Le bilan économique 2014 en Alsace

En 2014, l'emploi recule encore en Alsace dans les secteurs principalement marchands (- 0,7 %), un peu plus qu'en 2013. Les pertes s'accélèrent dans la construction, à un rythme proche de celui de 2009. Le tertiaire, qui représente presque les deux tiers des emplois, reste à peine stable, sans l'effet d'entrainement de 2013. De même, la progression de l'intérim observée l'année précédente revient de + 10 % à + 2 %. Elle contribue cependant à soutenir l'emploi industriel dont le recul est ralenti de moitié. Le chômage est au plus haut depuis dix ans. Après une année de stabilisation, il atteint 9,3 % de la population active en fin d'année. L'Alsace compte fin décembre 98 000 demandeurs n'ayant pas travaillé au cours du mois.

Insee Conjoncture Alsace
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Une fréquentation hôtelière soutenue

Corinne Challand

L’activité touristique poursuit sa reprise pour la deuxième année consécutive, avec des résultats favorables à l’hôtellerie régionale. Les clientèles française comme étrangère continuent de fréquenter les hôtels alsaciens, alors que ce n’est pas le cas au niveau national où la clientèle française a été moins présente. Dans les campings, les nuitées françaises ont à peine compensé la baisse de la fréquentation des étrangers, très influencée par la météo qui fut variable durant la saison.

Insee Conjoncture Alsace
No 5
Paru le : 29/05/2015

En 2014, la fréquentation touristique en Alsace représente 8,9 millions de nuitées, dont les trois quarts dans les hôtels (6,7 millions). Le quart restant se répartit entre les campings (921 000 de nuitées) et les autres hébergements collectifs (1,3 million de nuitées dans les auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour, centres sportifs, résidences de tourisme, résidences hôtelières de chaîne, villages vacances, maisons familiales).

La fréquentation annuelle progresse de 1,5 % dans la région, alors qu’elle recule de 1,4 % en France métropolitaine par rapport à l’année précédente. Cette hausse est portée uniquement par les nuitées en hôtels (+ 2,6 %), les campings et les autres hébergements collectifs perdant respectivement 0,7 % et 2,5 % de nuitées.

Dans les hôtels, Français et étrangers plus nombreux

La progression de la fréquentation hôtelière est soutenue à la fois par la clientèle française et étrangère (+ 2,1 % et + 3,3 %), alors qu’en France métropolitaine, les nuitées françaises diminuent sensiblement (- 2,1 %) et les étrangères stagnent (- 0,3 %). En Alsace, les plus fortes hausses pour les touristes étrangers sont le fait de nationalités présentes en nombre (Suisse, Italie, Royaume-Uni). Elles parviennent largement à compenser les plus fortes baisses qui concernent des nationalités à faibles volumes (Irlande, Canada, Russie).

Le nombre de nuitées augmente progressivement sur l’année, pour atteindre un pic en août. Il décroît ensuite avant de connaître un pic équivalent en décembre. Le tourisme hôtelier estival est aussi bien soutenu par les Français que par les étrangers, alors que celui des marchés de Noël l’est par les nuitées françaises, deux fois plus nombreuses que les étrangères.

La clientèle étrangère représente 40 % des nuitées sur l’ensemble de l’année, mais jusqu’à la moitié en juillet-août. Entre avril et octobre, une nuitée sur cinq est allemande ou belge. En décembre, les marchés de Noël, très répandus outre-Rhin, attirent beaucoup moins les touristes allemands.

En 2014, la part de la clientèle professionnelle est de 42 %, niveau comparable à 2013. Elle est plus présente durant les mois creux de janvier (57 %) et de novembre (50 %). Les nuitées d’affaires se maintiennent au fil des mois, avec des pics au printemps et en automne, et un creux en été. La zone de Strasbourg est la seule à voir ces nuitées augmenter fortement en décembre, où elles sont deux fois plus importantes qu’en janvier.

La durée moyenne de séjour dans les hôtels, équivalente entre la clientèle française et étrangère, est de 1,7 jour. Le taux d’occupation des chambres atteint 58 %. Il est à son maximum en décembre (71 %, et même 85 % à Strasbourg et à Colmar) et en août (66 %).

La zone touristique de Strasbourg, avec un total de 2,5 millions de nuitées hôtelières, connaît la plus forte hausse de fréquentation (+ 6,0 %). Le nombre de nuitées des zones du Vignoble et de Colmar progresse de 4,2 % avec respectivement 1,2 million et 765 000 nuitées. La zone de Mulhouse (727 000 nuitées) enregistre un résultat en baisse de 6,8 %. Les autres zones touristiques (Plaine et Massif) comptent 824 000 et 667 000 nuitées et leur nombre reste stable.

La part des nuitées étrangères est prépondérante dans la zone du Vignoble entre juin et octobre, et dès avril dans la zone de Colmar. Dans la zone de Strasbourg, les nuitées étrangères dépassent les nuitées françaises en juillet et en août. Les autres zones n’ont pas le même attrait sur la clientèle étrangère.

Figure 1 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2014 par une clientèle étrangère
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1)
Bas-Rhin 3 865 4,9 2,6 41,4
Haut-Rhin 2 816 -0,4 3,2 41,8
Alsace 6 681 2,6 2,9 41,6
France métropolitaine 198 509 -1,4 1,0 36,7
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Moins d’étrangers dans les campings

En 2014, l’hôtellerie de plein-air alsacienne totalise 0,7 % de nuitées en moins qu’en 2013, la hausse des nuitées françaises (+ 8 %) n’ayant pas compensé la diminution des nuitées étrangères (- 7 %). En France métropolitaine, la fréquentation est restée plus stable (+ 0,3 % en un an) avec des nuitées françaises en hausse de 1 % et des nuitées étrangères en baisse de 2 %.

Les étrangers représentent 53 % de la clientèle en Alsace, les plus nombreux étant les Allemands et les Néerlandais. Si le nombre de nuitées des Allemands est resté stable (+ 0,5 %), il a diminué de 14 % en un an pour les Néerlandais comme pour les Danois et les Belges. Les nuitées italiennes ont été divisées par deux. Seule la fréquentation des Suisses et des touristes des autres nationalités ont augmenté dans les campings alsaciens.

Les emplacements équipés d’un hébergement, qui représentent une nuitée sur cinq, progressent cette année encore (+ 10 %), comme ils l’avaient fait en 2013 (+ 5 %).

La fréquentation au fil des mois est tributaire de la météo : en 2014, le nombre de nuitées, surtout celles des étrangers, a baissé en mai, juillet et août avec la relative fraîcheur des températures et l’humidité. Les mois de juin et de septembre ont été plus agréables, ce qui s’est traduit par une hausse de 39 % et de 11 % des nuitées.

Dans les campings, les Français restent en moyenne quatre jours et les étrangers trois. En juillet et en août, les Français restent un peu plus longtemps (4,5 et 4,7 jours).

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2014
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Bas-Rhin 374 3,9 0,4 48,5 26,6
Haut-Rhin 547 -3,5 -1,7 56,6 17,8
Alsace 921 -0,7 -0,9 53,3 21,4
France métropolitaine 109 743 0,3 1,6 33,4 47,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2014 (milliers) Évolution 2014/2013 (%)
Alsace France métropolitaine Alsace France métropolitaine
1-2 étoiles 204 16 115 10,2 0,4
3-4-5 étoiles 629 86 605 3,5 0,6
Non classés 88 7 024 -34,6 -3,8
Total 921 109 743 -0,7 0,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Trois fois plus de nuitées françaises qu’étrangères dans les autres hébergements collectifs

Dans les autres hébergements collectifs touristiques, les nuitées des étrangers ne représentent qu’un quart du total. Leur nombre est en baisse de 13,4 % alors que les nuitées françaises augmentent de 1,9 %. La durée moyenne de séjour est de 3 jours pour la clientèle française et de 2,5 jours pour les étrangers. En moyenne annuelle, 40 % des lits sont occupés avec un maximum de 52 % en décembre.

Figure 4 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Alsace Nombre d'arrivées - Alsace Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 105,57 105,55 103,07 103,2
2012 104,66 105,43 102,96 103,62
2013 107,22 107,45 103,6 104,39
2014 109,54 109,5 102,73 103,67
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings