Bilan économique 2014 de Guadeloupe

En 2014, l'économie guadeloupéenne reste atone. L'attentisme des ménages maintient la consommation à un niveau relativement faible, tandis que l'absence de visibilité des entreprises a pour conséquence la poursuite des pertes d'emplois notamment dans la construction. Les échanges extérieurs sont en repli. En particulier, les importations de biens d'équipement et intermédiaires diminuent. Toutefois, les entreprises ont poursuivi leur investissement. Si l'activité touristique se maintient avec deux millions de passagers à l'aéroport Pôle Caraïbes, l'activité hôtelière marque le pas.

Insee Conjoncture Guadeloupe
Paru le : 15/06/2015

Tourisme - La fréquentation hôtelière marque le pas en 2014

Ali Benhaddouche, Insee

Rompant avec une période de croissance de la fréquentation hôtelière débutée en 2009, l’année 2014 marque le pas avec une nette diminution du nombre de touristes hébergés dans l’hôtellerie en Guadeloupe : – 15 % par rapport à 2013. La clientèle en provenance de la France métropolitaine chute de 15 %. Le nombre de nuitées enregistrées en hôtellerie chute de 11 % et la durée moyenne du séjour reste stable.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 1
Paru le : 15/06/2015

Plus bas niveau de fréquentation depuis 2009

En 2014, la fréquentation des hôtels atteint son niveau le plus faible depuis la crise économique et sociale de 2009. Moins de clients mais aussi moins de nuitées. Toutes les catégories  d’hôtels sont concernées mais c’est dans l’hôtellerie haut et très haut de gamme qu’elle est la plus importante : 15 % de nuitées en moins par rapport à 2013. La désaffection touristique de la région tient au caractère fortement affinitaire du tourisme en Guadeloupe. Depuis 2007, la désaffection pour l’hôtellerie traditionnelle au profit d’autres hébergements s’accentue chaque année. En 2013, 63% des touristes ont opté pour un gîte ou une location. Cette tendance n’est pas propre au département puisque le constat est identique en Martinique et à la Réunion. Les étrangers ne représentent que 13 % des nuitées totales, un taux trois fois moins élevé que celui observé en France métropolitaine. Selon la dernière enquête sur les flux touristiques en Guadeloupe en 2013, les visiteurs viennent en majorité pour des raisons touristiques (64 %). Moins de 5 % des visiteurs se déplacent pour des motifs professionnels.

Une clientèle principalement métropolitaine

À l’inverse de ses principaux concurrents caribéens qui accueillent une clientèle majoritairement anglo-saxonne, la clientèle touristique hébergée dans l’hôtellerie guadeloupéenne provient principalement de la France métropolitaine. En 2014, sur les 286 000 touristes séjournant à l’hôtel, 88 % résident en France métropolitaine et 12 % viennent de l’étranger. La baisse de la fréquentation hôtelière est principalement imputable à la clientèle venant de métropole (– 15 %). Cette situation de mono-clientèle crée une grande sensibilité à la conjoncture économique française et constitue un handicap pour la Guadeloupe.

Une fréquentation maximale en février

Le taux d’occupation atteint son maximum en février, soit 77 %. Puis, il décroît régulièrement jusqu’à atteindre un minimum de 35 % en septembre. Toutefois, le calendrier des vacances scolaires influe sensiblement sur l’évolution de la fréquentation. Ainsi, en août, le taux d’occupation remonte à 55 %, période où le tourisme affinitaire est important.

Une capacité hôtelière inadaptée

Depuis 2000, la diminution importante du nombre de chambres d’hôtel a suivi le mouvement à la baisse des fréquentations touristiques. À partir de 2010, d’importants travaux de rénovations hôtelières ont été lancés afin d’améliorer la qualité des prestations inadaptées aux fluctuations saisonnières. Avec une forte tension en période de haute saison touristique, et des taux d’occupation moindres en basse saison, la capacité hôtelière peine à retrouver le chemin de la croissance. En 2014, le nombre de chambres offertes dans l’hôtellerie reste stable par rapport à 2013, soit environ 3 150. Un chiffre qui évolue peu depuis 2010.

Des durées de séjours stables

La durée moyenne des séjours reste stable pour les touristes venant de France métropolitaine (3,3 jours). En revanche, elle progresse d’une demi-journée pour les touristes étrangers (3,8 jours). Pour ces derniers, les touristes européens forment le plus gros contingent (41 %) devant les États-Unis (32 %) et les pays d’Amériques centrales et Sud (10 %).

Figure 1 – Chiffres clés du tourisme - Nombre de nuitées dans les hôtels de Guadeloupe (en %)

Chiffres clés du tourisme - Nombre de nuitées dans les hôtels de Guadeloupe (en %)
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2014 par une clientèle étrangère
2014(en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1)
Guadeloupe 951 -11,2 2,3 13,3
France métropolitaine 198 509 -1,4 1 36,7
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Une fréquentation maximale en février

Une fréquentation maximale en février
Guadeloupe en 2014 France métropolitaine en 2014 Guadeloupe - moyenne 2010-2013 France métropolitaine - moyenne 2010-2013
janv-14 71,54 46,86 69,07 47,89
févr-14 77,18 50,72 76,06 51,07
mars-14 68,88 53,08 71,44 55,97
avr-14 61,66 57,99 60,50 57,11
mai-14 44,95 60,52 51,69 61,91
juin-14 36,50 68,30 42,76 69,20
juil-14 43,72 66,04 48,09 67,45
août-14 48,97 68,78 55,76 67,07
sept-14 30,77 68,05 35,67 68,58
oct-14 51,83 61,41 43,54 60,77
nov-14 53,40 51,94 56,08 54,14
déc-14 57,10 51,06 60,59 49,86
  • Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Une fréquentation maximale en févrierTaux d'occupation moyen dans les hôtels de la Guadeloupe (en %)

Figure 3 – La baisse des nuitées touche toutes les catégories d'hôtels - Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie (en milliers et en %)

La baisse des nuitées touche toutes les catégories d'hôtels - Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie (en milliers et en %)
Nombre de nuitées en 2014 Évolution 2014/2013
(milliers) (%)
Guadeloupe France Guadeloupe France
métropolitaine métropolitaine
1-2 étoiles 85 53 862 -5,6 0,8
3 étoiles 572 71 935 -9,8 -0,7
4-5 étoiles 173 44 287 -15,1 0
Non classés 121 28 426 -15,5 -9
Total 951 198 509 -11,2 -1,4
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – 88 % des clients viennent de France métropolitaine - Fréquentation des hôtels en 2014 (en milliers et nbre et jours)

88 % des clients viennent de France métropolitaine - Fréquentation des hôtels en 2014 (en milliers et nbre et jours)
Guadeloupe France métropolitaine
Arrivées 287 110 244
- Français 253 76 003
- Etrangers 34 34 241
Nuitées 951 198 509
- Français 824 125 568
- Etrangers 127 72 941
durée moyenne de séjour (en jours) 3,3 1,8
- Français 3,3 1,7
- Etrangers 3,8 2,1
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de méthode début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Forte chute des arrivées et des nuitées en 2014

en indice base 100 en 2010
Forte chute des arrivées et des nuitées en 2014
Nbre de nuitées - Guadeloupe Nbre de nuitées -France métropolitaine Nbre d'arrivées - Guadeloupe Nbre d'arrivées -France métropolitaine
2010 100,0 100,0 100,0 100,0
2011 109,7 103,2 106,3 103,4
2012 108,1 103,3 103,3 103,7
2013 107,2 102,9 109,7 104,3
2014 95,1 101,4 93,4 103,1
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de méthode début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Forte chute des arrivées et des nuitées en 2014Évolution des nuitées et des arrivées dans les hôtels

Encadré

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Documentation

Définitions (pdf, 48 Ko)