Bilan économique 2015 - Auvergne-Rhône-Alpes

Après une année 2014 morose sur le plan économique, la reprise s'amorce en 2015, pour la région Auvergne-Rhône-Alpes comme au niveau national. Si le chômage reste stable, le niveau de l'emploi salarié augmente, notamment dans le secteur marchand. Les exportations augmentent de 6,2 % par rapport à 2014. Les secteurs des transports et du tourisme montrent des signes de reprise. En revanche, ceux de la construction et de l'agriculture connaissent encore des difficultés en 2015.

Insee Conjoncture Auvergne-Rhône-Alpes
Paru le : 31/05/2016

Tourisme - Un rebond de la fréquentation touristique en 2015

Christine Bois, Insee Auvergne-Rhône-Alpes

En 2015, la région Auvergne-Rhône-Alpes comptabilise 34 millions de nuitées, soit une progression de 4,7 % par rapport à 2014. C’est davantage qu’en France métropolitaine (+ 2,2 %). La fréquentation touristique retrouve ainsi un niveau supérieur à celui de 2013, une bonne année pour le tourisme. L’ensemble des départements de ce territoire profitent de cette embellie. La hausse du nombre de nuitées concerne autant l’hôtellerie que les campings.

Insee Conjoncture Auvergne-Rhône-Alpes
No 03
Paru le : 31/05/2016

En 2015, la fréquentation touristique en Auvergne-Rhône-Alpes connaît un rebond de 4,7 % par rapport à 2014 (figure 1 et figure 5). Ainsi, 33,6 millions de nuitées ont été comptabilisées dans les hôtels et les campings de la région.

Figure 1 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2015 par une clientèle étrangère
2015 (en milliers) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2010 (1)
Ain 1 247 3,8 2,4 20,7
Allier 791 3,1 -1,7 10,6
Ardèche 588 13,7 -0,9 20,2
Cantal 505 8,6 -1,6 9,6
Drôme 1 197 8,9 -2,9 21,7
Isère 2 428 3,9 1,2 24,1
Loire 764 2,5 -1,2 16,0
Haute-Loire 331 6,2 0,5 13,2
Puy-de-Dôme 1 863 2,6 0,4 11,5
Rhône 4 885 7,2 1,8 23,2
Savoie 3 539 2,8 1,3 35,8
Haute-Savoie 4 531 3,3 1,6 34,6
Auvergne-Rhône-Alpes 22 670 4,7 0,9 25,2
France métropolitaine 202 087 1,8 0,4 36,5
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Auvergne-Rhône-Alpes Nombre d'arrivées - Auvergne-Rhône-Alpes Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 104,92 105,06 103,07 103,2
2012 106,47 106,66 102,96 103,62
2013 107,98 111,06 103,6 104,39
2014 103,73 106,15 102,73 103,67
2015 108,62 111,75 104,97 106,33
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Une fréquentation des hôtels en hausse

Dans l’hôtellerie en 2015, la fréquentation touristique repart à la hausse en Auvergne-Rhône-Alpes (+ 4,7 %). Toutefois, le nombre de nuitées dans les hôtels reste en deçà par rapport à 2013, qui était une très bonne année touristique. Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région métropolitaine en nombre de nuitées consommées, derrière l’Île-de-France.

La hausse de la fréquentation touristique a été soutenue par le retour de la clientèle étrangère. Sur plus d'un million de nuitées supplémentaires par rapport à 2014, 560 000 concernent la clientèle étrangère et 460 000 la clientèle française. La part de la clientèle étrangère représente un quart des nuitées, mais cette part augmente fortement dans le massif alpin, notamment en Savoie-Mont-Blanc où elle dépasse 35 %. La région attire essentiellement des touristes européens, qui représentent plus de 80 % des touristes étrangers. Parmi eux se trouvent un tiers d’Anglais, dont les nuitées ont augmenté de 20 % cette année.

L'ensemble des départements de la région ont bénéficié de la hausse de la fréquentation. Le Rhône reste largement en tête avec 4,9 millions de nuitées, en très forte progression (+ 7,2 %). À l'est de la région, les massifs alpins comptabilisent 10,5 millions de nuitées (+ 3,2 %). À l'ouest, le Puy-de-Dôme porte la fréquentation avec 1,9 million de nuitées (+ 2,6 %). Les autres départements, qui se caractérisent par un nombre de nuitées moint important, bénéficient cependant de croissances plus vives. C’est notamment le cas de l’Ardèche, de la Drôme et du Cantal (entre + 9 % et + 14 %).

Sur l'ensemble de l'année 2015, le taux d'occupation dans les hôtels a augmenté de 0,9 % (figure 6). En effet, le nombre de chambres offertes progresse de 0,7 %, et le nombre de chambres occupées augmente encore davantage (+ 2,5 %). L'ensemble des hôtels classés bénéficient de l'embellie. Ainsi, les hôtels de 3 étoiles ou plus enregistrent une hausse de plus de 8 %. La situation est plus difficile pour les hôtels non classés (– 5,9 %) (figure 2).

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2015 (milliers) Évolution 2015/2014 (%)
Auvergne-Rhône-Alpes France métropolitaine Auvergne-Rhône-Alpes France métropolitaine
1-2 étoiles 7 252 58 002 3,7 7,7
3 étoiles 8 375 75 770 5,9 5,3
4-5 étoiles 4 234 48 224 12,7 8,9
Non classés 2 808 20 091 -5,9 -29,3
Total 22 670 202 087 4,7 1,8
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 6 – Taux d'occupation dans les hôtels

en % du nombre de lits disponibles
Taux d'occupation dans les hôtels
Auvergne-Rhône-Alpes - en 2015 France métropolitaine - en 2015
janvier 51,4 47,8
février 58,9 51,8
mars 56,6 54,4
avril 48,9 57,5
mai 49,9 61,2
juin 59,6 69,4
juillet 57,9 67,5
août 58,3 68,1
septembre 58,2 68,5
octobre 51,9 60,6
novembre 47,5 50,5
décembre 46,6 48,0
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 6 – Taux d'occupation dans les hôtels

Un record d’affluence dans les campings depuis six ans

Dans les campings de la région Auvergne-Rhône-Alpes, la hausse de la fréquentation touristique a également été de 4,7 % par rapport à 2014 (figure 3). Les nuitées comptabilisées pour la saison d'été 2015 s'élèvent à près de 11 millions. C'est le meilleur résultat obtenu depuis six ans, supérieur à 2012 et 2013. La région se situe au 5ème rang des régions métropolitaines derrière les Pays de la Loire et devant la Bretagne.

L'Ardèche maintient sa première position dans la région avec 3,9 millions de nuitées, soit une hausse de 5 %. Seuls le Rhône et la Drôme subissent une désaffection des campeurs (respectivement – 3,9 % et –1,4 %).

La fréquentation des campings est portée par la clientèle française, qui représente 64 % des nuitées. En effet, les nuitées françaises progressent de 10,3 % alors que les nuitées étrangères reculent de 3,9 %, baisse déjà amorcée en 2014. Les touristes étrangers sont quasiment tous des Européens, avec une forte proportion de Néerlandais (55 %). Ainsi, la baisse de la fréquentation néerlandaise en 2015 (– 10,1 %) a eu un impact très important sur la fréquentation étrangère. Les campeurs préfèrent encore à 61 % la location d'emplacements nus, notamment la clientèle étrangère (75 %). La clientèle française évolue toutefois au fil du temps vers les emplacements locatifs (47 %). 

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2015
2015 (en milliers) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Ain 518 11,2 3,8 44,5 32,4
Allier 266 3,6 -0,9 22,2 30,2
Ardèche 3 872 5,0 1,2 38,2 46,7
Cantal 368 6,1 -0,6 20,1 33,7
Drôme 1 540 -1,4 4,9 43,9 37,9
Isère 785 10,6 -1,2 42,0 37,2
Loire 125 13,9 4,2 35,0 29,8
Haute-Loire 253 15,9 2,9 34,4 33,1
Puy-de-Dôme 981 4,6 -0,1 19,8 41,1
Rhône 181 -3,9 4,3 44,2 42,6
Savoie 696 7,1 -1,9 28,6 20,8
Haute-Savoie 1 386 2,9 -1,0 38,6 32,9
Auvergne-Rhône-Alpes 10 972 4,7 1,0 36,3 38,8
France métropolitaine 112 876 2,9 1,3 31,9 48,5
  • Note : données 2015 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2015 (milliers) Évolution 2015/2014 (%)
Auvergne-Rhône-Alpes France métropolitaine Auvergne-Rhône-Alpes France métropolitaine
1-2 étoiles 1 644 16 120 3,5 0,2
3-4-5 étoiles 8 199 90 199 5,4 4,1
Non classés 1 129 6 556 1,4 -6,6
Total 10 972 112 876 4,7 2,9
  • Note : données 2015 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Sources

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Documentation

Définitions (pdf, 81 Ko)