Bilan économique 2014 en Midi-Pyrénées

En 2014, le PIB de la France augmente de 0,2 % après + 0,7 % en 2013 essentiellement grâce à une légère accélération de la consommation. En Midi-Pyrénées, l'économie régionale tourne au ralenti sauf dans l'aéronautique et le spatial. Les performances d'Airbus tire la chaîne d'approvisionnement industrielle et la construction spatiale bénéficie d'une forte augmentation des prises de commandes de satellites. L'année est maussade dans d'autres grands secteurs d'activité : le revenu des agriculteurs est en baisse, la construction de logements ne redémarre pas, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques et le transport de voyageurs reculent. Dans ces conditions d'activité, l'emploi salarié marchand fléchit légèrement dans la région, pour la première fois depuis 2009. L'atonie de l'emploi dans une région fortement attractive entraîne une augmentation du taux de chômage régional. Fin 2014, il touche 10,4 % des actifs de Midi-Pyrénées contre 10,0 % en moyenne nationale.

Insee Conjoncture Midi-Pyrénées
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Moins de trafic en 2014

Auteur : Pierre Defarge-Lacroix (Dreal)
Insee Conjoncture Midi-Pyrénées
No 05
Paru le : 29/05/2015

En 2014, le trafic de passagers diminue en Midi-Pyrénées pour la 2e année consécutive. Il baisse légèrement dans les aéroports et un peu plus fortement dans les gares ferroviaires.

Le transport routier de marchandise chute. En revanche, les immatriculations de véhicules neufs repartent légèrement à la hausse.

En 2014, les aéroports de Midi-Pyrénées acheminent près de 8,1 millions de passagers vers leurs destinations. Pour la deuxième année consécutive, le trafic aérien de passagers recule dans la région (-0,8 %) par rapport à l’année précédente. Néanmoins, en moyenne sur les cinq années précédentes, il conserve une croissance annuelle (+ 2,5 %) supérieure à celle de l’ensemble des aéroports métropolitains, grâce aux fortes progressions de 2010 à 2012.

Le nombre de passager sur les destinations nationales se replie de 1 % en 2014 par rapport à 2013 (figures 1 et 2). De 2008 à 2013, le trafic sur ces lignes avait progressé de 2 % par an en moyenne. Le trafic international reste stable en 2014. Il avait augmenté de 3,3 % par an en moyenne sur les cinq années précédentes.

Figure 1 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Midi-Pyrénées France métropolitaine
Passagers 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Lignes nationales 4 528 211 -1,0 2,0 -2,6 1,3
Lignes internationales 3 497 749 0,0 3,3 4,2 2,1
Transit 46 928 -27,0 -4,3 -12,5 -9,9
Total 8 072 888 -0,8 2,5 2,1 1,8
dont lignes à bas coût (low cost) 2 110 509 -0,1 15,5 12,6 8,4
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 26,1 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 2 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Midi-Pyrénées France métropolitaine
Passagers 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Lignes nationales 4 528 211 -1,0 2,0 -2,6 1,3
Lignes internationales 3 497 749 0,0 3,3 4,2 2,1
Transit 46 928 -27,0 -4,3 -12,5 -9,9
Total 8 072 888 -0,8 2,5 2,1 1,8
dont lignes à bas coût (low cost) 2 110 509 -0,1 15,5 12,6 8,4
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 26,1 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Après les fortes progressions des années passées (+15 % par an entre 2008 et 2013), les lignes à bas coûts marquent le pas : - 0,1 % en 2014. Le segment « low-cost » concerne  toujours 26 % du trafic aérien de passagers de Midi-Pyrénées.

Toulouse-Blagnac : quasi-stabilité du trafic en 2014.

En 2014, le trafic de l’aéroport de Toulouse-Blagnac se rétracte légèrement avec une baisse de 0,7 % par rapport à 2013. Il totalise plus de 7,5 millions de passagers malgré la baisse de l’offre de la compagnie Air France et le mouvement social des pilotes de cette compagnie en septembre. Il se maintient ainsi à la 4e place des aéroports de province. Le nombre de mouvements d’avions commerciaux diminue pour la deuxième année consécutive (- 3,4 %) mais il est compensé par le recours à des avions de capacité supérieure.

Le trafic national, avec 4,3 millions de passagers en 2014, suit la même tendance (- 0,8 %) que le trafic total par rapport à l’année précédente. Paris reste la principale destination régulière au départ de Toulouse (73 % du trafic national). À l’inverse de l’année 2013, la fréquentation de la ligne vers Paris-Orly recule (- 2 %) tandis que celle de la ligne vers Paris-Charles-de-Gaulle augmente (+ 3 %). Les lignes régionales perdent 0,7 % en 2014. Lyon demeure la destination la plus fréquentée, suivie de Lille et de Nantes.

Avec près de 3,2 millions de passagers en 2014, le trafic international est stable par rapport à 2013. Il recule de 3 % vers l’espace Schengen (1,8 million de passagers). Munich est la première destination (210 000 passagers) suivie d’Amsterdam (205 000 passagers). Sur le reste de l’Europe (hors Schengen), le trafic progresse de 4 % avec 750 000 passagers, dont les deux tiers vers Londres. Le nombre de passagers à destination de l’Afrique du Nord augmente de 25 % vers l’Algérie et de 10 % vers le Maroc. Il baisse cette année encore vers la Tunisie (-12 %). Les lignes à bas coûts acheminent 2 millions de passagers en 2014 soit 27 % du trafic total de l’aéroport. Elles demeurent en légère progression (+ 0,5 %).

Légère reprise des immatriculations de véhicules neufs

Les ventes des voitures particulières neuves en Midi-Pyrénées (70 880) remontent de 1 % en 2014 par rapport à l’année précédente (figure 3), la plus basse depuis 1998. Elles sont en hausse au cours du premier semestre mais se replient toutefois au second par rapport à 2013. Au niveau national, le nombre d’immatriculations de voitures particulières neuves stagne (figure 4). Dans la région, elles progressent dans les départements de l’Ariège, des Hautes-Pyrénées et du Tarn et sont à peu près stables en Haute-Garonne et dans le Lot. Elles reculent dans l’Aveyron, le Gers et le Tarn-et-Garonne.

Figure 3 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %)
Ariège 4 288 6,3 681 12,9 70 -16,7 5 050 6,8
Aveyron 5 662 -2,7 1 384 4,4 199 -7,9 7 347 -0,8
Haute-Garonne 33 421 0,7 8 388 8,1 1 223 30,0 43 148 2,8
Gers 4 289 -2,6 1 040 4,4 75 -31,8 5 413 -1,8
Lot 3 759 -0,5 747 7,2 37 -27,5 4 573 0,0
Hautes-Pyrénées 5 397 4,6 1 008 8,6 87 -11,2 6 537 5,3
Tarn 9 373 5,7 1 602 -8,3 188 -37,5 11 192 2,2
Tarn-et-Garonne 4 691 -5,3 1 075 -0,7 127 -19,1 5 909 -4,8
Midi-Pyrénées 70 880 1,0 15 925 5,2 2 006 2,5 89 169 1,8
France métropolitaine 1 765 855 0,5 370 130 1,5 38 895 -13,6 2 180 776 0,3
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

Figure 4 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %)
Ariège 4 288 6,3 681 12,9 70 -16,7 5 050 6,8
Aveyron 5 662 -2,7 1 384 4,4 199 -7,9 7 347 -0,8
Haute-Garonne 33 421 0,7 8 388 8,1 1 223 30,0 43 148 2,8
Gers 4 289 -2,6 1 040 4,4 75 -31,8 5 413 -1,8
Lot 3 759 -0,5 747 7,2 37 -27,5 4 573 0,0
Hautes-Pyrénées 5 397 4,6 1 008 8,6 87 -11,2 6 537 5,3
Tarn 9 373 5,7 1 602 -8,3 188 -37,5 11 192 2,2
Tarn-et-Garonne 4 691 -5,3 1 075 -0,7 127 -19,1 5 909 -4,8
Midi-Pyrénées 70 880 1,0 15 925 5,2 2 006 2,5 89 169 1,8
France métropolitaine 1 765 855 0,5 370 130 1,5 38 895 -13,6 2 180 776 0,3
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

En 2014, 15 900 véhicules utilitaires légers neufs sont immatriculés dans la région, soit une hausse de 5 % par rapport à 2013. Elles augmentent dans six départements de la région : de + 4 % dans le Gers à + 13 % en Ariège. Elles sont quasi stables dans le Tarn-et-Garonne (- 1 %) et reculent dans le Tarn (- 8 %). Au niveau national, ce marché progresse de 1,5 % en 2014, après deux années de baisse.

Les ventes de véhicules industriels à moteur progressent de 2,5% en 2014 dans la région, tandis qu’elles chutent nettement (- 14 %) au niveau national sur la même période. Dans ce segment, les immatriculations de camions de plus de 3,5 tonnes de PTAC (poids total autorisé en charge) augmentent de 5 % alors que celles des véhicules spécialisés dont le PTAC dépasse 3,5 tonnes se replient de 8 % par rapport à 2013. Les ventes de tracteurs routiers progressent de 3 %.

Le transport routier de marchandises chute

En 2014, le transport routier de marchandises (TRM) en Midi-Pyrénées diminue de 8 % (en tonnes-kilomètres) par rapport à l'année 2013 (figure 5). Sur les cinq dernières années, les flux de TRM entrant dans la région (40 % des flux totaux) n’ont cessé de reculer, avec une baisse de 8 % cette année par rapport à la précédente (figure 6). Les flux sortant de la région (33 % des flux totaux) chutent, quant eux, de 13 %.

Figure 5 – Transport de marchandises par la route

en %
Transport de marchandises par la route
Midi-Pyrénées 2014 (p) (millions de Tonnes- Kilomètres transportés) Évolution annuelle moyenne 2014/2009 (1)
Entrées dans la région 3 916 -3,4
Sorties de la région 3 159 -2,8
Intérieur de la région 2 652 1,2
  • p : données provisoires.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le transport de marchandises si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : France métropolitaine hors Corse. Données hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 6 – Évolution du transport routier de marchandises dans la région Midi-Pyrénées

en indice base 100 en 2009
Évolution du transport routier de marchandises dans la région Midi-Pyrénées
Entrées dans la région Sorties de la région Intérieur de la région
2009 100 100 100
2010 105,99 111,5 105,92
2011 102,68 104,75 98,24
2012 97,64 107,38 90,89
2013 91,76 99,01 107,47
2014 84,03 86,67 106
  • p : données provisoires.
  • Champ : hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 6 – Évolution du transport routier de marchandises dans la région Midi-Pyrénées

Après la forte progression enregistrée en 2013 (+18 %), le transport routier de marchandises interne à la région se maintient plus ou moins n’accusant qu’une légère baisse (- 1 %) en 2014.

Le trafic routier des poids lourds demeure globalement stable en 2014 : leur nombre comptabilisé sur l'ensemble des gares de péages du réseau autoroutier régional progresse de 0,7 % par rapport à 2013.

Deuxième année de recul pour le transport par fer

2014 est une année difficile en termes de conjoncture économique et les TER de Midi-Pyrénées, ainsi que la SNCF au niveau national, connaissent une érosion du trafic et des recettes.

Il n’y a pas de hausse tarifaire en 2014, mais le relèvement de la TVA correspond pour les clients à une hausse des prix de 2,8 % en janvier avec un impact négatif sur le trafic.

Ainsi avec 14,7 millions d’usagers en 2014, le transport par fer en Midi-Pyrénées recule cette année encore (- 3 %) revenant à son niveau de 2011.

Le trafic intra régional, qui représente plus de 66 % du trafic total avec 9,7 millions de passagers (figure 7), marque aussi une légère diminution (- 1 %) après trois années consécutives de croissance.

figure7 – Evolution du nombre de voyageurs ferroviaires en Midi-Pyrénées de 2004 à 2014

en milliers de voyages
Evolution du nombre de voyageurs ferroviaires en Midi-Pyrénées de 2004 à 2014
Trafic intra-régional Trafic interrégional
2004 6 375 5 830
2005 6 727 5 946
2006 7 390 6 014
2007 7 910 5 902
2008 8 623 6 335
2009 8 481 5 908
2010 8 289 5 619
2011 8 783 5 775
2012 9 787 5 492
2013 9 860 5 198
2014 9 749 4 912
  • Source: Direction régionale SNCF

figure7 – Evolution du nombre de voyageurs ferroviaires en Midi-Pyrénées de 2004 à 2014

Le trafic interrégional totalise 4,9 millions de voyageurs en 2014, soit 5,5 % de moins que l’année précédente. Tous les échanges avec les autres régions affichent des baisses de fréquentation plus ou moins marquées. Trois régions concentrent toujours plus des deux tiers des flux interrégionaux avec Midi-Pyrénées : l’Île-de-France (1,3 million de passagers), Languedoc-Roussillon (1,1 million de passagers) et l’Aquitaine (1 million de passagers).