Bilan économique 2014 en Midi-Pyrénées

En 2014, le PIB de la France augmente de 0,2 % après + 0,7 % en 2013 essentiellement grâce à une légère accélération de la consommation. En Midi-Pyrénées, l'économie régionale tourne au ralenti sauf dans l'aéronautique et le spatial. Les performances d'Airbus tire la chaîne d'approvisionnement industrielle et la construction spatiale bénéficie d'une forte augmentation des prises de commandes de satellites. L'année est maussade dans d'autres grands secteurs d'activité : le revenu des agriculteurs est en baisse, la construction de logements ne redémarre pas, la fréquentation des hébergements collectifs touristiques et le transport de voyageurs reculent. Dans ces conditions d'activité, l'emploi salarié marchand fléchit légèrement dans la région, pour la première fois depuis 2009. L'atonie de l'emploi dans une région fortement attractive entraîne une augmentation du taux de chômage régional. Fin 2014, il touche 10,4 % des actifs de Midi-Pyrénées contre 10,0 % en moyenne nationale.

Insee Conjoncture Midi-Pyrénées
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Emploi salarié : Légère baisse de l’emploi salarié

Dominique Fiche (Direccte), Bertrand Ballet (Insee)

En 2014, l’emploi salarié se replie légèrement dans les secteurs marchands non agricoles de Midi-Pyrénées, pour la 1ère fois depuis 2009 et malgré un rebond en fin d’année. Le marasme persistant du secteur de la construction pèse sur l’emploi régional. Le commerce et l’intérim sont peu dynamiques. Seuls l’industrie et surtout les services marchands créent un solde net de postes supplémentaires. La Haute-Garonne concentre l’essentiel de ces embauches tandis que l’emploi lotois est le plus dynamique.

Insee Conjoncture Midi-Pyrénées
No 05
Paru le : 29/05/2015

Fin 2014, 662 100 personnes sont salariées des secteurs marchands non agricoles (hors particuliers employeurs) de Midi-Pyrénées. Ce champ correspond à un peu plus de la moitié (54 %) des emplois de la région. Les autres sont le plus souvent occupés par des salariés des secteurs principalement non marchands (administration, enseignement, santé et action sociale, 30 %) et des non-salariés (13 %). Les salariés des particuliers employeurs représentent moins de 2 % de l’emploi régional.

En 2014, l’emploi salarié privé fléchit légèrement en Midi-Pyrénées (- 0,1 %) pour la première fois depuis 2009. Ce léger repli fait suite à deux années de ralentissement des créations nettes d’emplois dans la région : + 0,3 % en 2012 et + 0,1 % en 2013. Avec une perte nette de 500 emplois, Midi-Pyrénées reste parmi les régions françaises où la situation se dégrade le moins en 2014 (figure 1). En France métropolitaine, 74 000 emplois salariés (- 0,5 %) sont supprimés dans les secteurs principalement marchands (hors agriculture et salariés des particuliers employeurs) en 2014.

Figure 1 – Évolution régionale de l'emploi salarié

Glissement annuel 2014-2013 (en %)
Évolution régionale de l'emploi salarié
-1.1 -0.5 0
11 0.15785009158747526
21 -1.6510907851380525
22 -1.351618211738892
23 -0.5976751961159592
24 -1.0442382452257315
25 -0.778946357393267
26 -0.9161625386863947
31 -0.3788996975053744
41 -1.2000516810577975
42 -0.7302229515017332
43 -1.8818982979293435
52 -0.4848121199684153
53 -0.2743453091065904
54 -1.533717217476735
72 -0.060485540307086916
73 -0.07922913821334521
74 -1.4994182664339732
82 -0.03830043941494549
83 -0.13513610649875288
91 -0.08053685745594161
93 -0.3224431856735344
94 0.09168181747548677
  • Note : données CVS.
  • Champ : France métropolitaine. Emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 1 – Évolution régionale de l'emploi salariéFrance métropolitaine : -0,5 %

Les pertes d’emplois dans la construction se poursuivent

En 2014, encore 1 700 emplois sont détruits dans la construction (bâtiment, travaux publics) en Midi-Pyrénées, après 2 300 en 2013. Le secteur perd ainsi des emplois sans discontinuer depuis 2008, en raison du marasme de la construction de logements (figures 2 et 3). En France métropolitaine, la dégradation s’amplifie même : un solde net de 49 000 suppressions en 2014, après 26 000 en 2013.

Figure 2 – Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Midi-Pyrénées

en indice base 100 au 2005 T1
Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Midi-Pyrénées
Industrie Construction Tertiaire principalement marchand hors intérim dont Commerce Emploi hors intérim Midi-Pyrénées Emploi hors intérim France métropolitaine
1er trim. 2005 100 100 100 100 100 100
2e trim. 2005 99,66 101,86 100,19 100,27 100,22 100,07
3e trim. 2005 99,45 103,77 100,61 100,4 100,63 100,12
4e trim. 2005 99,36 105,44 101,04 100,32 101,05 100,24
1er trim. 2006 99,4 107,17 101,33 100,39 101,42 100,38
2e trim. 2006 99,85 108,32 102,19 100,79 102,21 100,75
3e trim. 2006 99,64 109,54 103,07 101,4 102,84 101,15
4e trim. 2006 99,3 110,88 103,38 101,35 103,09 101,29
1er trim. 2007 99,14 112,12 103,83 102,49 103,47 101,74
2e trim. 2007 99,04 112,89 104,13 102,64 103,71 102,09
3e trim. 2007 98,84 114,29 104,9 103,15 104,3 102,54
4e trim. 2007 98,67 115,16 105,34 103,44 104,62 102,8
1er trim. 2008 98,62 116,2 106,08 103,28 105,19 102,87
2e trim. 2008 98,1 116,66 106,22 103,19 105,19 102,75
3e trim. 2008 97,73 115,63 105,78 102,66 104,71 102,67
4e trim. 2008 97,57 115,86 106,16 102,54 104,94 102,44
1er trim. 2009 96,47 114,09 106,11 102,23 104,45 101,83
2e trim. 2009 95,68 113,08 106,06 102,13 104,11 101,27
3e trim. 2009 95,21 112,75 106,14 102,14 104,01 100,82
4e trim. 2009 94,25 112,67 106,8 102,75 104,18 100,73
1er trim. 2010 93,96 111,9 107,14 102,71 104,25 100,47
2e trim. 2010 93,37 111,91 107,29 102,91 104,19 100,36
3e trim. 2010 92,86 111,81 108,06 103,28 104,54 100,42
4e trim. 2010 92,73 111,33 108,39 103,35 104,68 100,49
1er trim. 2011 92,69 111,91 108,59 103,47 104,85 100,76
2e trim. 2011 92,96 111,97 109,71 103,83 105,65 101,03
3e trim. 2011 93,66 111,25 109,85 103,46 105,85 100,95
4e trim. 2011 93,96 111,23 109,88 103,25 105,94 101,09
1er trim. 2012 94,72 110,54 110,3 103,48 106,34 101,19
2e trim. 2012 94,99 109,69 110,56 103,38 106,49 101,19
3e trim. 2012 95,58 109,06 110,98 103,5 106,85 101,07
4e trim. 2012 95,96 107,95 110,67 102,51 106,63 100,88
1er trim. 2013 96,14 106,62 110,99 102,59 106,75 100,74
2e trim. 2013 95,87 106 110,76 101,81 106,47 100,42
3e trim. 2013 95,98 105,26 110,86 102,11 106,48 100,37
4e trim. 2013 96,1 104,17 111,11 102,26 106,57 100,36
1er trim. 2014 96,37 103,6 111,25 102,05 106,67 100,32
2e trim. 2014 96,59 102,76 111,04 102,05 106,51 100,28
3e trim. 2014 96,53 101,87 110,79 101,58 106,24 100,03
4e trim. 2014 96,38 101,3 111,33 101,81 106,49 99,99
  • Note : données CVS.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 2 – Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Midi-Pyrénées

Figure 3 – Emploi salarié des secteurs principalement marchands

en %
Emploi salarié des secteurs principalement marchands
Secteur d'activité - NAF rév. 2, 2008 2014 T4 (en milliers) Glissement annuel Glissement annuel moyen 2013/2008 (1)
Midi-Pyrénées Midi-Pyrénées France métropolitaine Midi-Pyrénées France métropolitaine
Industrie 148,0 0,3 -1,2 -0,3 -2,0
Industrie agroalimentaire 25,0 2,0 0,1 0,2 -0,4
Energie, eau, déchets, cokéfaction et raffinage 17,4 1,3 1,0 0,1 0,2
Biens d'équipement 15,4 -1,0 -1,4 -2,3 -2,8
Matériels de transport 39,9 -0,5 -2,7 2,6 -2,0
Autres branches industrielles 50,2 0,1 -1,7 -2,1 -2,9
Construction 61,2 -2,8 -3,5 -2,1 -1,5
Tertiaire marchand 452,9 0,2 0,1 0,9 0,3
Commerce 126,2 -0,4 -0,5 -0,1 -0,2
Transports 53,5 -0,4 -0,5 1,2 -0,3
Hébergement - restauration 36,1 0,9 0,8 1,2 0,9
Information - communication 31,0 1,5 0,8 1,4 0,3
Services financiers 29,3 0,7 0,5 1,4 0,2
Services immobiliers 7,7 0,4 -0,1 -1,4 -0,5
Services aux entreprises 108,6 0,5 0,8 1,4 0,9
Services aux ménages 37,0 0,3 0,8 1,9 0,7
Intérim 23,5 -0,4 0,1 0,9 1,1
Total 662,1 -0,1 -0,5 0,3 -0,4
  • Note : données CVS.
  • (1) : glissement annuel qu'aurait connu l'emploi salarié du secteur, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Le commerce flanche et l’intérim s’essouffle

Malgré un rebond en fin d’année, l’emploi salarié dans le commerce baisse sur l’ensemble de l’année 2014 (- 0,4 %) en Midi-Pyrénées, plus fortement qu’en 2013 (- 0,2 %). Liée à une consommation des ménages peu dynamique, cette tendance se retrouve aussi au niveau national. Le dynamisme de l’intérim de la fin 2013 n’a pas perduré dans la région (figure 4) : le nombre d‘intérimaires fléchit de 0,4 % en 2014 (- 100 postes) après avoir augmenté de 4,5 % en 2013 (+ 1 000 postes). Il est stable au niveau national en 2014.

Figure 4 – Évolution de l'emploi intérimaire

Indice base 100 au 1er trimestre 2005
Évolution de l'emploi intérimaire
Midi-Pyrénées France métropolitaine
T1 2005 100 100
T2 2005 99,04 99,88
T3 2005 100,24 101,92
T4 2005 104,31 102,65
T1 2006 106,47 101,71
T2 2006 111,59 107,4
T3 2006 108,14 107,33
T4 2006 108,81 105,39
T1 2007 117,2 114,96
T2 2007 116,81 112,52
T3 2007 114,58 110,89
T4 2007 108,44 109,84
T1 2008 113,79 114,39
T2 2008 104,92 106,36
T3 2008 105,21 99,98
T4 2008 95,2 87,02
T1 2009 84,2 74,44
T2 2009 85,65 75,74
T3 2009 86,23 79,46
T4 2009 90,07 84,02
T1 2010 90,63 88,96
T2 2010 93,09 92,99
T3 2010 94,86 97,12
T4 2010 102,09 100,59
T1 2011 105,97 101,19
T2 2011 112,46 101,78
T3 2011 112,05 100,93
T4 2011 104,31 96,96
T1 2012 104,36 95,66
T2 2012 103,04 92,32
T3 2012 97,49 88,41
T4 2012 95,21 86,38
T1 2013 97,13 88,5
T2 2013 94,61 87,55
T3 2013 96,17 88,99
T4 2013 99,44 91,91
T1 2014 96,66 89,65
T2 2014 97,28 91,62
T3 2014 95,53 87,87
T4 2014 99,09 91,96
  • Note : données trimestrielles.
  • Champ : emploi en fin de trimestre ; données corrigées des variations saisonnières.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 4 – Évolution de l'emploi intérimaire

Comptabilisés dans les services aux entreprises, les intérimaires effectuent leur mission dans tous les secteurs d’activité. En Midi-Pyrénées comme en France, l’industrie en est le premier secteur utilisateur. En moyenne sur l’année 2014, l’intérim industriel repasse légèrement au-dessus des 10 000 équivalents temps-plein (ETP) dans la région, en hausse de 1 % par rapport à 2013. La fabrication de matériels de transport, incluant en particulier la construction aéronautique et spatiale, progresse de 2 % sur l’année et atteint un niveau record avec en moyenne 2 600 ETP. Le léger déclin de l’intérim dans les industries agroalimentaires se poursuit en 2014 (- 0,4 %). Ces dernières demeurent toutefois le deuxième secteur industriel utilisateur de main-d’œuvre intérimaire (près de 1 700 ETP) devant celui de la métallurgie qui bondit de 8 % en 2014 (1 470 ETP).

L’intérim dans la construction recule de 6 % par rapport à 2013 : avec 6 250 ETP en moyenne, le secteur a perdu 11 % de ses effectifs en trois ans et se situe désormais juste au-dessus de son plus bas niveau atteint en 2009 et 2010.

Le recours à l’intérim progresse dans le tertiaire. Le commerce y est le premier secteur utilisateur avec 1 900 ETP, en hausse de 4 %. L’intérim progresse également de 4 % dans les transports et l’entreposage pour atteindre 1 600 ETP : c’est la cinquième année consécutive de progression de l’intérim dans ce secteur avec un gain cumulé de 35 %.

L’industrie et surtout les services, moteurs de l’emploi régional

En 2014, l’industrie régionale crée 400 postes supplémentaires (200 en 2013). C’est la seule région française (avec la Corse) où l’emploi industriel progresse. L’industrie agroalimentaire et le secteur regroupant l’énergie et les industries extractives sont les plus dynamiques en termes d’emplois, à l’inverse de la fabrication de biens d’équipements électriques et électroniques et de matériels de transport. Avec plus de 1 400 emplois supplémentaires, le secteur des services marchands (hors intérim) est le principal moteur de l’emploi régional en 2014. Au sein de ce secteur, les services aux entreprises (+ 500 salariés), l’information-communication (+ 460), l’hébergement-restauration (+ 340) et les activités financières y sont les plus dynamiques. Seul les transports et l’entreposage perdent des emplois (- 240). En France métropolitaine, l’emploi ne progresse que dans les services marchands en 2014 : + 28 000 postes hors intérim.

Des pertes d’emplois concentrées sur 3 départements

En 2014, l’emploi salarié marchand baisse fortement dans les Hautes-Pyrénées, le Tarn et le Gers (figure 5). Tous les grands secteurs d’activité y perdent des emplois. Les services aux entreprises hors intérim dans les Hautes-Pyrénées, la construction dans le Tarn et l’intérim dans le Gers sont les plus touchés. L’emploi progresse modérément dans les autres départements : de + 0,1 % en Aveyron à + 0,9 % dans le Lot. La Haute-Garonne regroupe l’essentiel des créations régionales avec près de 2 000 salariés supplémentaires dans les services marchands hors intérim. L’intérim dynamise l’emploi des autres départements. Le Lot bénéficie en outre des nombreuses embauches de l’industrie agroalimentaire.

Figure 5 – Emploi salarié par département et par secteur

en %
Emploi salarié par département et par secteur
2014T4 (en milliers) Glissement annuel
Industrie Construction Tertiaire marchand dont Commerce dont Intérim Total
Ariège 23,8 0,3 -3,0 1,7 -0,2 19,4 0,8
Aveyron 53,4 1,0 -4,2 0,6 0,0 12,8 0,1
Haute-Garonne 378,4 0,1 -1,5 0,6 0,1 -2,2 0,3
Gers 29,3 -0,8 -3,2 -3,1 -2,1 -15,6 -2,6
Lot 30,6 3,5 -3,5 0,4 0,1 19,8 0,9
Hautes-Pyrénées 41,9 -1,2 -2,4 -2,3 -0,5 -6,0 -2,1
Tarn 64,0 -0,1 -5,3 -0,9 -1,0 -7,1 -1,2
Tarn-et-Garonne 40,7 1,1 -4,7 0,8 -2,0 12,9 0,2
Midi-Pyrénées 662,1 0,3 -2,8 0,2 -0,4 -0,4 -0,1
  • Note : données CVS.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.