11,3 -12,6
Ardèche 1 800 -13,1 -4,0
Cantal 600 12,1 -8,2
Drôme 3 100 15,9 -9,2
Isère 8 900 29,8 -9,8
Loire 2 800 -11,7 -4,8
Haute-Loire 1 000 3,0 -5,4
Puy-de-Dôme 3 300 -7,9 -4,1
Rhône 14 800 16,7 -3,2
Savoie 4 500 15,6 -1,5
Haute-Savoie 12 500 28,0 0,2
Auvergne-Rhône-Alpes 58 000 12,9 -4,6
France métropolitaine 437 800 14,8 -3,4
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 30 mars 2017.

Figure 2 – Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

en %
Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type
Auvergne-Rhône-Alpes France métropolitaine
Surfaces autorisées en 2016 (en milliers de m²) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Artisanat 196 -12,9 -0,6 0,5 -3,8
Bureaux 536 -3,0 2,4 8,6 0,2
Commerce 507 40,0 -7,3 8,5 -2,5
Entrepôt 621 -26,1 9,8 17,8 4,3
Exploitation agricole ou forestière 985 -9,5 -1,1 -10,7 -3,7
Hébergement hôtelier 151 62,5 -8,5 -6,6 2,2
Industrie 480 1,1 -4,3 8,3 -3,2
Service public ou d'intérêt collectif 732 15,1 -10,1 8,1 -8,7
Ensemble 4 207 -1,5 -2,1 2,9 -2,9
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, résultats au 30 mars 2017.

Figure 3 – Évolution de la construction de logements

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de logements
Logements autorisés - Auvergne-Rhône-Alpes Logements commencés - Auvergne-Rhône-Alpes Logements autorisés - France métropolitaine Logements commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 113,9 105,89 109,29 105,8
2007 114,98 107,01 103,75 104,93
2008 87,58 91,24 85,65 85,5
2009 67,75 76,43 68,34 74,41
2010 87,85 95,7 85,63 88,85
2011 95,82 92,83 94,29 92,35
2012 91,36 84,55 86,97 82,29
2013 84,21 81,05 76,49 78,76
2014 72,06 77,71 68,21 72,43
2015 69,23 72,45 71,87 72,41
2016 78,27 79,62 82,54 81,33
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 30 mars 2017.

Figure 3 – Évolution de la construction de logements

Figure 4 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de locaux non résidentiels
Locaux autorisés - Auvergne-Rhône-Alpes Locaux commencés - Auvergne-Rhône-Alpes Locaux autorisés - France métropolitaine Locaux commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 105,01 113,81 109,99 108,66
2007 102,6 120,2 109,64 114,17
2008 87,71 96,43 106,06 103,65
2009 77,08 77,59 94,16 86,54
2010 85,57 73,17 95,47 78,81
2011 89,45 79,67 100,64 81,61
2012 78,31 69,33 96,01 74,81
2013 83,06 70,85 88,44 73,29
2014 73,79 62,25 75,83 65,43
2015 76,93 58,8 82,33 59,67
2016 75,76 84,72
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, résultats au 30 mars 2017.

Figure 4 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

Figure 5 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

en indice base 100 en 2005
Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Auvergne-Rhône-Alpes
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2005 100 100 100
2006 150,02 114,48 105,75
2007 217,8 125,28 107,87
2008 220,44 72,72 70,04
2009 140,57 61,13 98,83
2010 115,74 91,81 116,09
2011 127,89 101,25 102,81
2012 156,11 88,23 81,14
2013 180,98 77,2 72,03
2014 183,49 74,38 74,61
2015 166,45 74,5 87,85
2016 159,04 86,58 103,16
  • Note : données brutes.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Figure 5 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Auvergne-Rhône-Alpes

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer (MEEM). Les mouvements relatifs à la vie du permis (dépôts, autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier, déclarations d'achèvement des travaux) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2. Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la date de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

Pour en savoir plus

DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

CERC – Cellules Économiques de la Construction