Bilan économique 2014 de Bretagne

Après une année 2013 en demi-teinte, la situation économique reste difficile en 2014, notamment dans le secteur de la construction. Cependant, elle renoue avec une tendance moins dégradée que les années précédentes et n'est plus en décalage par rapport au contexte national.

Insee Conjoncture Bretagne
Paru le : 29/05/2015

Construction : toujours pas d’embellie en 2014

Auteur : Bruno Rul, Dreal

En 2014, le nombre de logements autorisés à la construction diminue en Bretagne pour la troisième année consécutive. Le recul est plus marqué dans la région que France entière.

À l’inverse, la baisse des surfaces autorisées pour des locaux d’activité est moins prononcée en Bretagne qu’au niveau national, grâce à l’augmentation des autorisations de surfaces pour l’agriculture, le commerce et l’entreposage.

Insee Conjoncture Bretagne
No 5
Paru le : 29/05/2015

Au cours de l’année 2014, 17 600 logements (figure 2) ont été autorisés à la construction dans la région, soit 5 000 de moins qu’en 2013 (– 22,1 %). Les mises en chantier baissent aussi : 19 200 sur l’ensemble de l’année, soit 3 400 de moins qu’en 2013 (– 15,2 %). Cette diminution est moins importante que celle des autorisations, grâce à une évolution positive des mises en chantier de logements collectifs en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan. Au niveau France entière, le recul est moins important pour les autorisations (– 10,6 %) comme pour les mises en chantier (– 11 %) (figures 1 et 3).

Figure 1 – Évolution de la construction de logements

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de logements
Logements autorisés - Bretagne Logements commencés - Bretagne Logements autorisés - France métropolitaine Logements commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 104,46 105,03 109,31 105,82
2007 100,7 100,56 103,75 105
2008 75,59 76,82 85,58 85,5
2009 53,05 63,97 68,27 74,55
2010 61,74 74,3 85,54 89
2011 68,31 70,11 93,89 90,52
2012 62,44 65,64 86,5 85,39
2013 53,05 63,13 75,64 85,77
2014 41,31 53,63 67,27 76,38
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels et collectifs.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015.

Figure 1 – Évolution de la construction de logements

Figure 2 – Logements autorisés par département

en %
Logements autorisés par département
Logements en 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Côtes-d'Armor 2 400 -22,4 -12,3
Finistère 3 800 -15,1 -10,9
Ille-et-Vilaine 7 200 -23,7 -0,2
Morbihan 4 100 -24,8 -8,5
Bretagne 17 600 -22,1 -6,8
France métropolitaine 356 800 -10,6 -2,5
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015.

Figure 3 – Logements commencés par département

en %
Logements commencés par département
Logements en 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Côtes-d'Armor 2 600 -17,4 -9,9
Finistère 3 200 -36,5 -6,6
Ille-et-Vilaine 8 700 -3,5 2,9
Morbihan 4 700 -13,3 -5,8
Bretagne 19 200 -15,2 -3,9
France métropolitaine 342 400 -11,0 0,1
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2.

De ce fait, la construction de logements en Bretagne poursuit son repli et, en 2014, ne représente plus que 4,9 % de l’ensemble de la construction sur le territoire français (contre 5,6 % en 2013).

Moins de permis de construire pour les maisons

Au cours de l’année 2014 en Bretagne, 10 600 permis de construire de maisons individuelles ont été accordés soit une diminution de 18 % en un an. Le département le plus touché est le Finistère (– 24,4 %).

Moins de 10 300 chantiers ont démarré au cours de l’année 2014 en Bretagne, soit une diminution de 20,7 % en un an. L’Ille-et-Vilaine se démarque des autres départements par une baisse moins importante (– 15,9 %).

Les autorisations de logements collectifs diminuent mais les mises en chantier progressent en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan

Avec 7 000 logements collectifs ou en résidence autorisés, les projets de construction d’appartements sont en baisse de 27,5 % cette année. La baisse dans les Côtes-d’Armor est la plus forte de la région, avec 48,4 % de logements autorisés en moins par rapport à l’année précédente.

Le recul des mises en chantier est moins spectaculaire : – 7,6 % sur l’ensemble de la Bretagne. L’Ille-et-Vilaine se distingue par une évolution positive (+ 6,3 %), tout comme, dans une moindre mesure, le Morbihan (+ 2,3 %).

Figure 4 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bretagne

en indice base 100 en 2005
Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bretagne
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2005 100 100 100
2006 119,1 91,4 103,38
2007 183,4 103,48 92,26
2008 207,7 69,4 62,74
2009 157,57 50,08 72,24
2010 125,55 68,98 93,98
2011 119,86 65,4 71,95
2012 138,31 58,59 48,95
2013 126,62 40,7 43,55
2014 127,99 41,31 38,15
  • Note : données brutes.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Figure 4 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bretagne

Moins de projets annulés en 2014

En 2014, 1 800 logements ont été annulés, soit 10 % du volume des autorisations de l’année. C’est un peu moins qu’en 2013 (12 %). Les neuf dixièmes des annulations de 2014 concernent des permis récents, ayant été autorisés dans l’année. La part des annulations est supérieure à la moyenne régionale dans les Côtes-d’Armor (17,1 %), le Finistère (12,7 %) et le Morbihan (11,9 %). La plus faible part d’annulations se situe en Ille-et-Vilaine (5,6 %). Les 1 400 prêts à taux zéro attribués aux ménages dans ce département contribuent à aider les plus modestes à financer leurs projets. L'Ille-et-Vilaine est aussi le département où les revenus sont les plus élevés en moyenne.

Figure 5 – Les plus grosses opérations en nombre de logements autorisés en 2014

Les plus grosses opérations en nombre de logements autorisés en 2014
Brest 182 logements en résidence
Rennes 166 logements en résidence
Brest 149 appartements
Auray 128 logements en résidence
Betton 114 appartements
Pleurtuit 60 logements en résidence, 27 appartements et 18 maisons
Rennes 101 logements en résidence

    Baisse des surfaces de locaux non résidentiels

    En 2014, les surfaces de plancher autorisées dans le secteur non résidentiel en Bretagne représentent 2 800 000 m², soit une baisse de 3 % par rapport à 2013 (contre - 13,1 % en France métropolitaine).

    Les surfaces de locaux sont en repli de 12 % en Ille-et-Vilaine, de 10,6 % dans le Morbihan et 8 % dans le Finistère. Il n’y a que dans les Côtes-d'Armor qu’elles augmentent (+ 26 %). Dans ce département, plusieurs projets ont donné lieu en 2014 à des demandes d’autorisation de surfaces importantes : un entrepôt logistique à Plaintel (32 600 m2), une unité de production de poudre de lait infantile à Créhen (18 300 m2), une biscuiterie à Lanvallay (14 800 m2).

    La baisse est forte dans les secteurs des services publics (– 39,7 %), de l’hébergement hôtelier (– 22,4 %) et de l’artisanat (– 18,9 %). Les entrepôts sont en revanche en forte hausse (+ 43,3 %).

    Figure 6 – Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

    en %
    Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type
    Bretagne France métropolitaine
    Surfaces autorisées en 2014 (en milliers de m² ) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (1) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (1)
    Artisanat 101 -20,2 58,8 5,2 42,1
    Bureaux 210 -5,0 -0,1 -22,3 -1,5
    Commerce 277 13,3 -8,1 -14,1 0,6
    Entrepôt 281 39,6 -7,5 8,3 -6,6
    Exploitation agricole ou forestière 1 369 4,5 -1,5 -13,5 -2,0
    Hébergement hôtelier 30 38,4 -2,5 -16,1 3,5
    Industrie 254 2,9 -9,8 -2,0 -14,9
    Service public ou d'intérêt collectif 267 -35,6 1,4 -19,7 -0,9
    Ensemble 2 789 0,1 -2,4 -11,5 -3,1
    • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
    • Note : données brutes provisoires en date réelle.
    • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015.

    Figure 7 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

    en indice base 100 en 2005
    Évolution de la construction de locaux non résidentiels
    Locaux autorisés - Bretagne Locaux commencés - Bretagne Locaux autorisés - France métropolitaine Locaux commencés - France métropolitaine
    2005 100 100 100 100
    2006 107,16 108,39 109,96 108,65
    2007 116,76 120,79 109,61 114,19
    2008 99,8 110,32 106,44 103,37
    2009 93,75 93,92 94,07 86,68
    2010 91,14 86,74 96,06 78,44
    2011 105,11 86,86 101,45 81,26
    2012 91,71 76,71 97,97 74,29
    2013 88,45 74,06 91,16 71,24
    2014 88,54 80,7
    • Note : données brutes provisoires en date réelle.
    • Source : SOeS, Sit@del2, estimations à fin février 2015.

    Figure 7 – Évolution de la construction de locaux non résidentiels

    Nouveau recul des ventes sur le marché de la promotion immobilière

    En 2014, les promoteurs ont mis en vente 4 000 nouveaux logements collectifs, soit 10 % de plus qu’en 2013.

    Pour autant, la réduction des ventes de logements collectifs neufs, amorcée en 2011, se poursuit en 2014 : 2 860 logements collectifs ont été réservés, soit 8 % de moins par rapport à 2013.

    En combinant mises en vente, ventes, annulations, abandons, retraits ou changements de destination, le stock de logements disponibles à la vente augmente cette année de 4 % et 5 970 appartements sont sur le marché breton à la fin 2014.

    Les logements achevés représentent 7 % de ces stocks, les appartements en cours de construction 33 % et 60 % sont encore à l’état de projet.

    Le délai d’écoulement des stocks est de 24 mois, en augmentation de 3 mois sur un an.

    L’Ille-et-Vilaine est le département le plus dynamique : il concentre 58 % des mises en vente et 64 % des réservations, suivi par le Morbihan (avec respectivement 19 % de l’offre nouvelle et 20 % des ventes) puis le Finistère (16 % et 11 %) et enfin les Côtes-d’Armor (7 % et 5 %).

    Avec 3 202 euros par m² en moyenne en 2014, le prix des appartements neufs augmente légèrement (+ 1,1 %) après + 2,3 % en 2013 (figure 8).

    Figure 8 – Ventes des maisons et des appartements neufs

    en %
    Ventes des maisons et des appartements neufs
    Bretagne France métropolitaine
    En 2014 (nombre ou prix en euro) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (2) En 2014 (nombre ou prix en euro) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2008 (2)
    Maisons neuves
    Nombre de ventes (1) 215 -44,6 -8,9 7 263 -17,6 -3,9
    Prix moyen par maison 217 088 3,9 0,7 252 614 2,0 -0,2
    Appartements neufs
    Nombre de ventes (1) 2 859 -8,4 -6,8 78 558 -2,4 3,5
    Prix moyen au m² 3 202 1,1 2,7 3 862 -0,4 3,0
    • (1) : réservations avec dépôt d'arrhes.
    • (2) : taux d'évolution annuel qu'auraient connu le nombre de ventes ou le prix moyen si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
    • nd : données non disponibles.
    • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
    • Source : SOeS, enquête ECLN.

    Figure 9 – Prix régional moyen des appartements neufs en 2014

    Prix moyen des appartements (en € / m²)
    Prix régional moyen des appartements neufs en 2014
    3080 3430 3862
    11 4704.3802675184400000
    21 3150.8890240033800000
    22 2991.1007114273000000
    23 3148.4645972245600000
    24 3080.8417225014000000
    25 3751.9495399362500000
    26 2948.6267944972900000
    31 3149.7711863192000000
    41 2678.2801025697000000
    42 3300.6500558922200000
    43 2951.9312592862100000
    52 3430.7935031545300000
    53 3202.1386347158700000
    54 3726.5218211278500000
    72 3602.1126863032400000
    73 3376.6160469857700000
    74 2664.2663979479700000
    82 3756.8262290967900000
    83 2907.0116383169200000
    91 3565.4197124970800000
    93 4014.6117197035700000
    94 3438.7101232243700000
    • Champ : France métropolitaine.
    • Source : SOeS, enquête ECLN.

    Figure 9 – Prix régional moyen des appartements neufs en 2014France métropolitaine : 3 862 € / m²

    Figure 10 – Prix régional moyen des maisons neuves en 2014

    Prix moyen des maisons (en € / lot)
    Prix régional moyen des maisons neuves en 2014
    182744 214464 252614
    11 328080.7102502020000000
    21 207519.5555555560000000
    22 182744.0310077520000000
    23 201747.2307692310000000
    24 193754.0532786890000000
    25 204754.9420289860000000
    26 197670.4473684210000000
    31 223118.0283687940000000
    41 186424.0350877190000000
    42 214464.4233576640000000
    43 189758.7878787880000000
    52 203475.4857142860000000
    53 217087.8744186050000000
    54 242014.7395833330000000
    72 216551.0203665990000000
    73 227183.4834834830000000
    74 nd
    82 293702.0753424660000000
    83 197266.6491228070000000
    91 224499.1685082870000000
    93 276832.6564171120000000
    94 391682.4561403510000000
    • Champ : France métropolitaine.
    • Source : SOeS, enquête ECLN.

    Figure 10 – Prix régional moyen des maisons neuves en 2014France métropolitaine : 252 614 € / lot

    Encadré

    Nouvelles séries en date réelle

    La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (MEDDE). Les mouvements relatifs à la vie du permis (dépôts, autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier, déclarations d'achèvement des travaux) sont exploités à des fins statistiques.

    Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

    En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

    Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2.

    Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la date de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

    Sources

    Avertissement : les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

    Documentation

    Définitions (pdf, 55 Ko)