Bilan économique 2014 de Guadeloupe

En 2014, l'économie guadeloupéenne reste atone. L'attentisme des ménages maintient la consommation à un niveau relativement faible, tandis que l'absence de visibilité des entreprises a pour conséquence la poursuite des pertes d'emplois notamment dans la construction. Les échanges extérieurs sont en repli. En particulier, les importations de biens d'équipement et intermédiaires diminuent. Toutefois, les entreprises ont poursuivi leur investissement. Si l'activité touristique se maintient avec deux millions de passagers à l'aéroport Pôle Caraïbes, l'activité hôtelière marque le pas.

Insee Conjoncture Guadeloupe
Paru le : 15/06/2015

Agriculture - Les cultures traditionnelles reprennent des couleurs

Alexandre Ducrot, Daaf

La poursuite du programme de replantation de la canne à sucre et les conditions climatiques favorables ont permis d’accroîte le volume de production de 31 % par rapport à 2013. La richesse saccharine permet d’augmenter la production de sucre dans les mêmes proportions. Les expéditions de bananes vers les pays européens continuent leur progression (+ 3 % par rapport à 2013) et atteignent près de 73 000 tonnes, dans un marché qui a maintenu ses prix.

Insee Conjoncture Guadeloupe
No 1
Paru le : 15/06/2015

Campagne sucrière : superficie et volume en hausse

La campagne sucrière 2014 a débuté en Guadeloupe continentale à Gardel le 27 février et s'est terminée le 1er juillet. A Marie-Galante, la récolte a commencé exceptionnellement plus tôt en se déroulant du 21 février au 5 mai. Les deux usines sucrières de Guadeloupe ont broyé 587 676 tonnes de cannes en 2014, soit une augmentation de 31 % par rapport à l'année précédente. Les prévisions de campagne des professionnels qui tablaient sur une production de 600 000 tonnes ont quasiment été atteintes.

Ce bilan positif de la campagne cannière 2014 est lié à plusieurs facteurs. Tout d'abord, les conditions climatiques sont meilleures que pour l'année 2013 qui avait bénéficié d'un climat sec de novembre 2012 à février 2013. À l'inverse, la campagne 2012 avait subi des conditions pluviométriques défavorables. À cela s'ajoute l'augmentation des replantations en 2013 qui ont progressé de 38 % par rapport à 2012. L’augmentation progressive des surfaces cultivées de canne à sucre s’inscrit dans le cadre d'un plan ambitieux de la filière canne-sucre-rhum ayant pour objectif la production de 830 000 tonnes de cannes broyées par an.

La richesse saccharine atteint 9,17 %. Elle est en léger retrait par rapport à 2013 (9,26 %) mais se situe à un bon niveau, au-dessus de la moyenne décennale (soit + 7 %). La production de sucre augmente de 31 % en 2014, soit 59 250 tonnes. Proche de la moyenne décennale (61 025 tonnes), elle est largement en deçà du record historique de 2007 (80 209 tonnes grâce à une richesse saccharine exceptionnelle (9,86 %). Le volume de mélasse atteint 27 730 tonnes en 2014, soit 45 % de plus qu'en 2013.

Un bon cru pour le rhum

Le bilan positif de la campagne sucrière a impacté favorablement la production de rhum qui augmente de 4,7 %, portée par une augmentation de 44 % du rhum agricole. Les ventes progressent de 18 % à l’exportation et de 2,3 % sur le marché local. Ce secteur de l’agroalimentaire bénéficie d’un régime fiscal favorable sur le rhum traditionnel des départements d'outre-mer. Programmées sur une période de six ans, les dérogations fiscales ont été prolongées jusqu’en 2020.

Expéditions de bananes en hausse

Les expéditions de bananes ont atteint 72 909 tonnes en 2014, soit une augmentation annuelle de 3 %. La poursuite de cette dynamique a permis d'augmenter les volumes expédiés de plus de 14 000 tonnes depuis 2011. Après une revalorisation significative des prix ces dernières années, ils se sont stabilisés et maintenus en 2014 à un prix moyen négocié à quai, de 70 centimes. Le marché européen est resté équilibré entre les apports et la demande, et l'embargo russe n'a pas eu d'effet significatif sur le marché français de la banane où s'écoule la production antillaise.

Tendance à la baisse des abattages

Tous les cheptels subissent une baisse du nombre des abattages contrôlés. La diminution atteint 3 %. Elle s’inscrit dans la tendance baissière observée depuis quatre ans. La baisse la plus marquée concerne les petits ruminants comme les caprins (– 34 %) et les ovins (– 20 %). Elle est plus modérée pour les bovins (– 5 %), et les porcins (– 1 %).

Les volumes de viande produite sont également en baisse, à l'exception de la viande bovine qui augmente de 2 % grâce à la hausse du poids moyen des carcasses de 15 kg. À l'inverse, la production de viande porcine diminue de 14 % en raison d'une baisse importante du poids moyen des carcasses. Elles retrouvent en réalité un poids moyen de 75 kg, identique à l'année 2012, après une année 2013 atypique en raison de contraintes liées au marché du porc frais.

Figure 1 – Chiffres clés de l'agriculture en 2014

Chiffres clés de l'agriculture en 2014
Production 2014 Evolution 2013/2014 (%)
Banane (tonnes) 193 205 20
Rhum (HAP) 83 448 2,9
Sucre (tonnes) 2 428 10,9
Élevage (tonnes) 3 522 -2,5
Porcins 1 187 -1,7
Bovins 1 012 -7,7
Volaille 1 264 1
  • Source : Chambre d'agriculture.

Figure 2 – Rebond des volumes de cannes broyées

Rebond des volumes de cannes broyées
Volume de cannes à sucre broyées par les usines moyenne annuelle 2005-2014
2005 841093 649200
2006 716895 649200
2007 732450 649200
2008 622207 649200
2009 634321 649200
2010 677432 649200
2011 646304 649200
2012 585600 649200
2013 448022 649200
2014 587676 649200
  • Source : Chambre d'agriculture.

Figure 2 – Rebond des volumes de cannes broyées

Figure 3 – Des expéditions de bananes en hausse de 3 %

Des expéditions de bananes en hausse de 3 %
2012 2013 2014
Jan. 4853 5122 7102
Févr 4445 4519 5525
Mars 3967 4638 4795
Avr 4322 5117 5157
Mai 5632 5995 6025
Juin 6103 6597 6094
Juil 5565 6413 6956
Août 5867 6642 6342
Sept 6344 6035 6817
Oct 7066 7388 6779
Nov 6436 6618 5823
Déc 4262 6033 5494
  • Source : CIRAD.

Figure 3 – Des expéditions de bananes en hausse de 3 %Expédition de bananes guadeloupéennes dans l'Union européenne entre 2012 et 2014 (en tonnes)

Figure 4 – Les chiffres clés de la filière canne - Une production sucre-rhum en hausse

en tonnes et en euros/tonne
Les chiffres clés de la filière canne - Une production sucre-rhum en hausse
2014 2013
Cannes broyées (tonne)
usines 587 676 448 022
distilleries 79 163 56 814
Prix payés planteurs (euros/t)
part usines 32,0 33,5
part État 25,4 25,8
distilleries / 65,9
Sucre produit (tonne) 59 249 45 366
Richesse en saccharine (%) 9,2 9,26
Mélasse (tonne) 27 730 16 632
Rhum agricole et sucrerie (HAP)
production 77 431 73 938
marché local 18 788 18 367
exportation 58 918 50 079
  • Note : HAP : hectolitre d'alcool pur.
  • Source : DAAF - Chambre d'agriculture et Douanes.

Figure 5 – Baisse marquée des abattages de caprins et ovins

Abattages d'animaux par type de cheptel
Baisse marquée des abattages de caprins et ovins
Catégorie d'animaux Nombre de têtes abattues Évolution 2014/2013 (%) Tonnage 2014 Évolution 2014/2013 (%)
2014 2013
Bovins 7 535 7 925 -5 1 745 2
Porcins 16 672 16 828 -1 1 244 -14
Caprins 606 758 -20 7 -13
Ovins 113 172 -34 2 -33
  • Source : DAAF - SALIM.

Encadré

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Documentation

Définitions (pdf, 48 Ko)